La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La consommation de substances et la maladie mentale: Un cocktail explosif Présentation à la Société québécoise de la schizophrénie Conférenciers: Dr Patrick.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La consommation de substances et la maladie mentale: Un cocktail explosif Présentation à la Société québécoise de la schizophrénie Conférenciers: Dr Patrick."— Transcription de la présentation:

1 La consommation de substances et la maladie mentale: Un cocktail explosif Présentation à la Société québécoise de la schizophrénie Conférenciers: Dr Patrick Barabé, médecin-psychiatre M. André Jauron, ergothérapeute Clinique Cormier-Lafontaine 21 octobre, 2008

2 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Objectifs de la présentation 1. Comprendre limpact dun problème de consommation sur un trouble psychotique 1. Comprendre limpact dun problème de consommation sur un trouble psychotique 2. Comprendre les raisons qui motivent les personnes souffrant dun trouble psychotique à consommer 2. Comprendre les raisons qui motivent les personnes souffrant dun trouble psychotique à consommer 3. Discuter du processus de changement 3. Discuter du processus de changement

3 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Objectifs (suite) 4. Discuter du processus thérapeutique et de réadaptation 4. Discuter du processus thérapeutique et de réadaptation 5. Aborder les problématiques que peut susciter cette problématique pour lentourage et discuter de quelques pistes de solution 5. Aborder les problématiques que peut susciter cette problématique pour lentourage et discuter de quelques pistes de solution

4 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Clinique Cormier-Lafontaine Partenariat entre le Centre Dollard- Cormier et lHôpital Louis-H. Lafontaine Partenariat entre le Centre Dollard- Cormier et lHôpital Louis-H. Lafontaine Traitement des troubles psychiatriques sévères associés à un problème de toxicomanie Traitement des troubles psychiatriques sévères associés à un problème de toxicomanie Intervenants issus des deux établissements Intervenants issus des deux établissements Programme des Troubles Psychotiques Programme des Troubles Psychotiques

5 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Vignette 1 Sylvain a 20 ans, il habite chez ses parents, il a abandonné lécole Sylvain a 20 ans, il habite chez ses parents, il a abandonné lécole Il fume du cannabis à tous les jours Il fume du cannabis à tous les jours Il sisole, se néglige et se fâche lorsquon lui reflète ses difficultés Il sisole, se néglige et se fâche lorsquon lui reflète ses difficultés Il a des dettes, son «pusher» vient cogner à la porte Il a des dettes, son «pusher» vient cogner à la porte Que devraient faire ses parents pour laider ? Que devraient faire ses parents pour laider ?

6 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Vignette 2 Sylvie a 27 ans, elle est suivie pour schizophrénie depuis 2 ans. Elle vit chez ses parents. Sylvie a 27 ans, elle est suivie pour schizophrénie depuis 2 ans. Elle vit chez ses parents. Elle a eu 7 hospitalisations Elle a eu 7 hospitalisations Elle rate souvent ses rendez-vous, prend mal ses médicaments Elle rate souvent ses rendez-vous, prend mal ses médicaments Elle consomme du cannabis à tous les jours, de la cocaïne en début de mois. Elle rationalise et banalise sa situation Elle consomme du cannabis à tous les jours, de la cocaïne en début de mois. Elle rationalise et banalise sa situation Léquipe qui la suit ne sait plus comment laider, ses proches séloignent Léquipe qui la suit ne sait plus comment laider, ses proches séloignent Elle demeure symptomatique, est souvent agressive Elle demeure symptomatique, est souvent agressive Comment renverser la tendance ? Comment renverser la tendance ?

7 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Vignette 3 Éric a 28 ans, il est suivi depuis 8 ans pour une schizophrénie. Il a fait quelques thérapies pour son problème de consommation Éric a 28 ans, il est suivi depuis 8 ans pour une schizophrénie. Il a fait quelques thérapies pour son problème de consommation Il est isolé, a des troubles cognitifs, a peu dargent Il est isolé, a des troubles cognitifs, a peu dargent Il prend de lalcool pour oublier ses problèmes mais songe souvent à arrêter. Il a vécu des périodes dabstinence Il prend de lalcool pour oublier ses problèmes mais songe souvent à arrêter. Il a vécu des périodes dabstinence Comment laider ? Comment laider ?

