La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Séminaire « Où cours-tu ? » 28, 29 et 31 octobre 2009 - BALI NCC 158, rue de Bellune BP 1082 – 79010 NIORT Cedex Tél. 05 49 24 71 78

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Séminaire « Où cours-tu ? » 28, 29 et 31 octobre 2009 - BALI NCC 158, rue de Bellune BP 1082 – 79010 NIORT Cedex Tél. 05 49 24 71 78"— Transcription de la présentation:

1 Séminaire « Où cours-tu ? » 28, 29 et 31 octobre BALI NCC 158, rue de Bellune BP 1082 – NIORT Cedex Tél FORMATION : n° de déclaration Nicole Négri Consultante en Gestion des Ressources humaines, accompagnement et recrutement

2 2 Séance I - Réfléchir sur son activité professionnelle 28 octobre 2009 Programme : Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions 29 octobre 2009 Séance III - Avoir des projets 31 octobre 2009 Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC

3 3 28 octobre 2009 Séance I - Réfléchir sur son activité professionnelle Le parcours professionnel : les questions clés Quel est notre métier ? Sa finalité, nos valeurs, nos missions, ce que nous savons plus ou moins bien faire. Quelles sont nos motivations ? Mais aussi ce dont nous ne voulons plus ? Comment voyons-nous notre environnement, son évolution, notre avenir ? Nos conditions de travail sont-elles acceptables ? Pertinentes ? Reconnaître les Risques Psychosociaux Les RPS ne sont pas une illusion. Ils attirent notre attention sur le lien entre santé et conditions de travail. Que faire lorsque le malaise sinstalle ? Programme : Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC 12 3

4 4 Séance I - Réfléchir sur son activité professionnelle Le parcours professionnel : les question-clés 1 - Dans votre activité professionnelle, savez-vous différencier ? votre MISSION (Ensemble des orientations et finalités du titulaire à un poste) votre ROLE (Comportement du titulaire qui dépend de son caractère) votre FONCTION (Ensemble des activités ou tâches qui structurent le poste) 2 - Quels sont les faits importants qui ont marqué votre activité professionnelle cette année ? 3 - Au-delà des résultats actuels de votre activité professionnelle, quels sont ses trois atouts principaux et ses trois faiblesses principales ? Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC 1

5 5 Séance I - Réfléchir sur son activité professionnelle Le parcours professionnel : les questions-clés (suite) Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC 4 – Quelles sont les tâches qui vous motivent le plus et celles qui vous motivent le moins ? 5 - Quelle est votre dernière réussite et votre dernier échec qui vous ont marqué ? 6 - Dans votre environnement professionnel, savez-vous quelles sont les qualités que lon vous reconnaît volontiers et vos limites ? 7- Si dun coup de baguette magique, vous pouviez changer une chose et une seule dans votre activité professionnelle, quest-ce que ce serait ? 8 - Si vous deviez exercer dautres responsabilités, dans quel type de mission seriez-vous le plus efficace, utile? 1

6 6 Séance I - Réfléchir sur son activité professionnelle Quelles sont nos motivation ? La motivation cest la plus ou moins grande envie que lon a de faire quelque chose Elle est liée à différents facteurs : le besoin ou le plaisir lenvie de se sentir reconnu, respecté, apprécié ladhésion à des valeurs communes les sentiments dautonomie et dappartenance MOTIVATION POSITIVE envie de se surpasser dynamisme et créativité soutien mutuel esprit déquipe MOTIVATION NEGATIVE absentéisme revendications financières « fonctionnarisation » sclérose généralisée Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC 2

7 7 Séance I - Réfléchir sur son activité professionnelle La motivation daprès quelques théoriciens Dabord il y a eu Frédérick Winslow TAYLOR ( ) qui faisait de la rémunération le facteur fondamental de la motivation. Après la deuxième guerre mondiale, Abraham Harold MASLOW ( ), Frédérick Irving HERZBERG ( ) et bien dautres, ont montré que lindividu nétait pas « motivable » sur commande ou en fonction de la carotte et du bâton. En étudiant lhomme au travail, et ce qui le motive, MASLOW a établi une hiérarchie des besoins connue sous le terme de « Pyramide de MASLOW ». Le principe de la motivation professionnelle suivant MASLOW est le suivant : Pour accéder à un niveau de motivation supérieur, il faut que les niveaux en dessous soient satisfaits. Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC Frédérick Winslow TAYLOR Abraham Harold MASLOW Frédérick Irving HERZBERG 2

8 8 Séance I - Réfléchir sur son activité professionnelle « La Pyramide des besoins » dAbraham Harold MASLOW ( ) Besoins destime Besoins sociaux dappartenance Besoins de sécurité Besoins physiologiques fondamentaux Accomplissement personnel 4 5 Niveau de développement personnel Niveau de subsistance Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC

9 9 Séance I - Réfléchir sur son activité professionnelle La motivation : Les messages contraignants :« Deviens ce quon attend de toi ! » « Dépêche-toi » de faire ton travail « Fais plaisir » aux autres et natteints pas tes propres objectifs « Fais des efforts » même si la méthode est mauvaise « Sois fort » en toute circonstance et ne montre pas tes sentiments « Sois parfait », quitte à devenir perfectionniste « Sois conforme » et respecte les ordres sans discuter Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC 2 Les messages motivants : « Sois toi-même ! » « Donne-toi » le droit et le pouvoir dêtre toi-même « Ose » prendre des risques « Prends » des initiatives, quitte à transgresser quelque peu les règles établies « Explore et expérimente » « Ne tautolimites pas » a priori

10 10 Séance I - Réfléchir sur son activité professionnelle Les « strokes » (ou stimulations) Les « strokes » peuvent être conditionnels ou inconditionnels, positifs ou négatifs. Quelques exemples : STROKE/ STIMULATION CONDITIONNEL (Action, routine, dépendance, contrôle) INCONDITIONNEL (existence, initiative, autonomie, confiance) POSITIF (construction, expression, réussite) « Ce rapport est excellent ! » « Vous avez fait du bon travail ce matin! » « Vous avez un don pour écrire » « Je vous trouve vraiment très sympathique ! » NEGATIF (critique, censure, échec) « Votre rapport nest pas très clair ! » « Quand vous boudez, ça mexaspère ! » « La rédaction nest vraiment pas votre fort ! » « Je ne vous aime pas ! » Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC 2

11 11 Séance I - Réfléchir sur son activité professionnelle Les strokes - Les strokes positifs inconditionnels favorisent le développement, linitiative, lautonomie de la personne. - Les strokes positifs conditionnels favorisent la réussite dans le sens indiqué par lautorité (elles forment, éduquent). - Les strokes négatifs conditionnels dissuadent daller dans le sens opposé à la direction indiquée par lautorité. - Les strokes négatifs inconditionnels tendent à figer les situations difficiles (jugements). Ils sont très dévalorisant pour lindividu DANGER Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC 2

12 12 Séance I - Réfléchir sur son activité professionnelle Les risques Psychosociaux (RPS) Les textes de référence : Accord européen sur le stress du 08/10/2004 (article 138 du Traité du CE) Accord National Interprofessionnel sur le stress au travail du 02/07/2008 Arrêté dextension du 23/04/2009 « Le stress peut affecter potentiellement tout lieu de travail et tout travailleur, quels que soient la taille de lentreprise, le domaine dactivité, le type de contrat ou de relation demploi. » Les stress est multiforme : Organisation du travail Adaptations incessantes (sur sollicitation constante aux changements) Satisfaction des exigences personnelles Relations interpersonnelles Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC 3

13 13 Séance I - Réfléchir sur son activité professionnelle Les risques Psychosociaux (RPS) Pour éviter les RPS : Analyser la situation Identifier les tensions Rechercher un diagnostic partagé Mettre en place un plan daction curatif et préventif Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC 3

14 14 Séance I - Réfléchir sur son activité professionnelle Les risques Psychosociaux (RPS) Les origines du stress : 14 % 26 %30% Lorganisation dans le travail 12 %26 %29 %33 % La satisfaction des exigences personnelles 12 %20 %38 %30 % Les relations avec la hiérarchie et collègues 11%21 %33 %35 % Les changements dans le travail BeaucoupAssezPeuPas du tout NSP Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC Source : ARACT Poitou-charentes

15 15 Séance I - Réfléchir sur son activité professionnelle Les risques Psychosociaux (RPS) Famille de tension : Organisation dans le travail 36 % Charge de travail trop importante Mener de front différentes tâches Manquer de temps pour souffler Devoir interrompre souvent son travail 35 % 31 % 21 % 15 % 9 % 14 % Travail trop monotone Manquer de travail Autre CSP + : 40% ST stressé : 51 % Secteur public : 42 % Secteur public : 41% ans : 23 % CDD : 25 % Femme : 35 % Secteur privé : 23 % Secteur privé : 17 % Secteur privé : 11 % Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC Source : ARACT Poitou-charentes

16 16 Loi de 1973 : Création des CHSCT et de lANACT CHSCTComité dhygiène et de sécurité des conditions de travail. ANACTAssociation nationale damélioration des conditions de travail. pour se préoccuper des conditions de travail, de la charge « physique » portée par le salarié au travail et ses conséquences sur la santé, à la charge « mentale » actuellement en cause. Cest lintroduction à des considérations non industrielles : « Psycho Sociales». Constat « psycho social » de notre société : problème = coupable 16 Séance I - Réfléchir sur son activité professionnelle Les risques Psychosociaux (RPS) Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC 3

