La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le pouvoir de l’éducation chez André Léo

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le pouvoir de l’éducation chez André Léo"— Transcription de la présentation:

1 Le pouvoir de l’éducation chez André Léo
Dans cette communication je vais d’abord présenter synthétiquement le contexte législatif de l’éducation primaire au XIXe siecle et j’analyserai ensuite les idées d’AL sur l’éducation; des idées qu’on retrouve dans une grande partie de sa production littéraire. A travers cette analyse on découvrira le role essentiel de l’instruction pour orienter les esprits et fonder une société juste et démocratique. Fernanda Gastaldello Poitiers, le 20 octobre 2011

2 André Léo, Coupons le câble!
“L’humanité ne s’élève, ne peut s’élever, que par l’élévation individuelle des êtres qui la composent” André Léo, Coupons le câble! J’aime commencer par cette phrase tirée de Coupons le cable!, un traité écrit un an avant sa mort, en Cet extrait montre le lien étroit entre l’éducation (élévation individuelle) et le progrès social (élévation de l’humanité)

3 PRINCIPALES LOIS DE L’ENSEIGNEMENT PRIMAIRE AU XIXe SIÈCLE
1833 Loi Guizot 1850 Loi Falloux 1867 Loi Duruy Loi Ferry Les différentes lois qui se sont succédé au XIXe siècle sont des lois qui témoignes d’une lutte entre le pouvoir de l’Eglise et la société civile. Depuis la Restauration , en effet, l’Eglise avait un role de contrôle, que ce fut dans l’administration ou dans l’enseignement meme. Les congrégations religieuses étaient favorisées et l’importance de l’Eglise était telle qu’un curé pouvait arriver à muter ou suspendre de ses fonctions un instituteur (loi Falloux). C’est ainsi que nait et se diffuse, en particulier après la loi Falloux, l’anticléricalisme des instituteurs, car la surveillance par le clergé suscitera un fort ressentiment. il faut attendre la loi Duruy pour commencer à parler de laicisation, qui ne sera complètement reconnue qu’avec la loi Goblet, en 1886. (Cette ingérence de l’Eglise dans l’école publique convenait aux classes dominantes, que ce fut la monarchie de juillet, depuis 1830, (loi Guizot) ou la deuxième République, depuis 1848, (loi Falloux) ou le début du deuxième Empire: l’aristocratie et la bourgeoisie pensaient ainsi pouvoir contrôler l’école et limiter le risque de prise de conscience de la part du peuple et l’essor de la libre pensée. ) Meme si on peut constater des petits progrès en ce qui concerne la gratuité (depuis la loi Guizot), la diffusion des écoles primaires, la liberté de l’enseignement, l’ignorance reste très répandue en France et aggravée par la haine des paysans à l’égard de l’instruction, qui la considéraient un luxe inutile. Or, A Leo prendra à coeur ce problème et proposera des solutions par ses théories sur l’éducation. Histoire:1815(défaite de Napoléon)-1830: la restauration: monarchie des Bourbons. Sous Charles X ( ) , les aristocrates revendiquent leurs anciens privilèges, l'église catholique redevient une puissance redoutable. ( ) Restauration ordonnances 1886 Loi Goblet

4 DES ATOUTS INCONTOURNABLES POUR UNE ÉCOLE DÉMOCRATIQUE
A l’opposé de l’enseignement traditionnel, AL envisage un parcours didactique qui se focalise sur 4 points incontournables. L’étudiant est au centre de l’intérêt. Il parvient à la connaissance par une méthode active. Les programmes doivent etre utiles et attrayants, enfin l’enseignement sera laique. (Dans la production littéraire d’AL le thème de l’éducation est très présent, dans beaucoup de romans, un essai (Observations d’une mère de famille à M. Duruy, un traité (coupons le cable), et des articles de la presse. )

5 CHANGER LA MÉTHODE DIDACTIQUE UNE POSSIBILITÉ / UNE NÉCESSITÉ
UNE PÉDAGOGIE CENTRÉE SUR L’ÉLÈVE Attention à sa psychologie, à ses inclinations, à ses besoins, à ses rythmes. UNE PÉDAGOGIE ACTIVE par l’ observation, la pratique, l’expérience. Ce ne sont pas les programmes au centre de l’intéret, c’est l’élève. C’est là une pédagogie qui prend en considération les intérets, le sens de l’initiative de l’enfant, et qui parvient à la connaissance à travers une pédagogie active.

