La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

BILANT ET PERSPECTIVES DR Frantz LARGE 1 er vice president de la CCIPSEH Representant des chambres de province au CFI.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "BILANT ET PERSPECTIVES DR Frantz LARGE 1 er vice president de la CCIPSEH Representant des chambres de province au CFI."— Transcription de la présentation:

1 BILANT ET PERSPECTIVES DR Frantz LARGE 1 er vice president de la CCIPSEH Representant des chambres de province au CFI

2 DECRET DU 31 JANVIER 2006 LE CFI VISE A PROMOUVOIR LIMAGE LES P;OINTSFORTS LES ATOUTS DU PAYS ETLES SECTEURS DINVESTISEMENTPRIORITAIRES A METTRE A DISPOSITON DE LINVESTISSEUR HAITIEENT ET ETRANGER UN SERICE ADMINISTRATIF EFFICACE ATTENTIF A SES BESOINS DINFORMATION

3 LE CFI EST LE SECRETARIAT DE LA COMMISSION INTER-MINISTERIELLE DES AVANTAGES INCITATIFS LE CFI EST LE SECRETARIAT DE LA COMMISISON DES ZONES FRANCHES PLUS GENERALEMENT, LE CENTRE DE FACILITATIONS DES INVESTISSEMENTS DEVRAIT CONSTITUER LA PORTE DENTREE DE TOUT INVESTISSEUR POTENTIEL

4 PARTENARIAT PUBLIC PRIVE PUBLIC 5 MINISTERES AGRICULTURE TOURISME COMMERCE ET INDUSTRIE FINANCES ET AFFAIRES ECONOMIQUES TRAVAUX PUBLICS TRANSPORT ET COMMUNIC SECTEUR PRIVE 5 REPRESENTANTS PRESIDENT CH COMMERCE INDUSTRIE HAITI PRESIDENT ASSOCIATION INDUSTRIES HAITI PRESIDENT ASSOCIATION ZONES FRANCHES PRESIDENT ASSOCIATION TOURISTIQUE UN REPRESENTANT CH COMMERCE PROVINCE

5 FORUMULER RECOMMANDATIONS A LETAT EN MATIERE DE POL COMMERCIALE ET SECTEURS DINVESTISSEMENT A PRIORISER ETABLIR STRATEGIE DINVESTISSEMENT DETERMINER LES ACTIONS A ENTREPRENDRE DS LAMINISN PUBLIQUE CONTRE GOULOTS ETRANGLEMENT. PROPOSER MESURES POUR AMELIEORER LE CADRE INSTITUTIONNEL JURIDIQUE

6 LA COMPOSITION DU CONSEIIL CONSULTATIF REFLETE LE FAIT QUE LINVESTISSEMENT EST UNE PREOCCUPATION NATIONALE ET CONCERNE PLUSIEURS GROUPES DACTEURS LE CA EST AINSI COMPOSE DE REPRESENTANTS DU SECTEUR PU BLIC QUI NONT PU SIEGER AU CA ET ONT LEUR MOT A DIRE SUR LINVESTISSEMENT

7 COMPOSITION : RECTEUR DU CABINET DU PREMIER MINISTRE, DIRECTEURS GENERAUX MCI MEF DGI APN TELECO CONATEL AGD CAMEP EDH IHSI MANDAT ANALYSER PB INVESTISSEURS. PROPOSER SOLUTIONS

8 EFFORTS AU NIVEAU LEGAL ET ADMINISTRASTIF REALISER LE MANDAT DU CFI COMME SECRETAIRE DE LA CIMAI ET ZF CENTRE DE NORMALISATION REFORME DU CODE SUR LINVESTISSEMENT REFORMES DES LOIS OU DE LAPPLICATION DES LOIS SUR LE FONCIER ACCELERATION DES PROCEDURES DENREGISTREMENT DES SOCIETES. FAIRE DU CFI LE PORTAIL DENTRRE UNIQUE.