17 17 => Le travail envahit la vie sociale et la vie personnelle : nouvelles technologies / répartition du temps de travail - hors travail. => le conflit social dhier devient conflit à lintérieur de lindividu …des « désirs de sens blessés », incapacité de « faire face à ». => La rapidité conjoncturelle fait quil est de + en + difficile de trouver du sens dans les changements successifs. Labsence de périodes intermédiaires de stabilisation ne permet pas de créer de nouveaux repères. => Des prescriptions rigides … pas assez / trop et contradictoires. => Des objectifs trop ambitieux … sur sollicitation /absence de perspectives de progression / chômage technique / licenciement. => Linadéquation du poste … réalité / aspirations, métier originel / nouvelles attentes clients » … 17 Séance I - Réfléchir sur son activité professionnelle Les risques Psychosociaux (RPS) Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC 3

18 18 29 octobre 2009 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les émotions qui nous gouvernent Prendre conscience de la puissance des émotions qui nous coupent ou nous connectent au sens de la vie La peur, la tristesse, la colère, la joie, … et lamour ? Les positions de vie Identifier nos positions de vie les plus flagrantes Victime, bourreau, Don Quichotte, Responsable ?... Peut-on imaginer quil en soit autrement ? La pensée positive Remarquer limpact des mots et les effets de la pensée positive Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC 12 3

19 19 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les émotions qui nous gouvernent La puissance des émotions Savez-vous quune bonne prise de conscience des émotions de base peut vous aider à trouver votre équilibre et vous accomplir socialement ? Les émotions qui font circuler ou bloquent lénergie. Allons-nous leur laisser toute emprise sur nous ou pouvons nous les apprivoiser à notre bénéfice ? Les questions que lon se pose : - Suis-je capable de percevoir mes propres émotions et celles des autres ? - Quelles sont les 4 émotions de base que vous éprouvez dans votre vie ? Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC 1 la peur, la tristesse, la joie, la colère

20 20 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les émotions qui nous gouvernent La joie fait partie des émotions dites positives qui signalent la satisfaction, qui procurent du plaisir. Elle traduit un besoin comblé et peut aller jusquà un sentiment de plénitude. La satisfaction est responsable de lénergie psychique. Lénergie, lenthousiasme samoindriront sil y a un manque persistant de satisfactions. La tristesse, la colère et la peur sont dites émotions négatives. Elles rendent compte dune insatisfaction, dune souffrance. La peur nous avertit de la présence dun danger ; cest notre instinct de survie. La colère traduit notre insatisfaction contre une cause, qui peut être, nous-même, les autres ou quelque chose. La tristesse traduit un état de manque persistant. Vous avez sans doute remarqué que pour une émotion positive, il y en a 3 qui sont négatives. En fait, cest parce que nous parlons des émotions les plus fréquemment éprouvées. Mais il y en a dautres… Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC 1

21 21 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les émotions qui nous gouvernent Les émotions de base : la peur, la tristesse, la joie, la colère Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC La tristesse (liée à une personne, qui peut-être soi même) La joie La colère ( liée à une personne, qui peut-être soi même) « Mon ami vient davoir des propos blessants envers moi, je suis profondément triste… Moi qui ait tant besoin daffection, je trouve insupportable dêtre maltraitée ainsi » « Je suis heureuse, remplie par les attentions de cette vieille dame qui est comme une grand-mère pour moi. Elle prépare des confitures pour moi et jai un grand plaisir à aller lui rendre visite régulièrement. » « Je suis furieux contre mon petit fils qui ma fait courir les magasins pour lui trouver un sandwich à la saucisse-moutarde, et quand au bout dune heure, il la enfin eu, il a jeté la saucisse car cest la moutarde étalée sur le pain quil adore. » « La moutarde me monte au nez » « Jy vois rouge » La tristesse disparaîtra quand jaurai trouvé le moyen de me nourrir davantage dans cette relation ou dans une autre. Il y a moi et lautre dans une relation agréable sans obstacle : Je suis heureuse. Si nous nous estimons victime des caprices de notre petit fils, nous en voudrons à la vie en général, à léducation, etc… mais si nous nous sentons responsable de notre vie, le résultat sera plus positif : nous lui expliquerons pourquoi nous sommes en colère et nous nous dirons par exemple, que la prochaine fois, nous questionnerons plus précisément notre petit fils sur son envie. 1

22 22 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les émotions qui nous gouvernent La puissance des émotions Pour marquer linsatisfaction ou la satisfaction, il existe une longue série démotions qui traduit un vécu différent en nature et en intensité : AppréhensionCraintePeurFrayeurTerreur MécontentementIrritationColèreExaspérationFureur ContentementPlaisirJoieBonheurExtase Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC 1

23 23 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les émotions qui nous gouvernent Les émotions simples Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC Nous sommes en permanence, régis par lune des émotions de base. Et une émotion de base dont la cause nest pas traitée, a pour résultat des ressentiments divers dont voici quelques exemples : Frustration - Angoisse - Jalousie - Douleur - Culpabilité - Désespoir - Rage - Envie Alors que nous éprouvons : Tendresse - Compassion - Enthousiasme quand nous sommes au clair avec les émotions de base. Apprendre à réguler vos émotions pour nous sentir mieux et pour augmenter notre bien-être 1

