La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Soins infirmiers en SM.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Soins infirmiers en SM."— Transcription de la présentation:

1 Soins infirmiers en SM

2 les interventions de soins infirmiers
Évaluer et faire le suivi des facteurs de risque pour prévenir la violence et promouvoir la sécurité du client et des autres; Réduire les stimuli de l’environnement pour recréer un milieu qui permet d’apaiser l’impulsivité et l’agitation du client, et de prévenir les accidents ou les blessures; Fournir de nombreux temps morts et des interactions informelles pour tranquilliser le client en lui offrant l’occasion de se reposer,, de se détendre et d’exprimer ses sentiments impulsifs, pour effet de réduire les risques de passage à l’acte; Cautionner les interventions psychologiques et médicales prescrites et en faire le suivi pour encourager le client et sa famille à suivre le plan de soins et faire en sorte que le comportement du client ne dégénère pas en violence; S’exprimer de façon concrète et claire en évitant les remarques abstraites et générales; Tenter de mettre en lumière les facteurs déclenchant qui aggravent les expériences hallucinatoires du client; Encourager le client en mettant en valeur ses perceptions fondées sur la réalité, la diminution ou l’arrêt de son comportement agressif, ses interactions sociales adéquates et sa participation aux groupes;

3 les interventions de soins infirmiers
Enseigner au client , à sa famille ou à ses proches les symptômes, l’importance de l’observance du TTT et du recours continu aux services de soutien thérapeutique près la sortie d’hôpital, pour permettre au client, à sa famille et à ses proches d’étoffer leurs connaissances de base, pour assurer le soutien thérapeutique et éviter els rechutes; Distraire le client des idées délirantes qui tendent à exacerber les épisodes agressifs ou potentiellement violents: participer à des activités fonctionnelles; Concentrer son attention sur la signification des idées délirantes du client, ou sur les émotions qu’elles engendrent, plutôt que sr le contenu en soi, renforcer le contact avec la réalité; Accompagner le client aux activités de groupe, en commençant par les plus structurées et les moins menaçantes et en l’initiant aux activités plus spontanées et informelles pour augmenter les habiletés sociales; Aider le client à faire sa toilette, à s’habiller et à soigner son apparence jusqu’à ce qu’il puisse le faire de manière indépendante; Instaurer une routine et fixer des objectifs d’auto soins en ajoutant des taches de plus en plus complexe à mesure que l’état du client s’améliore; Passer quotidiennement plusieurs moments avec le client, en instaurant une ambiance détendue, afin de favoriser l’intégration du client au sein de la collectivité;

4 les interventions de soins infirmiers
Évaluer le concept de soi du client. Une estime de soi très basse risque d’entretenir l’isolement social; Adopter un modèle de comportement qui favorise les contacts visuels lors des interactions, en maintenant une distance sociale adéquate et une attitude calme, afin d’aider le client à prendre conscience des comportements sociaux adéquats; Respecter tous les rendez vous avec le client pour établir une relation de confiance en renforçant son estime de soi; Écouter attentivement la famille et les proches du client, en leur laissant exprimer leurs craintes et leur anxiété relative à la maladie mentale, en leur apportant de l’aide, en ayant une attitude empathique et en insistant sur les forces du client pour permettre l’expression des émotions réprimés et apaiser les peurs irrationnelles, tout en reconnaissant les préoccupations fondées, pour ainsi redonner espoir et renforcer les liens affectifs entre la famille ou les proches et le client.

5 6. Évaluation L’évaluation se compose de la formulation des interventions des objectifs de comportements incorporant les notions de qualité, de quantité et de temps; Un objectif comportemental de départ pourra se lire ainsi: « « le deuxième jour (temps) de son arrivée dans l’unité, marie accompagnera l’inf au groupe de discussion (qualité), et elle restera 15 minutes (quantité) avec le groupe; Ces critères sont observables et mesurables; Si l’évaluation montre qu’au 2 eme jour les objectifs ne sont pas atteints, les résultats de la cliente et les interventions de l’infirmière doivent être réexaminés et même reformulés.

