La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Projet pédagogique dEPS Oui ! … mais comment ? Groupe Ressource Académique Académie Orléans Tours Année scolaire 2012-13 BAUCHET Patrice Collège CONDORCET.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Projet pédagogique dEPS Oui ! … mais comment ? Groupe Ressource Académique Académie Orléans Tours Année scolaire 2012-13 BAUCHET Patrice Collège CONDORCET."— Transcription de la présentation:

1 Projet pédagogique dEPS Oui ! … mais comment ? Groupe Ressource Académique Académie Orléans Tours Année scolaire BAUCHET Patrice Collège CONDORCET FLEURY-LES-AUBRAIS 45 GAUDIN Alain Collège Joachim DU BELLAY AUTHON DU PERCHE 28 VIRLOUVET Alice Collège Jean MONNET LA LOUPE 28 BLACHE Benjamin Collège BEGON BLOIS 41 BARTH Régis LP SONIA DELAUNAY BLOIS 41 BOURGOIN William LP Elsa TRIOLET LUCE 28 BROUSSAUD Frédéric Lycée VOLTAIRE ORLÉANS 45

2 Pourquoi un projet dEPS ? Une cohérence en EPS ? Des prescriptions institutionnelles. Voir Suite

3 Analyse des Déterminants Textes officiels Contexte de létablissement Caractéristiques des élèves Projets locaux et contractualisation Ressources humaines Contraintes dorganisation Bilan de lannée précédente Suite Voir Ex. Retour

4 pour chaque item, cliquer sur pour voir Lignes directrices du projet CMS prioritaires Choix des APSA Contribution au socle commun Choix des protocoles de certification Projets et actions divers Projet dAS Les choix communs de léquipe Suite Retour FAIRE et JUSTIFIER DES CHOIX: Exemples

5 Dune orientation nationale … à une particularité locale … pour une stratégie adaptée … en vue dasseoir une identité forte à lEPS Conclusion

6 Les prescriptions institutionnelles B.O. n° 2 du 19 février 2009 – Voie Professionnelle « Partager un projet pédagogique EPS au sein dune équipe Lélaboration dun projet pédagogique dEPS pour chaque EPLE ou centre de formation, permet dajuster la mise en œuvre des programmes aux caractéristiques du public scolarisé, au projet détablissement, au projet de réseau ambition-réussite si lEPLE y est rattaché. Il est construit par léquipe des enseignants dEPS et définit les étapes et les acquisitions prioritaires pour la population concernée. » B.O. n° 6 du 28 août 2008– Collège « Le projet dEPS Sinscrivant dans le projet détablissement dont il prend en compte les axes principaux, le projet pédagogique est obligatoire en EPS. Il relève de la responsabilité de lensemble de léquipe pédagogique. (…) Il revient aux équipes pédagogiques de construire les outils communs permettant dévaluer le niveau dacquisition des compétences attendues. (…) Le projet pédagogique est un outil de travail qui alimente au quotidien, réflexions, prises de décisions et mise en œuvre, il assure la cohérence du parcours de formation des élèves. » B.O. n° 4 du 29 avril 2010 – Lycée général et technologique « Concevoir et partager un projet pédagogique qui opérationnalise le programme national et définit les enjeux de formation Le projet pédagogique dEPS atteste du choix de connaissances, capacités et attitudes nécessaires à la construction des compétences attendues dans les activités programmées. Il comprends les outils communs permettant dévaluer les acquis des élèves et dassurer également une régulation du projet lui- même. »

7 Quelle cohérence ? POURQUOI UN PROJET PÉDAGOGIQUE EN EPS ? PARTAGER, AU SEIN DE LÉQUIPE, UNE AMBITION COMMUNE AUTOUR DUNE COHÉRENCE ET DUNE CONTINUITÉ ÉDUCATIVE AFIN DE RENDRE LENSEIGNEMENT PLUS EFFICACE COMMENT ? EN LUI DONNANT DU SENS COMMENT ? EN FAISANT NAÎTRE DES SIGNIFICATIONS PAR UNE PRISE DE CONSCIENCE DE SON INTÉRÊT ET DE SON UTILITÉ COMMENT ? EN RECONNAISSANT COLLECTIVEMENT DES MOTIFS DAGIR EN FAISANT EN SORTE QUE CHACUN TIRE PROFIT DE LACTION COLLECTIVE « Quest-ce que jai à « gagner » à partager une culture commune, c'est-à-dire, en œuvrant individuellement dans le sens dun collectif et pour un collectif. » COMMENT ? Suite

8 Laction individuelle puise sa légitimité dans le collectif et laction collective nexiste que grâce à la synergie des actions individuelles, les deux sauto-alimentant. « Lappartenance à un collectif » permet la construction de sa propre « POSTURE individuelle » denseignant. En effet, la participation et ladhésion à « UNE CULTURE COMMUNE » renforce, au sein de létablissement, sa propre « aura » et sa propre « image » en tant quenseignant, « adulte référent» à respecter. Construction de son AUTONOMIE denseignant, (ce qui ne veut pas dire son indépendance.) « Laddition des actions individuelles coordonnées », sinscrivant dans le cadre dune cohérence collective, permet de générer « UNE CULTURE COMMUNE DÉTABLISSEMENT.» Cette « IDENTITÉ » partagée, lisible et visible de tous sur lensemble de la scolarité est synonyme « D UNITÉ » et de « COHÉSION » permettant dassurer un « ciment » professionnel. ENJEUX DAPPRENTISSAGE POUR LES ÉLÈVES Optimiser le progrès et la réussite des élèves, afin de luter contre « léternel débutant. » ENJEUX DENSEIGNEMENT POUR LÉQUIPE ENSEIGNANTE Faciliter la mise en œuvre de lenseignement de chacun en renforçant la portée éducative, (« confort pédagogique »), par un effet de supplémentarité et de complémentarité, en instaurant un cadre de fonctionnement commun. ENJEUX DE LÉGITIMITÉ POUR LA DISCIPLINE AU SEIN DE LA COMMUNAUTÉ ÉDUCATIVE Asseoir une reconnaissance et une crédibilité de lE.P.S., au regard de sa portée éducative et de son utilité sociale, en contribuant à la politique de létablissement dans sa mission de service public.