24 24 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les émotions qui nous gouvernent Les émotions mixtes Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC Contrairement aux émotions simples dont le but est de nous informer, certaines émotions mixtes tentent de nous désinformer. La CULPABILITE est la reine des émotions mixtes : 1 « Emportée par ma colère car ma cousine arrive très en retard. Quand elle arrive avec toutes ses valises, son portable, ses lunettes quelle dépose en vrac sur le guéridon, à lentrée. Moi, dun geste un peu vif, je fais tomber ses lunettes qui se cassent. Alors quelle est déjà très agitée, là elle est catastrophée car elle ny voit rien sans ses lunettes. » Moi : jéprouve de la CULPABILITE…

25 25 En quoi sagit-il dune émotion mixte ? Il y a une opposition entre une valeur qui est importante pour moi : bien accueillir - et lagitation que jai choisis délibérément de manifester pour que ma cousine comprenne que je suis en colère. Je suis en désaccord avec moi car jaurai pu garder mon calme si je lavais voulu. Je suis donc en colère contre moi-même davoir outrepasser mon principe daccueil, et de plus, je suis peinée de voir ma cousine contrariée. Ou je pense que je ny peux rien, Ou il mappartient de proposer des solutions à ma cousine pour assumer la responsabilité de mes actes. 25 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les émotions qui nous gouvernent Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC 1

26 26 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les émotions qui nous gouvernent Les contre émotions Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC Elles désignent différents malaises résultant du fait que nous avons repoussé ou pas reconnu une émotion. Il peut sagir dune émotion que nous sommes parvenus à faire disparaître. Langoisse fait partie des contre émotions, mais aussi la fébrilité, lanxiété, la tension musculaire. La tension musculaire sert à contenir ou à ne pas ressentir lexpression émotionnelle. Quelques exemples : Tout cela est de lordre de réactions, quil est essentiel de décoder si nous désirons les dépasser et reprendre contact avec les vraies émotions ; à défaut de quoi, nous stagnerons. « Je suis très en colère, je parle les dents serrées. » « Jai la gorge serrée par la peine que cela me fait. » « Je nose pas dire non, alors que je ne supporte plus cette corvée ; jai la migraine. » 1

27 27 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les émotions qui nous gouvernent Les contre émotions : lANXIÉTÉ Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC Elle se manifeste par un léger affolement intérieur, et par une difficulté de concentration. La caractéristique de lanxiété est que lobjet qui provoque la crainte est connu, mais la crainte reste imprécise : Pour sortir de lanxiété, il est donc important didentifier ce qui fait peur. « Ai-je peur dêtre malade et davoir à annuler mon voyage à Bali ? » « Ai-je peur davoir à prendre des médicaments alors que je naime pas ça ? » « Ai-je peur des signes de vieillissement qui vont mêtre révélés ? » « Plus japproche de la date de mon check-up, plus mon angoisse grandit. » 1

28 28 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les émotions qui nous gouvernent Les pseudo émotions Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC Nous confondons parfois nos émotions avec les situations auxquelles elles sont liées. Les phrases commencent alors par « Je me sens rejetée, mal-aimé »... Nous hésitons entre deux choix : nous aimons quelquun mais nous lui en voulons pour quelque chose. Cest un état de fait. Il y a aussi les états dâme : « Je suis calme, serein, confus, déprimé »…. Mais suis-je déprimé et triste ou déprimé et en colère ? Il reste à distinguer létat qui est stable et lémotion, qui par définition, est mouvante. Il ne faut pas confondre non plus, les émotions et les attitudes. Je suis chaleureux avec les gens signifie que je suis enclin à aimer les gens. Être « ouvert » signifie être prêt à laisser vivre ce qui est. Il sagit donc de prédisposition à agir dans un sens ou dans un autre. Quelquun qui est hostile est toujours prêt à se quereller, à sopposer pour un oui et pour un non. 1

29 29 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les émotions qui nous gouvernent Les pseudo émotions : la DECEPTION Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC Une illustration tirée dun film : Une femme seule (actrice Josiane BALASCO) répond à des petites annonces MEETIC. Après plusieurs échanges avec un Canadien, elle accepte son invitation car il veut lui faire découvrir son milieu de vie. Arrivée sur place, elle découvre que son cher et tendre est un grand chasseur, un peu rustre et que la maison est bourrée de têtes de cerfs, loups, etc, et quil y a des animaux naturalisés partout même dans sa chambre. Elle se dit que ça ne va pas coller – elle est très déçue par rapport à ses attentes. Il y a donc de la déception par rapport à une attente qui saccompagne dune émotion… de la tristesse, de la colère ? les deux à la fois ? Il en résulte un découragement. Pour en sortir, il est important de réfléchir sur le besoin qui na pas été comblé et de vivre sa déception. Ensuite, il sagit de vérifier le réalisme de ses attentes ainsi que la part de responsabilité qui me revient. Naurait-elle pas pu demander plus de précision avant de faire ce grand voyage ? 1

