La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La compréhension Jocelyne Maréchal – CPC Saint-Fons – 26 octobre 2012 A partir des travaux de Martine Rémond Maître de conférences en psychologie cognitive.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La compréhension Jocelyne Maréchal – CPC Saint-Fons – 26 octobre 2012 A partir des travaux de Martine Rémond Maître de conférences en psychologie cognitive."— Transcription de la présentation:

1 La compréhension Jocelyne Maréchal – CPC Saint-Fons – 26 octobre 2012 A partir des travaux de Martine Rémond Maître de conférences en psychologie cognitive

2 La compréhension de textes Exploiter les erreurs de compréhension La compréhension de textes senseigne et sapprend

3 La compréhension Une activité à laquelle se rattache la compréhension de lécrit qui se déroule dans le temps et articule des traitements locaux et globaux qui repose sur lintégration dinformations issues de diverses sources.

4 Micro processus Reconnaissance des mots, lecture des groupes de mots, idée principale des phrases PHRASE Processus dintégration Traitement des substituts, des connecteurs, des marques morpho- syntaxiques ENTRE LES PHRASES Macro processus Identification des idées principales, résumé TEXTE Processus délaboration Formulation dhypothèses, lien avec les connaissances, raisonnement Processus métacognitifs Repérage des incohérences pour ajuster sa compréhension

5 Le lecteur, acteur de la construction du sens Élabore des inférences Utilise ses diverses connaissances Traite les informations

6 Lactivité inférentielle une opération centrale Combler linformation manquante - en intégrant ses connaissances du monde et ses connaissances préalables, - au fur et à mesure de sa lecture, - pour comprendre le texte et en apprécier la plausibilité, - pour gérer les relations entre des phrases

7 Inférences : des exemples Les vacanciers sarrêtèrent devant le restaurant. Ils parcoururent le menu. Puis, ils séloignèrent. Les deux lapins se détestaient. Ils se mirent à se battre. A ce moment, un renard surgit. « Tiens, deux casse-croûte qui se battent » se dit-il, …

8 Deux types dinférences Les inférences de liaison Les inférences élaboratives Nature et fonction différente

9 Les inférences de liaison Les inférences de liaison ou inférences nécessaires Elles ont un caractère obligatoire pour maintenir la cohésion du texte. Mises en œuvre essentiellement dans : le traitement des marques anaphoriques, le traitement des relations de causalité

10 Les marques anaphoriques Inférences obligatoires Des procédés de reprises lexicales : un chat ---- ce chat --- lanimal --- la bête Des procédés de reprises grammaticales il, le, la, lui, l, leur … Établir et gérer la continuité du texte

11 Marques anaphoriques : des ex. Les souris étaient là …. Les chipies Les souris étaient là …. Les rongeurs Les souris étaient là …. Elles venaient lui apporter … Le meunier acheta un chat.. et il le frappait Le garçon et la fille jouaient dans la cour. Elle le poursuivait.

12 Les inférences élaboratives Non obligatoires Elles créent de nouvelles informations à partir du texte, elles renvoient à la marge dinterprétation, limplicite du texte.

13 Exemple, Le Monde (25 janvier 09) S'il avait fait preuve d'une belle régularité pour décrocher de nombreuses places d'honneur, …, Lizeroux n'était jamais monté sur la plus haute marche d'un podium auparavant. C'est déjà dans la station autrichienne que le Savoyard … avait signé sa meilleure performance auparavant …. Septième temps de la première manche …, le skieur de La Plagne a regardé tous les favoris qui s'élançaient après lui dans la seconde (manche), échouer …

14 Cohérence locale / cohérence globale quand il y a quelquun Ce soir-là, la famille de Matilda dînait comme dhabitude devant la télévision, quand ils entendirent une voix forte venant du salon dire : « salut, salut, salut ». La mère devint toute blanche. Elle dit à son mari « il y a quelquun dans la maison ». Ils arrêtèrent tous de manger. Ils étaient tous sur le qui-vive. La voix reprit « salut, salut, salut ». Le frère se mit à crier « ça recommence ! ». Matilda se leva et alla éteindre la télévision.

