La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES MÉMOIRES, LECTURE HISTORIQUE LHISTORIEN ET LES MÉMOIRES DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES MÉMOIRES, LECTURE HISTORIQUE LHISTORIEN ET LES MÉMOIRES DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE."— Transcription de la présentation:

1 LES MÉMOIRES, LECTURE HISTORIQUE LHISTORIEN ET LES MÉMOIRES DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE

2 Discours du général de Gaulle lors de la libération de Paris, 25 août 1944 : Discours du général de Gaulle lors de la libération de Paris, 25 août 1944 : Comment analyse-t-il la libération de Paris ? Comment analyse-t-il la libération de Paris ? Quels acteurs met-il en avant ? Quels acteurs met-il en avant ? Cela correspond-il à la réalité de la France de ? Cela correspond-il à la réalité de la France de ? Quels problèmes la perception et la compréhension de cet événement peuvent-elles poser ? Quels problèmes la perception et la compréhension de cet événement peuvent-elles poser ? 1944, Libération de la France = opposition entre le discours de DG et la situation du pays 1944, Libération de la France = opposition entre le discours de DG et la situation du pays À la base, traumatisme fondamental de 1940 : quelle vision ? À la base, traumatisme fondamental de 1940 : quelle vision ? Question de la mémoire : forcément subjective et liée à un groupe, à des acteurs Question de la mémoire : forcément subjective et liée à un groupe, à des acteurs But de l'histoire : aller vers lobjectivité. La mémoire = source, très complexe But de l'histoire : aller vers lobjectivité. La mémoire = source, très complexe

3 Problématique Base de la réflexion : face à un événement traumatisant, quelles façons de faire face ? Base de la réflexion : face à un événement traumatisant, quelles façons de faire face ? Comment et par qui les mémoires ont-elles été forgées ? Quelles visions de la guerre en sont ressorties ? Comment et par qui les mémoires ont-elles été forgées ? Quelles visions de la guerre en sont ressorties ? Comment et dans quelles conditions les historiens en ont-ils fait des objets dhistoire ? Comment et dans quelles conditions les historiens en ont-ils fait des objets dhistoire ?

4 I : lhistoire soumise aux enjeux de mémoire ? Temps dominé par les acteurs, encore présents. Favorable à lhistorien ? Temps dominé par les acteurs, encore présents. Favorable à lhistorien ? A-Les mémoires héroïques : le résistancialisme A-Les mémoires héroïques : le résistancialisme Sortie de guerre : domination des groupes de la Résistance : Sortie de guerre : domination des groupes de la Résistance : Groupes majeurs : gaullistes et communistes, en concurrence Groupes majeurs : gaullistes et communistes, en concurrence Premier groupe : les communistes Premier groupe : les communistes

5 Lexaltation de la mémoire communiste Idée de sacrifice pour la liberté Doc 3 p 59 : glorification de la mémoire communiste parti des fusillés ( en réalité), écho aux 20 M de morts de l'URSS Mise en place d'un panthéon des martyrs : Gabriel Péri, J.-P. Timbaud, Guy Môquet, colonel Fabien Autre but = effacer des épisodes moins glorieux : pacte germano- soviétique

6 Autre groupe majeur, les gaullistes Autre groupe majeur, les gaullistes Figure de DG : en retrait politique dans les années 50 Figure de DG : en retrait politique dans les années , DG au pouvoir. Mise en place dun discours officiel :légitimer le régime + rassembler autour de DG 1958, DG au pouvoir. Mise en place dun discours officiel :légitimer le régime + rassembler autour de DG France massivement résistante + réduction du rôle des Alliés France massivement résistante + réduction du rôle des Alliés Construction de cette mémoire officielle : Construction de cette mémoire officielle : Date fondatrice : 18 juin 1940 Date fondatrice : 18 juin 1940 Lieu de mémoire : le mont Valérien Lieu de mémoire : le mont Valérien Résistance = un bloc (pas didéologies) Résistance = un bloc (pas didéologies) Vichy = parenthèse nulle et non avenue : la vraie France était à Londres Vichy = parenthèse nulle et non avenue : la vraie France était à Londres Symboles : Symboles : Cérémonies du 20 e anniversaire du débarquement en 1964 Cérémonies du 20 e anniversaire du débarquement en 1964 Création du Concours national de la Résistance Création du Concours national de la Résistance Moment : transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon Moment : transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon

7 B- des mémoires sélectives : oubli et déformation Quelles réactions chez les autres groupes politiques ? Quelles réactions chez les autres groupes politiques ? Extrême-droite : défense de Pétain Extrême-droite : défense de Pétain Droite modérée : volonté doubli pour assurer lunion Droite modérée : volonté doubli pour assurer lunion En même temps, autres mémoires mises de côté En même temps, autres mémoires mises de côté Mémoires du génocide : Mémoires du génocide : Doc 1 p 56 : quelle vision de la Shoah le témoignage de Simone Veil montre-t-il ? Doc 1 p 56 : quelle vision de la Shoah le témoignage de Simone Veil montre-t-il ? Société pas prête à entendre la spécificité du génocide (idem pour les Tziganes) Société pas prête à entendre la spécificité du génocide (idem pour les Tziganes) Mémoires refoulées : Mémoires refoulées : Soldats de 1940 Soldats de 1940 Requis du travail et « malgré-nous » Requis du travail et « malgré-nous » Refoulement de ce qui traumatise, rappelle la défaite = volonté dunion avant tout. Quelle histoire ? Refoulement de ce qui traumatise, rappelle la défaite = volonté dunion avant tout. Quelle histoire ?

8 C- Quelles histoires face à ces mémoires ? Doc 5 p 59 : Doc 5 p 59 : à partir de ce document et du cours, expliquez comment Robert Aron montre que l'histoire est soumise dans les années aux enjeux de mémoire et aux exigences de la société d'après-guerre. Vision de Aron : Volonté de réconciliation nationale Idée que Pétain navait pas le choix = forme de réhabilitation Problème de sources + influence des acteurs Occulter les divisions = symbolisé par la personnalité dAron Histoire soumise aux enjeux et aux groupes dominants = nouvelle époque à la fin des années 60

9 Après-guerre : moment d'une mémoire fraîche et douloureuse. Après-guerre : moment d'une mémoire fraîche et douloureuse. Présence des acteurs du conflit, mais pas forcément bon pour la connaissance de la période Présence des acteurs du conflit, mais pas forcément bon pour la connaissance de la période De plus, plusieurs mémoires occultées : déportés, prisonniers De plus, plusieurs mémoires occultées : déportés, prisonniers Domination des groupes de la résistance : mémoire au service de la réunion autour d'un homme et de son régime : « La Résistance c'est DG, DG c'est la France, donc la Résistance c'est la France » (A. Malraux) Domination des groupes de la résistance : mémoire au service de la réunion autour d'un homme et de son régime : « La Résistance c'est DG, DG c'est la France, donc la Résistance c'est la France » (A. Malraux) Fin du gaullisme = nouvelle époque Fin du gaullisme = nouvelle époque

10 II- du mythe à la réalité, des mémoires à lhistoire Changements dépoque : Changements dépoque : Mai 68 Mai : départ puis mort du général de Gaulle : départ puis mort du général de Gaulle Début du déclin du parti communiste Début du déclin du parti communiste Mise en avant de la mémoire du génocide des juifs Mise en avant de la mémoire du génocide des juifs A-Les années 1970 : dun extrême à lautre A-Les années 1970 : dun extrême à lautre Double tournant en 1971 : Double tournant en 1971 : Grâce de P. Touvier, ancien milicien condamné à mort mais en fuite, par le président Pompidou : «Le moment n'est-il pas venu d'oublier ces temps où les Français ne s'aimaient pas ?» Grâce de P. Touvier, ancien milicien condamné à mort mais en fuite, par le président Pompidou : «Le moment n'est-il pas venu d'oublier ces temps où les Français ne s'aimaient pas ?» Sortie du film Le Chagrin et la Pitié Sortie du film Le Chagrin et la Pitié Le Chagrin et la Pitié Le Chagrin et la Pitié

11 Conséquences : développement de polémiques sur la période : Conséquences : développement de polémiques sur la période : Refus de lORTF (radio-télévision française) de diffuser le film jusquen 1981 Refus de lORTF (radio-télévision française) de diffuser le film jusquen 1981 Image dune France divisée, dun peuple « ni noir ni blanc, mais noir et blanc » (C. Andrieu, historienne) Image dune France divisée, dun peuple « ni noir ni blanc, mais noir et blanc » (C. Andrieu, historienne) Prise de conscience de la réalité de la collaboration, des divisions entre Français, même après la guerre Prise de conscience de la réalité de la collaboration, des divisions entre Français, même après la guerre Nouvelle étape : 1973 Nouvelle étape : 1973 Plainte contre P. Touvier pour crime contre lhumanité Plainte contre P. Touvier pour crime contre lhumanité Sortie de La France de Vichy, de lhistorien américain Robert Paxton : doc 6 p 60 Sortie de La France de Vichy, de lhistorien américain Robert Paxton : doc 6 p 60