30 30 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les émotions qui nous gouvernent En conclusion Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC Cest lorsque nous sommes capable de cerner avec précision ce que nous ressentons, que nous distinguons émotions réelles et autres expériences émotionnelles, que nous allons améliorer notre processus émotionnel. Nous venons de voir quil nétait pas évident de distinguer les vraies émotions des fausses et de toute autres expériences émotionnelles, alors que là est la clé de la plupart de souffrances émotionnelles. 1

31 31 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les émotions qui nous gouvernent La puissances des illusions Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC Pour éviter de replonger dans le passé de notre enfance nous avons élaboré des systèmes qui ne nous permettent plus de distinguer rapidement les émotions vraies des fausses. Ces mécanismes de défense ont pour fonction dassurer le refoulement de la vérité. Selon Ingeborg Bosch BONOMO (1960), qui a élaboré une nouvelle thérapie appelée « intégration de la réalité passé » (PRI) publiée pour la première fois en Néerlandais en Son ouvrage « Guérir les traces du passé » a été suivi en 2003 dun ouvrage intitulé « Illusions ». Doù viennent nos souffrances émotionnelles et quelles solutions adopter pour remédier à des symptômes douloureux comme le stress, lanxiété et la dépression ? Ingeborg Bosch BONOMO 1

32 32 La thérapie élaborée par Ingeborg Bosch BONOMO, se fonde sur le principe que, pour survivre à notre enfance, nous nions le fait que nos besoins émotionnels de base nont jamais été entièrement comblés. Ces mécanismes de survie nous laissent croire que le passé na pas laissé de traces, que les choses nétaient pas si mal et que nous nous en sommes bien tirés. Malheureusement, à lâge adulte, ces mécanismes de survie deviennent destructeurs, ce qui rend la vie plus douloureuse quelle ne devrait lêtre. Lauteur propose une théorie, une méthode qui permet de mettre au jour et de démanteler ces mécanismes de survie qui ne nous rendent plus service. Grâce à lintégration de la réalité passée (théorie PRI), vous ferez lexpérience du présent et vous découvrirez son étonnante légèreté. Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les émotions qui nous gouvernent La puissances des illusions Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC Pour se le procurer : n° ISBN : ou on-line sur 1

33 33 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les émotions qui nous gouvernent Les 5 mécanismes de défense : Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC 1- Déni des besoins 2- Faux espoirs 3- Faux pouvoir 4- Défense primitive primaire 5- Peur Chaque fois que nous utilisons lun de ces mécanismes de défense, cest lorsquun symbole actuel a rouvert une ancienne blessure. Alors, notre refuge est dans lillusion. Mieux connaître nos systèmes de défense permet de dédramatiser et de renverser les situations que nous trouvons stressantes. 1

34 34 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les émotions qui nous gouvernent 1- Déni des besoins : « Je nai besoin de personne » Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC La situation « La haie qui est en mitoyenneté avec mon voisin est trop haute. » Comportement « Je ne dis pas à mon voisin que nous pourrions la couper ensemble et je la taille toute seule. » Symbole qui provoque le mécanisme de défense« Mon voisin ne fait pas attention à mes besoins » Défense sollicitéeDéni des besoins Action corrective Je lui propose de sorganiser pour faire ce travail à deux 1

35 35 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les émotions qui nous gouvernent 2- Faux espoirs : « Je nie ma vérité » Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC La situation « Je suis invitée dans un restaurant de fruits de mer par Nadine de Rothschild. » Comportement « Je veux lui faire bonne impression et je mefforce de découper les langoustines avec une fourchette et un couteau pour lui montrer que jai des bonnes manières. » Symbole qui provoque le mécanisme de défense« Lœil critique de cette femme » Défense sollicitéeFaux espoir Action corrective Je reste fidèle à moi-même et décortique les langoustines avec mes mains comme dhabitude 1

36 36 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les émotions qui nous gouvernent 3- Faux pouvoir : « Je ne reconnais pas ma vulnérabilité » Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC La situation « Je suis au volant depuis 3h, je suis fatiguée, jai sommeil, et nous sommes 2 conducteurs dans la voiture » Comportement « Je ne demande pas à mon passager de prendre le relais… Je tiendrai bien jusquau bout. » Symbole qui provoque le mécanisme de défense« Jai horreur que les autres voient mes défaillances » Défense sollicitéeFaux pouvoir Action corrective Je reconnais mes limites et propose à lautre conducteur de sarrêter ou de prendre le relais 1