6 Les troubles liés à l’abus d’alcool ou de drogues

7 1. Collecte de données Lors de l’interrogatoire sur l’abus de drogue, l’inf utilise une approche systématique en intégrant les questions à l’histoire générale des substances légales, comprenant les médicaments, les produits vendus sans ou sur ordonnance; Les questions spécifiques sur l’usage de la nicotine, caféine, alcool, autres catégories de drogues, sur le premier épisode de consommation, les modes d’usage, la fréquence et la quantité; En cas de confirmation de consommation de l’une des drogues, l’inf doit obtenir des informations sur la drogue en question, l’âge du client à la 1ere utilisation, la période de consommation la plus intense dans la vie du client, modes d’utilisation, les antécédents psychosociaux et familiaux et examen de l’état mental;

8 1. Collecte de données Lors de l’examen physique du client, l’inf peut relever des signes d’abus d’alcool ou d’une autre drogue(p314); Pendant le processus d’évaluation, l’inf observe le client et l’interroge sur l’incidence d’accidents et de blessures; L’inf devrait évaluer les altérations ou les troubles de la cognition, de la perception sensorielle, des émotions ou du comportement; Des outils de dépistage facilitent la détection de la consommation potentielle de drogues: test CAGE; Utiliser les tests de laboratoire : alcootests, gamma-glutamyl transférase (alcool), volume globulaire moyen (consommation excessive d’alcool);

9 2. Diagnostic infirmier Les DI sont établis à partir des informations obtenues pendant la phase d’évaluation; DI pour les troubles liés à l’utilisation de substances toxiques: Stratégies d’adaptation inefficaces Déni non constructif Dynamique familiale perturbée Dynamique familiale dysfonctionnelle: alcoolisme Alimentation déficiente ou excessive Opérations de la pensée perturbées Risque de trauma Risque de violence envers soi ou envers les autres

10 3. Résultats escomptés Ils sont déterminés à partir des DI, les résultats escomptés sont les réponses que le client devra fournir; Le client: maintiendra ses signes vitaux dans les limites normales Présentera une réduction des pensées délirantes, une absence d’hallucinations et une absence d’idées de suicide ou d’homicide Maintiendra une hydratation liquidienne normale Ne souffrira pas de convulsions Déclarera se sentir en sécurité dans son environnement Déclarera ressentir une réduction des symptômes de sevrage(qui peuvent se produire des semaines après la dernière consommation) Participera aux activités thérapeutiques (ind ou de gpe) du plan de TTT;

11 3. Résultats escomptés Aura un régime équilibré comportant suffisamment de calories pour remplir les besoins nutritionnels prescrits; Exprimera le besoin de contacter les membres de la famille ou des proches, pour obtenir du soutien; Analysera les facteurs qui peuvent faire obstacle au plan du TTT; Fixera des buts réalistes de réadaptation ; Verbalisera le fait que la guérison est un processus continu qui s’opère au jour le jour; Verbalisera la capacité à dormir sans sédatifs; Exprimera le désir d’établir des relations avec des amis qui ne boivent pas et évitera les situations qui, auparavant, impliquaient la consommation d’alcool.

12 4. Planification L’inf doit mettre au point un plan prenant en compte les besoins de la personne à long terme; Les soins sont basés sur les données collectés et sur les buts à long terme du TTT et des soins de suivi; La collaboration entre l’inf, client, famille et équipe soignante est essentielle pour la mise au point et la révision du plan de soins;.

13 5. Exécution Le plan de soins consiste à soulager le client des symptômes et des complications dus au sevrage, lui fournir le soutien nutritif nécessaire, l’aider à gérer sa colère et sa violence, lui procurer un soutien pour augmenter son soutien, pour augmenter son estime de soi, l’aider à fixer des objectifs, rétablir sa relation avec ses proches, lui fournir des ressources pour une réadaptation professionnelle.

14 Les interventions de soins infirmiers
5. Exécution Les interventions de soins infirmiers Surveiller les signes vitaux du client tout en observant les signes et les symptômes de surdose, de sevrage Évaluer les symptômes physiologiques et psychologiques du sevrage et les effets de médicaments prescrits pendant le processus de sevrage afin de fournir un TTT sur et efficace Commencer les interventions thérapeutiques pour traiter les symptômes de sevrage Fournir un soutien psychologique au client, à la famille et aux proches Fournir un environnement sur, non menaçant pour le client qui est en sevrage , en raison de la possibilité d’illusions, de délires ou d’hallucinations pendant le sevrage; danger pour soi et pour les autres : crises épileptiques Aider le client à satisfaire ses besoins nutritionnels soit par voie orale ou par oie veineuse afin d’assurer une hydratation adéquate Adresser au besoin le lient à un nutritionniste afin d’assurer des soins holistiques Augmenter l’apport en en glucides afin de diminuer les besoins du client pour des psychotropes et satisfaire ses besoins oraux Commencer le TTT de substitution à base de vitamines et de minéraux Fournir un soutien au client en étant sensible au déni, établir une relation empathique avec le client qui nie avoir un problème de consommation abusive Traiter les complications secondaires dont souffre le client en raison de l’abus d’alcool ou de drogue

