La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Colloque Porter ou avoir porté luniforme « Identité professionnelle et identité personnelle » Lintervention et la prévention en dépendance et en santé

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Colloque Porter ou avoir porté luniforme « Identité professionnelle et identité personnelle » Lintervention et la prévention en dépendance et en santé"— Transcription de la présentation:

1 Colloque Porter ou avoir porté luniforme « Identité professionnelle et identité personnelle » Lintervention et la prévention en dépendance et en santé mentale CASA, St-Augustin de Desmaures, 20 septembre 2012 « Le port de luniforme, être soi-même, donner de laide, avoir besoin daide »

2 1 re partie : Quest-ce quêtre un homme en 2012 ? Les exigences sociales de la masculinité Les forces associées : Vie en uniforme… donner de laide ! Les impacts sur la détresse 2 e partie : Les hommes ne demandent pas daide ! Vraiment ? Les manifestations de la détresse chez les hommes Les manifestations des demande daide faites par les hommes Vie en uniforme… recevoir de laide ! 3 e partie : Que puis-je modifier, adapter comme intervenant pour mieux aider les hommes ? Croyances et valeurs dintervention Cadre et offre de services Les méthodes dintervention

3 Daniel Beaulieu, intervenant à lorganisme CHOC – Carrefour dHommes en Changement, à Laval Intervenant et formateur au Centre de Prévention du Sucide de Québec de 1995 à 2005 Formateur accrédité, formateur de formateurs et coach de formateurs pour lAQPS depuis à 2007, Responsable des services professionnels à lAQPS De 2006 à maintenant, à CHOC, intervenant au Groupe MASC (thérapie de groupe pour hommes suicidaires), responsable de lanimation dateliers de sensibilisation

4 Michel Lavallée, coordonnateur SBEH au MSSS 12 ans dans la construction 10 ans dans le communautaire auprès des hommes en difficulté – AutonHommie 2005 : Santé et bien-être des hommes au MSSS Prévention du suicide – Projets pilotes 2009 : Priorités daction gouvernementale SBEH Actions et répondants régionaux en SBEH Approche globale et concertation régionale Projets de recherche

5

6 MSSS - Unité de l'éthique Les changements sociaux Paysan– Rurale Ouvrier– Industrielle Internaute– Technologique Les valeurs et les réseaux Du tissé serré à lindividualisme De la misère (en sortir) à la consommation (paraître) Les rôles et les modèles Protecteur – Pourvoyeur – Reproducteur

7 Le « Code » = Règles et Exigences sociales implicites régissant le(s) rôle(s) masculin Se construit principalement à travers le processus de socialisation des hommes Le « Code de la Masculinité » influence : La manière dont les hommes perçoivent et interprètent les événements qui surviennent Le choix des stratégies dadaptation privilégiées par les hommes lors de moments difficiles Tiré et adapté de : Intervenir auprès des hommes suicidaires, Houle et Dufour, Psychologie Québec, janvier 2010

8 Exigences de la masculinité Cacher sa vie privée Conserver le contrôle Sexualiser lintimité Montrer sa force Exprimer sa fierté Être invincible Être indépendant Être stoïque Agir et faire Éviter les conflits Nier sa douleur et sa souffrance Persister indéfiniment Feindre lomniscience

9 Ladhésion au « Code de la Masculinité » traditionnel accroît les risques disolement et de détresse en raison de son impact négatif sur : Le soutien social La demande daide Létat mental Les stratégies dadaptation plus compulsives Aux substances, au travail, etc. / Dépendances Source: Adaptation tirée de Houle et al., 2008

10 Dissociation physique Ne pas ressentir les symptômes physiques Armure dacier Dissociation émotionnelle « Un gars, ça pleure pas » Répression des émotions Dissociation relationnelle Homophobie Séduction Pas trop proche ni trop loin Source : Tremblay, Lheureux, Formation Intervenir auprès des hommes, 2009

11 Adhésion au rôle masculin traditionnel Intégration sociale Soutien social Stratégies dadaptation Acceptabilité du suicide État mental Demande daide ou non Source : Adaptation inspirée de Houle et al., 2008

12 Rôle : Donner de laide Stratégies : Être fort, en contrôle, ne pas montrer sa vulnérabilité, agir, persister… Avoir besoin daide : Ce nest pas mon rôle Par contre, en équipe : Entraide pour sen sortir, pour sauver des vies, pour aider les autres, etc. En fait, pas besoin de demander, code dhonneur…

13 Exigences de laide Dévoiler sa vie privée Renoncer au contrôle Avoir une intimité non sexuelle Montrer ses faiblesses Faire lexpérience de la honte Être vulnérable Chercher de laide Exprimer ses émotions Faire de lintrospection Sattaquer aux conflits interpersonnels Faire face à sa douleur et à sa souffrance Reconnaître ses échecs Admettre son ignorance Exigences de la masculinité Cacher sa vie privée Conserver le contrôle Sexualiser lintimité Montrer sa force Exprimer sa fierté Être invincible Être indépendant Être stoïque Agir et faire Éviter les conflits Nier sa douleur et sa souffrance Persister indéfiniment Feindre lomniscience

14 Avoir besoin daide : Aide associée davantage à lunivers féminin Signe de faiblesse, faut pas que ça se sache Frontières floues, femmes en uniforme, etc. Résistances associées aux préjugés (tabous) Peur du jugement des autres Plusieurs stratégies dadaptation visent à fuir les sensations intolérables, les malaises ou encore les incongruités de lesprit face aux atrocités ou aux aberrations rencontrées

15

16 Avant de demander de laide : Sen sortir par soi-même… Agir… Ne pas parler… Aussi pour garder ça caché… Questionnements (Ma faute, ma responsabilité, faiblesse, opinion des autres, jugement, etc.) Silence / Isolement / Irascibilité Comportements compulsifs / Dépendances Alcool, drogue, méd nts, travail, sexe (Noyer sa peine…) Dépendance affective : harcèlement… Toutes ces stratégies, ne sont-elles pas aussi une façon de communiquer, de parler, de dire son malaise ? Pouvons-nous décoder ?

