La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Hélène STOZ_ mai 20051 Œdipe-Roi de Sophocle La tragédie en marche.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Hélène STOZ_ mai 20051 Œdipe-Roi de Sophocle La tragédie en marche."— Transcription de la présentation:

1

2 Hélène STOZ_ mai Œdipe-Roi de Sophocle La tragédie en marche

3 Hélène STOZ_ mai Sophocle présente aux spectateurs une histoire connue de tous Et pourtant… la tension du public est maintenue jusquà la fin.

4 Hélène STOZ_ mai Un bébé condamné davance… Il tuera son père et épousera sa mère ! …à payer les fautes de son père

5 Hélène STOZ_ mai Lhistoire… Fuir le destin Abandonner lenfant

6 Hélène STOZ_ mai Lhistoire… Connaître ses origines Fuir le destin Il tuera son père et épousera sa mère !

7 Hélène STOZ_ mai Lhistoire… Rencontrer son destin (1)

8 Hélène STOZ_ mai Rencontrer son destin (2) Lhistoire…

9 Hélène STOZ_ mai Lhistoire… Oedipe PolyniceÉtéocleAntigoneIsmène LaïosJocaste

10 Hélène STOZ_ mai De lhistoire… … à la pièce de théâtre Montrer lévolution psychologique des personnages

11 Hélène STOZ_ mai La pièce de théâtre… Le prologue :Œdipe, sauveur de son peuple Il ta suffi dentrer jadis dans cette ville de Cadmos pour la libérer du tribut quelle payait à lhorrible Chanteuse. Ce pays aujourdhui tappelle son sauveur, pour lardeur à le servir naguère : ne va pas maintenant lui laisser de ton règne ce triste souvenir quaprès notre relèvement, il aura ensuite marqué notre chute. - Ce pays, prince, eut pour chef Laïos, avant lheure où tu eus toi- même à gouverner notre cité. - On me la dit, jamais je ne lai vu moi-même.

12 Hélène STOZ_ mai La pièce de théâtre… Le 1er épisode :Œdipe, sourd et aveugle Je parle ici en homme étranger au rapport quil vient dentendre, étranger au crime lui-même. Tu ne sais pas voir celui qui loge chez toi. Je te somme de ten tenir à lordre que tu as proclamé toi-même, et donc de ne plus parler de ce jour à qui que ce soit, ni à moi, ni à ces gens ; car, sache-le, cest toi, cest toi, le criminel qui souille ce pays ! Je dis que cest toi lassassin cherché. Sans le savoir, tu vis dans un commerce infâme avec les plus proches des tiens. Bientôt, comme un double fouet, la malédiction dun père et dune mère, qui approche terrible, va te chasser dici. Tu vois le jour : tu ne verras bientôt plus que la nuit. Lhomme que tu cherches depuis quelque temps avec toutes ces menaces, ces proclamations sur le meurtre de Laïos, cet homme est ici même. On le croit un étranger, un étranger fixé dans le pays : il se révélera un Thébain authentique – et ce nest pas une aventure qui lui procurera grande joie. Il est clairvoyant, il sera aveugle ; il est riche, il mendiera et, tâtant sa route devant lui avec un bâton, il sen ira sur une terre étrangère. Et, du même coup, il se révélera père et frère à la fois des fils qui lentouraient, époux et fils ensemble de la femme dont il est né, rival incestueux aussi bien quassassin de son propre père !

13 Hélène STOZ_ mai La pièce de théâtre… Le 2e épisode :Œdipe angoisse Tu verras que jamais créature humaine ne posséda rien dans lart de prédire. Et je vais ten donner la preuve : Un oracle arriva jadis à Laïos, non dApollon lui-même, mais de ses serviteurs. Le sort quil avait à attendre était de périr sous le bras dun fils qui naîtrait de lui et de moi. Or Laïos, dit la rumeur, ce sont des brigands qui lont abattu, au croisement de deux chemins, et, dautre part, lenfant né, trois jours ne se sont pas écoulés que déjà Laïos, lui liant les talons, lavait fait jeter sur un mont désert. Malheureux ! Je crains bien davoir, sans men douter, lancé contre moi-même tout à lheure détranges malédictions. Je perds terriblement courage à lidée que le devin ne voie trop clair. Tout séclaire