9 Justifications -- LIGNES DIRECTRICES Nos élèves témoignent dune grande disparité de ressources liée à une forte hétérogénéité, (niveaux scolaires et rythmes dapprentissage différents) De faire preuve DÉQUITÉ, condition de LEGALITE devant le savoir, par une pédagogie différenciée, condition de réussite pour tous, en proposant des contenus denseignement adaptés, (avec toutes les limites que cela comporte), ce qui permet de redonner confiance en soi et en lécole. Faire que ces différences ne soient pas un facteur de discrimination mais au contraire un facteur de réussite et de brassage culturel. Cest parce que… … que nous faisons le choix Suite Beaucoup de nos élèves ne perçoivent pas lintérêt et lutilité du savoir à lécole … De DONNER DU SENS à lapprentissage pour un « APRÈS » et un « AILLEURS ».

10 Beaucoup de nos élèves ont une faible estime deux et font preuve souvent de démotivation … Beaucoup de nos élèves, de par leur comportement, sont responsables dune perte de temps lors du déroulement de la leçon. Justifications -- LIGNES DIRECTRICES Cest parce que… … que nous faisons le choix De créer les CONDITIONS FAVORABLES à leur implication tout en RESTANT AMBITIEUX en refusant la moindre concession face au savoir De favoriser UN TEMPS DE PRATIQUE et UN TEMPS DENGAGEMENT MOTEUR IMPORTANT. -En proposant des leçons de 1h30, ( 5 ème ) et 2 h, ( 6 ème, 4 ème, 3 ème avec pour ces 2 derniers niveaux de classe une organisation en semestre ), pour éviter de devoir travailler dans lurgence et afin de pouvoir « poser » sereinement le cadre de leçon. En proposant des cycles dapprentissage relativement LONGS pour déclencher de réels apprentissages, ( découpage de lannée en 3 périodes ) Retour

11 Les choix communs de léquipe Cest parce que… … que nous faisons le choix Nos conditions denseignement sont souvent difficiles au regard des caractéristiques de nos élèves DUN MOMENT COMMUN DE RÉFLEXION. Nous nous retrouvons en concertation1 heure par semaine, (le mardi de 11h10 à 12h10) pour évoquer les problèmes que rencontre léquipe pédagogique, afin de discuter, échanger, proposer, remédier, organiser, décider. De partager une « CULTURE COMMUNE » en : - Appliquant collectivement une « CHARTE DE LEPS » qui fixe un cadre de fonctionnement commun, (Annexe 2), dont lobjectif est :(Annexe 2) ==> De maintenir impérativement un niveau minimum DEXIGENCE en termes dattitude et de respect. ==> De mettre en place des routines et rituels communs pour « CONSTRUIRE DE LA MÉMOIRE » chez les élèves, afin de faire évoluer positivement leur comportement. - Partageant les modalités dévaluation. La construction du sens donné aux actions éducatives est lœuvre de lensemble de léquipe pédagogique disciplinaire agissant de manière concertée, coordonnée et donc cohérente. Beaucoup de nos élèves ont une forte propension à ne pas respecter ce qui est prescrit … (La transformation des comportements des élèves ne peut sopérer que sil y a une continuité et une cohérence éducative)

12 Justifications -- CHOIX DE CMS PRIORITAIRES Exemple de traitement local des C.M.S. Les niveaux de classes font apparaître un certains nombre de tendances sur le plan des caractéristiques des élèves, (bilan vie scolaire) De donner une priorité au développement de la CMS n°1, « Agir dans le respect » et n°2 « Organiser et assumer des rôles sociaux et des responsabilités », pour les niveaux de classe de 4 ème et de 3 ème. De donner une priorité au développement de la CMS n° 3 « Se mettre en projet et n°4 « Se connaître, se préparer, se préserver », pour les niveaux de classe de 6 ème et de 5 ème. Bien évidemment, ce choix nest pas exclusif, ce qui sous-entend de tenir compte également des autres CMS, mais de manière moins prégnante. Les contextes de classe, pour un même niveau, peuvent faire apparaître des divergences De laisser la LIBERTÉ à chaque enseignant, au regard du contexte de chacune de ses classes, de fixer les exigences concernant les CMS à travers son projet de classe. Cest parce que… … que nous faisons le choix

13 Exemple danalyse des CMS

14 Justifications -- CHOIX DES APSA Cest parce que… … que nous faisons le choix Les programmes fixent un certain nombre dorientations De proposer des APSA qui permettent dassurer à tous les élèves une confrontation aux 8 GROUPES DACTIVITÉS et datteindre le N2 dans au moins une APSA des 8 groupes. Le choix des APSA pose nécessairement la question des effets produits par leur pratique : Est-ce lactivité qui est porteuse deffets en soi ou est-ce la manière dont on la traite qui est porteuse deffets éducatifs ? La vérité est sans doute entre les 2. Suite Exemple Articulation des CMS et des APSA

15 Justifications -- CHOIX DES APSA Cest parce que… … que nous faisons le choix Nous programmons un cross du collège … -Les lycées de secteur proposent la C.O... … -Les lycées enseignent majoritairement le basket-ball en sports collectif, que cette activité possède un fort ancrage culturel sur Blois, et quelle permet de rentabiliser le temps de pratique de par la multiplicité des terrains dans un gymnase … -Lescalade et la boxe française nous semblent répondre directement aux enjeux des CMS n°1 et n°2 … -La danse nous semble répondre aux enjeux de la CMS n°3 … -La gymnastique nous semble répondre aux enjeux de la CMS n°3 et de la CMS n°2 et que lon dispose dune salle spécialisée… -Le tennis de table nous semble répondre aux enjeux de la CMS n°2 et que nous disposons une salle avec 16 tables sur pied, (confort matériel) … -Le badminton nous semble répondre aux enjeux de la CMS n°2 … -De programmer lactivité ½ fond pour préparer cette échéance. -De programmer cette activité en plus de lescalade, dans la mesure où il est difficilement concevable quun élève arrive au lycée sans avoir vécu au moins 1 cycle dans cette activité. - De programmer le basket-ball. -De les programmer, (notamment en 4 ème ). -De la programmer en 6 ème et en 5 ème. -De la programmer en 5 ème, 4 ème et 3 ème. -De la programmer en 4 ème et en 3 ème.