6 CHANGER LA MÉTHODE DIDACTIQUE UNE POSSIBILITÉ / UNE NÉCESSITÉ
On mortifie l’élève On sollicite l’intérêt “Les coups pleuvaient, et la férule, lanière de cuir plate, était l’attibut principal du maître, qui ne pouvait compter que sur la peur pour imposer un début de sagesse” A.PROST, L’enseignement en France, “Enseigner, c’est captiver l’attention, il n’y a pas d’autre moyen si l’on ne veut abêtir l’enfant, le faire souffrir et le dégoûter de l’étude.” André Léo, La famille Audroit et l’éducation nouvelle En ce qui concerne la méthode éducative, on utilisait en classe la verge et l’étude forcée, qui motivaient par la peur Si on n’arrive pas à intéresser, motiver l’enfant, les livres, meme si instructifs et utiles, ne serviraient à rien. A la pédagogie de la défiance, qui utilisait des méthodes punitives et qui obligeait à obéir, elle sollicite l’intéret et la motivation.

7 CHANGER LA MÉTHODE DIDACTIQUE UNE POSSIBILITÉ / UNE NÉCESSITÉ
“Nous avons profité de cette disposition (la curiosité) pour la satisfaire, en la guidant un peu, en la retenant par des images, des récits” André Léo, La famille Audroit et l’éducation nouvelle Stimuler la curiosité Savoir l’orienter Puisqu’il s’agit de focaliser l’attention sur l’apprenant, il faut orienter la naturelle curiosité de l’enfant, éventuellement la solliciter par des exemples concrets; faire comprendre pourquoi on doit apprendre telle chose: si par exemple un enfant ne veut pas apprendre à écrire, on peut lui dire qu’il faut bien écrire un billet à quelqu’un pour avertir qu’une personne est en difficulté. Ainsi pourra-t-il comprendre l’importance de l’écriture. Il y a chez AL la conviction que l’élève ne doit pas subir son éducation, mais qu’il doit en etre protagoniste et co-responsable. Enseigner par des exemples concrets “L’abstraction n’est pas son fait” André Léo, La famille Audroit et l’éducation nouvelle La science doit etre étudiée “au point presque exclusif de l’application” André Léo, Les deux filles de Monsieur Plichon

8 CHANGER LA MÉTHODE DIDACTIQUE UNE POSSIBILITÉ / UNE NÉCESSITÉ
“La dernière chose qu’on s’occupe de lui apprendre, c’est à réfléchir” André Léo, Observations d’une mère de famille à M. Duruy Inciter l’élève au raisonnement à travers des programmes adaptés à lui. Elle insiste sur l’importance de solliciter le raisonnement par des programmes intéressants et adaptés à lui. L’instituteur/trice ne devra rien imposer, il faut réduire l’exercice de la mémoire, mais favoriser le raisonnement et son sens de l’initiative. Au lieu d’un travail silencieux individuel elle envisage des activités collaboratives, des sorties de groupe, qui rendent l’enseignement joyeux. En outre, marcher en bande joyeuse dans les champs, en classe l’ordre consistera seulement à ne pas gener les autres. “il sera, dans l’école, permis d’etre enfant” “Nous irons dans les champs, le long des haies, dans les bois, chercher des insectes ou des plantes” André Léo, Les deux filles de Monsieur Plichon L’école buissonnière

9 LA PREMIÈRE ÉDUCATION EST DANS LA FAMILLE
CHANGER LA MÉTHODE DIDACTIQUE UNE POSSIBILITÉ / UNE NÉCESSITÉ LA PREMIÈRE ÉDUCATION EST DANS LA FAMILLE “Troubler par des cris, des grimaces, des soubresauts, cette germination calme et charmante du petit humain, c’est déchirer une fleur pour en hâter le développement.” Respecter les rythmes de l’enfant La centralité de l’enfants est reconnue au sein de la famille aussi Ne pas le gâter “Pas de ces adorations qui en font un petit roi” André Léo, La famille Audroit et l’éducation nouvelle