15 Les interventions de soins infirmiers
5. Exécution Les interventions de soins infirmiers Établir une relation empathique au moyen d’interactions individuelles ou en groupe pour aider le client à améliorer son estime de soi, et régler ses sentiments de culpabilité et de remords Encourager le client à établir, à rétablir ou à renforcer les liens avec ses proches en utilisant différents moyens comme le jeu de rôle, un environnement calme et approprié pour rencontrer sa famille Encourager le client à remettre en question ses idées irréalistes dans un programme structuré et soutenu, fournir des informations sur drogue et abus des drogues au client et à sa famille Aider le client et la famille à participer pleinement aux groupes de soutien pour ne plus consommer de l’alcool Encourager la famille à être flexible et patiente au sujet de la participation du client aux groupes de soutien Informer le client, la famille et les proches sur le danger d’abus de psychotropes et sur les aspects préventifs Aider le client à constituer un réseau de soutien social en le mettant en contact avec les organismes communautaires où il peut trouver à se loger, à se faire des amis et à acquérir la force intérieure qui l’aidera pendant le processus de guérison Autres interventions: Sevrage/désintoxication, psychothérapie, hospitalisation

16 6. Evaluation Le but est de mesurer les changements survenus à la suite des interventions thérapeutiques; L’inf observe les changements de comportements et les réponses au TTT; La résolution de la phase aigue n’est que la première étape vers la guérison; Le succès de processus de rétablissement et de réadaptation dépend de plusieurs facteurs, y compris l’accès aux groupes de soutien , continuation des soins, du soutien de la famille, de la réadaptation professionnelle et du soutien de la communauté.

17 Delirium, démence, amnésie et autres troubles cognitifs

18 Démence de type Alzheimer
Altération de la mémoire à court et à long terme (incapacité à apprendre des informations nouvelles ou à se rappeler des informations apprises antérieurement; Perturbations cognitives: aphasie, apraxie (incapacité de réaliser une activité motrice), agnosie (impossibilité de reconnaitre les objets; Perturbations des fonctions exécutives (avoir une pensée abstraite, organiser et ordonner le temps); Début progressif et déclin cognitif continu

19 Delirium Baisse d’une conscience claire de l’environnement;
Déficit de la mémoire; Désorientation; Perturbation du langage; TROUBLES AMNÉSIQUES Altération de la mémoire; Incapacité à apprendre des informations nouvelles ou à se rappeler des informations apprises antérieurement; Altération significative du fonctionnement social ou professionnel avec une régression par rapport au niveau de fonctionnement antérieur.

20 1. Collecte de données La collecte de données sur des clients atteints de démence est difficile et doit s’appuyer sur des informations prévenants de plusieurs sources; Une collecte de données complète doit inclure des antécédents approfondis et une évaluation physique du client, de son fonctionnement et de son état mental; Au moment de l’entrevue avec le client, il est primordial de disposer d’un environnement physique et affectif positif; La pièce doit être tranquille et silencieuse et isolée de l’agitation et du bruit, il se peut que le client souffre de déficits visuels et auditifs, l’inf doit établir un contact visuel et parler directement au client en restant dans les basses fréquentes; Tout document doit être imprimé en gros caractères, faciles à lire;

21 1. Collecte de données On doit allouer au client une période de temps suffisante pour qu’il puisse traiter les informations et formuler une réponse exacte; L’attitude de l’inf doit être amicale non menaçante et neutre; Fournir une rétroaction positive au client; L’inf fait recours à un ensemble d’outils pour évaluer l’état cognitif d’une personne; si le client n’arrive à maintenir son attention longtemps; Il existe des outils permettant de réaliser une évaluation cognitive de l’orientation, du fonctionnement intellectuel, de la mémoire, des capacités de lecture;

22 1. Collecte de données A. mini-examen de l’état mental:
Le MMSE élaboré par Folstein semble être le plus utile et le plus apprécié; Il suffit de 5 à 10 mn pour administrer l’examen et offre une méthode standardisée de CD, de notation et d’interprétation dans certains domaines spécifiques de déficit cognitif; B. échelle d’évaluation de l’humeur dans la démence: La CD s’effectue grâce à une entrevue clinique; On obtient également des informations objectives de la part du soignant ou un membre de la famille; Même s’il est long, il fournit des données de base détaillées.