8 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Quest ce que la psychose ? Symptômes psychotiques: hallucinations, délire, désorganisation, agitation Symptômes psychotiques: hallucinations, délire, désorganisation, agitation Peut débuter de façon insidieuse: coïncidence, impression dêtre au centre, méfiance, isolement Peut débuter de façon insidieuse: coïncidence, impression dêtre au centre, méfiance, isolement Un épisode ou une crise psychotique se caractérise par une perte de contact avec la réalité, un état de tension important, des comportements qui changent Un épisode ou une crise psychotique se caractérise par une perte de contact avec la réalité, un état de tension important, des comportements qui changent

9 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Schizophrénie Maladie du cerveau qui touche 1 % de la population Maladie du cerveau qui touche 1 % de la population Débute pendant ladolescence ou au début de lâge adulte Débute pendant ladolescence ou au début de lâge adulte Symptômes positifs: délire, hallucinations, agitation, désorganisation Symptômes positifs: délire, hallucinations, agitation, désorganisation Symptômes négatifs: tendance à lisolement, apathie, difficulté à entretenir une conversation Symptômes négatifs: tendance à lisolement, apathie, difficulté à entretenir une conversation Troubles cognitifs, difficultés de socialisation Troubles cognitifs, difficultés de socialisation

10 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Schizophrénie Buts du traitement Diminuer les symptômes positifs Diminuer les symptômes positifs Diminuer la dangerosité (suicide, violence) Diminuer la dangerosité (suicide, violence) Psychoéducation Psychoéducation Interventions sur les déficits, les symptômes négatifs Interventions sur les déficits, les symptômes négatifs Soutien au plan de lemploi, des études Soutien au plan de lemploi, des études Soutien à lentourage Soutien à lentourage

11 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Psychose toxique Épisode psychotique qui survient chez quelquun qui consomme de lalcool ou des drogues Épisode psychotique qui survient chez quelquun qui consomme de lalcool ou des drogues Comment distinguer une psychose toxique du début dune schizophrénie: Comment distinguer une psychose toxique du début dune schizophrénie: DifficileDifficile Le temps nous diraLe temps nous dira Importance du suiviImportance du suivi Encourager labstinenceEncourager labstinence

12 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Concept de dépendance Les substances psychoactives ont le potentiel dinduire une dépendance qui se caractérise par (DSM-IV): Les substances psychoactives ont le potentiel dinduire une dépendance qui se caractérise par (DSM-IV): Tolérance / sevrageTolérance / sevrage Prise plus importante que prévuePrise plus importante que prévue Tentatives répétées afin de diminuer la consommationTentatives répétées afin de diminuer la consommation Beaucoup de temps est consacré à la consommationBeaucoup de temps est consacré à la consommation Abandon dactivitésAbandon dactivités Consommation malgré que la personne reconnaît les problèmes quelle susciteConsommation malgré que la personne reconnaît les problèmes quelle suscite

13 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Consommation: impact sur lévolution de la schizophrénie Près de la moitié des personnes qui souffrent de schizophrénie auront une problématique liée à la consommation Près de la moitié des personnes qui souffrent de schizophrénie auront une problématique liée à la consommation Début plus hâtif des symptômes Début plus hâtif des symptômes Moins bon contrôle des symptômes Moins bon contrôle des symptômes Plus dhospitalisations Plus dhospitalisations

14 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Consommation: impact sur lévolution de la schizophrénie Risque augmenté de violence, de suicide Risque augmenté de violence, de suicide Moins de stabilité (relations, logement, travail, études) Moins de stabilité (relations, logement, travail, études) Problèmes financiers Problèmes financiers Risque dexploitation Risque dexploitation

15 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Principes du traitement intégré La même équipe traite en même temps le trouble psychiatrique et la toxicomanie La même équipe traite en même temps le trouble psychiatrique et la toxicomanie Limpact de chaque trouble est considéré dans lintervention Limpact de chaque trouble est considéré dans lintervention Modalités thérapeutiques: psychoéducation, approche motivationnelle, approche cognitivo- comportementale Modalités thérapeutiques: psychoéducation, approche motivationnelle, approche cognitivo- comportementale Réadaptation Réadaptation Philosophie de réduction des méfaits Philosophie de réduction des méfaits Avantages: Avantages: Associé à des meilleurs résultatsAssocié à des meilleurs résultats Évite lexclusionÉvite lexclusion

16 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Approche thérapeutique Devant ce désinvestissement ou devant une situation problématique, on doit se poser la question suivante: Devant ce désinvestissement ou devant une situation problématique, on doit se poser la question suivante: Est-ce un problème de motivation (ne veut pas) ? ouEst-ce un problème de motivation (ne veut pas) ? ou Est-ce que la personne est aux prises avec des difficultés quelle ne peut surmonter (ne peut pas) ?Est-ce que la personne est aux prises avec des difficultés quelle ne peut surmonter (ne peut pas) ?

17 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Première prémisse Je ne peux demander à quelquun de changer de comportement sil na pas la capacité à sinvestir Je ne peux demander à quelquun de changer de comportement sil na pas la capacité à sinvestir

18 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Réadaptation en santé mentale Évaluer le niveau de fonctionnement Évaluer le niveau de fonctionnement Comment la symptomatologie interfère sur le fonctionnement ?Comment la symptomatologie interfère sur le fonctionnement ? Identification des capacités et des limites (au plan cognitif, relationnel, etc.)Identification des capacités et des limites (au plan cognitif, relationnel, etc.)