10 LA PREMIÈRE ÉDUCATION EST DANS LA FAMILLE
CHANGER LA MÉTHODE DIDACTIQUE UNE POSSIBILITÉ / UNE NÉCESSITÉ LA PREMIÈRE ÉDUCATION EST DANS LA FAMILLE Ne pas refléter sur l’enfant ses angoisses Ne pas le frapper Ne pas lui mentir Il y a ensuite dans La famille Audroit et l’éducation nouvelle toute une série de conseils pour la bonne éducation des enfants: ne jamais lui mentir (il mentira lui aussi), ne pas le frapper, car il obéira, mais par peur, ne pas lui donner de fausses réponses ou lui raconter des fables absudes; chacun doit faire sa part de travail utile, il vaut mieux vivre à la campagne qu’en ville, l’air y est plus sain, on se sent plus libre et le physique sera plus sain. Répondre à ses questions par des exemples Le responsabiliser en sollicitant son aide Il vaut mieux vivre à la campagne qu’en ville

11 ÉDUQUER À LA MORALE HUMAINE CE QUI DOIT CHANGER
Laïcisation de l’école Contre l’enseignement confessionnel Foi dans le progrès, dans la science, dans la raison de l’homme L’école qu’ AL veut, c’est l’école des Républicains. L’enseignement confessionnel de l’époque empechait le libre développement de la raison, l’étude du dogme s’opposait au progrès scientifique. L’école que AL veut, c’est une école laique. Le curé avait droit d’intervenir dans les cours, interroger les élèves, obliger l’instituteur à proposer des lectures religieuses, abstraites et fatigantes, en démotivants les élèves (Jacques Galéron). Dans ce roman AL critique aussi les écoles de soeurs qui peuvent enseigner ayant écrit une lettre d’obédience , sans concours, sans diplome, elles utilisent des méthodes violentes qui mortifient et font peur. A.L. reconnait dans l’Evangile un esprit de fraternité, l’enseignement de Jésus fut large, élevé, sublime, mais ses disciples l’ont perdu. Dans la Bible Dieu se révèle vengeur, irritable, vaniteux, aime les sacrifices sanglants, au nom de Dieu on défend la polygamie, l’esclavage. Si on fonde l’enseignement sur ces principes il sera fondé sur l’égoisme, sur les iniquités. Jacques Galéron: Susanne est fille de paysans, élevée dans la famille d’un médecin car elle avait beaucoup de frères. Elle va épouser Jacques, l’instituteur et, désireuse d’apprendre, elle prend son diplome d’institutrice. Elle ouvre une école chez elle et beaucoup d’enfant viennent, abandonnant l’école de soeurs du village. De son coté Jacques refuse d’adopter à l’école un livre que le curé avait choisi, alors le curé l’attaque à l’église dans son sermon, en critiquant son esprit de révolte et d’indépendance. En outre Jacques refuse de désavouer son grand père qui avait critiqué l’Eglise et approuvé les principes révolutionnaires de C’est ainsi que Jacques est suspendu de ses fonctions. Rien ne valent les pressions que la maman adoptive de Susanne fait sur ses vieux amis de la bourgeoisie conservatrice, qui auraient de l’influence auprès de l’éveque et du préfet. Ils l’aideraient si Jacques faisait marche arrière. Elle est aussi contre les complicités de la bourgeoisie conservatrice et des aristocrates, qui accepte le role de l’Eglise comme garant de l’ordre établi.( Cf Jacques Galéron, quand à la fin les amis bourgeois et aristocrates refusent d’aider l’instituteur, en disant: “La France a prouvé qu’elle voulait etre gouvernée; elle n’est donc point majeure…elle a besoin de lisières (limites), et l’Eglise les fournit” (Jacques Galéron) Meme s’ils reconnaissent l’injustice subie par l’instituteur, ils ne font rien pour l’aider. Contre les complicités de la bourgeoisie conservatrice et des aristocrates “La France a prouvé qu’elle voulait être gouvernée; elle n’est donc point majeure…elle a besoin de lisières, et l’Église les fournit.” André Léo, Jacques Galéron