16 CONTRIBUTION AU SOCLE COMMUN Cest parce que… … que nous faisons le choix Un des axes du contrat dobjectif de létablissement est daméliorer lapprentissage et la réussite des élèves dans la maîtrise de la langue française Un des axes du contrat dobjectif de létablissement est de renforcer le pôle des sciences … De prendre en compte la COMPÉTENCE 1 à travers : - LA LECTURE en sollicitant chez les élèves, LA COMPRÉHENSION DUN ÉNONCÉ OU DUNE CONSIGNE par lutilisation des fiches de travail lors de séquences dapprentissage, de co-observation ou de co- évaluation. - LEXPRESSION ORALE des élèves, en sollicitant LA PRISE DE PAROLE EN PUBLIC, LE DIALOGUE, ET LA CONFRONTATION DE POINT DE VUE, en utilisant le vocabulaire spécifique à lactivité, lors des communications avec leurs pairs, lors des séquences de verbalisation de la pratique, (description de ce que lon fait ou de ce que font les autres), lors dargumentation de points de vue, lors de séquence dobservation, darbitrage, dappréciation et de jugement. De prendre en compte la COMPÉTENCE 3, en exploitant des DONNÉES CHIFFRÉES SIMPLES issues de lobservation de la pratique pour analyser sa prestation ou pour mettre en place un projet tactique. Suite

17 CONTRIBUTION AU SOCLE COMMUN Cest parce que… … que nous faisons le choix Un des axes du contrat dobjectif de létablissement est de conforter chez tous les collégiens une posture délève et de futur citoyen De prendre en compte la COMPÉTENCE 6, (vie sociale et civique) à travers : - Un COMPORTEMENT RESPONSABLE en respectant les règles de la vie collective, en faisant preuve de respect et en assurant sa santé, sa sécurité et celle des autres, par une sollicitation des rôles dobservateur, daide, de pareur, dassureur et darbitre et par une acceptation des règles mises en place et des décisions de larbitre. De prendre en compte la COMPÉTENCE 7, (autonomie et prise dinitiative) à travers : - Un travail AUTONOME, une capacité à SAUTO-EVALUER, la maîtrise du SAVOIR NAGER, limplication dans un processus de PROJET, un travail en ÉQUIPE, une PRISE DINITIATIVE, en apprenant à se connaître pour sengager dans laction en fonction de son niveau tout en utilisant des stratégies adaptées, en apprenant à coopérer et à agir au sein dun groupe, en acceptant dêtre vu et jugé par autrui.

18 CHOIX DES PROTOCOLES CERTIFICATIONS Épreuves obligatoires pour lobtention dun diplôme national: Diplôme National du Brevet (BO spécial n°5 du 19 juillet 2012) CAP, BEP, Baccalauréats professionnels (BO n°31 du 27 août 2009) Baccalauréats généraux et technologiques (BO n° 4 du 29 avril 2010) Enseignements et certifications pouvant appartenir au projet dEPS le cas échéant: Enseignement facultatif (BO n° 4 du 29 avril 2010) Enseignement dexploration (BO n° 4 du 29 avril 2010) Enseignement de complément dEPS (BO n° 28 du 14 juillet 2011)

19 PROJETS ET ACTIONS DIVERSES Plus d1 élève sur 2 qui entre en 6 ème ne maîtrise pas le savoir nager … Lenseignement de la natation relève « dune priorité nationale », (programme du collège) Lenseignement de la natation, au regard dune frange importante de notre population délèves, relève dun enjeu dintégration culturelle et sociale. Nos élèves témoignent de niveaux très différents en natation, (de la maîtrise du savoir nager à la phobie de leau) et que nous devons faire preuve DÉQUITÉ, condition de LEGALITE devant le savoir, par une pédagogie différenciée, condition de réussite pour tous, en proposant des contenus denseignement adaptés, (avec toutes les limites que cela comporte). Le savoir nager est une exigence du socle commun, (compétence 7). DUN ENSEIGNEMENT ANNUEL DE LA NATATION POUR TOUTES LES CLASSES DE 6 ème. Il sagit de proposer lenseignement de la natation sur toute lannée. (Annexe 3) Pour le projet natation dintervenir à 3 enseignants pour 2 classes afin de mettre en place des GROUPES DE NIVEAUX, ce qui permet de répondre au défi de lhétérogénéité. De mettre en place, en fin dannée, pour toutes les classes de 3 ème, une ÉVALUATION DU SAVOIR-NAGER. Cest parce que… … que nous faisons le choix Beaucoup de nos élèves ont une faible estime deux et font preuve souvent de démotivation et que nous devons créer les CONDITIONS FAVORABLES à leur implication tout en RESTANT AMBITIEUX en refusant la moindre concession face au savoir. De mettre en place des MENUS DACTIVITÉS en 3 ème, afin de créer LADHÉSION des élèves et favoriser une meilleure IMPLICATION de leur part. Suite

