La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les émotions. Une émotion = réponse dévaluation suite à une stimulation sensorielle qui se caractérise par une combinaison : de réponses physiologiques.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les émotions. Une émotion = réponse dévaluation suite à une stimulation sensorielle qui se caractérise par une combinaison : de réponses physiologiques."— Transcription de la présentation:

1 Les émotions

2 Une émotion = réponse dévaluation suite à une stimulation sensorielle qui se caractérise par une combinaison : de réponses physiologiques (action des systèmes nerveux central et périphérique) dexpériences subjectives (sentiments ou réponses émotionnelles) dexpressions comportementales (expression du visage, tonalité de la voix,…)

3 * James (1884) et Lange (1885) Les émotions ont une origine corporelle. Théories explicatives des émotions Stimulus émotionnel Réactions viscérales (cœur, respiration…) et comportementales Réponse émotionnelle (peur, colère, joie,…) Ex. : un ours courir pour fuir peur Théorie périphérique des émotions (James-Lange)

4 * Cannon (1927) et Bard (1934) Les émotions = réponse corporelle lente et réponse émotionnelle immédiate, qui généralement précède la réponse corporelle. Stimulus émotionnel Réactions viscérales (cœur, respiration…) et comportementales Réponse émotionnelle (peur, colère, joie,…) Théorie thalamo-hypothalamique des émotions (Cannon-Bard) Selon eux, plusieurs états émotionnels différents correspondraient à des réponses viscérales identiques.

5 Composantes physiologiques : Activation du Système nerveux périphérique sympathique, principalement par lhypothalamus : ° fréquence cardiaque ° respiration dilatation de la pupille… Une structure importante participant à létablissement dune émotion est lamygdale. Elle appartient à un ensemble de structures interconnectées que lon appelle système. Un système impliqué dans les émotions est le système limbique. Exemples de mesure physiologique des émotions = - le rythme cardiaque Electrocardiogramme (ECG) - la conductivité de la peau Réponse électrodermale (RED)

6 Lamygdale est essentielle à notre capacité de ressentir et percevoir certaines émotions. Notamment, cest le cas pour la peur. La suppression de lamygdale ne permet plus de ressentir de la peur ou de reconnaître la peur sur le visage de quelquun (syndrome de Kluver-Bucy). Cependant, il ne faut pas en conclure que lamygdale est pour autant LE centre de la peur. Cest la coopération de lamygdale avec dautres structures qui permet à la peur de se manifester.

7 Lamygdale nous permet de réagir presque instantanément à la présence de danger. Ce qui fait que nous comprenons souvent bien après ce qui nous a effrayé. Les « 2 routes de la peur » TRAITEMENT RAPIDE Cortex TRAITEMENT LENTHippocampeStimulations sensorielles ThalamusAmygdale Réponse émotionnelle Hypothalamus

8 Une stimulation sensorielle active le thalamus, passage obligé de tous les messages captés par les sens. Ensuite, deux voies sont possibles. Cette information est soit transmise directement à lamygdale avec activation du système végétatif pour assurer une réponse rapide, notamment de défense si linformation est menaçante. Sinon, cette information est transféré au cortex cérébral pour une analyse plus complète où elle acquiert une signification. Ceci permet alors de savoir si linformation est réellement menaçante. Dautres structures du système limbique sont liées indirectement à la réponse émotionnelle, cest le cas de lhippocampe. Cest la structure responsable de lacquisition et de la rétention des informations en mémoire. La connexion entre lamygdale et lhippocampe permet demmagasiner les différents aspects de lévénement émotionnel. Ainsi donc, lhippocampe vous permettra de vous souvenir du lieu, des personnes présentes, de lheure… où cest arrivé.

9 Expériences subjectives : = impressions ressenties face à un stimulus émotionnel (être heureux, triste, en colère…) Même si ces sentiments sont ressentis par tout un chacun, lintensité de ces sentiments varie selon les individus. Lalexithymie : cest un trouble psychologique des émotions. Les personnes alexithymiques ne ressentent pas ce qui peut leur arriver de bon ou de mauvais. Exemple dune personne qui avait constaté quelle tremblait et pleurait mais sans savoir pourquoi. En tout cas, elle narrivait plus à faire le lien entre ces réactions et la mauvaise nouvelle que lui avait annoncé son médecin le matin même. Ces sentiments, conscients, sont gérés par le cortex cérébral.

