La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 COM 1600 Communicationmédiatique Médias&Société(s)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 COM 1600 Communicationmédiatique Médias&Société(s)"— Transcription de la présentation:

1 1 COM 1600 Communicationmédiatique Médias&Société(s)

2 Fil Rouge 1. Lère des machines 2. Lère des foules 3. Publics (constitution et constructions) 4. Entreprises critiques 5. Synthèse

3 LÈre des Machines 1.

4 « The natural role of twentieth-century man is anxiety. » N. Mailer

5 How ?

6 LÈre des FOULES 2.

7 δήμος «demos» : peuple «plithis» : pléthore, la multitude π ληθυς

8 « À la vérité, cette supériorité de la foule en face de la minorité de gens vertueux peut-elle se retrouver dans tout peuple et dans toute multitude? cela nest pas clair; peut-être même, par Zeus, est-il clair que pour certaines foules, cest une impossibilité (car le même raisonnement pourrait sappliquer aussi aux bêtes sauvage; et, de fait, en quoi certaines foules diffèrent-elles, pour ainsi dire, de ces bêtes?); mais pour telle multitude déterminée, rien nempêche cette assertion dêtre vraie » – Aristote, Politique, Livre III, partie XI, §5

9 9 The People is somewhat that is one, having one will, and to whom one action may be attributed; none of these can properly be said of a Multitude. On The Citizen by Thomas Hobbes, chap. XII, §8, The People is somewhat that is one, having one will, and to whom one action may be attributed; none of these can properly be said of a Multitude. On The Citizen by Thomas Hobbes, chap. XII, §8, 1642.

10 « La population apparaît donc là, dans cette épaisseur par rapport au volontarisme légaliste du souverain, comme un phénomène naturel. [...] Et cest là où lanalyse des physiocrates et des économistes devient intéressante, cest que cette naturalité que lon repère dans le fait de la population est perpétuellement accessible à des agents et à des techniques de transformation, à condition que ces agents et ces techniques de transformation soient à la fois éclairés, réfléchis, analytiques, calculés, calculateurs.» – FOUCAULT, Michel ([1978]2004). Sécurité, territoire, population, éd. Hautes Études/Gallimard, Paris, p. 73

11 11 « Enfin, dernier objet de la police, la circulation [...] mais par circulation il faut entendre non seulement ce réseau matériel qui permet la circulation des marchandises et éventuellement des hommes, mais la circulation elle-même, cest-à-dire lensemble des règlements, contraintes, limites ou au contraire facilitation et encouragements qui vont permettre de faire circuler les hommes et les choses dans le royaume et éventuellement hors des frontières [...] et cest cette communication [des hommes entre-eux, dans lespace des villes] qui est proprement lobjet de la police» – Michel FOUCAULT, Sécurité, territoire, population, éd.Hautes Études/Gallimard, Paris, 2004 [1978], p

12 12 Chaque semaine, 3 millions dhumains sexilent…

13 COMMUNAUTÉ / SOCIÉTÉ L'antique notion de communauté, avec ce qu'elle implique de fraternel et d'organique, hante les esprits et habite les aspirations. Ce courant de sensibilité invite à redécouvrir l'oeuvre maîtresse du sociologue allemand Ferdinand Tönnies ( ), contemporain de Max Weber et dÉmile Durkheim. Dans Communauté et Société, Tönnies a analysé les conséquences au niveau humain du passage de lère préindustrielle à lère industrielle. Aux liens de nature individuelle fondé sur le sang, l'affection, le respect et la crainte de la communauté traditionnelle se substitueraient, selon lui, les liens d'ordre rationnel fondés sur le contrat et l'intérêt de la société moderne. Tönnies prophétisait que la société future serait économiquement plus efficace, mais psychologiquement déprimante. N'est-ce pas contre cette société que certains se révoltent aujourd'hui en appelant à un retour à la communauté? Tönnies a été président de la Société allemande de sociologie de 1909 à Gemeinschaft und Gesellschaft, 1887 Ferdinand Tönnies ( )

14 « Au sens ordinaire le mot foule représente une réunion d'individus quelconques, quels que soient leur nationalité, leur profession ou leur sexe, et quels que soient aussi les hasards qui les rassemblent. Au point de vue psychologique, l'expression foule prend une signification tout autre. Dans certaines circonstances données, et seulement dans ces circonstances, une agglomération d'hommes possède des caractères nouveaux fort différents de ceux des individus composant cette agglomération. La personnalité consciente s'évanouit, les sentiments et les idées de toutes les unités sont orientés dans une même direction. Il se forme une âme collective, transitoire sans doute, mais présentant des caractères très nets. La collectivité est alors devenue ce que, faute d'une expression meilleure, j'appellerai une foule organisée, ou, si l'on préfère, une foule psychologique. Elle forme un seul être et se trouve soumise à la loi de l'unité mentale des foules. » - G. Le Bon, Psychologie des foules, 1895.