20 PROJETS ET ACTIONS DIVERSES Beaucoup de nos élèves ne perçoivent pas lintérêt et lutilité du savoir à lécole et que nous voulons DONNER DU SENS à lapprentissage pour un « APRÈS » et un « AILLEURS ». Le collège souffre dune image pas toujours positive … Beaucoup de nos élèves nont pas le sentiment dappartenir à une communauté éducative … Nous programmons lactivité demi-fond … Nous participons au cross départemental U.N.S.S.. Dorganiser une SORTIE CANOË sur la Loire pour permettre aux élèves de prendre conscience de LUTILITÉ du savoir appris et ainsi DONNER DU SENS au SAVOIR-NAGER, (condition indispensable pour participer). Dorganiser un CROSS DÉTABLISSEMENT pour les classes de 6 ème et de 5 ème qui a pour mérite : - de créer lévènement « sportif » au sein de la communauté éducative, ce qui permet de renvoyer une image positive du collège par un impact médiatique (présence dun journaliste de la Nouvelle République), et la présence des élus locaux lors de la remise de récompenses, - de donner du sens à lenseignement de lactivité demi-fond, (but déchéance à court terme), - de préparer les élèves au cross U.N.S.S., (Annexe 4)(Annexe 4) - dorganiser des RENCONTRES CM2/6 ème en Athlétisme, afin de renforcer limage positive du collège vis-à-vis des écoles primaires du secteur. Cest parce que… … que nous faisons le choix Beaucoup de nos élèves ont de mauvaises habitudes alimentaires … Il y a la présence dun Comité DÉducation à la Santé et à la Citoyenneté, qui vise une action préventive en matière de conduites addictives et à risque dans et hors de lécole. De proposer un GOÛTER à tous les élèves lors du CROSS du collège (après leur course), afin de les sensibiliser à une bonne nutrition. Dinciter vivement les élèves à amener « un goûter » après la leçon de NATATION, en interdisant bonbons, sucettes ou autres friandises, afin de faire naître des significations en matière de santé.

21 PROJET DAS Cest parce que… … que nous faisons le choix Nous concevons lAS comme un prolongement et une continuité de lEPS en établissant des liens sur le plan dun approfondissement des acquis… Nos élèves ont des niveaux de pratique et des motifs dengagement très différents et que nous voulons permettre au plus grand nombre de sexprimer, en répondant ainsi à leurs motivations et à leurs aspirations … 1) De proposer des APSA IDENTIQUES : Sports collectifs, tennis de table, gymnastique, natation et athlétisme. A noter que pour cette dernière activité, tous les enseignants, dès le mois davril, arrêtent lencadrement de leur propre(s) activité(s) pour se consacrer à la saison dathlétisme, afin de favoriser une inscription et une adhésion massive de la part des élèves. 2) De permettre aux élèves de sinvestir dans les fonctions de juge, darbitre, de chronométreur … dans la CONTINUITÉ de laction menée en EPS, (formation des jeunes officiels.) 1) De programmer une demi-journée « DÉCOUVRONS LAS », en début dannée scolaire, pour toutes les classes de 6 ème, comme un tremplin pour adhérer à lAssociation. 2) De proposer la plus grande VARIÉTÉ possible dactivités (8 au total). 3) De proposer DIFFÉRENTS niveaux de pratique pour permettre à chacun de pratiquer selon ses motifs dagir, à titre : > dINITIATION pour découvrir une activité. > de LOISIR et pour le plaisir d« être avec ses copains », (répondre au besoin daffiliation sociale > de PERFECTIONNEMENT pour atteindre un niveau de pratique le plus élevé possible. > A titre de COMPÉTITION en se mesurant à autrui. 4) De proposer des créneaux horaires complémentaires pour encourager la « MULTI- ACTIVITÉS » chez les élèves. Suite

22 PROJET DAS Cest parce que… … que nous faisons le choix Les « réussites » du collège ne sont pas toujours connues … Dappliquer le PRINCIPE DE MÉDIATISATION, en créant LÉVÈNEMENT SPORTIF dans létablissement par un impact médiatique, afin daccroître les crédibilité et la RECONNAISSANCE DE LAS aux yeux de tous les élèves et de tous les adultes de létablissement et des parents. Nous faisons le choix: 1) De DIFFUSER systématiquement les documents concernant lA.S. dans le dossier de rentrée adressé aux familles. 2) De COMMUNIQUER les informations sur lA.S. dès le début de lannée scolaire, dans toutes les classes, par les professeurs principaux ou les professeurs dE.P.S. eux-mêmes. 3) De réaliser UN AFFICHAGE RIGOUREUX, ATTRACTIF ET SUIVI des informations concernant lA.S. Cela concerne : -> la feuille de présentation des A.P.S.A. proposées à lA.S. avec le ou les professeurs responsables, le lieu et lhoraire des pratiques, -> les dates et lieux des compétitions UNSS par activité et selon les catégories, -> les convocations pour les horaires des déplacements en bus, -> les résultats sportifs, ainsi que les articles de journaux qui témoignent de limpact de lA.S. au niveau de la presse locale. Ce retour dinformations est primordial pour toute la communauté éducative et en premier lieu pour les élèves. Reste que pour que ces informations soient porteuses de sens, il est absolument nécessaire de veiller à les réactualiser sans cesse. Une information devenue obsolète, (qui na plus de signification), doit impérativement être retirée. Il en va de la crédibilité et de la pertinence des informations communiquées. Suite

23 PROJET DAS Cest parce que… … que nous faisons le choix Les « réussites » du collège ne sont pas toujours connues … … 4) De prévoir DES PANNEAUX DAFFICHAGE spécifiques à lA.S., suffisamment grands et structurés pour rendre linformation pertinente. Les informations sont présentées de manière organisée, non seulement pour quelles soient facilement accessibles aux élèves, mais également pour quelles véhiculent du sens. 5) De prévoir UNE DIFFUSION DINFORMATIONS en salle des professeurs, avec un panneau réservé à lA.S. De ce point de vue là, léquipe E.P.S. a une responsabilité essentielle pour rendre compte de ce qui est fait à lA.S. auprès des autres collègues. Cela va dans le sens dune justification et dun renforcement de la crédibilité de lensemble de la discipline. 6) De réaliser, par une vitrine se situant dans le hall, un affichage et une réactualisation permanente DES RECORDS DU COLLÈGE, par sexe et catégorie dans les activités qui sy prêtent, en loccurrence la natation et lathlétisme. 7) De stocker et classer, par année, les résultats sportifs dans les différentes A.P.S.A. proposées, ainsi que les bilans annuels par activité, ainsi que les comptes rendus des assemblées générales de lA.S. Archiver ces documents permet de prendre part à « LA CONSTRUCTION DE LHISTORIQUE » de létablissement. « On devrait toujours savoir ce qui sest passé, ce qui se passe et ce qui se passera à lA.S. » Suite

