La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Retour sur la théorie des ordres dAndré Comte-Sponville. Valeurs (primautés) / Vérité (primats) 3.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Retour sur la théorie des ordres dAndré Comte-Sponville. Valeurs (primautés) / Vérité (primats) 3."— Transcription de la présentation:

1 1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Retour sur la théorie des ordres dAndré Comte-Sponville. Valeurs (primautés) / Vérité (primats) 3. Questions / Discussion (1/4 h environ par question) 4. En guise de conclusion Une petite novation méthodologique pour la discussion Réunion préparée avec Marypierre Baylé et John Rodriguez.

2 Étymologie et définitions Étymologie : Étymologie : Valeur : mot du XI e siècle qui vient du bas latin valor, valoris qui proviennent de valere (valoir) Valeureux signifie : « qui a du prix » au XIIIe s ; puis « qui témoigne de vaillance » au XVe s. Définitions : Définitions : Petit Robert : i.Ce en quoi une personne est digne destime ii.Caractère mesurable (dun objet) en tant que susceptible dêtre échangé iii.Caractère de ce qui répond aux normes idéales de son type, qui a de la qualité. iv. Mesure dune grandeur variable (mesurer, cest fixer la valeur) Dictionnaire philosophique de Comte-Sponville (extrait) Il faut distinguer : Ce qui a une valeur : cest ce quun prix, dans une logique déchange (offre/demande), mesure à peu près. Ce qui est une valeur et qui na pas de prix et ne saurait être échangé valablement contre de largent, ni même contre une autre valeur (par exemple : la justice contre la générosité ou le courage... ou vice versa) Mais, cest par le désir que les 2 types de valeur peuvent philosophiquement se rejoindre, dès lors quaucune valeur ne saurait être si personne ne la désirait : Comment une pierre précieuse pourrait-elle valoir quelque chose si personne nen voulait ? Comment la Justice pourrait-elle exister si personne ne désirait quelle soit ?

3 La hiérarchie des ordres dAndré Comte-Sponville Primautés et primats /Angélisme et barbarie Lordre de lEconomie, des sciences et des technologies Cest lordre où lon se pose la question du vrai et du faux, du possible et de limpossible. Cest lordre de la « matière »; de la vérité par excellence. Lordre juridico-politique Cest lordre où lon se pose la question du légal et de lillégal. Cest lordre des lois de la vie en société. Cest parce que nous manquons de moralité que nous avons besoin de lois. Lordre de la morale Cest lordre où lon se pose la question du bien et du mal. Cest lensemble de nos devoirs : des règles que lon se fixe soi-même. Cest parce que nous ne sommes pas tout amour que nous avons besoin dune morale. Lamour Cest lordre de léthique. Cest ce qui éclaire la morale. Cest la valeur suprême de « lesprit ». Enchaînementdescendant des primats Ce qui est objectivement le plus important dans un enchaînement descendant de détermination. Le primat est explicatif : cest lordre des causes et de la connaissance. Cest ce qui sert à comprendre. Hiérarchieascendante des primautés Ce qui vaut le plus, subjectivement, dans une hiérarchie ascendante dévaluations. Cest lordre des valeurs et des fins, qui tend au meilleur ou au plus élevé. Cest ce qui sert à juger et à agir. La dialectique (primat de la matière ou de la vérité/primauté de lesprit ou des valeurs) vaut aussi bien à titre individuel que collectif. On ne passe du primat à la primauté quà la condition de le vouloir : cest le mouvement ascendant du désir. Chaque ordre a sa logique propre : confondre les ordres entre eux est donc ridicule. Pour expliquer un ordre donné, on doit faire appel aux ordres inférieurs. Pour juger un ordre donné, on doit faire appel aux ordres supérieurs. La dialectique valeur / vérité sexerce ainsi de proche en proche. Soumettre un ordre donné, avec ses valeurs propres, à un ordre inférieur : renoncer à la primauté, cest de la barbarie. Prétendre annuler ou déstructurer un ordre donné au nom dun ordre supérieur : oublier le primat, cest de langélisme. Principales références : Le capitalisme est-il moral ? / Dictionnaire philosophique (primats et primautés) Document réalisé par JP Colin et validé par André Comte-Sponville NotionsConcepts

4 QUESTIONS 1.Sans désir, les valeurs existeraient-elles ? 2.Toute valeur est-elle subjective ou objective ? 3.Sil y a aujourdhui crise des valeurs, peut-on lexpliquer ? 4.Les valeurs ont-elles à voir avec la vérité ?