23 1. Collecte de données C. échelle Blessed d’évaluation de la démence
Il s’agit d’une échelle courte, pratique, facile à employer et fait office d’échelle standardisée; elle détermine la perte des capacités fonctionnelles; Déficits neurologiques: Les changements pathologiques du cerveau entrainent des déficits neurologiques ayant pour conséquence des modifications du comportement; Il faut évaluer les déficits neurologiques qui résultent d’une démence ou de maladie d’alzheimer; Perception et organisation: compréhension des relations entre les objets, exécution des mouvements comme s’asseoir, rester, debout , se déplacer; Effectue des taches comme s’habiller, trouve la solution à des énigmes simples,

24 1. Collecte de données La poursuite d’une activité, mettre fin à une activité achevée; l’expression des pensées verbalement, compréhension de ce qu’on lui dit, lecture et compréhension des mots écrits, expression des pensées par écrit; Se souvenir des événements récents après qq minutes, des événements passées; État émotif: Il faut évaluer minutieusement les signes et les symptômes et établir des plans thérapeutiques; Signes éventuels d’anxiété, socialisation diminuée; Refus de s’alimenter, de se laver ou de se vêtir et de se soigner son apparence; Accumulation de choses ou accusations de vol; Inversion du jour et de la nuit;

25 1. Collecte de données Alimentation inappropriée; délire, hallucinations; Comportement sexuel et social inapproprié. Manifestations physiques L’altération de l’état nutritionnel: une incapacité fonctionnelle d’acheter et de préparer la nourriture, dysfonctionnement cognitif l’empêchant de se souvenir de manger; déshydratation liée au réduction d’apport en liquides; Broncho-aspiration : cause immédiate du décès L’incontinence: non maitrise de la vessie et des intestins

26 2. Diagnostic infirmier Sécurité ou risque pour la santé:
Risque d’aspiration (fausse route); Risque de température corporelle anormale; Constipation; Diarrhée; Maintien inefficace de l’état de santé; Entretien inefficace du domicile; Risque d’accident; Alimentation déficiente; Mobilité physique réduite; Douleur; Risque d’intoxication; Mécanismes de protection inefficaces; Déficit de soins personnels: se laver, effectuer ses soins d’hygiènne, se vêtir, soigner son apparence, s’alimenter, utiliser les toilettes,

27 2. Diagnostic infirmier Trouble de déglutition; Risque de trauma;
Élimination urinaire altérée; Rétention urinaire; Risque de violence envers les autres Troubles de la perception et de la cognition image corporelle perturbée; Confusion aigue; Confusion chronique; Activités de loisirs insuffisantes; Syndrome d’interprétation erronée de l’environnement; Perte d’espoir; Incontinence urinaire; Troubles de la mémoire;

28 2. Diagnostic infirmier Sentiment d’impuissance;
Syndrome d’inadaptation à un changement de milieu; Trouble de la perception sensorielle; Habitudes de sommeil perturbées; Opérations de la pensée perturbées; Isolement social; Inadaptation au changement.

29 3. Résultats escomptés Le client :
Atteindra et maintiendra le plus haut niveau possible de fonctionnement, selon ses capacités; Conservera une condition physique optimale; Participera à un programme d’activités thérapeutiques ayant pour but la stimulation cognitive et la socialisation, ainsi que la satisfaction d’autres besoins psychosociaux; Participera autant que possible, à la planification des soins.