12 Quels effets ? Quels effets ? Mythe de la France résistante mis à mal par la recherche = meilleur accès aux archives Mythe de la France résistante mis à mal par la recherche = meilleur accès aux archives Présence moindre des acteurs Présence moindre des acteurs Crise = changement de la vision des élites par la population Crise = changement de la vision des élites par la population Résultat : besoin de mieux connaître la période Résultat : besoin de mieux connaître la période Fonctionnement de Vichy + collaboration Fonctionnement de Vichy + collaboration Mise en avant des autres groupes : les déportés + spécificité de la Shoah Mise en avant des autres groupes : les déportés + spécificité de la Shoah Regard + critique sur lÉtat français, enquêtes Regard + critique sur lÉtat français, enquêtes De plus, dev de discours négationnistes = besoin danalyses historiques De plus, dev de discours négationnistes = besoin danalyses historiques Progrès de lhistoire, mais polémiques (politiques) + vision brouillée Progrès de lhistoire, mais polémiques (politiques) + vision brouillée

13 B- Les années : « Vichy, un passé qui ne passe pas » (H. Rousso) ? 1981 : élection de F. Mitterrand – double image 1981 : élection de F. Mitterrand – double image Progrès : Progrès : Progrès dans la recherche et lenseignement Progrès dans la recherche et lenseignement Progrès mémoriels Progrès mémoriels Traque et arrestations de criminels : Klaus Barbie, Paul Touvier, Maurice Papon Traque et arrestations de criminels : Klaus Barbie, Paul Touvier, Maurice Papon Création de musées + mémoriaux Création de musées + mémoriaux Vision + internationale = le 6 juin Vision + internationale = le 6 juin Possibilité dune histoire enrichie + mémoire apaisée. Mais lourds problèmes Possibilité dune histoire enrichie + mémoire apaisée. Mais lourds problèmes

14 Symbole= la personnalité de F. Mitterrand Symbole= la personnalité de F. Mitterrand Au début, soutient le maréchal Pétain Au début, soutient le maréchal Pétain Mais rejette la collaboration et lantisémitisme : bascule en Mais rejette la collaboration et lantisémitisme : bascule en Devient un vrai résistant = vichysso-résistants (Azéma) Devient un vrai résistant = vichysso-résistants (Azéma) Itinéraire classique, mais largement dissimulé et qui ressort dans les années 1980 = polémiques sur le rôle des élites. Itinéraire classique, mais largement dissimulé et qui ressort dans les années 1980 = polémiques sur le rôle des élites. Exemple = commémoration de la rafle du Vel dHiv en 1992 Exemple = commémoration de la rafle du Vel dHiv en 1992 Désacralisation de limage de la résistance Désacralisation de limage de la résistance Montée de lextrême-droite : discours négationnistes ou défendant la mémoire de Vichy Montée de lextrême-droite : discours négationnistes ou défendant la mémoire de Vichy Fin années 80 : vision + précise, mais plus difficile à saisir.Fin années 80 : vision + précise, mais plus difficile à saisir.

15 C- depuis 20 ans, lhistorien face au « devoir de mémoire »

16 Conclusion Rapports complexes entre mémoire et histoire, très lié à la demande sociale Rapports complexes entre mémoire et histoire, très lié à la demande sociale Passage du refoulement à la polémique, puis au désir de reconnaissance Passage du refoulement à la polémique, puis au désir de reconnaissance Avec les progrès de la recherche, multiplication des mémoires Avec les progrès de la recherche, multiplication des mémoires Place de lhistorien : ni juge, ni arbitre Place de lhistorien : ni juge, ni arbitre

17 Le film est divisé en deux parties : L'Effondrement, qui décrit l'invasion et la chute de la société française Le Choix, qui analyse les différentes attitudes des Français face à l'occupant Le film s'attache, par des documents d'archive et des témoignages, à reconstituer la vie quotidienne et ses difficultés Le but est d'éclairer un pan peu connu de l'histoire de l'occupation Longue chronique (4 heures) de la vie dans la ville de Clermont-Ferrand pendant l'Occupation sous tous ses aspects.

18

19

20 Film réalisé en 2006 par Rachid Bouchareb, réalisateur franco- algérien. Il rassemble les acteurs français originaires du Maghreb les plus connus du moment, et a bénéficié du soutien important de la monarchie marocaine. Le but est de révéler un aspect peu connu de la Seconde Guerre mondiale : la participation des troupes africaines à la Libération de l'Italie et de la France en , mais aussi de révéler l'injustice qui frappe les anciens combattants africains. Le film est accompagné d'une forte campagne en ce sens.


Télécharger ppt "LES MÉMOIRES, LECTURE HISTORIQUE LHISTORIEN ET LES MÉMOIRES DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE."

Présentations similaires


Annonces Google