10 Expressions comportementales : Les personnes expriment leurs sentiments de diverses façons par : - expressions faciales - posture - gestes - tonalité de voix… Les expressions faciales ont beaucoup été étudiées. Des électrodes fixées sur le visage, détectant les mouvements musculaires permettent dévaluer lintensité et la nature de lémotion (positive ou négative). Des expressions faciales différentes reflètent des émotions différentes. neutredégoûttristessepeurjoiecolère

11 De plus, des expressions faciales « forcées » suscitent des réponses physiologiquement différentes de celles des expressions faciales « vraies ». Cependant, il apparaît que les émotions réelles et les émotions feintes peuvent être distinguées anatomiquement et physiologiquement. Par exemple, un vrai sourire (sourire sincère) met en jeu les muscles de la bouche et des yeux. Tandis quun sourire feint met en œuvre uniquement les muscles de la bouche. Lexpression faciale est un outil de communication très précis et rapide pour signaler une émotion. On peut détecter un sourire à plus de 30m, ou percevoir le haussement de sourcil de quelquun même si ce petit mouvement ne dure que 1/6 de seconde. Mais cette grande expressivité du visage en fait aussi un outil idéal pour tromper, ce qui rend son analyse plus difficile.

12

13 Expérience (Dimberg, 1982) : Dans cette étude, on observe les réactions émotionnelles suscitées par la perception de différentes émotions sexprimant sur le visage dautrui. On effectue pour cela des mesures à partir de divers indices physiologiques et comportementaux. On présente à des personnes une série dimages de visages joyeux ou en colère. En réponse à ces images, on enregistre leur rythme cardiaque et leur réponse électrodermale, ainsi que leur activité musculaire faciale mais sans leur signifier que cest une mesure directe de leurs expressions faciales. Les sujets ont pour consigne de simplement regarder les images qui sont présentées pendant 8 sec chacune. Au niveau du visage, des électrodes EMG ont été placées au niveau de 2 muscles participant à lexpression de la joie (le muscle zygomatique pour le sourire) et de la colère (le muscle corrugateur pour le haussement des sourcils).

14 Figure 1 : Changements dactivité EMG en µV pour chaque muscle face à des visages joyeux et en colère Figure 2 : Activité cardiaque moyenne (HR) en bpm (battements par minute) face à des visages joyeux et en colère

15 Figure 3 : Valeurs de conductivité de la peau (SCR) face à des visages joyeux et en colère

16 Au niveau de la figure 1, on observe que les visages joyeux provoquent de grands changements au niveau du muscle zygomatique. Les visages en colère eux provoquent des modifications au niveau du muscle corrugateur. Les 2 types de visages suscitent des patterns différents au niveau de lactivité EMG faciale. EMG facial permet de faire la distinction entre une émotion positive (joie) et une émotion négative (colère). Lorsque lon est exposé à un visage joyeux, on répond par une expression joyeuse, et inversement lorsque lon voit un visage en colère, on exprime en retour de la colère. La figure 2 nous montre quil ny a pas de différence du rythme cardiaque lorsque lon regarde des visages joyeux et en colère. Au fur et à mesure que le temps de présentation des visages ségrène, la fréquence du rythme cardiaque diminue. De façon similaire, la figure 3 montre quil ny a pas de différence de conductivité de la peau entre les visages joyeux et en colère, avec également une diminution de cette conductivité au fur et à mesure que les visages sont présentés.

17 La mesure du rythme cardiaque ou celle de la conductivité de la peau nous permet de savoir si la personne à détecter une émotion, mais on ne peut faire la distinction entre le caractère positif ou négatif de lémotion. Le rythme cardiaque chute sans doute par habituation rapide, puisquelle seffectue en quelques secondes. La conductivité chute, elle, de façon plus lente. Lenregistrement de lEMG facial se révèle donc être une bonne méthode pour caractériser une émotion mais aussi pour déterminer la nature positive ou négative de celle-ci. Ces résultats montrent que nous présentons des réactions socialement adaptées lorsque nous interagissons avec autrui.