30 4. Planification La documentation relative au plan de soins peut être modifiée, car le plan de soins varie en fonction des données recueillies; L’adaptation du plan de soins aux besoins du client; Collaboration avec les membres de l’équipe;

31 5. Exécution Informer tous les soignants du plan de soins infirmiers afin de conserver une approche physique et cognitive cohérente; Déterminer l’état de santé actuel du client et encourager celui-ci à utiliser ses aptitudes pour promouvoir l’autonomie aussi longtemps que possible; Conduire toute interaction avec le client dans un climat agréable, réconfortant et inspirant le calme pour réduire l’anxiété, car les clients atteints de troubles cognitifs ressentent fortement le climat émotionnel qui les entoure; Tenter de comprendre les sentiments du client afin de réduire sa frustration et de satisfaire ses besoins; Réagir aux sentiments du client et les valider grâce à des mots, au langage corporel et à des actions afin de transmettre au client l’impression qu’il est compris et accroitre son sentiments d’estime de soi;

32 5. Exécution Aider le client à garder son estime de soi en le traitant comme un adulte. Recourir aux mots appropriés afin d’éviter de l’infantiliser ou de le traiter avec condescendance; En cas d’erreur ou d’échec, rassurer le client sur le fait que de grave n’est arrivé et éviter de le critiquer; éviter les réponses et les directives négatives et les pourquoi? (sentiment d’échec); Fournir au client l’occasion d’effectuer des choix simples; Instaurer des habitudes assez structurées. Ceci aide à surmonter les pertes de mémoire à court terme, favorise l’indépendance et réduit l’anxiété; Féliciter le client pour ses réussites et l’encourager à utiliser les forces qui lui restent pour accroitre l’estime de soi et réduire le sentiment d’échec; Simplifier le message verbal en n’utilisant que cinq ou six mots à la fois. Accompagner les mots de signes visuels et tactiles pour réduire la confusion et clarifier le message;

33 5. Exécution Répéter le message autant de fois que nécessaire en laissant du temps pour les réponses. Utiliser les mêmes mots. Ne pas formuler de nouveau message avant de s’être assurée que le précédent a été bien enregistré, ou changer de méthode et revenir au message d’origine en l’expliquant avec d’autres termes; Diviser chaque tache en composantes bien distinctes pour éviter la confusion et la frustration; Faire participer le client aux activités auxquelles il souhaite prendre part. organiser ces activités en tête à tête ou en petits groupes et pour des courtes périodes afin d’atténuer la résistance et d’encourager la réussite; Accorder au client du temps pour lui-même. Éviter de le stimuler trop ou de le fatiguer afin de garantir sa vie privée, de lui témoigner du respect et de ménager son énergie; Conserver une certaine souplesse à l’organisation du quotidien afin de donner la priorité au sentiment de sécurité du client et de réduire la frustration.

34 6. Evaluation Dans le cas de maladie d’Alzheimer et de démence, il est difficile d’évaluer les progrès du client et l’obtention de résultats satisfaisants; Il est important de comprendre certaines questions relatives au déficit cognitif (réversible ou non), signes de délirium, dépression, combinaison de ces états, soins de courte ou de longue durée, pb de santé détectés dans les antécédents thérapeutique, observance thérapeutique pose un pb, type de troubles de comportement, état fonctionnel, plan de soins interdisciplinaire; Après la réponse à ces questions l’équipe peut apprécier le degré de réalisation de certains objectifs spécifiques parmi les résultats escomptés.

35 Les troubles de l’alimentation

36 Description clinique Anorexie mentale: Refus de maintenir le poids au niveau ou au dessus d’un poids santé minimum pour l’âge et pour la taille; Peur intense de prendre du poids ou de devenir gros, alors que le poids est inférieur à la normale; Altération de la perception du poids et de la forme de son propre corps, influence excessive du poids et de la forme corporelle sur l’estime de soi, ou déni de la gravité de la maigreur actuelle; Chez les femmes post pubères, aménorrhée, c à d absence d’au moins trois cycles menstruels consécutifs.

37 Description clinique Boulimie : Présence récurrente de crises de boulimie. Une crise de boulimie répond aux deux caractéristiques suivantes: Absorption, en une période de temps limitée (moins de 2h), d’une quantité de nourriture largement supérieure à ce que la plupart des gens absorberaient en une période de temps similaire et dans les mêmes circonstances; Sentiment d’une perte de contrôle sur le comportement alimentaire pendant la crise; Comportements compensatoires inappropriés et récurrents visant à prévenir a prise de poids, parmi lesquels: vomissement provoqué, emploi abusif de laxatifs ou de diurétiques, recours aux lavements ou à d’autres médicaments, jeune ou exercice physique excessif; Crises de boulimie surviennent en moyenne au moins deux fois par semaine pendant trois mois;

38 1. Collecte des données La CD auprès des clients souffrants des troubles de l’alimentation demande des habiletés exceptionnelles d’observation; Les premières minutes de l’entretien sont cruciales car les premières impressions donnent le ton à l’ensemble de l’expérience thérapeutique; Les clients atteints de ce trouble sont très sensibles et jugent rapidement s’ils peuvent faire confiance aux autres ou non; Si une alliance thérapeutique peut être établis immédiatement, bien des conflits pourront être évités.