24 PROJET DAS Cest parce que… … que nous faisons le choix Le collège souffre dune image pas toujours positive … D appliquer le PRINCIPE DEXEMPLARITÉ pour promouvoir une image positive du collège et des élèves vis-à-vis du chef détablissement, des autres établissements, de la Ville de Blois, du Conseil Général. Nous faisons le choix: 1) De participer au PROJET DE DISTRICT et à toutes les compétitions organisées. 2) De participer AUX ACTIONS MENÉES PAR LUNSS (journée au Stade de France, journée Olympique, Défi 41). 3) De participer à un MAXIMUM de compétitions et viser les MEILLEURS résultats possibles. Beaucoup de nos élèves ont une faible estime deux, se sentant dévalorisés et ne croyant plus en lécole Dappliquer le PRINCIPE DE GRATIFICATION qui permet dapporter une RECONNAISSANCE « INSTITUTIONNELLE » à leur INVESTISSEMENT. Nous faisons le choix : 1) Dorganiser, en fin dannée, une REMISE DE RÉCOMPENSE avec un palmarès (pas uniquement élitiste), de manière à clôturer lannée sportive tout en félicitant les élèves et ce en présence du chef détablissement. Suite

25 PROJET DAS Cest parce que… … que nous faisons le choix LAssociation Sportive est une « structure vivante et mouvante » qui suppose adaptabilité et réactivité Dappliquer le PRINCIPE DE SOUPLESSE, DE DISPONIBILITÉ ET DE RÉPARTITION pour permettre une continuité de laction éducative. Nous faisons le choix: 1) Dêtre AU SERVICE DE L A.S. et non au service de lactivité que lon encadre. Cela suppose un travail collectif en étroite relation, où chacun est au cœur du dispositif lamenant à répondre aux impératifs de lensemble des activités mettant au second plan ses impératifs purement personnels et individuels. -> Remplacement dun collègue pour que lactivité puisse continuer à fonctionner. -> Encadrement de plusieurs activités, en nutilisant pas forcément la totalité de son forfait U.N.S.S. pour encadrer une seule activité. A ce sujet, il est possible de dire que lensemble des professeurs est bien plus riche que la somme des individualités. 2) Dassurer UNE PRÉSENCE ACTIVE dans la cour de récréation, ou sur des points « stratégiques », lorsque cela est nécessaire. « Aller vers les élèves fait aussi partie de notre mission. » 3) De définir, entre enseignants, les fonctions et les rôles, en partageant les responsabilités par une RÉPARTITION des tâches, afin que limplication soit collective.

26 TEXTES OFFICIELS Les Programmes UNE FINALITÉ LEPS a pour finalité de former un citoyen, cultivé, lucide, autonome, physiquement et socialement éduqué. 3 OBJECTIFS GÉNÉRAUX 1. Développement et mobilisation des ressources individuelles favorisant lenrichissement de la motricité. 2. Éducation à la santé et à la gestion de la vie physique et sociale. 3. Accès au patrimoine de la culture physique et sportive. 4 COMPÉTENCES PROPRES 1. Réaliser une performance motrice maximale mesurable à une échéance donnée. 2. Se déplacer en sadaptant à des environnements variés et incertains. 3. Réaliser une prestation corporelle à visée artistique ou acrobatique. 4. Conduire et maîtriser un affrontement individuel ou collectif. EXIGENCES - Atteinte du niveau 2 dans au moins une APSA des 8 groupes dactivités des 4 compétences propres. - DNB-EPS : évaluation dans 3 APSA de 3 compétences propres différentes. 4 COMPÉTENCES MÉTHODOLOGIQUES ET SOCIALES 1. Agir dans le respect. 2. Organiser et assumer des rôles sociaux et des responsabilités. 3. Se mettre en projet. 4. Se connaître, se préparer, se préserver. Le socle commun de connaissances, de compétences et de culture

27 CONTEXTE DÉTABLISSEMENT - Collège urbain de 580 élèves, situé dans le quartier Nord de la ville de Blois (Z.U.P.). Situé en Z.E.P., il relève du dispositif E.C.L.A.I.R., (depuis septembre 2011.) Bien que de très nombreuses actions sont menées au collège pour valoriser son image, celle- ci souffre encore dun certain nombre de ressentis négatifs. - Il y a 22 sections : 6x6 ème plus une classe de C.E.N.F. (Classe des Elèves Non Francophones), 5x5 ème, 5x4 ème et 5x3 ème, auxquelles sajoutent 6 classes de S.E.G.P.A. avec 3 champs professionnels pour un total de 88 élèves. - A noter quil y a également une classe de D.I.P.A., (Dispositif dIntégration pour les Primo-Arrivants en France), classe à recrutement départemental. - Il existe une structure pédagogique nommée «La Parenthèse». Cest un dispositif de remédiation interne au collège qui permet de gérer les situations durgence lorsquun élève pose problème et fait preuve dun comportement déviant lourd. Il propose une alternative quand le système de sanctions nest plus efficace. Le principe est dextraire lélève perturbateur de sa classe pour le mettre dans une structure qui le prend en charge de manière individuelle, afin de provoquer une prise de conscience pour favoriser une réintégration positive dans la classe. résultats scolaires ET ORIENTATION POUR LE NIVEAU 3ème : - Résultats du D.N.B : admis = 83,6%, (16 échecs, 2 mentions TB, 17 mentions B et 25 mentions AB.) - 58,25%, (60 élèves) sont admis en 2 nde générale et technologique. - 33%, (34 élèves) sont admis en 2 nde professionnelle. - 2,91%, (3 élèves) redoublent. - 12,62%, (13 élèves) restent sans solution.

