La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

INFECTIONS BACTERIENNES DE LAPPAREIL GENITAL U.E 2.5. S3 LICENCE EN SOINS ET TECHNIQUES INFIRMIERS Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 1.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "INFECTIONS BACTERIENNES DE LAPPAREIL GENITAL U.E 2.5. S3 LICENCE EN SOINS ET TECHNIQUES INFIRMIERS Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 1."— Transcription de la présentation:

1 INFECTIONS BACTERIENNES DE LAPPAREIL GENITAL U.E 2.5. S3 LICENCE EN SOINS ET TECHNIQUES INFIRMIERS Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 1

2 URETRITES - CERVICITES GENERALITES Urétrites et cervicites font partie des Infections Sexuellement Transmissibles (IST). Les 2 agents infectieux le plus souvent isolés en France sont : Neisseria gonorrhoeae ( gonocoque) Chlamydiae trachomatis seuls ou en association dans de nombreuses situations. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 2

3 Lincidence des infections gonococciques est en nette augmentation en France ces dernières années du fait dun relâchement des habitudes sexuelles. Lautre élément dinquiétude est laugmentation de la résistance du gonocoque aux Fluoroquinolones ( # 40% en 2007). Les C3G sont donc devenues le traitement de 1 ère intention des urétrites mais dans certains pays, des souches de gonocoque sont devenues résistantes à certaines C3G. La Spectinomycine peut être une alternative. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 3

4 Urétrites et cervicites doivent recherchées devant tout signe clinique évoquant une infection génitale basse : Chez lhomme : urétrite devant un écoulement urétral, une dysurie ou des brûlures mictionnelles. Chez la femme : cervicite devant des leucorrhées, une dysurie ou une dyspareunie. Aux atteintes génitales peuvent sassocier des atteintes extra- génitales, et notamment pharyngées ou ano-rectales. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 4

5 Devant toute suspicion durétrite ou de cervicite, un prélèvement bactériologique est indispensable afin de : confirmer le diagnostic en isolant lagent causal réaliser lantibiogramme de cet agent surveiller lépidémiologie de ces IST. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 5

6 GONOCOCCIE La transmission de N. gonorrhoeae est habituellement la conséquence de rapports sexuels vaginaux, anaux ou buccaux. La conjonctivite gonococcique peut être due à la transmission accidentelle par des doigts infectés. Le bébé peut enfin être infecté lors de laccouchement par sa mère non traité et développer une ophtalmie purulente du nouveau-né ( ophtalmia neonatorum ). Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 6

7 Symptomatologie clinique Lincubation varie généralement de 2 à 10 jours. Chez lhomme, lurètre antérieur est souvent le siège de linfection, se traduisant par un écoulement urétral purulent et une dysurie. Linfection rectale est le plus souvent asymptomatique ou se traduit par une gène anale, un écoulement ou une rectorragie. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 7

8 Chez la femme, linfection est asymptomatique dans la moitié des cas. Le rectum peut être le seul site de linfection. Linfection peut se traduire par : un écoulement vaginal ou urétral et/ou une dysurie des douleurs pelviennes, une dyspareunie ou un saignement inter menstruel. Le col utérin peut être le siège dune inflammation, avec un écoulement purulent et un saignement au contact. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 8

9 Diagnostic bactériologique Lexamen direct du pus prélevé ou des frottis de sites infectés peut mettre en évidence des diplocoques à gram négatif. Le diagnostic doit être confirmé par la culture. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 9

10 Diagnostic différentiel Chez lhomme : urétrites non gonococciques. Chez la femme : infection urinaire, trichomonase, candidose, vaginites bactériennes. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 10

11 Gonocoques à lexamen direct de pus urétral. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 11

12 Urétrite gonococcique. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 12

13 Vaginite à gonocoque ( leucorrhées ). Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 13

14 Ophtalmia neonatorum. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 14

15 Le traitement de la gonococcie est avant tout…… préventif! Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 15

16 URETRITES NON GONOCOCCIQUES CHEZ LHOMME Ces UNG sont habituellement sexuellement acquises et sont dans environ 50% des cas dûes à Chlamydiae trachomatis. Aucun germe nest retrouvé dans près de 30% des cas. Chlamydiae est transmise de la même façon que le gonocoque et les sites infectés sont identiques. Lincubation peut par contre durer de quelques semaines à quelques mois. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 16

17 Les signes urétraux sont moins prononcés que dans la gonococcie et peuvent être absents dans environ 50% des cas. En labsence de traitement, les signes cliniques, sils étaient présents samendent mais le patient reste contagieux plusieurs mois. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 17

18 Autres micro-organismes en cause dans les UNG Mycoplasma genitalium ++ Ureaplasma urealyticum ++ Trichomonas vaginalis Candida albicans Neisseria meningitidis Virus herpes simplex Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 18

19 Traitement des infections chlamydiales et des UNG IL EST IMPORTANT DE TRAITER SYSTEMATIQUEMENT LE,LA OU LES PARTENAIRES DANS LE MÊME TEMPS. Doxycycline 100 mg per os x 2/jour / 7 jours Azithromycine 1000 mg per os en prise unique Ofloxacine 200 mg x 2/ jour / 7 jours Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 19

