La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ø L A PLANTE ET SON IMPACT R RECHERCHE & DÉVELOPPEMENT (1994-2005) L LE PLAN DACTION COLLECTIF PROVINCIAL (2006-2010) PÉRIODE DE QUESTIONS.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ø L A PLANTE ET SON IMPACT R RECHERCHE & DÉVELOPPEMENT (1994-2005) L LE PLAN DACTION COLLECTIF PROVINCIAL (2006-2010) PÉRIODE DE QUESTIONS."— Transcription de la présentation:

1

2

3 ø L A PLANTE ET SON IMPACT R RECHERCHE & DÉVELOPPEMENT ( ) L LE PLAN DACTION COLLECTIF PROVINCIAL ( ) PÉRIODE DE QUESTIONS

4 ø L A PLANTE ET SON IMPACT

5 Zones du Québec potentiellement infestées

6 Problématiques õ Les techniques qui s'avèrent les plus efficaces et politiquement écologiques tout en étant viables économiquement jusqu'à présent écologiques tout en étant viables économiquement jusqu'à présent consistent à faucher ou extraire manuellement les plants avant consistent à faucher ou extraire manuellement les plants avant que le pollen apparaisse. que le pollen apparaisse. Ces techniques, faute d'efficacité doivent être répétées toutes Ces techniques, faute d'efficacité doivent être répétées toutes les saisons et cest ici que débute un cercle vicieux. les saisons et cest ici que débute un cercle vicieux. Une des problématiques est que les terrains accidentés ne peuvent Une des problématiques est que les terrains accidentés ne peuvent être fauchés convenablement. Les nombreux obstacles le long des être fauchés convenablement. Les nombreux obstacles le long des routes infestées empêchent également un fauchage efficace. routes infestées empêchent également un fauchage efficace. De plus au fil des saisons, l'herbe à poux a maintenant tendance à De plus au fil des saisons, l'herbe à poux a maintenant tendance à pousser à l'horizontale plutôt qu'à la verticale pour éviter d'être pousser à l'horizontale plutôt qu'à la verticale pour éviter d'être fauchée. fauchée.

7 Donc si le plant nest pas supprimé avant qu'il ne produise Donc si le plant nest pas supprimé avant qu'il ne produise ses fleurs, celui-ci par pollinisation fera éventuellement germer ses fleurs, celui-ci par pollinisation fera éventuellement germer de nouveaux plants. de nouveaux plants. Par le fait, le réservoir de graines dans le sol ne cesse Par le fait, le réservoir de graines dans le sol ne cesse daugmenter, car la majorité des plants peuvent compléter leur daugmenter, car la majorité des plants peuvent compléter leur cycle de vie et laisser tomber des milliers de nouvelles graines. cycle de vie et laisser tomber des milliers de nouvelles graines. Après des dizaines dannées de contrôles mécaniques nous pouvons en venir à la conclusion que le fauchage noffre pas un contrôle efficace de lherbe à poux. Faute de contrôle efficace, cette plante a su simposer au fil des années et domine maintenant outrageusement les abords routiers de presque la totalité de lAmérique du nord. Face à ces problématiques, le développement d'alternatives Face à ces problématiques, le développement d'alternatives plus efficaces devient donc une priorité. plus efficaces devient donc une priorité. Problématiques

8 ¢ La petite Herbe à poux contribue pour plus du tiers de la quantité totale des pollens allergènes présents dans quantité totale des pollens allergènes présents dans lenvironnement. lenvironnement. (Comptois et Gagnon 1990) Un grand nombre de personnes, plus de de la population du Un grand nombre de personnes, plus de 10% de la population du Québec, soit Québécois, de Canadiennes Québec, soit Québécois, 2,3 millions de Canadiennes et de Canadiens ainsi que plus de, et de Canadiens ainsi que plus de 10 millions d'Américains, souffrent d'allergies saisonnières du mois de juillet au mois souffrent d'allergies saisonnières du mois de juillet au mois doctobre. doctobre. (Toupin 1992) La production très abondante de pollen dAmbrosia et les allergènes actifs qui le composent (antigènes E et K) font en allergènes actifs qui le composent (antigènes E et K) font en sorte quil provoque des réactions allergiques. sorte quil provoque des réactions allergiques. Le Pollen