9 SECRETARIAT DE LA CIMAI NEGATIF SEC ZONES FRANCHES 2 ORGANISATIONS CENTRE DE NORMALISATION : ON SE BAT PENDANT 3 ANS ET IL NEST MEME PAS ENREGISTRE AU NIVEAU DE S LOIS A VOTER PAR LE PARLEMENT CODE DE LINVESTISSEMENT : TAS DE LOIS A ECLAIRCIR OU A APPLIQUER ( AVANTAGES AU GOUT DES DECIDEURS ET LESQUELS ? )

10 AU NIVEAU DU FONCIER : 2 SITUATIONS FONCIER PRIVE. ON NARRIVE A RENCONTRER NI LE DIRECTEUR DE LA DGI NI LE DIRECTEUR DU CADASTRE AU NIVEAU DU FONCIER PUBLIC, UNE LONGUE HISTOIRE DE FRUSTRATION. ON DECOUVRE QUUNE COMMISSION EST SUPPOSSEE FAIR E UN TRRAVAIL. CE TRAVAIL NE PEUT PAS ABOUTIR PROBLEMATIQUE DES VISAS AUX ENTREPRENEURS CHINOIS AUCUN RESULTAT

11 ACCELERATION PROCEDURES ENREGISTREMENT DES SOCIETES : RESULTATS MITIGES ON A PU AVOIR UN AVIS DU BUREAU DU PM QUI COURT CIRCUITE LE PASSAGE PAR SON BUREAU AINSI QUE LE PALAIS NATIONAL LETABLISSEMENT DU BUREAU DE LA DGI AU CFI EST BLOQUE POUR DOLLARS FAIRE DU CFI LE PORTAIL UNIQUE PROMESSE DE LA PM NON CONCRETISEE

12 DES ENTREPRISES ONT PU TROUVER UNE AIDE AU CFI DONT ILS ONT PARTLE AU NIVEAU INTERNATIONAL LES PROCEDURES DENREGISTREMENT DES SOCIETES EST ACCELEREE AVANTAGES NETTEMENT LOCALISES AU NIVEAU DU PARC INDUSTRIEL JAMAIS DE REUNION DU C CONSULTATIF. AU NIVEAU DE LA STRATEGIE DE COMPETITIVITE NEANT

13 CETTE LOI FRUIT DUNE DURE BATAILLE EUT PU REELLEMENT GENERER DES EMPLOIS. MANDAT DU CFI DONNE A UNE COMMISSION PRESIDENTILLE LES RESULTATS SONT LOIN DETRE TANGIBLES ( DEBAT SALAIRE MIMIMUM ) JAMAIS PU OBTENIR UN SEMINAIRE SUR LA LOI HOPE ( AU CAP Propos dr Boulos ) PROBLEME DE PHILOSOPHIE

14 QUE NOUS NEXPLOITONS DE MANGUES QUE LES 3% DE NOTRE POTENTIEL DEXPORTATION QUE DAUTRES RESSSOURCES COMME LE CAFE LIGNAME LA BANANANE LA BANANANE PLANTAINS LE POIS CONGO SONT SOUS EXPLOITES DES MEGA PROJETS SONT BLOQUES DAUTRES SONT BLOQUES. LINVESTISSEUR EST SANS RESSOURCE.

15 QUHAITI NE BOUGE PAS DU CLASSEMENT NEGATIF DE LINVESTISSEMENT QUE NOUS NE BOUGEONS PAS DANS LA CLASSIFICATION DE LA CORRUPTION QUE NOUS NE TIRONS AUCUN PROFIT DES ACCORDS QUE DES REUNIONS DU PLUS VIF INTERET NONT AUCUNE INCIDENCE. QUHAITI DEVIENT UN DESERT.

16 BUDGET DU CFI COUPE 48 % SEULEMENT LES MINISTRES NE VIENNENT PRESQUE JAMAIS SAUF QUAND CES REUNIONS SE DEROULENT AU PALAIS NATIONAL LE POUVOIR EST VIOLEMMENT REBELLE A UN SECTEUR PRIVE QUI NE DEPENDE PAS DE LUI. UNECOMMISSION SUR LA COMPETITIVITE SANS AUCUN RAPPORT AVEC NOUS PAS DE PARTENARIAT DANS LES PROVINCES.