37 37 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les émotions qui nous gouvernent 4- Défense primitive primaire : « Je suis fautif et bon à rien » Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC La situation« Jassiste à un débat public. » Comportement « Je reste silencieux car jai limpression de ne rien avoir à rajouter à ce que les autres disent. » Symbole qui provoque le mécanisme de défense« Les autres ont quelque chose dintéressant à dire. » Défense sollicitéeDéfense primaire Action corrective Je prends quand même la parole 1

38 38 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les émotions qui nous gouvernent 5- Peur Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC La situation « Je suis invitée à danser sur la piste pour le bal de noce » Comportement « Je ne veux pas mexhiber sur la piste ; tout le monde va me regarder. » Symbole qui provoque le mécanisme de défense« La peur du ridicule. » Défense sollicitéeLa peur Action corrective Je rejoins mes cousins préférés sur la piste. 1

39 39 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les positions de vie Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC Anne-Marie MARQUIER directrice de lInstitut du Développement de la personne au Québec a écrit plusieurs livres, dont « Le Pouvoir de choisir ». Son concept : plutôt que de nous sentir impuissants et vulnérables dans un monde injuste et cruel, nous pouvons à partir dune compréhension juste et approfondie du concept de responsabilité retrouver la paix intérieure et redevenir larchitecte conscient de notre expérience de vie (dixit lauteur). Pour se le procurer : n° ISBN : ou on-line sur 2

40 40 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les positions de vie Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC Les systèmes de pensées On ne passe jamais de lerreur à la vérité, mais dune vérité plus petite à une vérité plus grande. Il existe deux choses bien distinctes : la réalité et notre perception de la réalité 1) Le filtre mental et les contextes de pensées 2) Louverture desprit et la qualité de lexpérience de vie Plus notre perception de la réalité est large plus elle est proche de la réalité ultime, plus notre vie est harmonieuse, efficace et libre. Plus un contexte apporte paix, bonheur, harmonie et bien-être en nous et autour de nous, plus il offre un modèle sapprochant de la réalité. Lesprit est comme un parachute, il ne nous sauve que lorsquil est ouvert. 2

41 41 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les positions de vie Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC La réalité Le filtre mental La perception de la réalité Notre expérience de la réalité Événements Personnes Situations Etc.… Filtre large et clair Filtre étroit et encombré Événements Personnes Situations Événements Personnes Situations Paix, joie, pouvoir daction, bien-être, liberté Insatisfaction, frustration, impuissance, émotions négatives 2

42 42 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les positions de vie Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC Létat desprit de victime Létat desprit de victime nest quun état desprit, ce nest pas nous dans notre essence. Il est donc important de ne pas coller une étiquette définitive de « victime ». 1) Définition du paradigme de la victime Je suis impuissant(e) et vulnérable dans un monde hostile, injuste et dangereux et soumis au hasard. Cest la paire de lunettes (le filtre mental) le plus commun. Génératrice de « mal être », de stress, cette façon de percevoir la vie est appelée « victimite ». 2) Les conditions de développement de la victimite Elles reposent sur 2 structures reléguées dans linconscient : la 1ère sur un sentiment de manque, la 2ème sur un sentiment dimpuissance. 3 conditions favorisent limplantation des structures de manque, dimpuissance : lexpérience de la naissance, la petite enfance, et lenvironnement humain. 2

43 43 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les positions de vie Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC Le paradigme de responsabilité attraction, création Ou comment guérir de la « victimite » ? 1) Le pouvoir de choisir notre action 2) Le pouvoir de choisir notre réponse 3) Le principe de responsabilité-attraction-création 2

44 44 Nous venons de parler de létat desprit de « victimite ». Daprès lanalyse transactionnelle dÉric BERNE ( ), médecin psychiatre américain, voici les positions de vies identifiées : Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les positions de vie Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC Le persécuteur Le sauveur La victime soumise La victime rebelle Éric BERNE 2

45 45 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les positions de vie Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC JE + TU -JE + TU + Je me survalorise et je dévalorise lautre « Cest de ta faute », « Je suis le meilleur », « Ecrase-toi » Sentiments : mépris, pitié Je maccepte et jaccepte lautre « Quel est le problème? Cherchons la meilleure solution » Émotions spontanées (joie, désir, attachement, tristesse, peur, colère) JE - TU -JE - TU + Je me dévalorise et je dévalorise lautre « Cest de notre faute », « Nous ne valons rien, écrasons-nous », « il ne reste plus rien à faire » Sentiments : dépression ou désespoir Je me dévalorise et je survalorise lautre « Cest de ma faute », « je mécrase », « tu vaux mieux que moi » Sentiments : admiration et honte Je suis OK Tu nes pas OK Tu es OK Je ne suis pas OK 2