9 Lindice pollinique: La mesure de la concentration de pollen dans lair, lindice pollinique, se fait à partir de capteurs de pollen. Différentes méthodologies sont employées pour effectuer le décompte des grains de pollens. Des capteurs de pollens sont notamment situés à Montréal et à Québec et les résultats du décompte sont diffusés auprès de la population à titre dinformation préventive. LIndice Pollinique-

10 Capteur de pollen du Laboratoire dAérobiologie

11 Les réactions causées par ces allergies sont responsables de : de jours dactivités restreintes de jours dactivités restreintes. Ò jours de repos au lit. Ò jours de repos au lit. jours d'absences au niveau scolaire ou professionnel jours d'absences au niveau scolaire ou professionnel. Selon le Service de lEnvironnement de la CUM : Plus de personnes de la Communauté Urbaine de Plus de personnes de la Communauté Urbaine de Montréal sont affectées par l'herbe à poux. (1998) Montréal sont affectées par l'herbe à poux. (1998) Impact Social

12 Impacts socio-économiques % de la population Québécoise souffre dallergies 89 % des Rhinites allergiques sont causées par le POLLEN 12,47 % des jeunes âgés entre 12 et 19 ans souffrent dallergies respiratoires ACHATS ANTIHISTAMINIQUES Au Québec Fièvre des foins (août à octobre) 80 millions $ ASTHME ALLERGIQUE Coût annuel dhospitalisation au Québec 77 MILLIONS $

13 L asthme au Québec : 831 décès annuels consultations en cabinet privé et clinique externe visites à l urgence journées d hospitalisation L asthme est responsable de quart des absences scolaires Entre 5 et 10 % de la population en souffre Impacts socio-économiques

14 RECHERCHE & DÉVELOPPEMENT ÉVALUATION POTENTIELLE DU PRODUIT ÉVALUATION ET VALIDATION DE LA TECHNOLOGIE DAPPLICATION VALIDATION DES BREVETS (PRODUIT ET TECHNOLOGIE) PROCÉDURE DHOMOLOGATION FÉDÉRALE PRODUIT & TECHNOLOGIE VAPORISATIONS EXPÉRIMENTALES

15 Dr Alan Watson, Professeur Université McGill - Rapports de recherches Dr A. Di Tommasso, Professeur U. Cornell, N.Y. - Rapports de recherches Dr. Alain Meilleur, Professeur U de M - Rapport de recherche M. Mario St –Georges, Biologiste M.Sc., G.R.E.B.E. Inc. - Aérobiologie M. J - P Beaumont, Biologiste, MTQ – Rapport de recherche M. Malcolm Stewart, Consultant Homologation Fédérale M. Aaron Spreng, Consultant Recherches & Références RECHERCHE & DÉVELOPPEMENT ( )

16 VAPORISATIONS EXPÉRIMENTALES 2004 & 2005 VAPORISATIONS EXPÉRIMENTALES 2004 & 2005

17 VAPORISATIONS EXPÉRIMENTALES OBJECTIFS: 1.Choisir la meilleure technologie dapplication pour chaque type dinfestation tout en conservant lefficacité et la sélectivité de notre produit. 2.Compiler différentes statistiques relatives au rendement temporel des opérations de vaporisations. 3.Mesurer la viabilité économique des opérations pour les gestionnaires des zones infestées. 4.Développer une logistique dopération adaptée aux besoins des intervenants. 5.Établir un plan daction viable afin deffectuer dès la saison prochaine, une vaporisation à léchelle Provinciale qui servira de modèle à notre entreprise à léchelle Mondiale.

