La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Mardi 27 mars 2012 AUTOMEDICATION Contre les maux diagnostiqués, lUFC-Que Choisir de Nancy propose son antidote.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Mardi 27 mars 2012 AUTOMEDICATION Contre les maux diagnostiqués, lUFC-Que Choisir de Nancy propose son antidote."— Transcription de la présentation:

1 Mardi 27 mars 2012 AUTOMEDICATION Contre les maux diagnostiqués, lUFC-Que Choisir de Nancy propose son antidote

2 Lautomédication : un enjeu sanitaire et financier 2 Un enjeu sanitaire : les médicaments accessibles sans ordonnance sont achetés sans conseil préalable du médecin traitant Un enjeu financier : lautomédication représente une dépense annuelle de 2,1 mds pour le consommateur, soit 30 % de ses dépenses de médicaments 80 % de cette dépense est consacrée à des médicaments à prix libres

3 Lenquête 2012 de lUFC – Que Choisir de Nancy 3 Le 20 janvier 2012, lUFC - Que Choisir de Nancy a enquêté 37 pharmacies nancéennes (soit 86 % des officines de la ville), autour dun scénario unique : lachat par la même personne de deux médicaments incompatibles (Aspirine UPSA Vitamine C 330 mg et Rhinureflex). Cette enquête poursuivait 3 objectifs : Vérifier la qualité du conseil en pharmacie, lors de lachat de médicaments sans ordonnance ; Contrôler le respect des obligations de transparence tarifaire; Evaluer le niveau des prix pratiqués. Une précédente enquête a dû être annulée en novembre 2011 suite à la fuite du protocole, rapidement diffusé au sein du réseau des pharmaciens.

4 Enquête UFC – Que Choisir : Un conseil grippé 4 Oui, spontanément 62 % Oui, après ma question6 % Non, malgré ma question32 % Question – Le pharmacien vous a-t-il mis en garde contre le risque dinteraction entre les deux médicaments ? Plus d1 pharmacien enquêté sur 3 na pas rempli son devoir de conseil 38 % Aspirine et Rhinureflex ne doivent pas être associés, car leurs effets cumulés majorent le risque dulcère et dhémorragie du tube digestif 1/ A 38 %, pas dalerte spontanée sur lincompatibilité 2/ Une alerte de lAFSSAPS sur le Rhinureflex non relayée par 6 pharmacies sur 10 Le Rhinureflex a fait lobjet dune alerte aux professionnels de santé, de la part de lAFSSAPS, en décembre Lagence du médicament attirait lattention sur la posologie et les contre-indications. Plus de la moitié des pharmaciens na pas relayé lalerte de lAFSSAPS Oui 39 % Non61 % Question - Le pharmacien vous a-t-il spontanément indiqué la posologie maximale du Rhinureflex, quand il vous l'a vendu ? Oui 36 % Non64 % Question - Lorsque le pharmacien vous a indiqué la posologie du Rhinureflex, spontanément ou après votre question, vous a-t-il conseillé de ne pas dépasser 4 comprimés par jour (la posologie maximale autorisée) ?

5 Enquête UFC – Que Choisir : Une concurrence anesthésiée par lopacité des prix Lopacité dans laquelle est maintenu le consommateur (fixation et niveau des prix) est payée le prix fort ! 5 Lisible et visible 14 % Présente mais peu visible0 % Absente86 % Question - L'affiche "Le prix des médicaments non remboursables est libre" est : Affiché lisiblement 51% Affiché lisiblement pour une partie des médicaments 3% Affiché mais pas très lisible37 % N'est pas affiché9 %9 % Question - Le prix des médicaments situés derrière le comptoir est : Un pharmacien enquêté sur 2 ne respectait pas ses obligations de transparence des prix 49 % Près de 9 pharmacies sur 10 dissimulent la liberté tarifaire