12 ÉDUQUER À LA MORALE HUMAINE CE QUI DOIT CHANGER
La religion catholique, “une sombre nuée qui nous cache la route” “Il n’est pas trop étrange, quand l’humanité marche en avant, que son Dieu la tire en arrière?” André Léo, Observations d’une mère de famille à Monsieur Duruy “Maintenant, Pierre, ….comment définirais-tu la liberté? _Ah! Ah! Voyons!...Alors, c’est…c’est tout de même de faire ce qu’on veut…pourvu que ça ne fasse pas de tort aux autres.” André Léo, Le petit moi Donc, elle considère la religion une “sombre nuée qui cache la route”, une route qui devrait mener l’homme vers le progrès, vers la reconnaissances des principes de la Révolution: Liberté, fraternité, égalité. La première citation montre le conflit entre ceux qui croient dans le progrès et la religion. L’école, au contraire, doit montrer la voie, comme dans cette citation, où le petit Pierre découvre ce que c’est que la liberté. C’est là une leçon de morale humaine. Le rôle de l’école c’est de montrer la voie

13 LE PEUPLE REDOUTE L’INSTRUCTION
L’enfant du pauvre ne va pas à l’école Fille ou garçon, il doit faire sa part pour gagner son pain “Il y a des places gratis, fort peu, mais qu’importe! Il n’a pas de pain…, il n’a pas le temps d’aller à l’école, il faut qu’il mendie.” André Léo, Les deux filles de Monsieur Plichon “À quoi sert-il d’aller à l’école?” André Léo, Les deux filles de Monsieur Plichon La situation est d’autant plus grave que le peuple redoute l’instruction et ne va pas à l’école. La misère empeche l’enfant pauvre d’aller à l’école, c’est du temps perdu. Alors il mendie ou garde le bétail. Les filles, en plus, aident dans les taches ménagères. De plus, la famille considère l’éducation inutile, car on n’y apprend rien d’utile. Les paysans se méfient de l’instruction, car elle n’est ni attrayante ni utile à leur travail. “Ils (les élèves) ne savent pas pourquoi tel pré ne donne pas de foin, et ce qu’il faudrait y faire” André Léo, Les deux filles de Monsieur Plichon

14 DES PROGRAMMES UTILES, ATTRAYANTS
Lectures instructives Calcul appliqué à la pratique Écriture bientôt créative (dès “la troisième année on écrit de tête et c’est un devoir de style et d’orthographe à la fois”) Étude appliquée des sciences naturelles (plantes, animaux, insectes, rochers, systhème solaire,…) Histoire des civilisations Géographie Proposer une offre éducative attrayante. Sans renoncer aux apprentissages traditionnels de la lecture, écriture et du calcul, elle préconise une éducation utile et pratique (utile à la profession). Au lieu d’enseigner le cathéchisme ou les dogmes, ou lire des textes édifiants, elle propose des lectures instructives ou des calculs appliqués . La science devait etre étudiée selon A.L. au point presque exclusif de l’application. Ainsi, le calcul sera pratiqué pour des opérations de la vie agricole. Il faut éviter de commencer le calcul par des règles générales, mais par des exemples concrets. Role très important est celui de l’étude de l’histoire, elle ne devrait pas etre l’histoire des GRANDS, des conquetes, des guerres, que les enfants ne seraient pas encore capables de comprendre, ce serait un recueil de beaux caractères, de faits d’héroisme et de vertu, ce serait l’histoire de l’homme, de tous les hommes, depuis le début de l’histoire à nos jours. Il faudra mettre aussi en lumière les défaut et les crimes des monarchies, aussi bien que leurs grandeurs. Il faut aussi enseigner l’histoire des masses. (cf.Jacques Galéron, Le petit moi, Les deux filles de M. PLichon)

15 DES PROGRAMMES UTILES, ATTRAYANTS
Dessin Musique Langues vivantes – anglais Hygiène et anatomie Gymnastique

16 UNE ÉCOLE PRIMAIRE LAÏQUE
POUR JEUNES FILLES DE LA PAROLE À L’ACTION Société de revendication des droits de la femme ( ) Éduquer les jeunes filles au “savoir” au “savoir faire” au “savoir être” Le projet didactique décrit dans ses livres, elle a eu l’occasion de le concrétiser dans un projet réel de création d’une école pour jeunes filles. En 1868 la liberté de réunion fut accordée par l’Empire et on commença à organiser à Paris des conférences qui s’adressaient à un public particulièrement ouvrier. Les thèmes étaient le travail des femmes, leur émancipation, la défense de l’égalité des droits entre hommes et femmes. L’éducation des femmes est d’autant plus importante qu’elles seront les premières éducatrices de leurs enfants. Dans la Société de revendication des droits de la femme se retrouvèrent André Léo (chez qui fut élaboré le programme de l’Association), Louise Michel, Maria Deraismes, Mme Jules Simon, Elie Reclus et Marthe Noémie Reclus. L’idée d’association pouvait donner plus de force à des projets, pour faire suivre à la parole l’action, en donnant corps à une nouvelle éducation pour jeunes filles. Le statut et les programmes furent établis, les enseignants nommés, les financements acquis, mais l’école ne vit pas le jour, à cause de la guerre franco prussienne et du siège de Paris.