5 1.Sans désir, les valeurs existeraient-elles ? Animation John Rodriguez Différences et similitudes entre une valeur matérielle (marchande) et une valeur morale (spirituelle) ? Le désir nest-il pas sous-jacent à lune et lautre ?

6 1. Sans désir, les valeurs existeraient-elles ? 1.De la valeur marchande à la valeur morale. Une valeur marchande, cest ce qui a un prix. Le prix indique la valeur déchange dune marchandise, telle quelle résulte du temps de travail nécessaire à sa production (selon Marx) ou de la loi de loffre et de la demande (selon la plupart des économistes libéraux). Une valeur morale, cest ce qui na pas de prix. Elle peut avoir un coût, mais elle na pas de prix car elle nest pas à vendre et ne saurait être échangée contre de largent, ni même contre une autre valeur. « Echanger la justice contre la liberté, ce serait manquer à la justice » dit CS « Nous nous efforçons à rien, ne voulons rien, nappétons ni ne désirons aucune chose, parce que nous la jugeons bonne, mais au contraire, nous jugeons quune chose est bonne parce que nous nous efforçons vers elle, la voulons, appétons et désirons. » dit Spinoza. Doù le relativisme des valeurs, certes, mais doù lon peut penser aussi que les valeurs ne sont que pour autant quon les désire. Les valeurs dirait CS, cest la hiérarchie ascendante des primautés, de ce quon aime et veut. Aussi faut-il distinguer dit A.CS, ce qui a une valeur parce quelle a un prix, de ce qui est une valeur, précisément parce quelle nen a pas. 2.Du désir tenseur des valeurs marchandes (matérielles) et morales (spirituelles) Un objet, même apparemment inutile peut avoir une grande valeur si beaucoup le désire : cest le cas dune pierre précieuse ou dune œuvre dart. « Ce nest pas lutilité qui fait la valeur dusage, cest la valeur dusage, telle quelle résulte du désir, qui fait lutilité. » dit CS Que les valeurs morales soient en dehors de tout marché (sans prix) cela ne prouve pas quelles soient en dehors de tout désir. « Comment la justice pourrait-elle valoir, si personne ne désirait la justice. » dit CS Ce qui vaut, cest ce qui plait ou réjouit, pour un individu et dans une société donnée, aussi bien matériellement que moralement. « Cest pourquoi largent, pour certains, vaut plus que la justice et que cest linverse pour dautres » dit CS

7 2.Toute valeur est-elle subjective ou objective ? Peut-on être absolument objectif ? Navons nous pas au fond que des désirs plus ou moins égocentrés ? Faire son devoir est-ce un plaisir objectif ? Les valeurs morales sont-elle universelles ?