18 - Ministère des Transports du Québec Ministère des Transports du Québec : M. Gilles Milette Hydro Québec : Hydro Québec : M. François Gauthier Boisbriand : Boisbriand : M. Robert Langlois Gatineau : Gatineau : M. Frédéric Tremblay Longueuil Arrondissement Brossard : Longueuil Arrondissement Brossard : Mme. Thérèse Malo Montréal : Montréal : M. Jean-Jacques Lincourt / M. Serge Valiquette Québec : Québec : M. René Pronovost Repentigny : Repentigny : Mme. Marjolaine Auger Sorel / Tracy : Sorel / Tracy : M. François Poitier Terrebonne Terrebonne : M. Jacques Beauchamp N o s p a r t e n a i r e s

19

20 Aucun effet sur les graminées

21 Efficace & Sélectif

22 Avant / Après, île DOrléans, MTQ

23 Avant 3 heures après

24 EFFICACITÉ & SÉLECTIVITÉ 2004 Bilan dobservation complété par nos partenaires Municipaux. La compilation des fiches d'observation démontre hors de tout doute que les différentes techniques d'application utilisées ont très bien fonctionnée malgré une intervention tardive et un degré d'infestation élevé. L'efficacité du produit est proportionnel à la qualité et à l'uniformité de la vaporisation. Si le produit est appliqué selon le mode d'emploi au bon moment, les résultats sont parfaits. La sélectivité du produit en général a été à l'image des résultats dans le passé. Peu de végétaux sont affectés par les applications, et la plupart d'entre eux sont considérés comme des mauvaises herbes.

25 VAPORISATIONS EXPÉRIMENTALES 2005 AÉROBIOLOGIE SÉLECTIVITÉ TECHNOLOGIES DAPPLICATION

26 AVEC LA COLLABORATION DE Dr. Alain Meilleur Professeur à lUniversité de Montréal Spécialiste en gestion de la végétation

27 VAPORISATIONS EXPÉRIMENTALES 2005 Volet Sélectivité Ce volet expérimental proposé par Santé Canada et lAgence de Réglementation de Lutte Antiparasitaire (ARLA) est requis pour obtenir lhomologation dun nouveau produit écologique à venir, pour le contrôle des végétaux indésirables à feuilles larges comme lherbe à puce et le pissenlit. Le protocole de recherche établi par lARLA (Santé Canada) consiste à vérifier la sélectivité de nos produits sur différentes espèces de graminées.

28 AVEC LA COLLABORATION M. Mario St – Georges Biologiste M.Sc. G.E.R.B.E. Inc. AÉROBIOLOGIE

29 VAPORISATIONS EXPÉRIMENTALES 2005 VOLET AÉROBIOLOGIE Le volet expérimental daérobiologie mis en place par HerbaNatur Inc. pour la saison 2005 consiste à prélever des échantillonnages à partir de 6 capteurs de pollen et de mesurer le taux de pollen produit par lAmbrosia sur différents sites traités à laide de notre herbicide écologique comparativement à des sites voisins non-traités. Cet exercice a été répété sur 4 sites régionaux différents et un rapport sera produit avec les différentes données qui auront été récoltées au cours des mois de juillet, août, septembre et octobre 2005.

30 STATIONS DAÉROBIOLOGIE 2005

31 TECHNOLOGIES DAPPLICATION EN COLLABORATION AVEC Le Ministère des Transports du Québec ET 16 partenaires Municipaux

32 Boisbriand Boisbriand Châteauguay Châteauguay Lévis Lévis Longueuil Arrondissement Brossard Longueuil Arrondissement Brossard Longueuil Arrondissement St-Hubert Longueuil Arrondissement St-Hubert Longueuil Arrondissement St-Lambert Longueuil Arrondissement St-Lambert Ministère des Transports du Québec Ministère des Transports du Québec Montréal Montréal Otterburn Park Otterburn Park PortNeuf PortNeuf Québec Québec Repentigny Repentigny Rosemère Rosemère Terrebonne Terrebonne Trois – Rivières Trois – Rivières Victoriaville Victoriaville N o s p a r t e n a i r e s

33 Technologies dapplication 2005 : Sept types de technologies d'application ont été utilisés : 1. Jets Manuels (fusil pression longue portée) 2. Jets Manuels (applicateur de jardin de type Lesco) 3. Jet latéral fixe 4. Rampe de pulvérisation latérale ajustable 5. Double jets obliques 6. Triple jets latéraux à portée restreinte (prototype) 7. Rampe de pulvérisation hydraulique (MTQ)