28 CARACTÉRISTIQUES DES ÉLÈVES et FACTEURS DHÉTÉROGÉNÉITÉ - 30% des élèves sont dorigine étrangère et 70% dentre eux appartiennent aux classes sociales défavorisées. - Le secteur de recrutement comprend 7 écoles, 3 classées en Z.E.P. et 4 en périphérie blésoise. - Les classes sont globalement très hétérogènes en leur sein avec des facteurs dhétérogénéité très variés, ce qui induit des niveaux scolaires et des rythmes dapprentissage très différents, ainsi que des postures délèves très diverses. Le contexte de classe est souvent complexe à gérer, avec très souvent une perte de temps liée à un manque dattention et de concentration, ou à un manque de respect des consignes de travail, ce qui induit des difficultés pour enseigner. Les sources dhétérogénéité : > Des différences dâge importantes : 15% des élèves ont un retard scolaire supérieur ou égal à 2 ans. > De multiples nationalités et des cultures différentes. Aucune ou mauvaise maîtrise de la langue pour un certain nombre délèves, le français nétant leur langue maternelle. Ceci a pour conséquence des difficultés dexpression et de compréhension face à une communication verbale ou écrite. Un rapport au corps particulier qui entraîne des difficultés pour lélève à assumer sa propre nudité face au regard des autres. Un rapport à la religion qui entraîne des difficultés denseignement lors de la période du Ramadan, ou lors de la pratique de la natation. > Sur le plan moteur : Des niveaux scolaires très variés. On note une très grande hétérogénéité, avec des élèves ayant acquis une culture sportive et dautres, pour une grande majorité, ayant très peu de vécu extra scolaire avec des mauvaises habitudes alimentaires. On note également un faible % du savoir nager à lentrée en 6 ème. Validation du savoir nager : Septembre 2009 : 46,7% de réussite. Septembre 2010 : 52% de réussite. Septembre 2011 : 47% de réussite. Septembre 2012 : 51,5% de réussite, soit en moyenne, un peu moins dun élève sur deux. Suite

29 CARACTÉRISTIQUES DES ÉLÈVES et FACTEURS DHÉTÉROGÉNÉITÉ > Sur le plan affectif : - Des rapports à lécole et au savoir très variables, ce qui a des conséquences sur le rapport au travail et à leffort individuel. On note une grande disparité entre élèves qui peuvent être catégorisés en 3 familles. La première regroupe des élèves ayant bien compris lintérêt et lutilité de lécole jouant parfaitement bien « leur métier délève ». La deuxième regroupe des élèves qui ont des difficultés sur le plan des apprentissages et qui, tant bien que mal, essaient de suivre le rythme scolaire. La troisième regroupe des élèves en « opposition au système », qui sont en situation déchec lourd et en grande souffrance. Ils sont véritablement en situation derrance. Ne percevant pas lintérêt et lutilité de lécole, il y a véritablement pour eux un déficit global de sens de la fonction sociale de lécole. Ces élèves, démotivés, qui sont en rupture avec linstitution scolaire, se manifestent par toute une série de comportements déviants et sont souvent soumis à un parcours dérogatoire. - Des représentations de lEPS et des APSA très variables, amenant un certain nombre délèves à éprouver des difficultés à « entrer » dans une situation dapprentissage « décontextualisée. » - Des rapports au travail et à leffort diversement construits. - Un rapport à soi-même souffrant de dévalorisation induisant une estime de soi souvent négative, un manque de confiance et une démotivation. > Sur le plan relationnel et social : - Des rapports à la règle, aux autres, à lautorité et à ladulte diversement vécu avec une forte propension à ne pas respecter la parole « dautrui » et ce qui est prescrit par « linstitution. » - Présence de profils psychologiques « impulsifs » source de réactions dagressivité imprévisibles. > Sur le plan cognitif : - On note une forte propension à faire preuve rapidement dun manque dattention et de concentration, ce qui a des conséquences sur la capacité de compréhension et danalyse et sur la qualité de lengagement moteur. Suite

30 Bilan vie scolaire concernant les comportements déviants CARACTÉRISTIQUES DES ÉLÈVES et FACTEURS DHÉTÉROGÉNÉITÉ ANNÉES SCOLAIRES ABSENCES 10259, dont 49,82% de motifs non justifiés. 3 ème : 23,55%. 4 ème : 20,05%. 5 ème : 16,25%. 6 ème : 19,62%. Moyenne des classes de SEGPA : 5,12%. RETARDS 244, dont 76,96% sans motif valable. 3 ème : 26,63%. 4 ème : 24%. 5 ème : 13,31%. 6 ème : 14,3%. Moyenne des classes de SEGPA : 5,45%. EXCLUSIONS DE COURS 209, dont 39,15% pour manque de respect et 24,96% pour mauvais comportement en classe. 3 ème : 27,46%. 4 ème : 20,23%. 5 ème : 14,45%. 6 ème : 9,59%. Moyenne des classes de SEGPA : 7,05%. RETENUES 747, dont 35,2% pour mauvais comportement et 20% pour manque de respect. 3 ème : 17,27%. 4 ème : 21,55%. 5 ème : 32,80%. (A noter limportance « du travail non fait » comme motif de retenue.) 6 ème : 16,86%. Moyenne des classes de SEGPA : 2,87%.

31 Axes projets locaux et contractualisation -Renforcer le pôle des sciences avec l'objectif de valoriser les métiers scientifiques + lien avec l'éducation à la santé et citoyenneté (C.E.S.C.) et à l'environnement (E.E.D.D.). -Renforcer les langues vivantes et la rénovation des programmes du «cadre européen.» -Améliorer lapprentissage et la réussite des élèves dans la maîtrise de la langue en lien avec les écoles primaires (liaison CM2- 6 ème ). -Fluidifier les parcours tout en assurant pour chaque élève une orientation dans laquelle il réussira. -Conforter chez tous les collégiens une posture délève et de futur citoyen. -Enfin, dans le cadre du réseau « Ambition réussite », nous poursuivrons le projet de « L'École ouverte. »

32 RESSOURCES HUMAINES -Léquipe EPS est constituée de 5 enseignants titulaires, à temps complet, (3 certifiés et 2 agrégés dont 2 femmes et 3 hommes). -La moyenne de léquipe sur le plan de lancienneté dans leur poste est de 12 ans. -Chaque enseignant assure son forfait AS de 3 heures. -Tous sont professeur principal. -Présence dun enseignant dEPS au conseil dadministration. -Intervenant dun enseignant dEPS dans le dispositif « Parenthèse ».