19 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Réadaptation en santé mentale Objectifs: Objectifs: Développer dans un 1er temps la capacité à sinvestir en restaurant et en développant certaines habiletés de base (adapter nos demandes au niveau de fonctionnement)Développer dans un 1er temps la capacité à sinvestir en restaurant et en développant certaines habiletés de base (adapter nos demandes au niveau de fonctionnement) Par la suite, on peut davantage intervenir dans le domaine relationnel et dans la gestion du quotidien, ce qui permet de viser davantage des changements au niveau du comportementPar la suite, on peut davantage intervenir dans le domaine relationnel et dans la gestion du quotidien, ce qui permet de viser davantage des changements au niveau du comportement

20 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Réadaptation en santé mentale Tenir compte du processus de rétablissement en lien avec lexpérience subjective et le processus dacceptation Tenir compte du processus de rétablissement en lien avec lexpérience subjective et le processus dacceptation On peut sattendre à des moments de négation, dopposition, de révolte, de deuil On peut sattendre à des moments de négation, dopposition, de révolte, de deuil

21 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Deuxième prémisse Je ne peux demander à quelquun de changer de comportement sil nen voit pas la nécessité et/ou quil na pas confiance en ses capacités pour amorcer un changement Je ne peux demander à quelquun de changer de comportement sil nen voit pas la nécessité et/ou quil na pas confiance en ses capacités pour amorcer un changement

22 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Objectifs Amener à reconnaître limportance du changement Amener à reconnaître limportance du changement Augmenter le sentiment defficacité personnelle Augmenter le sentiment defficacité personnelle

23 Stades de changement selon Prochaska, DiClemente et Norcross Pré- contemplation Contemplation Préparation Action Maintien

24 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre er stade: pré-contemplation Discours typique: Discours typique: «Jen ai pas de problèmes»«Jen ai pas de problèmes» «Ça ne vous regarde pas»«Ça ne vous regarde pas» Attitude: Attitude: Sur la défensiveSur la défensive Vit les propositions daide comme des reprochesVit les propositions daide comme des reproches

25 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Pré-contemplation Interventions Amener la personne à sinterroger, à douter de sa perception non problématique de sa consommation Amener la personne à sinterroger, à douter de sa perception non problématique de sa consommation Éviter la confrontation qui renforce la résistance et le déni Éviter la confrontation qui renforce la résistance et le déni Mettre des limites aux comportements Mettre des limites aux comportements Éviter de couper le contact Éviter de couper le contact

26 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre e stade: contemplation Étape de lambivalence Discours typique: Discours typique: «Ça commence à me coûter pas mal trop cher mais je ne peux pas men passer»«Ça commence à me coûter pas mal trop cher mais je ne peux pas men passer» «Quest-ce que mes amis vont dire si jarrête, vais-je les perdre ?»«Quest-ce que mes amis vont dire si jarrête, vais-je les perdre ?» Attitude: Attitude: La personne est plus réceptive à parler de son problèmeLa personne est plus réceptive à parler de son problème Mais peut demeurer longtemps à «contempler» le problème sans passer à lactionMais peut demeurer longtemps à «contempler» le problème sans passer à laction

27 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Contemplation Interventions Stimuler les différentes sources de motivation pour passer à laction Stimuler les différentes sources de motivation pour passer à laction Susciter le questionnement entre la consommation et les autres objectifs poursuivis (école, travail,etc.) Susciter le questionnement entre la consommation et les autres objectifs poursuivis (école, travail,etc.) Relever les réussites passées dans différents domaines Relever les réussites passées dans différents domaines

28 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Croisement des approches Démarche p/r toxicomanie Stades de changement Démarche p/r santé mentale Niveau de fonctionnement Rétablissement Objectifs à prioriser

29 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Vignette 1 Sylvain a 20 ans, il habite chez ses parents, il a abandonné lécole Sylvain a 20 ans, il habite chez ses parents, il a abandonné lécole Il fume du cannabis à tous les jours Il fume du cannabis à tous les jours Il sisole, se néglige et se fâche lorsquon lui reflète ses difficultés Il sisole, se néglige et se fâche lorsquon lui reflète ses difficultés Il a des dettes, son «pusher» vient cogner à la porte Il a des dettes, son «pusher» vient cogner à la porte Stade de pré- contemplation Stade de pré- contemplation Que devraient faire ses parents pour laider ? Que devraient faire ses parents pour laider ? Mettre des limites: Mettre des limites: Argent Visites du «pusher» Agressivité Respecter / comprendre: Respecter / comprendre: Isolement Dépendance Inciter à consulter Inciter à consulter