46 46 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les positions de vie Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC Nous pouvons décrire quatre « styles » de relation : a) JE + TU + Celle-ci est la solution la plus constructive : dans cette position, la personne prend conscience de ces propres responsabilités, agit de façon réaliste et constructive. Elle a confiance en ses propres capacités. b) JE - TU + Cest une solution deffacement et de complaisance : ici, la personne cherche avant tout à être aimée par les autres. Elle se soumet aux autres et dépend deux. c) JE + TU – Cette solution est celle de lexpansion et de domination. La personne sidentifie à ce qui est grandiose et glorieux. Elle interprète les positions de vies en terme de pouvoir. Elle se présente en persécutrice ou « sauvetrice ». d) JE - TU - La solution de résignation. Souvent en retrait et désintéressée, elle est complaisante à légard de ses propres faiblesses. Elle remet ses obligations au lendemain ou les oublie. Cette personne préfère ne rien demander plutôt que dessuyer un refus. Elle évite les inconvénients de son hypersensibilité en ne sengageant jamais. 2

47 47 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions Les positions de vie Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC Parent normatif Position de vie JE + TU – PERSECUTEUR Parent Nourricier Position de vie JE + TU – SAUVETEUR Enfant adapté rebelle Position de vie JE - TU + VICTIME REBELLE Enfant adapté soumis Position de vie JE - TU + VICTIME SOUMISE 2

48 48 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions La pensée positive Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC « La gratitude selon le langage de la girafe », daprès Marshall B. ROSENBERG (1934) et son livre « Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) ». Marshall B. ROSENBERG, formé à la psychothérapie psychanalytique, puis élève de Carl Rogers, docteur en psychologie clinique, est le fondateur et le directeur de la formation du Center for nonViolent Communication, une organisation internationale. Il voyage dans le monde entier pour intervenir en tant que médiateur dans les conflits et promouvoir la paix. Marshall B. ROSENBERG Pour se le procurer : n° ISBN : ou on-line sur 3

49 49 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions La pensée positive Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC Le principe : Remercie-toi ou quelquun dautre en mentionnant ce qui ta plu Ce qui ta plu ? Sentiments positifs ressentis ? Besoins satisfaits ? 3

50 50 Séance II - Le fonctionnement personnel face aux tensions La pensée positive : demande ou exigence ? Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC Comment dire ce que nous désirons sans susciter dhostilité ? HELENE : « Je naime pas aller au cinéma toute seule et jaimerai que tu viennes avec moi » PAUL : « Jaurai bien aimé, mais avec la journée que jai passée, jai envie de rentrer chez moi » 1) HELENE : « Tu vois, on ne peut jamais compter sur toi, tu ne fais que ce qui te plaît » EXIGENCE 2) HELENE « Tu as eu une journée très agitée et tu as besoin de calme ce soir, cest cela ? » DEMANDE Il est crucial que linterlocuteur comprenne que notre souhait est quil naccède à notre désir que sil y ait vraiment disposé, mais aussi que notre relation est basée sur la sincérité et la compréhension, avant la satisfaction de nos désirs. 3

51 51 31 octobre 2009 Séance III - Avoir des projets Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC Les systèmes de valeurs Utiliser les expériences de son passé – Vivre au présent Préparer son avenir en ayant des projets Se donner le maximum de chances de réussir ses projets pour améliorer la confiance en soi Questionnement dobjectif Saffirmer en traduisant ses pensées en actes concrets Sentraîner à la pensée positive. Rechercher les bénéfices dans toute situation Objectifs SMART Utiliser la méthode SMART pour fixer des objectifs corrects pour nous, définir les moyens, laction, lévaluation du résultat 12 3

52 52 La plupart des projets que nous souhaitons réaliser, des décisions que nous sommes amenés à prendre, des actions que nous conduisons, sont influencés par les valeurs auxquelles nous nous référons, ou attachons de limportance. Voici une liste de valeurs (il y en a bien dautres !) sur lesquelles nous vous proposons de réfléchir. Séance III - Avoir des projets Les systèmes de valeurs Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC 1 Valeurs « ECONOMIQUE » : production, rentabilité, profit, sens des affaires. Valeurs « ESTHETIQUE » : forme, beau, arts, forte sensibilité à lharmonie de son environnement. Valeurs « HEDONISTE » : personne, bien être, plaisir, satisfaction des besoins vitaux et sensuels. Valeurs « METAPHYSIQUE » : compréhension de lunivers, croyance religieuse et /ou philosophique. Valeurs « POLITIQUE » : pouvoir, puissance, influence, renommée, pouvoir personnel. Valeurs « SOCIAL » : les personnes, compréhension, sympathie, actions daide. Valeurs « THEORIQUE OU SCIENTIFIQUE » : savoir, observation, raisonnement, logique, science.