33 Contraintes dorganisation -Le collège ne possède pas dinstallations attitrées, ce qui ne permet pas de disposer des installations comme léquipe EPS le souhaiterait. Il sagit donc chaque année de renégocier les créneaux dutilisation avec les services de la Ville de Blois. -Beaucoup dinstallations sont partagées avec dautres établissements scolaires et les écoles primaires. Les déplacements sont globalement assez courts et se font à pied, (excepté pour la course dorientation). -La durée des leçons est au maximum amputée de 30 min, (aller et retour pour 1 activité sur 1 installation.) (Annexe 1)

34 ANNEXE 1 : Contraintes dinstallation AthléDanseGymSports collectifs Sports de raquettes Natation Sports de combat APPN Gymnase Bégon X (5 min) X (5 min) Bad (5 min) Salle spécialisée gym Bégon X (5 min) X (5 min) Boxe (5 min) Gymnase Tabarly X (10 min) X (10 min) Bad (10 min) Boxe (10 min) Escalade (10 min) Salle spécialisée TT Tabarly X (10 min) Tennis de table (10 min) Salle spécialisée Sauvageau Boxe (15 min) Piscine Tournesol X (10 min) Plateau EPS X (5min) «Plaine de jeu» + Terrains en herbe X (10min) Rugby (10 min) CO... (10 min) Forêt C.O. (10 min en bus)

35 ANNEXE 2 : Charte de lEPS Le but de cette charte est de rendre explicite limplicite, dassurer une cohérence entre les collègues et de sensibiliser les élèves vis à vis des exigences lors des cours dEPS. 1. LA TENUE Le survêtement ou le short sont obligatoires pour pratiquer. Des chaussures propres destinées aux installations dintérieur sont nécessaires et les lacets seront toujours attachés et serrés. Dans le gymnase, les ballerines sont tolérées mais aucun élève ne pratiquera une activité en chaussettes ou nus pieds. Pour lactivité boxe, des gants ou des chaussettes sont placés sous les gants de boxe pour des raisons dhygiène. 2. LES «INTERDITS» Casquettes, capuches, bonnets (sauf intempéries) ainsi que MP3 et chewing-gum ne sont autorisés ni sur le trajet qui mène aux installations ni en cours. 3. LA PISCINE Un maillot de bain et une serviette de douche sont nécessaires. Loubli de tenue ne dispense pas de cours : un maillot sera prêté par le collège. Note : la «machine à bonbons» est interdite. 4. LES TRAJETS POUR SE RENDRE SUR LES INSTALLATIONS Ils se déroulent toujours en classe entière. Les élèves doivent attendre lautorisation du professeur pour quitter une installation. Les élèves doivent être sensibilisés au respect de lenvironnement : attention aux papiers des «goûters» sur le trajet. De plus, en liaison avec le CESC «nutrition», nous conseillerons aux élèves déviter les chips et soda et interdisons les sucettes. … Suite

36 ANNEXE 2 (suite) : Charte de lEPS LES «PAUSES BOISSON» Il sagit dêtre vigilant lorsque les élèves vont boire : - Lenseignant perd le contrôle visuel de la classe. - Les élèves peuvent gêner un cours qui se déroule à proximité, (cas à Bégon : grande salle et salle de gym). 6. LOCAUX ET MATÉRIELS Chaque élève se doit de respecter les locaux dans lesquels il évolue. La mise en place, lutilisation et le rangement du matériel se font dans le calme. Point généralement sensible, les raquettes de badminton et tennis de table sont numérotées et chaque élève est donc responsable de sa raquette durant la totalité du cycle. 7. RESPECT DAUTRUI Il est exigé en EPS : - Le respect de tout adulte intervenant sur les installations. - Le respect de ses camarades en interdisant toute violence verbale et/ou physique. 8. LE RAMADAN Quelle que soit lactivité, les élèves doivent être présents et participer au cours dEPS. Bien entendu, lenseignant adaptera le niveau dexigence demandé en fonction du créneau horaire, de lactivité pratiquée et de létat de fatigue des élèves. Notion déquité. Note : un document provenant de la mosquée de Paris et spécifique à lenseignement de lEPS est disponible

37 ANNEXE 3 : Le projet Natation Nous avons tous conscience que le «savoir nager» relève aujourdhui dune nécessité culturelle et sociale de 1 er plan. Au collège Michel Bégon, ce savoir fondamental est mis en avant pour les classes de 6 ème. Prolongeant les acquis du niveau primaire, les enseignants dEPS profitent de cet «âge dor de lapprentissage» pour tenter de mener à bien un ambitieux projet déducation corporelle aquatique. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT Profitant dinstallations proches et des moyens accordés par létablissement, les élèves de sixième bénéficient de lenseignement de la natation durant toute lannée scolaire soit près de 35 leçons dune heure effective dans leau, (2 heures y sont consacrées sur les 4). JUSTIFICATION DE LA DÉMARCHE : Où le projet prend appui sur la théorie. Sur le plan institutionnel : (Pour mémoire) Programme de la classe de 6 ème (BO du 18 juillet 1996) : «Des actions de soutien peuvent être envisagées pour les élèves présentant, à leur arrivée au collège, des insuffisances ou des lacunes. Cest particulièrement le cas en natation, compte tenu de limportance que revêt, pour chaque individu, le fait de savoir nager. Tout doit être mis en œuvre pour que cette compétence soit acquise dès la fin de la classe de sixième, période la plus favorable à ce rattrapage.» Bulletin officiel spécial N°6 du 28 août 2008 : Programmes du collège : « Inscrite dans le socle commun, lacquisition du savoir nager-nager est une priorité nationale. » Ce rappel institutionnel valide notre projet et démontre que la formule «3 enseignants pour 2 classes» est une nécessité pédagogique et sécuritaire. En règle générale, le pourcentage délèves ne sachant pas nager (non autonome sur 15 mètres) à chaque rentrée est de 30%. Rappelons que ces élèves forment un groupe ne dépassant pas 12 unités et nécessitent la présence dun enseignant dEPS. … Suite