15 Des connaissances pour comprendre -Des savoirs linguistiques, grammaticaux, sémantiques, typographiques… -Des connaissances sur le monde -Des connaissances textuelles -Des connaissances métacognitives

16 Complexité cognitive dune tâche Q1 – Donner la formule de calcul de laire dun triangle. Q2 – On donne la base et la hauteur du triangle => calculer son aire. Q3 – On donne un triangle (cf. prototype), prendre les mesures nécessaires et calculer laire. Réussites : 85 %, 70 %, 46 %

17 Les connaissances métacognitives Les connaissances déclaratives : Savoir « quoi faire », cf. une liste de propriétés, de règles, … quon peut énoncer … ; identifier la stratégie Les connaissances procédurales : Savoir « comment faire » cf. mise en œuvre des stratégies à partir de règles daction définissant les opérations à réaliser = appliquer une démarche Les connaissances conditionnelles : Savoir « quand et pourquoi » recourir à telle ou telle stratégie cf. son utilité et son contexte dutilisation

18 Niveau de performance Poids dun triple ensemble de contraintes liées : Au lecteur : ses caractéristiques Au texte à traiter : propriétés, contenu, agencement … Au contexte de lecture : objectif, tâche, consigne

19 Leurs erreurs nous intéressent

20 Savoir – lire en fin de Cycle III : profils (DEP, 2003) Prélèvement dinformations : 70 à 95 % réussites Compréhension globale du texte : 55 à 65 % Construction dinformations basées sur le texte : 50 à 70 % Traitement de limplicite du texte estimé par des questions inférentielles : moins de 50 %. Meilleure compréhension des textes entendus que lus seuls pour environ 70% des élèves

21

22 BREDOULECHEUX Le jeune homme, ayant ceint sa vorpaline épée, longtemps, longtemps cherchait le monstre manxiquais. Puis, arrivé près de l'arbre, Tépé, pour réfléchir un instant s'arrêta. Or, tandis qu'il lourmait de suffèches pensées,le Bredoulochs, l'oeil flamboyant, ruginiflant par le bois touffeté, arrivait en barigoulant ! Jocelyne GIASSON, La lecture – de la théorie à la pratique1

23 « Depuis le big bang il y a 13 milliards dannées, le vide maintient lexpansion de lunivers. » M. Brumont, « Diversifier et renouveler les leçons de lecture », CRDP Aquitaine, A- Répondez aux questions par écrit : De quoi parle le texte ? De quand date le big bang ? Que fait le vide ? B- Reformulez le texte avec vos propres mots :

24 Fannoux sortit tout doucement sa petite tête rousse et regarda autour de lui. Des gouttes de rosée, accrochées aux fils dune toile daraignée, brillaient aux premiers rayons du soleil. Le petit lièvre, tout joyeux, sétira hors de son gîte … Ex :Comment sappelle le personnage de lhistoire ? Il sappelle Fannoux 1 - Qui est Fannoux ? Fannoux est un petit garçon avec une tête rousse.

25 Il y a très longtemps vivait un jeune homme qui sappelait Wan. Chaque jour, Wan allait boire une tasse de thé près de chez lui. Il navait jamais de pièces pour payer, mais il laissait souvent un dessin à laubergiste pour le remercier. … 1 - Où Wan avait-il lhabitude de boire une tasse de thé ? (mets une croix dans la bonne case) - chez lui - dans une auberge - chez des amis - chez des clients

26 Qui est Hermine ? « Cest un garçon, parce que cest écrit Hermine lui tapa dans le dos. Pour une fille, ce serait écrit tape ».

27 Il était une fois un bébé lapin, tout blanc, qui sappelait Zouzou. Zouzou adorait dessiner et faire de la peinture. Le problème, cest que chaque fois, il salissait tout. Un jour, il avait fait un dessin avec de la peinture verte et il sen était mis partout. Sa maman lenvoya dehors pour se laver. Pendant que Zouzou se roulait dans lherbe, il entendit du bruit. Cétait un renard qui avait faim et qui voulait le manger. Zouzou eut très peur et il appela : « Maman ! ! ! ». Elle arriva tout de suite et vit le renard. Alors elle expliqua au renard que Zouzou avait une maladie très grave et que, sil le mangeait, il deviendrait, lui aussi, tout vert. Le renard fut effrayé en pensant quil deviendrait vert, et il partit en courant.

28 Imagine ce qui sest passé juste après le départ du renard. La maman de Zouzou, elle emmène Zouzou chez le docteur. La maman de Zouzou dit : « On la bien eu ce renard! » La maman de Zouzou, elle pleure parce que le renard il a emporté son fils.