8 2. Toute valeur est-elle subjective ou objective ? 1.De lobjectivité et de la subjectivité Est objectif tout ce qui doit davantage à lobjet quau sujet. Lobjectivité absolue ne tiendrait par conséquent quà lobjet, indépendamment du sujet. Cest pourquoi nul ne peut latteindre absolument et quon ne peut quy tendre. « Seule la vérité, qui ne juge pas, est objective » dit CS Ce qui revient à dire que nul ne peut connaître la vérité quau travers de ses jugements qui restent subjectifs, quen sefforçant néanmoins dêtre objectif. Nul na besoin dêtre objectif si ses valeurs morales lui procurent du plaisir. Mais,dit CS « Le plaisir nest pas tout, ni le bonheur, ni même la sagesse, et cest ce que signifie le devoir. Il y a quelque chose de désespéré, par quoi il échappe à lego ». Cest pourquoi on peut penser que la morale librement consentie tend à lobjectivité et à luniversalité des valeurs. 2.Objectivité ou subjectivité des valeurs?: Primauté de lamour; primat de la morale Pour Kant, la générosité, par exemple, est dautant plus morale, quon y prend moins de plaisir. Ce qui tendrait à dire que la morale est une valeur objective puisquelle simpose au sujet alors quil nen tire aucun avantage personnel. Cest le primat de la morale. Pour Aristote ou Spinoza, la logique est contraire, car celui qui donne sans plaisir nest pas généreux : cest un avare qui se force. Cest la primauté de léthique, de ce quon aime et veut. Mais dit CS, « La primauté de léthique ne saurait pour autant abolir la morale (puisque la vertu presque toujours fait défaut) ». La morale nest bonne que pour les méchants (ils manquent damour) ou pour plutôt les égoïstes. Cest pourquoi, en pratique, elle est bonne pour nous tous. Même si, tout jugement est subjectif, cela nen justifie pas pour autant le nihilisme selon lequel tout se valant, rien ne vaudrait, car cest précisément la volonté dobjectivité (lamour de la vérité) qui fait la différence, puisquelle seule peut permettre, sinon datteindre, du moins de tendre à la vérité. Primauté de léthique, de lamour qui donne pour le seul plaisir de donner. Ce qui nest pas évident, loin sen faut ! Mais nul na besoin dêtre objectif, si son amour ly pousse; la subjectivité suffit à la morale. Primat de la morale, pour ceux qui manquent damour. La morale, cest de lanti-égoïsme; le sujet sefface laissant place à lobjectivité de la règle. Ce nest plus le plaisir qui nous pousse, cest le devoir et/ou la raison qui simposent à nous.

9 3.Sil y a aujourdhui crise des valeurs, peut-on lexpliquer ? Quest-ce quune crise ? Quelles peuvent être les causes de la régression des valeurs du monde occidental ?

10 3. Sil y a aujourdhui crise des valeurs, peut-on lexpliquer ? 1.Une crise ? Etymologiquement, cest le moment de la décision ou du jugement. « Cest le moment décisif : non quon décide dune crise, mais parce quelle nous oblige à nous décider, ou décide à notre place. » dit CS. Sagissant de la crise des valeurs CS sinterroge : « Comment survivre à la mort de Dieu, à la disparition des fondements, à lentropie généralisée du sens- au nihilisme ? » Si la civilisation occidentale contemporaine peut constituer un progrès des valeurs en matière de droits de lHomme (fyc) et un contrepoids au fanatisme religieux par la laïcité, en revanche, ne peut- on pas penser que le gaspillage égoïste du type société de consommation, la régression des solidarités par la promotion de lindividualisme libéral ainsi que la régression de la morale religieuse constituent des facteurs de recul des valeurs, voire une crise, si rien ne vient les compenser ? Sil y a crise des valeurs, cest que quelque chose est en train de se décider sans nous. Cest pourquoi, si on le pense, il est urgent, si on le peut, de faire quelque chose. Sil y a crise des valeurs dans le monde occidental, ne peut-on pas lexpliquer par : La progression de lindividualisme inhérent au libéralisme économique (recul des valeurs de solidarité) La progression du nihilisme (rien ne vaut car tout se vaut) par suite de la régression des religions ? 2.Des causes de la crise des valeurs de la civilisation occidentale contemporaine Le libéralisme économique, à côté du moteur daccroissement de richesses quil constitue, cest aussi les écarts de richesses quil creuse ; lindividualisme et le chômage quil accentue. Lindividualisme, cest aussi la négation de la solidarité. « L'individualisme, qui est une chose positive sur le plan de l'autonomie et de la responsabilité personnelle, s'est développé en provoquant le dépérissement des solidarités. », dit Edgar Morin. Le recul de la croyance en Dieu, cest aussi un facteur propice à lémergence du nihilisme (rien ne vaut car tout se vaut) par la perte des valeurs morales dogmatiques des religions. Or dit CS (bien quil ne croie pas en Dieu), « La religion nest haïssable que lorsquelle débouche sur la haine ou la violence : ce nest plus religion mais fanatisme » car dit-il: Mieux vaut aimer Dieu que naimer rien ou naimer que soi (nihilisme ou égoïsme) Mieux vaut une vertu soumise que pas de vertu du tout. Autrement dit : mieux vaut une morale dogmatique que pas de morale du tout.

11 4.Les valeurs ont-elles à voir avec la vérité ? Toute valeur nest-elle pas dépendante de ce que nous aimons, désirons et voulons ? La vérité nest-elle pas ce qui est, indépendamment de ce que nous aimons, désirons et voulons ?