38 ANNEXE 3 (suite) : Le projet Natation … Natation et «ambition réussite» Pour une grande majorité de nos élèves, laccès au «savoir nager» ne sera pas forcément un préalable à des loisirs aquatiques estivaux (voile, baignade en mer etc). Néanmoins, la présence proche de la piscine «tournesol» leur permettra dévoluer avec aisance et plaisir dans cet environnement. Cet accès à un domaine culturel important, associé au renforcement de lestime de soi nest-il pas finalement laspect central de notre démarche ? Donner le goût à cette pratique physique avec fondamentalement une idée de plaisir à pratiquer, voilà peut-être la garantie dun réinvestissement ultérieur volontaire, lucide et autonome. Dautre part, ne négligeons pas les enjeux dintégration culturelle et sociale à travers la pratique de cette activité. LEXPÉRIMENTATION : Où le projet se concrétise sur le terrain : Nous débutons chaque année scolaire par des tests qualitatifs et quantitatifs et ce, pour un triple objectif : - Former des groupes de nageurs homogènes. - Évaluer de manière formative la progression des élèves au cours de lannée scolaire. - Évaluer le projet lui-même, sa pertinence au regard des moyens accordés et sa validité dune année sur lautre. A ce titre, les tests sont effectués 3 fois dans lannée : septembre – février – juin. Lorsque le niveau dun élève est identifié, la fiche des «thèmes aquatiques» permet de renseigner ce qui doit être enseigné à un niveau de pratique donné. Loin dêtre un carcan, elle assure au contraire une cohérence entre enseignants et pour tous les élèves du niveau 6 ème. Nous veillons à ce que les groupes restent souples et offrent des passerelles afin de conserver la motivation des élèves. Nous avons soulevé lidée de groupes de besoin, indépendamment du niveau des élèves ; ceux-ci peuvent être ponctuellement mis en place à linitiative des enseignants. Enfin, des «brevets de natation» ont vu le jour en 2006 – 2007, avec le but de donner du sens aux apprentissages en finalisant clairement et symboliquement lannée scolaire par la remise dun diplôme reflétant les progrès de lélève.

39 ANNEXE 4 : Le Cross du collège Lobjectif est dassurer une participation massive des élèves en associant tous les personnels de létablissement : collègues des autres disciplines, (aiguilleurs sur le parcours et à larrivée), personnel de direction, (édition des dossards), personnel de vie scolaire, infirmière et agents, (organisation du goûter.) Ainsi, si léquipe EPS est à la base du projet, le cross appartient à toute la communauté éducative et administrative du collège. Lorganisation Chaque année, deux demi-journées sont banalisées afin de faire courir les élèves de 6 ème et de 5 ème. Les courses se déroulent par niveau de classe et par sexe à raison dune course toutes les 40 minutes. Le parcours est réalisé en forêt de Blois, derrière le stade des allées. Les distances sont adaptées au niveau de classe, de 1600 mètres à 2000 mètres. A lissue de chaque course, les 3 premiers garçons et les 3 premières filles sont récompensés. Un classement par classe est également effectué. Au delà du simple aspect «performance», nous recherchons avant tout ladhésion dun maximum délèves et un esprit convivial. A ce titre, un goûter est offert aux élèves en liaison avec le Comité déducation à la santé et à la citoyenneté (C.E.S.C.). Bilan et perspectives Cet événement, relayé par le quotidien régional (La Nouvelle République), est donc loccasion de montrer le dynamisme de nos élèves et la volonté du collège Bégon de mener à bien des projets collectifs, au delà des préjugés qui pèsent parfois sur la Z.U.P. de Blois. A noter quune vidéo du cross ainsi que des photos sont sur le site du collège

40 Articulation des CMS et des APSA COMPETENCES PROPRES GROUPES DACTIVITESActivités 6 ème 5 ème 4 ème 3 ème Niveau visé CMS prioritaire CMS N° 3 et 4 CMS prioritaire CMS N° 3 et 4 CMS prioritaire CMS N° 1 et 2 CMS prioritaire CMS N° 1 et 2 Menus CP 1 Réaliser une performance motrice maximale mesurable à une échéance donnée Les Activités Athlétiques Demi-fond x x xxxx N2 Les activités de natation sportive Natation longuexx x N2 Natation de vitessexx x N2 Nombre de Cycles:320 CP 2 Se déplacer en sadaptant à des environnements variés et incertains Les activités physiques de pleine nature ou en reproduisant les conditions Course dorientationx x ou x N2 Escalade x xxx N2 Nombre de Cycles :111 CP 3 Réaliser une prestation à visée, artistique, esthétique ou acrobatique Les Activités Gymniques Gymnastique sportive xx x N2 Les activités physiques artistiques Dansexx x N2 Nombre de Cycles :121 CP 4 Conduire et maîtriser un affrontement individuel ou collectif Les activités de coopération dopposition : les sports collectifs Basket-ballx x xxxx N2 Rugby x N1 Les activités dopposition duelle : les sports de raquette Badminton x x ou x ou x ou x ou x ou x N2 Tennis de table xN2 Les activités physiques de combat Boxe Française xx x N2 Nombre de cycles :113 BILAN DU NOMBRE DE CYCLES :


Télécharger ppt "Projet pédagogique dEPS Oui ! … mais comment ? Groupe Ressource Académique Académie Orléans Tours Année scolaire 2012-13 BAUCHET Patrice Collège CONDORCET."

Présentations similaires


Annonces Google