39 2. Diagnostic infirmier DI pour l’anorexie mentale:
Risque pour la santé et la sécurité Risque de température corporelle anormale; Constipation; Pseudo-constipation; Déficit du volume liquidien; Retard de la croissance et de développement; Alimentation déficiente; Risque d’automutilation; Troubles de la perception, de la cognition et des émotions Anxiété; Image corporelle perturbée; Perte d’espoir;

40 2. Diagnostic infirmier Sentiment d’impuissance;
Diminution de l’estime de soi; Problèmes pour communiquer et pour entrer en contact avec autrui Dysfonctionnement sexuel; Interactions sociales perturbées; Isolement social; Perturbations des stratégies d’adaptation Stratégies d’adaptation familiales invalidantes; Stratégies d’adaptation inefficaces; Déni non constructif

41 2. Diagnostic infirmier Besoins en enseignement du client et de sa famille: Connaissances insuffisantes sur la nutrition et les effets secondaires des comportements anorexiques; Non observance du processus de réalimentation. DI pour la boulimie Risques pour la santé ou la sécurité: Constipation; Pseudo-constipation; Déficit de volume liquidien; Alimentation déficiente; Risque d’automutilation;

42 2. Diagnostic infirmier Troubles de la perception, de la cognition et des émotions: Anxiété; Image corporelle perturbée; Perte d’espoir; Sentiment d’impuissance; Diminution de l’estime de soi. Problèmes pour communiquer et pour entrer en contact avec autrui Dysfonctionnement sexuel; Interactions sociales perturbées; Isolement social; Stratégies d’adaptation familiales invalidantes, inefficaces.

43 3. Résultats escomptés L’anorexie mentale La cliente:
Participera à des rencontres thérapeutiques avec l’équipe soignante; Absorbera une quantité de calories adéquate en fonction de son âge, de sa taille et de ses besoins métaboliques Atteindra son poids minimum santé; maintiendra des niveaux normaux de fluides ; Retrouvera son cycle menstruel normal; Aura visiblement amélioré son image corporelle par une perception plus réaliste de son physique et de sa taille; Utilisera des stratégies d’adaptation plus efficaces pour régler les conflits Surmontera plus facilement les difficultés familiales; Exprimera sa prise de conscience des problèmes psychologiques sous jacents; Atteindra un poids santé en fonction de son âge, de sa taille et de ses besoins métaboliques; Considérera que son poids et sa silhouette sont normaux et acceptables; Retrouvera intérêt sexuel et un comportement sexuel appropriés à son âge; Ne se livrer plus à des rituels alimentaires, et n’éprouvera plus d’obsession pour la nourriture ni de peur de la nourriture; Résoudra ses problèmes familiaux

44 3. Résultats escomptés La boulimie La cliente:
participera à des rencontres thérapeutiques avec l’équipe soignante; Maintiendra des niveaux normaux de liquides; Absorbera une quantité de calories normale en fonction de son âge, de sa taille et de ses besoins métaboliques; Cessera les crises de boulimie suivies de vomissements durant l’hospitalisation; Utilisera des stratégies d’adaptation individuelles plus efficaces pour régler les conflits; Surmontera plus facilement les difficultés familiales ; exprimera sa prise de conscience des problèmes psychologiques sous jacents Arrêtera complètement les crises de boulimie suivies de vomissements et les régimes; Considérera que son poids et sa silhouette sont normaux et acceptables; Résoudra ses problèmes familiaux et les autres questions sous jacentes.

45 4. Planification Le plan de soins doit inclure une collaboration constante de la cliente, de sa famille et de l’équipe interdisciplinaire; Du fait qu’il ya un risque d’échec du traitement.