20 INFECTION CHLAMYDIALE CHEZ LA FEMME Le col utérin et lurètre sont souvent atteints mais linfection est asymptomatique chez 4 patientes sur 5. Les principaux signes rencontrés sont les leucorrhées et la dysurie, mais un saignement post-coïtal ou intermenstruel ou une dyspareunie peuvent révéler linfection. Le traitement de linfection chlamydiale de la femme est superposable à celui des hommes. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 20

21 Complications des infections à Chlamydiae lésions tubaires avec risque de stérilité et de GEU périhépatite douleurs pelviennes chroniques transmission périnatale au nouveau-né ( ophtalmie purulente, pneumonie) conjonctivite chez ladulte syndrome de Reiter et ARSA (arthropathie réactive sexuellement acquise). Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 21

22 Cervicite à Chlamydia trachomatis. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 22

23 Cervicite purulente. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 23

24 Vaginite à Chlamydiae trachomatis. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 24

25 Urétrite à Chlamydiae. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 25

26 LA SYPHILIS GENERALITES Il sagit dune infection bactérienne liée à une spirochète, Treponema pallidum. Chez ladulte, cest le plus souvent une IST. Linfection est demblée systémique, même si chez certains patients les symptômes initiaux sont frustes ou absents. Lévolution naturelle de la syphilis non traitée est variable et linfection peut rester totalement latente, mais des manifestations cliniques peuvent apparaitre à tout moment. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 26

27 LA SYPHILIS PRECOCE La Syphilis primaire Lincubation moyenne est denviron 2 à 4 semaines. La lésion primaire ou chancre se développe à la porte dentrée de linfection, généralement dans la région génitale et saccompagne volontiers dadénopathies mobiles et indolores. En labsence de traitement, le chancre disparait en 2 à 6 semaines en laissant une petite cicatrice atrophique. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 27

28 La Syphilis secondaire Elle débute 6 à 8 semaines après le développement du chancre et est liée à la diffusion systémique des tréponèmes, induisant une maladie multi systémique. Elle se traduit dans la grande majorité des cas par une éruption cutanée de type maculeux ou maculo- papuleux ( roséole syphilitique ). En labsence de traitement, léruption peut durer jusquà 12 semaines. Certaines papules peuvent confluer dans les zones humides et former des condylomes plats ( vulve, anus). Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 28

29 Des adénopathies généralisées sont retrouvées chez plus de la moitié des malades. Dautres manifestations cliniques peuvent se voir : méningites paralysie des nerfs crâniens uvéite antérieure ou postérieure hépatite glomérulonéphrite périostite. Ces manifestations régressent généralement sans traitement mais peuvent rechuter la 1 ère année. La maladie entre ensuite dans la phase de latence. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 29

30 Syphilis latente Ce stade est subdivisé en latence précoce (dans les 2 ans qui suivent la contamination), contagieuse sexuellement. latence tardive ensuite, non contagieuse sexuellement. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 30

31 LA SYPHILIS TARDIVE La syphilis latente tardive peut durer plusieurs années ou toute la vie. La Syphilis tertiaire bénigne se développe entre 3 et 10 ans après la contamination. Sa manifestation caractéristique est une lésion granulomateuse chronique appelée gomme, qui peut être unique ou multiple. Ces lésions au niveau cutané peuvent être des nodules ou des ulcères, dont la guérison est lente. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 31

32 La syphilis cardiovasculaire peut apparaitre plusieurs années après la contamination, surtout sous la forme dune aortite (à lorigine dune IAo, dun angor voire dune anévrysme de laorte ). La neurosyphilis demande également de nombreuses années pour se développer. Elle peut ne se traduire que par des anomalies du LCR (infection asymptomatique). Les formes symptomatiques sont dominées par la maladie méningovasculaire, le Tabès et la Paralysie générale. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 32

33 TRAITEMENT DE LA SYPHILIS Syphilis précoce Procaïne BenzylPénicilline G UI/ jour en IM pendant 10 jours. Benzathine Pénicilline G 2,4 MU en IM 1 fois par semaine 2 fois en cas dallergie à la pénicilline Doxycycline 100mg x 2/j / 14 j Erythromycine 500mg x4/ j / 14 j Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 33

34 Syphilis tardive latente Procaïne BenzylPénicilline G U / j en IM pendant 17 jours Benzathine Pénicilline G 2,4 MU en IM par semaine 3 fois en cas dallergie à la pénicilline Doxycycline 200mg x 2/j per os /28j Le traitement sera identique pour les syphilis tertiaire bénigne et cardiovasculaire. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 34

35 Neurosyphilis Procaïne BenzylPénicilline G 1,8-2,4 MU/j en IM plus Probénécide per os 500mg x 4/j pendant 17 j BenzylPénicilline 3-4 MU/4 heures en IV pendant 17 jours Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 35

36 Chancre syphilitique. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 36

37 Syphilis secondaire – condylomata lata. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 37

38 Syphilis secondaire. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 38

39 Syphilis tertiaire. Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 39


Télécharger ppt "INFECTIONS BACTERIENNES DE LAPPAREIL GENITAL U.E 2.5. S3 LICENCE EN SOINS ET TECHNIQUES INFIRMIERS Dr DOMINIQUE ZAGOZDA Réanimation Polyvalente 1."

Présentations similaires


Annonces Google