18 Illustration de linfluence dun stress sur les performances mnésiques = hausse du niveau de vigilance Le stress = émotion intense = capacité dune personne à sadapter aux exigences auxquelles elle doit faire face. Expérience chez lhomme : (Frankenhaeuser, 1979) Taux de substance (adrénaline) examen Avant examen Après examen Nombre de jours Cette capacité est corrélée à laugmentation de la sécrétion de substances dans lorganisme permettant dexercer un comportement adéquat pour faire face aux exigences.

19 Des expériences montrent que le stress influence nos performances lors dune tâche de mémorisation de mots. Expérience chez lhomme : (Wolf, 2001) On donne aux personnes une liste de 25 mots à apprendre. Puis quelques instant plus tard, on leur demande de rappeler le maximum de mots. 2 groupes de personnes : - un groupe non stressé - un groupe stressé par des questions et un test de calcul mental devant un public. On mesure le taux dune substance liée au stress pur vérifier si elles sont bien stressées.

20 Nombre de mots rappelés stressésNon stressés 5 à 7 mots 10 à 15 mots Le nombre de mots rappelés par la personne est moins important lorsquelle est stressée que lorsquelle ne lest pas. Un stress excessif entraîne des problèmes dattention, de concentration, des trous de mémoire.

21 Latéralisation des émotions Il est bien établi que, chez lhomme, les 2 hémisphère cérébraux jouent des rôles différents dans les processus cognitifs. Des chercheurs ont alors étudié la possibilité que des différences hémisphériques existent également dans les mécanismes de lémotion. Certaines recherches se sont focalisées sur le rôle de lhémisphère droit dans la perception des émotions, dautres sur la latéralisation de leurs expressions. Des études ont été menées sur des patients ayant des lésions ou maladies limitées à un seul hémisphère. La tonalité affective semble différente entre les des deux côtés. Starkstein et Robinson (1985) ont observé, chez des patients ayant fait un accident vasculaire, que si la lésion est localisée dans lhémisphère gauche, les malades présentent des symptômes dépressifs très fréquents. Plus la lésion est proche du lobe frontal, plus la dépression est forte.

22 A linverse, les individus dont lhémisphère droit altéré, sont apathiques et de bonne humeur sans motif particulier. Localisation de la lésionSyndrome Hémisphère droit Lobe frontal gauche bilatérale indifférence Dépression sévère Rires et pleurs pathologiques

23 Une étude a comparé les fréquences de réaction de catastrophe et dindifférence chez 150 patients possédant des lésions cérébrales unilatérales Patientslésion droitelésion gauche Réaction de catastrophe 10 % 62 % Réaction dindifférence 38 % 11 % Une personne qui présente une réaction de catastrophe exprime de la culpabilité, de lindignité, du souci pour lavenir. En résumé, les 2 côtés du cerveau ne semblent pas être concernés par les mêmes états émotionnels. Cependant, il faut prendre des précautions face à cette interprétation. Lorsquune lésion cérébrale apparaît, des remaniements peuvent sopérer entre les différentes structures restantes pour assurer une partie des fonctions perdues. Expression des émotions

24 Imaginons que des structures présentes dans lhémisphère droit exercent une action inhibitrice sur lactivité de structures dans lhémisphère gauche. La destruction des structures de lhémisphère droit peut alors provoquer des réactions émotionnelles qui ne sexercent pas normalement, simplement suite à la suppression de cette inhibition. Des observations sont en faveur de ceci. Une première étude chez des patients atteints dune pathologie du rire ont montré 3 fois plus de chance davoir une lésion du côté droit. Une pathologie du rire se définit comme des épisodes de rire soudain et incontrôlable. Ces symptômes sont fréquemment les premiers signes de lapparition dune lésion. Une seconde observation a été réalisée chez des patients épileptiques qui présentent des crises accompagnées dépisodes de rire incontrôlable. De même, certaines relations entre les structures ne sont plus présentes provoquant des changements dans leur fonctionnement.