17 LE QUART DE S TERRES DES BATIMENTS DE LA ZONE INDUSTRIELLE APPARTENANT A LETAT DETENUS PAR DES PARTICULIERS INTOUCHA B LES. LINFORMATISATION NE PEUT SE FAIRE. LES LOURDEURS DE LADMINISTRATION SONT ENTRETENUES A DESSEIL CHACUN FAIT CE QUIL VEUT

18 CHACUN FAIT CE QUIL VEUT ( IL NY A AUCUNE COERCITION ) LE PUBLIC NATIONAL ET SURTOUT INTERNATIONAL NEST PAS INFORME NOUS NOUS PERDONS DANS DE GRANDS DISCOURS ET NADOPTONS PAS DE MESURES CONCRETES IL NY A PAS VRAIMENT DE POSSIBILITES DE PRESSION

19 LE DEMON CONTROLENTCE PAYS NOUS DEPENDONS DUNE AIDE INTERNATIONALE QUI NA FAIT QUE SE GREFFER SU R LA MAFIA NATIONALE LES PERSONNES CHARGES DE FAIRE RESPECTER LA LOI DOIVENT LEUR POUVOIR AU VIOL DE LA LOI LA DIASPORA NE COMPREND PAS LE PB. TRADITION DE LA DEMAGOGIE

20 VA-T-ON DEVOIR MODIFIER LA CONSTITUTION HAITIENNE EN MODIFIANT NOTRE DEVISE ? EN INTRODUISANT DAUTRES MINISTERES MINISTERE DES COMMISSIONS MINISTERE DES JOBS POUR LES PARLEMENTAIRES MINISTERE DES FORA ET SEMINAIRES MINISTERE SUR LA LONGUEUR DE LA JUPE MINISTERE DU CARNAVAL ET DES REJOUISSANCES PUBLIQUES.

21 QUE CEUX QUI PEUVENT LE FAIRE PRENNENT LEURS RESPONSABILITES. PAS NORMAL QUE LINTERNATIONAL FINANCE DE MANIÈRE QUASI-TOTALE LHUMANITAIRE. PAS NORMAL QUE LE SECTEUR PRIVE NE FASSE QUE FINANCER DES VOYOUS QUI GARANTISSENT LA PERPETUATION DU VOL ET DU VIOL DE LA LOI. PAS NORMAL QUE NOUS NOUS OBSTINIONS A JOUER LINDIVIDUALISME.

22 PAS NORMAL QUE NOUS NOUS NAYONS PLUS DE VRAIS LEADERS QUI NAIENT PAS PEUR DE PRENDRE LEUR RESPONSABILITE PAS NORMAL QUE DES CHAMBRES DE COMMERCE AIENT A DEPENDRE DUNE AIDE INTERNATIONALE ARROGANTE ET LARGEMENT CORROMPUE. PAS NORMAL QUE NOUS AYONS CESSE DE CROIRE A NOUS MEME ET EN DIEU.

23 REGARDER EN ARRIERE REGARDER NOTRE PASSE REGARDER LA MISSION QUE NOUS AVONS RECUE DE DIEU UNE MISSION NON SEULEMENT NATIONALE MAIS EGALEMENT MONDIALE APPRENDRE A PARLER AU PEUPLE LE LANGAGE DE LA VERITE. FAIRE UNE VRAIE REVOLUTION

24 LE CFI EST LUNIQUE POINT OU LE PUBLIC SOIT A EGALITE AVEC LE PRIVE NE FAISONS PAS DAUTRE INSTITUTION PROTEGEONS LE. APPRENONS A PARLER AU PEUPLE APPRENONS A AIMER LE PEUPLE APPRENONS A AIMER NOTRE PATRIE QUE DIEU BENISSE NOTRE PATRIE MERCI.


Télécharger ppt "BILANT ET PERSPECTIVES DR Frantz LARGE 1 er vice president de la CCIPSEH Representant des chambres de province au CFI."

Présentations similaires


Annonces Google