30 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Vignette 2 Sylvie a 27 ans, elle est suivie pour schizophrénie depuis 2 ans. Elle vit chez ses parents. Sylvie a 27 ans, elle est suivie pour schizophrénie depuis 2 ans. Elle vit chez ses parents. Elle a eu 7 hospitalisations Elle a eu 7 hospitalisations Elle rate souvent ses rendez- vous, prend mal ses médicaments Elle rate souvent ses rendez- vous, prend mal ses médicaments Elle consomme du cannabis à tous les jours, de la cocaïne en début de mois. Elle rationalise et banalise sa situation Elle consomme du cannabis à tous les jours, de la cocaïne en début de mois. Elle rationalise et banalise sa situation Léquipe qui la suit ne sait plus comment laider, ses proches séloignent Léquipe qui la suit ne sait plus comment laider, ses proches séloignent Elle demeure symptomatique, est souvent agressive Elle demeure symptomatique, est souvent agressive Stade de pré-contemplation Stade de pré-contemplation Comment renverser la tendance ? Comment renverser la tendance ? Situation complexe où le veut pas et peut pas sont difficiles à départager Situation complexe où le veut pas et peut pas sont difficiles à départager Enjeu important: acceptation de la maladie Enjeu important: acceptation de la maladie Limplication de ses proches dans le traitement pourrait être bénéfique Limplication de ses proches dans le traitement pourrait être bénéfique Envisager une ressource dhébergement ? Envisager une ressource dhébergement ?

31 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Vignette 3 Éric a 28 ans, il est suivi depuis 8 ans pour une schizophrénie. Il a fait quelques thérapies pour son problème de consommation Éric a 28 ans, il est suivi depuis 8 ans pour une schizophrénie. Il a fait quelques thérapies pour son problème de consommation Il est isolé, a des troubles cognitifs, a peu dargent Il est isolé, a des troubles cognitifs, a peu dargent Il prend de lalcool pour oublier ses problèmes mais songe souvent à arrêter. Il a vécu des périodes dabstinence Il prend de lalcool pour oublier ses problèmes mais songe souvent à arrêter. Il a vécu des périodes dabstinence Stade de contemplation Stade de contemplation Que faire ? Que faire ? Laider à bien soupeser les inconvénients et les avantages de sa consommation Tenter de diminuer les symptômes persistants et les déficits Augmenter son sentiment de confiance

32 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Que faire ? Il ny a pas de solution unique Il ny a pas de solution unique Tenter de maintenir le lien, verbaliser son inquiétude Tenter de maintenir le lien, verbaliser son inquiétude Tenir compte de ses valeurs, de ses besoins et ceux dautres membres de la famille, de ses limites Tenir compte de ses valeurs, de ses besoins et ceux dautres membres de la famille, de ses limites Parfois en voulant aider on nuit (argent, trop grande tolérance) Parfois en voulant aider on nuit (argent, trop grande tolérance)

33 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Que faire ? Encourager la personne à obtenir de laide Encourager la personne à obtenir de laide Sintéresser à son traitement Sintéresser à son traitement Ne pas déresponsabiliser Ne pas déresponsabiliser Instiller lespoir Instiller lespoir Refléter les bons coups Refléter les bons coups

34 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Références Beck AT, Wright FD, Newman CF, Liese BS. Cognitive therapy of substance abuse. New York, NY. Guilford Press; Beck AT, Wright FD, Newman CF, Liese BS. Cognitive therapy of substance abuse. New York, NY. Guilford Press; Brenner, H.D. et coll. Thérapies psychologiques des schizophrénies, Hayden, Mardaga, 1998, 182 p. Brenner, H.D. et coll. Thérapies psychologiques des schizophrénies, Hayden, Mardaga, 1998, 182 p. Kielhofner, G.A. A model of human occupation: theory and application, 3 e éd. Baltimore, Lippincott Williams and Wilkins, Kielhofner, G.A. A model of human occupation: theory and application, 3 e éd. Baltimore, Lippincott Williams and Wilkins, 2002.

35 Dr Patrick Barabé et M. André Jauron 21 octobre 2008 Références Léonard, L. et M. Ben Amar. Les psychotropes: pharmacologie et toxicomanie. Presses de lUniversité de Montréal Miller W. et S. Rollnick. Motivational interviewing: preparing people to change addictive behaviour, New York, The Guilford Press, p. Miller W. et S. Rollnick. Motivational interviewing: preparing people to change addictive behaviour, New York, The Guilford Press, p. Prochaska, J.O. et coll. Changing for good, New York, Harper Collins Publ p. Prochaska, J.O. et coll. Changing for good, New York, Harper Collins Publ p.


Télécharger ppt "La consommation de substances et la maladie mentale: Un cocktail explosif Présentation à la Société québécoise de la schizophrénie Conférenciers: Dr Patrick."

Présentations similaires


Annonces Google