6 Enquête UFC – Que Choisir : Une inquiétante fièvre tarifaire Les 3 maux diagnostiqués en 2012 comme en 2009 invitent à sinterroger sur la pertinence du monopole officinal sur lautomédication 6 Prix relevé minimum 2,33 Prix relevé moyen2,87 Prix relevé maximum3,90 Question - Prix de l'aspirine UPSA Vitamine C 330 mg Les raisons structurelles applicables à tout commerce ne suffisent pas à expliquer ces disparités : deux pharmacies de Nancy, distantes de 3 minutes de marche, affichaient 90 centimes décart sur le prix de laspirine UPSA vitamine C 330 mg. La boîte de 20 était vendue 2,35 dans lune, 3,25 dans la seconde, soit 38 % plus cher ! Les prix élevés ne sont pas la garantie dun bon conseil : parmi les pharmacies enquêtées où les prix sont les plus élevés, 50 % ont déconseillé spontanément la prise simultanée des deux médicaments contre 56 % pour les pharmacies enquêtées les moins chères.

7 La distribution de lautomédication : lexception française en Europe Quelles seraient les conséquences dune libéralisation encadrée de lautomédication en France, ouverte aux grandes surfaces et parapharmacies ? 7 La France est restée à lécart du mouvement de libéralisation des années 2000 en Europe Ce monopole non régulé se traduit par des prix élevés, sans que le libre-accès en pharmacie (2008) nait eu dimpact concurrentiel sensible

8 Conséquences de la libéralisation : jusquà 16 % déconomie totale pour le consommateur La libéralisation permettrait aux consommateurs déconomiser jusquà 270 millions deuros par an au niveau national ! 8 La libéralisation de la vente des médicaments sans ordonnance permettrait une double-économie au consommateur : Dune part, les pharmacies devraient baisser leurs prix pour rester compétitifs Dautre part, les médicaments seraient vendus moins chers en grande surface Au total, le consommateur verrait ses dépenses de médicaments à prix libres diminuer de 16 % ! La disponibilité des médicaments sans ordonnance serait par ailleurs améliorée, grâce à 10% de points de vente supplémentaires (grandes surfaces, parapharmacies)

9 Conséquences de la libéralisation : Un impact réduit sur la profitabilité des pharmacies La libéralisation ne diminuera le profit moyen des pharmacies que de moins de 5 %. Celles-ci resteront donc largement rentables. 9

10 Conséquences de la libéralisation : Des craintes à dissiper 10 Une libéralisation encadrée de lautomédication naurait pas les effets néfastes parfois redoutés : o Pas de risque pour les officines rurales Compte tenu de sa charge financière, une libéralisation avec la présence obligatoire dun pharmacien, concernerait essentiellement les hypermarchés. Ceux-ci étant implantés en zone urbaine ou péri-urbaine, les pharmacies rurales seraient préservées. o Pas de hausse de la consommation de médicaments Dans les pays comparables qui ont libéralisé lautomédication au cours des dernières années, aucune augmentation de la consommation de médicaments na été constatée.

11 Les demandes de lUFC – Que Choisir 11 UNE INFORMATION RENFORCEE 1.LUFC-Que Choisir demande quun encadré consacré aux interactions à éviter et aux contre-indications principales figure sur toutes les boîtes des médicaments accessibles sans ordonnance. 2.LUFC-Que Choisir demande linterdiction de toute publicité auprès du grand public concernant les spécialités dautomédication, en dehors des lieux de vente.

12 Les demandes de lUFC – Que Choisir 12 UNE VRAIE CONCURRENCE 3.LUFC-Que Choisir demande un élargissement de la distribution des médicaments accessibles sans ordonnance aux parapharmacies et aux grandes surfaces, à la condition impérative que la vente seffectue sous la surveillance directe dun pharmacien diplômé.

13 Les actions de lUFC – Que Choisir de Nancy 13 A cet effet, lUFC – Que Choisir de Nancy : Saisit la direction départementale de la protection des populations (DDPP) en vue de réaliser des enquêtes auprès des pharmacies du département et sanctionner les infractions ; Intervient auprès des parlementaires du département, pour quils traduisent dans la loi les demandes de lassociation.


Télécharger ppt "Mardi 27 mars 2012 AUTOMEDICATION Contre les maux diagnostiqués, lUFC-Que Choisir de Nancy propose son antidote."

Présentations similaires


Annonces Google