17 FORMER DES CITOYENS UNE POSSIBILITÉ / UNE NÉCESSITÉ
Être conscient de ses droits et de ses devoirs Devenir des hommes bons, honnêtes et justes Apprendre à être des hommes libres Tout ce parcours didactique est finalisé à la formation du citoyen, car le but ultime de l’enseignement, c’est la prise de conscience de ses droits,….Il s’agit de former un “savoir etre” “, un savoir etre citoyen, pour “savoir agir”: construire une République solide (dans les principes et dans les faits), ce n’est pas par les Révolutions qu’on peut les faire, c’est par la formation d’ hommes conscients de leurs droits et de leurs devoirs,… L’ instruction devient ainsi l’ instrument de toute promotion et libération sociales, le point de départ d’une démocratie réelle. Apprendre à collaborer Acquérir les principes de la Révolution de 1789 Défendre la paix, la vérité

18 “L’instruction du peuple, tout est là désormais, et tout est vain sans cela.”
André Léo, Aline-Ali C’est donc dans l’instruction du peuple que repose tout espoir d’un renouveau social et politique.

19 Bibliographie pour la réalisation du PPT
Léo, André, Les deux filles de Monsieur Plichon, Paris, A. Faure ed,1865, pp350. Léo, André, Observations d’une mère de famille à Monsieur Duruy, Paris, A.Faure éd., 1865, pp. 48. Léo, André, Jacques Galéron , Paris, A.Faure ed., 1865, pp.176. Léo, André, Aline-Ali, Paris, Librairie Internationale, A. Lacroix, Verboeckhoven & C. ed., 1869, pp.383. Léo, André, Le petit moi, Pris, M. Dreyfous éd., 1892, pp 393. Léo, André, La famille Audroit et l’éducation nouvelle, Paris, E. Duruy, 1899, pp.216 Léo, André, Coupons le cable!, Paris, A. Fischbacher ed., 1899, pp 82. Dalotel, Alain, André Léo ( ). La Junon de la Commune, Chavigny,Cahier du Pays Chauvinois n.29, 2004, pp.199 Gastaldello, Fernanda, André Léo, quel socialisme?, Thèse de l’Université de Padoue, , pp 379. Prost, Antoine, L’enseignement en France , Paris, A. Colin, 1968, pp 524. Rémond, René, La vie politique en France, , tome 2, Paris, Colin, 1969.

20 RESTAURATION ( ) Les communes sont obligées d’entretenir une école et d’y assurer la gratuité pour les indigeants Le clergé a une place dans l’administration primaire 1816 1824 Le clergé redevient le seul responsable de l’enseignement primaire 1828 On enlève au clergé l’enseignement primaire mais on lui accorde une place dans son administration RETOUR

21 mais Le curé reçoit un rôle de surveillance dans l’école
1833: LOI GUIZOT Liberté de l’enseignement de la part de l’instituteur Les communes de plus de 500 habitants sont obligées d’avoir/entretenir une école primaire pour garçons Chaque département doit avoir/entretenir une école normale d’instituteurs Gratuité partielle augmentation de la scolarisation Le curé reçoit un rôle de surveillance dans l’école primaire publique mais De la Rév. de 1830 à celle de 1848: Dynastie de Louis Philippe (monarchie de juillet), gouvernement plus libéral que le précédent, mais il favorise l'essor de la bourgeoisie (Banquiers, industriels, négociants) tandis que la révolution industrielle provoque la formation d'un prolétariat ouvrier. On organise l'enseignement primaire au profit des classes populaires autour de deux principes : la liberté de l'enseignement primaire: Tout individu âgé de dix-huit ans peut exercer librement la profession d'instituteur primaire, à condition d'obtenir un brevet de capacité, délivré à l'issue d'un examen, et de présenter un certificat de moralité. On étudiait la lecture, l’écriture, le calcul. On pouvait étudier la géographie et l’histoire (mais c’étaient des matières facultatives) inutile et redoutent(?) la scolarisation RETOUR