34 Avant / Après (conférence de presse, Ville de Lévis, 2005)

35 BILAN DES OPÉRATIONS EXPÉRIMENTALES 2005 Contrôle et suppression écologique de l'Ambrosia Les opérations de dépistages et de vaporisations sur le territoire de nos seize partenaires Municipaux participants se sont généralement bien déroulées. Nous avons acquis, grâce à votre participation, énormément d'expérience et de savoir - faire au cours de ces opérations expérimentales. Plus de 5,000 kilomètres linéaires ont été inspectés, et en grande partie, contrôlés avec succès. Plusieurs situations survenues au cours de nos essais sur le terrain, en contexte avec la performance et la qualité de nos opérations, nous ont permis d'ajuster sur - Ie - champ, certaines lacunes qui avaient été observées. Nous avons supprimé quantitativement plus d'herbe à poux au cours de la saison 2005 que toutes les interventions de contrôles effectuées dans les différentes municipalités au cours des dix dernières années réunies.

36 ÉVALUATIONS DES VAPORISATIONS EXPÉRIMENTALES 2005 Partenaires Repérage des plants Déroulement des vaporisations Sous traitant Efficacité du produit Sélectivité du produit Contrôle de la qualité Opération globale LÉVIS ROSEMÈRE BROSSARD TERREBONNE QUÉBEC CHÂTEAUGUAY PORTNEUF10 9 OTTERBURN PARK TROIS-RIVIÈRES MTQ MOYENNE

37

38 Conclusion Nous pouvons dorénavant compter sur une technologie à l'image de notre produit. Il est possible dès la saison prochaine d'accomplir ce que l'on a désespérément tenté d'accomplir au cours des 20 dernières années. En combinant notre technologie au programme de gestion intégrée et durable des dépendances vertes déjà établie par la majorité des intervenants, la suppression de l'Ambrosia à l'échelle Provinciale et Nationale est dorénavant possible tout en respectant notre environnement.

39 22 Décembre 2005 HOMOLOGATION FÉDÉRALE DU PRODUIT ET DE SA TECHNOLOGIE DAPPLICATION

40 PRODUIT ET TECHNOLOGIE PRODUIT ET TECHNOLOGIE

41 P roduit & Technologie Adios Ambros est un herbicide écologique pour le contrôle et la suppression de lAmbrosia. pour le contrôle et la suppression de lAmbrosia. Totalement naturel, il n'engendre aucun effet négatif pour la santé publique et l'environnement. Il est sélectifayant ainsi la propriété de sattaquer Il est sélectif ayant ainsi la propriété de sattaquer majoritairement aux plants dherbe à poux. Il laisse ainsi intact la majorité des autres végétaux. M arque de commerce breveté

42 Notre produit démontre une efficacité remarquable. Nos rapports de recherches présentés à Santé Canada afin dhomologuer notre produit ainsi que les nombreux témoignages apportés par nos partenaires de recherches sont plus que concluants. Applicable par vaporisation, il agit immédiatement au contact de la plante. Quelques minutes après la vaporisation, il est possible de constater visuellement leffet du produit. 48 heures seulement après lapplication du produit la plante est totalement séchée et noircie. Marque de commerce breveté Produit & Technologie

43 L LE PLAN DACTION COLLECTIF PROVINCIAL ( )

44 ASSOCIATIONS PRO ACTIVES Association de Lutte Contre lAmbrosia (A.L.C.A.) Coalition Alternative aux Pesticides (C.A.P.) (Présentation 3 avril) Association Pulmonaire ASSOCIATIONS RESPONSABLES MUNICIPAUX Fédération Municipalités Québec (F.M.Q.) Union des Municipalités du Québec (U.M.Q.) (Kiosque avril) Association des Responsables dEspaces Verts du Québec (A.R.E.V.Q.) Membre (Présentation le 5 avril) Association Québécoise Gestion de la Végétation (A.Q.G.V. ) Membre DIRECTION DE LA SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC (D.S.P.) La Table Québécoise sur lHerbe à Poux (T.Q.H.P.) Membres de la table D.S.P. (1 représentant par région) INTERVENANTS MUNICIPAUX (1 représentant par région) ENVIRONNEMENT QUEBEC AGRICULTURE QUÉBEC MINISTÈRE DES AFFAIRES MUNICIPALES M.T.Q. C-N HYDRO QUÉBEC A.L.C.A. INTERVENANTS GOUVERNEMENTAUX MUNICIPALITÉS MINISTÈRE DES TRANSPORTS C-N, HYDRO QUÉBEC