46 Les interventions infirmières
5. Exécution Les interventions infirmières Fournir un environnement sécuritaire pour assurer la sécurité et prévenir les comportements violents; Évaluer les risques de suicide: idéation suicidaire, comportement, projet , pour prévenir l’automutilation ; Établir une alliance thérapeutique avec la cliente pour encourager la libre expression des idées et des sentiments, y compris les intentions d’autodestruction; Recouvrer un poids optimal ou un poids santé et un équilibre nutritionnel grâce à un programme comportemental pour promouvoir la santé et le bien être; L’anorexie nécessite une réalimentation, des compléments alimentaires et une alimentation par gavage au besoin; La boulimie requiert que les repas soient prescrits par un diététiste et que l’inf reste auprès de la cliente pendant l’heure suivant chaque repas pour éviter les vomissements provoqués; Créer un environnement structuré et favorable, comportant des limites claires, cohérentes et fermes pour établir une routine et favoriser un contrôle interne dont la cliente ne dispose pas encore; Mettre au point un plan de comportement incluant des objectifs de poids (1,5 kg/sem), des objectifs d’absorption de nourriture (prendre 75% de tous les repas) et des conséquences en fonction de l’observance;

47 Les interventions infirmières
Inciter la cliente à exprimer ses pensées, ses sentiments et ses inquiétudes concernant son corps et son image corporelle. Afin de dépasser les sentiments de honte et de culpabilité ; Continuer à soutenir la cliente afin que celle-ci progresse dans la compréhension de la distorsion de son image corporelle, transformation du corps; Inciter la cliente à se rappeler les expériences positives concernant la nourriture , les moments durant lesquels elle a été capable de manger en se limitant à qq friandises: espoir à manger raisonnablement; Adopter une approche à la fois chaleureuse et détachée , sans se montrer trop sympathique , ni avoir une attitude de confrontation pour établir les limites ; Intervenir sur le plan de l’anxiété de la cliente en associant à ces sentiments d’anxiété des besoins non comblés (conflits inconscients); Donner à la cliente une rétroaction positive et la féliciter lorsqu’elle suit le plan du traitement et fait des efforts pour atteindre les objectifs de son contrat; Inciter la cliente à participer à des interactions thérapeutiques et à des groupes thérapeutiques; Amener la cliente à détecter les problèmes qui réduisent son estime de soi :peur de grandir, dysfonctionnement familial; Discuter avec la cliente la façon dont son obsession concernant la nourriture et le poids l’aide à fuir d’autres problèmes ; Collaborer avec les diététistes pour enseigner à la cliente une façon de s’alimenter adaptée à sa taille et à son ossature afin de corriger les informations erronées sur la taille et le poids idéaux ;

48 Les interventions infirmières
Collaborer avec le travailleur social, le médecin et les autres membres pour assurer une cohérence dans l’exécution du plan de soins; Enseigner des stratégies d’adaptation à l’aide de thérapie variées pour susciter des pensées réalistes ; des sentiments et des stratégies d’adaptation et aider la cliente à réaliser qu’il est irrationnel de croire qu’en perdant du poids on résout ses problèmes; Informer la cliente, sa famille et ses proches des caractéristiques du trouble , du traitement des symptômes et de la prévention ; Sensibiliser la famille à l’importance des limites et de l’existence d’une séparation entre les individus pour éviter la surprotection pour promouvoir les relations interpersonnelles satisfaisantes entre les membres de la famille; Collaborer avec l’ergothérapeute pour enseigner à la cliente les exercices appropriés afin de réduire les comportements compulsifs et d’encourager la modération ;

49 6. Evaluation L’inf évalue les progrès de la cliente souffrant de troubles de l’alimentation d’une manière organisée, au moment opportun, et selon les résultats déterminées par le plan de soins; L’évaluation porte à la fois sur les aspects physiologiques, comportementaux, psychologiques et sociaux; Évaluer les réactions physiologiques: suivi des analyses de laboratoire, signes vitaux, du poids et des prises de nourriture et de liquides; En observant et en notant les affects, sa participation au programme, ses comportements alimentaires, son interaction avec son entourage et ses réactions avec le personnel; Évaluer la réaction psychologique et comportementale au traitement par: l’écoute et l’interaction avec la cliente, interactions individuelles concernant des questions spécifiques, le plan de traitement ou le contrat.

50


Télécharger ppt "Soins infirmiers en SM."

Présentations similaires


Annonces Google