17 Souvent, cest une première expérience de demande daide : Au bout du rouleau vs être invincible, nier sa douleur et sa souffrance Ont « tout essayé » vs persister indéfiniment, être indépendant Sont chargés de sentiments de colère, déchec, dinjustice et dimpuissance vs conserver le contrôle, agir et faire Sont dans la honte vs exprimer sa fierté Ça peut faire longtemps que ça ne va pas (demande daide tardive) vs persister indéfiniment, être indépendant et feindre lomniscience

18 Exige beaucoup defforts pour dévoiler ses vulnérabilités vs cacher sa vie privée, être invincible, montrer sa force, sexualiser lintimité Expression différente du vécu émotif vs être stoïque, agir et faire Peut être vécu comme une faiblesse dêtre en difficulté vs montrer sa force, feindre lomniscience Crainte dêtre jugé, de ne pas être comme les autres vs feindre lomniscience, montrer sa force Se sont isolés de leurs proches vs montrer sa force, être indépendant et éviter les conflits interpersonnels

19 19 HOMMES Colère Peur Tristesse Honte Culpabilité FEMMES Tristesse Culpabilité Peur Honte Colère

20 Comportements de protection: Irritabilité Condescendance Impatience Extériorisation du problème Arrogance Demande solution immédiate Critique En apparence détachée Minimisation du problème et de ses impacts Motivation extrinsèque

21 Sous-estimer la détresse (ex.: Symptômes dépressifs des hommes vs ceux des femmes) Susciter le rejet vs attirer la compassion

22 Comment devrait-on être en intervention auprès des hommes ? Quest-ce quon devrait faire de différent, autrement ? Quels pièges doit-on éviter ? Trois Dimensions : 1. Les croyances et les valeurs dintervention 2. Le cadre de services 3. Les méthodes dintervention

23 Intérêt à travailler avec une clientèle masculine, donc: Croire que derrière certains comportements (de protection !) se cachent peut-être une grande détresse Accepter que les modes dexpression des émotions et que la manière de demander de laide soient légitimement différents de ceux des femmes

24 Croire à la nécessité dadapter notre intervention aux réalités masculines VS que lhomme « change » dès le départ (ou soit différent) et sadapte à notre façon de faire conventionnelle. Primauté du lien « Intervenant – Accompagnement » sur celui « Intervenant – Expert »

25 Accueil chaleureux, personnalisé, utilisation limitée du répondeur, … Accessibilité et souplesse (heures de services, choix des rdv, accepter les demandes daide sans rdv « live », …) « Reaching out » / approche « de la main tendue » et Proactivité Relance autorisée par un tiers, accepter les demandes daide provenant des proches, relance de suivi lors de moment critique, confirmation des rdv, relance si absence, … Implication des proches dans le plan dintervention Travail en partenariat et concertation

26 Limportance du lien Contextualiser plutôt quintérioriser Reformulations (contexte) plutôt que des reflets (émotions) Impliquer les proches Situer, situer, situer... Utiliser des analogies et images qui parlent aux hommes

27 Limportance du lien : Découle essentiellement dune combinaison de savoir-être et de savoir-faire des personnes intervenantes. Est le meilleur prédicteur du « succès thérapeutique » et dadhésion au processus thérapeutique. Comment on est ? Comment on fait ?

28 Limportance du lien Comment on est ? La question du lien Bienveillance, chaleur et compassion Résonnance empathique Capacité à tolérer les tensions et à y revenir Investissement / intérêt dans la relation thérapeutique La fonction réflexive (ex. : Positionnement vs le client [qui est lexpert ?])

29 Comment on fait ? Plutôt quintérioriser… Comment puis-je vous aider ? Quest-ce que je peux faire pour vous ? Comment vous vous sentez ? Quels sont vos besoins ? VS Contextualiser… Quest-ce qui se passe pour vous ? Quest-ce qui vous amène ici ? Sest-il passé quelque chose dans les derniers temps ? Symptômes physique de la dépression : Insomnie ? Perte de poids ? Fatigue ? Stress ? Intérêts ?

30 Comment on fait ? Reformulations (contexte) plutôt que des Reflets (émotions) Le travail des émotions : La gradation… Reformulation – Signes physiques ou comportementaux des émotions Reflet de lémotion

31 Comment on fait ? Impliquer les proches : Ils sont souvent une raison de vivre Principal soutien social de lhomme Facteur de protection Permet de maintenir des acquis La thérapie est circonscrite dans le temps Une des meilleures sources dinformation sur le client Brise le silence, lève le tabou : Sort de lisolement Évitement de lépuisement des proches Facteur vulnérabilisant

32 Comment on fait ? Situer, situer, situer : Souvent la première expérience de demande daide, donc cest rassurant Permet à lhomme de reprendre du pouvoir et du contrôle sur son processus daide

33 Comment on fait ? Utiliser des images et analogies qui parlent aux hommes Des exemples du groupe MASC : Le coffre à outils La piste de course Le lavabo Le « check engine » Qui partent de la réalité de la personne qui est devant nous : Son camion Son « partner », etc.

34 Questions ? Échanges Commentaires MERCI DE VOTRE INTÉRÊT À « AIDER LES HOMMES… AUSSI !* »


Télécharger ppt "Colloque Porter ou avoir porté luniforme « Identité professionnelle et identité personnelle » Lintervention et la prévention en dépendance et en santé"

Présentations similaires


Annonces Google