12 4. Les valeurs ont-elles à voir avec la vérité ? 1.La vérité relève de la connaissance. « La vérité est lobjet au moins possible dune connaissance » dit CS Que nous la connaissions (ne fut-ce que partiellement) ou pas du tout, la vérité est ce quelle est. Et cest pourquoi elle simpose à tous. « La vérité simpose à tous, certes, mais nimpose rien » dit C-S. Connaître la vérité, cest ce qui est objectivement le plus important. Primauté de la hiérarchie ascendante des valeurs, de ce quon aime et veut, de ce qui est subjectivement le plus important dans une hiérarchie ascendante dévaluations. Cest lordre des valeurs et des fins, qui tend au meilleur. Cest ce qui sert à juger et à agir. Primat de lenchaînement descendant des causes; de ce qui est objectivement le plus important. Le primat est explicatif. Cest lordre des causes et de la connaissance en quête de la vérité. Cest ce qui sert à comprendre. On en revient toujours à la théorie des ordres de Comte-Sponville ! Disjonction par conséquent des ordres valeurs et vérité (les confondre, dit Pascal,cest être ridicule). Mais dialectique permanente entre les deux si lon veut à la fois juger et comprendre bien. Si aimer la vérité (la rechercher) dépend de nous, la vérité elle-même nen dépend pas. Indépendamment de ce que nous désirons ou en connaissons, la vérité simpose à nous. Quand bien même nous aurions accès à la vérité (qui oserait le prétendre en certitude !); de quel droit (en vertu de quelle valeur/à quel titre) pourrions-nous limposer ? 2.Les valeurs relèvent du désir, de ce quon aime et veut (selon Spinoza/CS). Le bien (ce qui a de la valeur) nest pas une vérité qui simpose à tous ex cathedra (dogmatiquement/absolument), sinon ça se saurait ! Cest quand nous aimons que cest bien et non parce que cest bien que nous aimons. Une valeur, cest ce qui est le plus important subjectivement, car nul ne peut choisir à notre place ce qui est bien ou ce qui a de la valeur pour soi. Cest pourquoi la morale est toujours strictement personnelle. Ce qui ne veut pas dire quelle ne soit pas universalisable sans contradiction : objectivement, ce ne peut être le contraire. Mais nulle valeur ne saurait être si personne ne voulut quelle fût. Contrairement à la vérité, les valeurs dépendent de nous, de ce quon aime et veut (ce quon désire). Nulle valeur ne saurait être si personne ne voulut quelle fût. Cest pourquoi nos valeurs engagent notre responsabilité pleine et entière.

13 « Toute valeur est subjective (y compris la vérité comme valeur); aucune vérité ne lest. Toute valeur est relative; toute vérité est absolue. Cest pourquoi nous sommes toujours dans le vrai, et hors détat pourtant de posséder la vérité absolument. Cest pourquoi nous la cherchons. Cest pourquoi nous la désirons. Le jour où plus personne naimera la vérité, elle aura cessé par la même dêtre une valeur. Mais nen sera pas moins vraie pour autant. » André Comte-Sponville extrait de Valeur /Dictionnaire philosophique. Quoique relatives et subjectives, dès lors quelles contribuent à faire ce que nous sommes et faisons, nos valeurs débouchent sur la réalité; sur le vrai. Cest par quoi elles engagent notre responsabilité.

14 mardi 8 avril : Objectivité mardi 8 avril : Objectivité mardi 13 mai : Plaisir mardi 13 mai : Plaisir et choix des sujets du 1 er trimestre de la saison et choix des sujets du 1 er trimestre de la saison mardi 10 juin : Egalité mardi 10 juin : Egalité et tentative de synthèse de la saison et tentative de synthèse de la saison Toutes les informations et documents sont disponibles sur : Prochains rendez-vous Vendredi 4 avril à 18h30 : A Comte-Sponville Mondialisation et civilisations : quelles valeurs pour le XXI e siècle ?


Télécharger ppt "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Retour sur la théorie des ordres dAndré Comte-Sponville. Valeurs (primautés) / Vérité (primats) 3."

Présentations similaires


Annonces Google