15 Gabriel de Tarde ( ) « On dit : le public d'un théâtre, le public d'une assemblée quelconque; ici, public signifie foule. Mais cette signification n'est pas la seule ni la principale, et, pendant que son importance décroît ou reste stationnaire, l'âge moderne, depuis l'invention de l'imprimerie, a fait apparaître une espèce de public toute différentes, qui ne cesse de grandir, et dont l'extension indéfinie est l'un des traits les mieux marqués de notre époque. On a fait la psychologie des foules; il reste à faire la psychologie du public, entendu en cet autre sens, c'est-à-dire comme une collectivité purement spirituelle, comme une dissémination d'individus physiquement séparés et dont la cohésion est toute mentale. D'où procède le public, comment il naît, comment il se développe; ses variétés; ses rapports avec ses directeurs; ses rapports avec la foule, avec les corporations, avec les États; sa puissance en bien ou en mal, et ses manières de sentir ou d'agir : voilà ce que nous nous proposons de rechercher dans cette étude. » – Gabriel de tarde, Lopinion et la foule, 1901.

16 16 IMITATION « J'entends par imitation toute empreinte de photographie inter-spirituelle, pour ainsi dire qu'elle soit voulue ou non, passive ou active. Si l'on observe que, partout o ù il y a un rapport social quelconque entre deux êtres vivants, il y a imitation en ce sens (soit de l'un par l'autre, soit d'autres par les deux, comme, par exemple, quand on cause avec quelqu'un en parlant la même langue, en tirant de nouvelles épreuves verbales de très anciens clichés), on m'accordera qu'un sociologue était autoris é à mettre en vedette cette notion. » – Gabriel de Tarde, Les lois de limitation, 1895 Yue Minjun, Freedom Leading the People, oil on canvas, 360cm x 250cm, 1996

17 La sortie des usines Lumière, 1895

18 3. PUBLICS ET EFFETS DES MÉDIAS

19 Les métaphores de la « seringue hypodermique » et du « magic bullet » : les années 1930 et l influence totale, ou l époque des publics naïfs.

20 Who says What to Who in Which channel and with What effect «I want you» Harold D. Lasswell : « The Structure and Fonction of Communication in Society » (1948) États-Unis, Formation en sociologie (Chicago) avec J. Dewey et G. H. Mead ; - Pionnier de la « mass communication research » et de la sociologie fonctionnaliste des médias ; : livre Propaganda Techniques in the World War : article « The Structure and Fonction of Communication in Society »

21 Edward Bernays (Propaganda, 1928) « The conscious and intelligent manipulation of the organized habits and opinions of the masses is an important element in democratic society. Those who manipulate this unseen mechanism of society constitute an invisible government which is the true ruling power of our country....We are governed, our minds are molded, our tastes formed, our ideas suggested, largely by men we have never heard of...

22 «...This is a logical result of the way in which our democratic society is organized. Vast numbers of human beings must cooperate in this manner if they are to live together as a smoothly functioning society....In almost every act of our daily lives, whether in the sphere of politics or business, in our social conduct or our ethical thinking, we are dominated by the relatively small number of persons... who understand the mental processes and social patterns of the masses. It is they who pull the wires which control the public mind.»

23

24 24

25

26 Modèle du «two-step flow» Effets directs Lazarsfeld et al. (1955) Lasswell (1948) : effets mass-médiatiques : effets interpersonnels

27 Selon Katz (1989, p. 77), la recherche empirique sur les effets des médias de masse peut être décrite, comme «une série ininterrompue de discussions des thèses de Lazarsfeld», ce qui consacre le modèle des effets limités comme le paradigme dominant de la recherche en communication. Selon lui «on a cependant tendu à attribuer aux communications de masse des effets bien plus vastes que ceux qu'attestent les recherches empiriques» (Katz, 1990, p. 273). L'influence des médias ne pouvait être totale (sélectivité), elle ne pouvait être directe (il fallait tenir compte de relais), elle ne pouvait être immédiate (le processus d'influence demande du temps). Avec la notion de sélectivité et celle de réseaux de relations interpersonnelles, la psychologie sociale entrait en scène (ibid., p.274). Des effets limités… Elihu KATZ (1989), «La recherche en communication depuis Lazarsfeld», Hermès n 4, Le Nouvel Espace Public, Paris : Éditions du CNRS, pp Elihu KATZ (1990), «À propos des médias et de leurs effets», dans COUTLEE Gilles et Lucien SFEZ (dir.), Technologies et symboliques de la communication, Actes du colloque de Cerisy (juin 1988), Grenoble : Presses universitaires de Grenoble, pp Elihu KATZ Paul LAZARSFELD