45 STRATÉGIE & PRÉVISIONS ( )

46 La stratégie du plan daction collectif : M Mobiliser les gestionnaires responsables de lentretien d des zones potentiellement infestées. L Localiser et cartographier les zones infestées avant ou p pendant la première vaporisation. P Préparer la logistique dapplication pour desservir l les régions affectées. O Observer le développement de la plante et respecter le début d de la fenêtre d'intervention. D Débuter la vaporisation lorsque 10% de la population locale a aura produit ses épis. V Vaporiser les zones infestées avant la maturation d des organes reproducteurs. La Stratégie

47 La stratégie du plan daction collectif : A Ajuster adéquatement le volume dapplication selon l le degré d'infestation. E Effectuer un suivi consciencieux de la qualité des vaporisations. V Vérifier quotidiennement la venue de nouveaux plants d dans les zones vaporisées. É Évaluer les possibilités deffectuer une deuxième vaporisation s si nécessaire. R Rédiger un rapport complet des observations recueillies. A Améliorer si nécessaire la logistique des opérations suite à à ce rapport. R Répéter rigoureusement toutes ces étapes année après année. La Stratégie

48 - Après 5 ans, le réservoir de graines viables Moyen terme : - Après 5 ans, le réservoir de graines viables dans le sol aura diminué denviron 10 % à 15 %. dans le sol aura diminué denviron 10 % à 15 %. - Les allergies au pollen de l'Ambrosia seront - Les allergies au pollen de l'Ambrosia seront histoire du passé. histoire du passé. - Le volume d'application nécessaire pour - Le volume d'application nécessaire pour contrôler les zones infestées devrait également contrôler les zones infestées devrait également diminuer au fil des ans. diminuer au fil des ans. En respectant les règles annoncées dans La Stratégie En respectant les règles annoncées dans La Stratégie du nous aurons l'opportunité de : du Plan dAction Collectif nous aurons l'opportunité de : Court terme : - Réduire le taux de pollen considérablement et ainsi soulager des milliers de gens et ce dès la première vaporisation massive. - Améliorer la logistique du Plan d'action collectif - Localiser et mieux cibler les zones infestées. Prévision des Résultats

49 - Après 15 ans, le couvert végétal environnant Long terme : - Après 15 ans, le couvert végétal environnant devrait avoir pris la place de l'Ambrosia. devrait avoir pris la place de l'Ambrosia. - Après 20 ans presque la moitié du réservoir - Après 20 ans presque la moitié du réservoir de graines viables dans le sol devrait avoir de graines viables dans le sol devrait avoir été épuisé. été épuisé. - Après 40 ans, le réservoir de graines devrait - Après 40 ans, le réservoir de graines devrait être presque épuisé. être presque épuisé. - Des millions de gens vont mieux respirer. - Des millions de gens vont mieux respirer. aura alors triomphé, Adieu Ambrosia ! Prévision des Résultats

50 CAMPAGNE THÉMATIQUE DU PLAN DACTION COLLECTIF

51 Notre objectif Redonner à tous ceux qui souffrent dallergies respiratoires, une meilleure qualité de vie. Notre engagement Offrir une technologie et un service de premier ordre en harmonie avec notre environnement. La mission de notre entreprise

52 MERCI DE VOTRE ATTENTION !

53 P PÉRIODE DE QUESTIONS


Télécharger ppt "ø L A PLANTE ET SON IMPACT R RECHERCHE & DÉVELOPPEMENT (1994-2005) L LE PLAN DACTION COLLECTIF PROVINCIAL (2006-2010) PÉRIODE DE QUESTIONS."

Présentations similaires


Annonces Google