22 mais 1850: LOI FALLOUX Liberté de l’enseignement
Liberté d’ouvrir une école Toute commune de plus de 500 habitants doit ouvrir/entretenir une école pour garçons Les communes de plus de 800 habitants sont obligés d’ouvrir/entreterir une école de filles si elles en ont les moyens. L’Église a encore un droit de regard sur l’école publique Les religieux peuvent enseigner dans l’école publique L’évêque ou le curé peuvent muter ou suspendre un instituteur Les congrégations sont favorisées et se développent mais C’est la deuxième République, Napoléon III est président de la République depuis décembre A la Révolution de juin 1848 a participé le prolétariat et la droite a peur que l’éducation ne tombe aux mains de la gauche. Par la loi Falloux Napoléon III satisfait la droite et l’Eglise, sauf les catholiques les plus intransigeants. La loi était libérale dans son principe, mais cette liberté était orientée à faveur des congrégations religieuses (les conditions pour enseigner étaient plus favorables); en outre l’éveque et le curé ont le droit de regard sur l’école publique. Cette loi est à l’origine de de l’anticléricalisme des instituteurs, car la surveillance par le clergé suscitera un fort ressentiment. RETOUR

23 Elle modère les effets de la loi Falloux 1867: LOI DURUY
Les instituteurs des écoles publiques sont des laïcs Permet aux communes la gratuité totale si elles en ont la possibilité Oblige les communes de plus de 500 habitants à ouvrir/entretenir une école de filles L’histoire et la géographie deviennent des matières obligatoires Elle modère les effets de la loi Falloux Npoléon III empereur: après une première période où il étouffe toute opposition (Jusqu’en 1860 il s’appuie sur les conservateurs et les catholiques) Après 1860 il perd l’appui des catholiques pour avoir contribué à l’unité d’Italie ( l’Eglise a ainsi perdu du pouvoir politique) et inaugure une politique d’ouverture à la petite bourgeoisie anticléricale et aux ouvriers. Il accorde le droits de réunion , d’association et de grève. Après la défaite de Sedan (1° septembre 1870) se conclut le 2° empire et nait la 3° République. Pendant cette première période et jusqu’à la répression de la Commune les nouveaux conseils municipaux renvoyèrent les instituteurs congréganistes et les remplacèrent par des laics, ils firent enlever les emblèmes religieux. Mais aussitot après les congréganistes furent réintégrés. Il y a une loi en 1872 qui augmente les salaires, en 1875 qui donne des récompenses spéciales. RETOUR

24 Laicisation de l’école publique formation d’insituteurs laïcs
: LOI FERRY Laicisation de l’école publique formation d’insituteurs laïcs Gratuité des écoles primaires publiques Enseignement primaire obligatoire Réforme des programmes Travail manuel obligatoire Dans l'esprit des républicains des années 1880, la consolidation du régime politique né en 1875 (3° république) passe par l'instruction publique. En laïcisant l'école, ils veulent affranchir les consciences de l'emprise de l'Eglise et fortifier la patrie en formant les citoyens, toutes classes confondues, sur les mêmes bancs. Cette réorganisation de l'enseignement exige une réforme en deux temps: 1)La formation d'instituteurs laïcs destinés à remplacer le personnel congréganiste 2)Gratuité de l’école publique et obligatoire, pour les enfants des deux sexes de 6 à 12 (13?) ans Quant aux religieux, ils restent en fonction dans les écoles élémentaires après l'obtention du brevet de capacité (Ce sera plus tard,avec la loi Goblet, que tous les instituteurs religieux seront écartés) RETOUR

25 Laïcisation complète du personnel
1886: LOI GOBLET Laïcisation complète du personnel Les instituteurs sont payés par l’État Institution des écoles primaires supérieures L'enseignement primaire peut se poursuivre, au-delà de l'âge de l'obligation scolaire (de 6 à 12 ans): L’école primaire supérieure s’adresse aux élèves les plus brillants des écoles primaires, généralement des enfants des classes populaires (les classes aisées scolarisent leurs enfants dans les petites classes des lycées et collèges). Elle propose pendant deux ans un programme orienté vers les savoirs pratiques et les sciences usuelles. RETOUR


Télécharger ppt "Le pouvoir de l’éducation chez André Léo"

Présentations similaires


Annonces Google