25 Ces résultats apparaissent conflictuels et pourtant ils sont tout à fait cohérents. Les données suggèrent que des éclats de rire incontrôlables pourraient être dus à une excitation du cerveau gauche (comme dans lépilepsie) ou à une désinhibition (comme dans le cas dune lésion à droite). Si une lésion est présente, linhibition mutuelle entre les hémisphères est interrompue. Lhémisphère non lésé est alors désinhibé. il y a 2 fois plus de chance que le foyer épileptique soit présent dans lhémisphère gauche plutôt que dans lhémisphère droit. Rem : Les crises dépilepsie sont associées à une hyperexcitabilité des régions du foyer épileptique, à lorigine des crises.

26 Expérience (Kucharska-pietura et collaborateurs, 2003) : Cette étude réalise une comparaison des performances de reconnaissance des émotions chez des : - patients cérébro-lésés dans lhémisphère droit (RHD) - patients cérébro-lésés dans lhémisphère gauche (LHD) - sujets témoins sans lésion cérébrale. On présente aux personnes des photographies de visages représentant une émotion spécifique. Pour chaque photo, la personne doit identifier lémotion quelle représente. Ensuite, on fait écouter à ces personnes des phrases neutres lues par lexpérimentateur avec une intonation de voix représentant une émotion précise. On demande de la même façon de reconnaître lémotion de chaque phrase. Perception des émotions

27 Résultat 1 (expression des visages) * = différence significative entre les résultats des patients lésés et ceux des sujets témoins + = différence significative entre les résultats des patients lésés Droit et ceux des patients lésés Gauche

28 Résultat 2 (tonalité de la voix) * = différence significative entre les résultats des patients lésés et ceux des sujets témoins + = différence significative entre les résultats des patients lésés Droit et ceux des patients lésés Gauche

29 Résultat 1 (expression des visages) Les patients lésés à droite font moins de réponses correctes que les patients lésés à gauche et que les sujets témoins, quelle que soit le type démotion. Une lésion dans lhémisphère droit perturbe le traitement de toutes les émotions exprimées à travers des expressions faciales. De plus, on note que les patients lésés à gauche font moins de réponses correctes que les sujets témoins mais uniquement lorsque le visage exprime de la peur. Ceci suggère une participation de lhémisphère gauche dans le traitement des émotions négatives telle que la peur, qui est une émotion négative très forte. Hémisphère droit serait important pour traiter toutes émotions

30 Résultat 2 (tonalité de la voix) Les patients lésés à droite font moins de réponses correctes - que les patients lésés à gauche en ce qui concerne surtout les émotions négatives (tristesse, peur, dégoût) - que les sujets témoins. Les patients lésés à gauche ont moins de réponses correctes que les sujets témoins, quel que soit le type démotion présenté. Une lésion dans lhémisphère droit perturbe donc le traitement des émotions négatives lorsquelles sont représentées par la voix. Hémisphère droit = émotions négatives Hémisphère gauche = toutes émotions

31 La capacité à reconnaître les expressions faciales semble globalement intacte chez les patients qui ont une lésion à gauche par rapport aux patients qui ont une lésion à droite. En revanche, la capacité à reconnaître les intonations dans les phrases est perturbée chez les patients avec lésion à droite comme à gauche, avec une plus grande perte de capacité pour les patients lésés à droite. Ceci sexplique par des résultats déjà obtenu concernant la participation des 2 hémisphères dans le traitement des phrases parlées, et donc ces résultats pourraient être entièrement indépendant du traitement du caractère émotionnel. De même, dautres études révèlent le rôle important de lhémisphère droit dans la traitement des stimuli imagés, ce qui pourrait donc être corrélé avec les problèmes rencontrés par les patients qui ont une lésion du côté droit dans la reconnaissance des expressions émotionnelles par les visages.


Télécharger ppt "Les émotions. Une émotion = réponse dévaluation suite à une stimulation sensorielle qui se caractérise par une combinaison : de réponses physiologiques."

Présentations similaires


Annonces Google