14 Hélène STOZ_ mai

15 Hélène STOZ_ mai À toi, femme, je dirai la vérité toute entière. Au moment où, suivant ma route, je mapprochais du croisement des deux chemins, un héraut, puis, sur un chariot attelé de pouliches, un homme tout pareil à celui que tu me décris, venaient à ma rencontre. Le guide, ainsi que le vieillard lui-même, cherche à me repousser de force. Pris de colère, je frappe, moi, celui qui prétend mécarter de ma route, le conducteur. Mais le vieux me voit, il épie linstant où je passe près de lui et de son chariot, il massène en pleine tête un coup de son double fouet. Il paya cher ce geste-là ! En un moment, atteint par le bâton que brandit cette main, il tombe à la renverse et du milieu du chariot il sen va rouler à terre – et je les tue tous… Si quelque lien existe entre Laïos et cet inconnu, est-il à cette heure un mortel plus à plaindre que celui que tu vois ? Est-il homme plus abhorré des dieux ? Étranger, citoyen, personne ne peut plus me recevoir chez lui, madresser la parole, chacun doit mécarter de son seuil. Bien plus, cest moi-même qui me trouve aujourdhui avoir lancé contre moi-même les imprécations que tu sais. À lépouse du mort jinflige une souillure, quand je la prends dans ces bras qui ont fait périr Laïos ! Ne suis-je donc pas un criminel ? Ne suis-je donc pas tout impureté ? Il faut que je mexile et quexilé je renonce à revoir les miens, à fouler de mon pied le sol de ma patrie ; sinon, je devrais tout ensemble entrer dans le lit de ma mère et devenir lassassin de mon père, ce Polybe qui ma engendré et nourri.

16 Hélène STOZ_ mai Le 3e épisode :Une heureuse mauvaise nouvelle La nouvelle que japporte va sans doute te ravir – le contraire serait impossible – mais peut-être aussi taffliger. Polybe est mort, frappé par le sort et non par Œdipe. Cest un immense soulagement de savoir mon père dans la tombe. Mais la vivante ne men fait pas moins peur. Ah ! Comme on voit, mon fils, que tu ne sais pas quelle est ton erreur ! Tu ne sais pas que tu crains sans raison. Polybe ne ta pas engendré plus que moi. Un autre berger tavait remis à moi. Œdipe sentête Eh bien ! Quéclatent donc tous les malheurs qui voudront ! Mais mon origine, si humble soit- elle, jentends, moi, la saisir. Et senfonce…

17 Hélène STOZ_ mai Le 4e épisode :Œdipe veut tout savoir - Cest toi qui lui remis lenfant dont il nous parle ? - Cest moi, jaurais bien dû mourir le même jour. (…) - De qui le tenais-tu ? De toi- même ou dun autre ? - Il nétait pas de moi, je le tenais dun autre. - De qui, de quel foyer de Thèbes sortait-il ? Et sen repent… Hélas, hélas ! Ainsi tout à la fin serait vrai ? Ah lumière du jour, que je te voie ici pour la dernière fois, puisquaujourdhui je me révèle le fils de qui je ne devais pas naître, lépouse de qui je ne devais pas lêtre, le meurtrier de qui je ne devais pas tuer !

18 Hélène STOZ_ mai Le 5e épisode :La vérité lui crève les yeux Ainsi ne verront-ils plus, ni le mal que jai subi, ni celui que jai causé, ainsi les ténèbres leur défendront-elles de voir désormais ceux que je neusse pas dû voir et de connaître ceux que, malgré tout, jeusse voulu connaître ! Il voit clair… Ah ! Emmenez-moi loin de ce lieu, bien vite ! Emmenez, mes amis, lexécrable fléau, le maudit entre les maudits, lhomme qui parmi les hommes est le plus abhorré des dieux !

19 Hélène STOZ_ mai Regardez, habitants de Thèbes, ma patrie. Le voilà, cet Œdipe, cet expert en énigmes fameuses, qui était devenu le premier des humains. Personne dans sa ville, ne pouvait contempler son destin sans envie. Aujourdhui, dans quel flot deffrayante misère est-il précipité ! Cest donc ce dernier jour quil faut, pour un mortel, toujours considérer. Gardons-nous dappeler jamais un homme heureux, avant quil ait franchi le terme de sa vie sans avoir subi un chagrin.

20 Hélène STOZ_ mai


Télécharger ppt "Hélène STOZ_ mai 20051 Œdipe-Roi de Sophocle La tragédie en marche."

Présentations similaires


Annonces Google