53 53 Le questionnement d'objectif va servir à préciser état présent et état désiré, et commencer à s'intéresser aux interférences, aux obstacles au changement. Séance III - Avoir des projets Questionnement dobjectif Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC 2 Exemple de questionnement d'objectif : 1)Objectif lui-même : Quel est mon objectif ? Je vais lénoncer de façon claire et précise, réaliste, sans distorsion, omission… ex : « Je voudrai aller bien » est un exemple dobjectif vague et insondable. « Aller bien » peut vouloir dire tellement de choses. Il faut donc définir, matérialiser, poser les « bornes » de ce désir… 2) En quoi est-ce important pour le sujet ? Pour atteindre un objectif, il est nécessaire dêtre motivé et le sujet lui-même a besoin de préciser ces motivations, voire den prendre conscience. Il y a dans cette question des valeurs, sentiments importants, prépondérants. Mis à jour, ils « boostent » la motivation à changer. 3) Quand le sujet saura-t-il quil a atteint lobjectif ? Là aussi, il est important de poser le cadre de réalisation, qui pourrait fluctuer, être vague et créer ainsi de linsatisfaction chronique, du découragement…

54 54 Séance III - Avoir des projets Questionnement dobjectif Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC 2 4) Contexte de réalisation : quand, où, comment…. ? Bien décrire ce contexte, cest déjà poser le germe du changement, se projeter, se voir ayant atteint lobjectif. Cest également se découvrir différent. 5) Écologie : y-a-til un problème à changer ? Question un peu surprenante, mais qui est souvent prépondérante : quand un individu change, cest tout un système auquel il appartient qui évolue avec lui. Anticiper cela, cest mettre à jour des obstacles au changement. 6) Quest-ce qui jusquà présent a empêché datteindre lobjectif ? Consciemment, le sujet a peut-être déjà une idée des obstacles, réels ou imaginés. Là, lexpression de ces obstacles est importante, elle peut donner déjà un début de réponse à la résolution du problème. 7) Quelles sont les ressources qui ont manqué jusquà présent pour atteindre lobjectif ? Là aussi, la formulation est importante, la structure même de ce qui est dit, les images, le sujet explique ce dont il a besoin, donne le mode demploi, consciemment ou non. 8) Quelles sont les étapes à parcourir ? Jorganise en étapes, je planifie.

55 55 Séance III - Avoir des projets Questionnement dobjectif Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC 2 Critères de validité d'un objectif : Un objectif est formulé au présent et à la forme affirmative. Un objectif est réalisable Un objectif a une résolution interne, dépend de l'individu lui-même. Un objectif est précis Un objectif et sa réalisation sont atteints sils sont écologiques (ne mettent pas en péril l'équilibre de l'individu). Bref s'il n'y a pas d'inconvénient majeur venant interférer la réalisation, pour moi ou pour les autres.

56 56 Séance III - Avoir des projets Questionnement dobjectif Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC 2 Exemple : La situation : Une femme vivant seule à Niort, enceinte. Elle voudrait déménager de son appartement avant la naissance de son enfant pour aller habiter dans la résidence secondaire de ses parents, à 50km de son domicile. Elle na pas les moyens de payer une société de déménagement. Comment peut-elle sy prendre ?

57 57 Quest-ce quun objectif ? Cest un but, un résultat à atteindre. Il ne décrit pas dans sa formulation, les moyens ni les procédures pour le réaliser. En revanche, pour avoir des chances dêtre bien formulé, il doit être accompagné dun certain nombre de caractéristiques. Séance III - Avoir des projets Objectifs S.M.A.R.T. Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC 3 S pécifique Lobjectif décrit clairement, complètement et sans ambiguïté le résultat à atteindre M esurable Lobjectif doit être accompagné par lindication du niveau de performance acceptable. Lindication est sous forme de critère dévaluation quantitatif (chiffré) ou qualitatif (observable), afin de permettre une évaluation objective du résultat. A cceptable Pour la personne concernée : disponibilité, disposition mentale, éthique et morale R éalisable Laction conduisant à latteinte du résultat doit être possible dans un temps imparti et avec les moyens disponibles. La personne concernée doit avoir le niveau de connaissances et/ou lexpérience nécessaire à laccomplissement de cette tâche. T emporel Lobjectif sinscrit dans le temps, il a un terme. Il doit être assorti dun délai de réalisation ou échéance Daprès le Coaching au quotidien de Jacques Desponds

58 58 Accompagnement individualisé et développement personnel Évaluation de collaborateurs Recrutement Formation Séminaire « Où cours-tu ? » - 28, 29, 31 oct BALI - Cabinet NCC NCC 158, rue de Bellune BP 1082 – NIORT Cedex Tél FORMATION : n° de déclaration Merci de votre attention NCC, cabinet-conseil créé en 1992 à Niort, bénéficie de la richesse dune longue expérience auprès des entreprises de la région Poitou-Charentes,Vendée et Centre.


Télécharger ppt "Séminaire « Où cours-tu ? » 28, 29 et 31 octobre 2009 - BALI NCC 158, rue de Bellune BP 1082 – 79010 NIORT Cedex Tél. 05 49 24 71 78"

Présentations similaires


Annonces Google