29 À plat ventre sur la plus grosse branche de tilleul, Colin, immobile comme un chasseur à laffût, observe le manège du chat Tibère. Tapi sous un banc de lallée où les miettes de pain font le régal des moineaux, Tibère attend patiemment que ceux-ci sapprochent suffisamment de lui pour bondir sur la proie quil convoite. 1. Qui est dans larbre ? 2. Que regarde Colin ? 3. Qui est le chasseur de lhistoire ? 4. Qui mange le pain ? 5. Où est le chat ?

30

31

32

33

34 Causes de lhétérogénéité en compréhension en cycle 3 Lecture de mots Mécanismes dinférences Capacités cognitives : mémoire … Réalisation incomplète dopérations cognitives petits mots et graves erreurs Connaissances non mobilisées : vocabulaire, structure des textes Gestion de la tâche, métacognition … Représentations erronées de la lecture, des tâches ….

35 Une question phare Comment permettre aux élèves de construire une représentation correcte de lactivité de lecture et les rendre capables dintervenir de manière consciente et stratégique dans leur traitement de lécrit ?

36 Les entraînements spécifiques Enseigner des connaissances et des stratégies : mise en oeuvre dinférences, sélection des idées principales, utilisation de la structure des textes, procédés anaphoriques … Apprendre à analyser les questions posées, apprendre à se poser des questions dans des buts divers. Entraînements du contrôle destinés à évaluer et à réviser sa compréhension. Variété des stratégies enseignées : activation des connaissances préalables, recours à limagerie mentale, résumé dinformations, élaboration de questions, etc..

37 5 grands objectifs -Cerner la situation dénonciation : qui parle, qui raconte, à qui ? -Repérer et identifier les personnages : personnalité, motivations, relations entre eux -Cerner la cohérence : temps, lieux… -Dégager la logique denchaînement des faits : cause/conséquence… -Hiérarchiser des idées, des évènements

38 albumLes questions pour comprendreCe que jai compris p. à p. Qui? Quoi? Pourquoi? Quand Où?

39 Des tâches Relever, repérer… Relier, établir un lien… Remettre dans lordre… Répondre en justifiant… Écrire, rédiger, dessiner… Dire, théâtraliser…

40 Des stratégies Pour répondre à des questions, on peut : A) Recopier un morceau du texte Jai trouvé la réponse écrite dans le texte. B) Reformuler des morceaux du texte C) Réunir des informations du texte Jai trouvé la réponse à partir dindices écrits dans le texte. D) Utiliser des connaissances que nous avions avant de lire le texte Jai utilisé des connaissances que javais déjà.

41 Des synthèses Pour comprendre un récit, il faut faire attention à : 1-ce qui arrive aux personnages et ce quils font 2-ce quils pensent : - Leurs buts (pour lavenir) et leurs raisons dagir (qui appartiennent au passé) - Leurs sentiments et leurs émotions - Leurs connaissances et leurs raisonnements

42

43 Une planification Type de texte/genre littéraireObjectifs possibles Poésies-repérer et comprendre les comparaisons, les métaphores -repérer et comprendre les inférences Contes-repérer et comprendre les substituts nominaux -repérer et comprendre les marqueurs chronologiques -comprendre le message dun récit (« la morale ») Récits en « je »-repérer les indices de lénonciation -se représenter les personnages à partir de leurs actes et de leurs paroles (comprendre qui ils sont, leurs motivations, leurs pensées….) Écrits de théâtre-repérer qui parle et à qui -se représenter les personnages à partir de leurs actes et de leurs paroles Articles de presse, textes scientifiques - savoir utiliser un sommaire, une table des matières - repérer et comprendre les marqueurs logiques -repérer lorganisation dun texte Nouvelles humoristiques -comprendre les ressorts de lhumour dun texte

44 Des outils -Fluence – Édition de la cigale -Stratégies pour lire au quotidien – CRDP Bourgogne -Lector, Lextrix – Cèbe et Goigoux – Retz - Je lis, je comprends – IA de lIndre


Télécharger ppt "La compréhension Jocelyne Maréchal – CPC Saint-Fons – 26 octobre 2012 A partir des travaux de Martine Rémond Maître de conférences en psychologie cognitive."

Présentations similaires


Annonces Google