28 LA CONSTRUCTION DU PUBLIC Ô public, qui parle en ton nom? Tous les élus, les maires, les députés, mais aussi les agents du marketing, les publicitaires, les designers, sans oublier les sondeurs, les chercheurs, les journalistes, etc… Ethnologues et ventriloques

29 Je considère que le concept de multitude, par opposition à celui, plus familier, de «peuple», est un outil décisif pour toute réflexion sur la sphère publique contemporaine. La multitude est une manière dêtre, la manière dêtre qui prévaut aujourdhui; mais, comme toutes les manières dêtre, elle est ambivalente, cest- à-dire quelle contient la perte et le salut, lacquiescement et le conflit, la servilité et la liberté. VIRNO, Paolo (2002), Grammaire de la multitude, éd. LÉclat, «Avant-Propos».

30 30 Entreprises CRITIQUES De Kant à Baudrillard

31 – Critique de cinéma, critique de la métaphysique, critique de mode, sociologie critique, critique amateur, critique littéraire, critique dart, critique constructive, métacritique, «nouvelle critique», critical theory, etc. Quelle critique ? Crise de la critique...

32 Kant Marx Ecole de Francfort Debord - baudrillard crise de la critique ? 18 e /19 e : Critique et Aufklärung 19 e : Critique de léconomie politique : Critique de lindustrie culturelle : Critique et communication : Quelle critique pour demain ?

33 Noyau dur : Collaborateurs : Principal héritier : Max Horkheimer ( ) Theodor W. Adorno ( ) Walter Benjamin ( ) Herbert Marcuse ( ) Erich Fromm ( ) Jürgen Habermas ( )

34 « Quest-ce au fond que laura ? Un singulier entrelacs despace et de temps : unique apparition dun lointain, aussi proche soit-elle. » WALTER BENJAMIN

35 «À travers un mode industriel de production, on obtient une culture de masse faite d'une série d'objets portant très manifestement lempreinte de lindustrie culturelle : sérialisation- standardisation-division du travail. Cette situation n'est pas le résultat d'une loi de l'évolution de la technologie en tant que telle mais de sa fonction dans l'économie actuelle. (...) L'industrie culturelle fixe de manière exemplaire la faillite de la culture, sa chute dans la marchandise. La transformation de l'acte culturel en valeur abolit sa puissance critique et dissout en lui les traces d'une expérience authentique. La production industrielle scelle la dégradation du rôle philosophico- existentielle de la culture.» (Mattelard, 1995 : 41-42)

36 MOSCOW (CNN), December 23, The man credited by many with putting Russia on the road to democracy and capitalism has turned pizzeria pitchman, appearing in a television ad for the Pizza Hut chain released to the media on Tuesday.

37 «Là où en revanche, on sen est éloigné [de la critique marxiste], cest quand cette utopie est devenue un stéréotype, une vulgate. Peu à peu, laliénation par le spectacle et sa dénonciation sont devenus une vulgate totale, vulgaire dun certain point de vue» J. Baudrillard Le spectacle publicitaire de la contre culture, recyclage and co.

38 Stan Lee, Amazing Fanrasy, Août 1962 SAVOIR / POUVOIR

39 39 « Faire de la critique, cest rendre difficile les gestes trop faciles. Dans ces conditions, la critique (et la critique radicale) est absolument indispensable pour toute transformation. Car une transformation qui resterait dans le même mode de pensée, une transformation qui ne serait quune certaine manière de mieux ajuster la même pensée à la réalité des choses ne serait quune transformation superficielle. En revanche, à partir du moment où on commence à ne plus pouvoir penser les choses comme on les pense, la transformation devient à la fois très urgente, très difficile et tout à fait possible.» (Foucault, 1981)

40 40 Examen Final

41 41 ?

42 42 Introduction… Sur la route, à la maison. À la maison, sur la route. Bashô

43 43


Télécharger ppt "1 COM 1600 Communicationmédiatique Médias&Société(s)"

Présentations similaires


Annonces Google