La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

RADIOFREQUENCES ET SANTE État des connaissances et recherches en cours Dr René de SEZE Laboratoire de Toxicologie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "RADIOFREQUENCES ET SANTE État des connaissances et recherches en cours Dr René de SEZE Laboratoire de Toxicologie."— Transcription de la présentation:

1 RADIOFREQUENCES ET SANTE État des connaissances et recherches en cours Dr René de SEZE Laboratoire de Toxicologie

2 LES CHAMPS ELECTROMAGNÉTIQUES DE FAIBLE INTENSITÉ NE PROVOQUENT PAS DALTÉRATION DE LA SANTÉ DES EFFETS BIOLOGIQUES OBSERVES AVEC LES CHAMPS DES TELEPHONES JUSTIFIENT DÉVALUER LEUR IMPACT SANITAIRE

3 Mécanisme dinteraction des champs RF Orientation de molécules chargées eau protéines Transformation en chaleur : téléphones : 1 W/kg maximum en superficie antennes : < 0,1 mW/kg sur lensemble du corps Pas dautres effets connus validés des champs RF

4 Effets des RF sur les êtres vivants Thermiques : accidents, avérés vasodilatation, inactivation des enzymes, altération des protéines, brûlures,... > 150 W/kg Œil hydraté, peu vascularisé : cataracte chez l'animal, seuil > 100 W/kg, > 4 h T de 5°C (> 42°C) Barrière hémato-encéphalique : > 5 W/kg ? « Micro- ou athermiques » : clic microonde durée et intensité des impulsions Non-thermiques : calcium effet non confirmé, de faible amplitude, ne perturbe pas le fonctionnement cellulaireThermorégulation Perception : récepteurs thermiques Non-thermiques : calcium

5 Epidémiologie des RF Peu d'études (sauf en ex-URSS) Sources = radars et équipements médicaux, Effets recherchés : cancer du cerveau et leucémie, Résultats généralement négatifs, Etudes en cours sur les téléphones mobiles.

6 Recherche deffets graves : Cancer Expérimentation négative Épidémiologie Recherche deffets bénins Pour l'OMS: Qualité de Vie = Santé Système auditif ? Système nerveux ? Autres ? Études en laboratoire EFFETS des TELEPHONES sur la SANTE ?

7 EPIDEMIOLOGIE - CANCER Hardell, Muscat, Inskip, Linet : 250 à 600 ; < 0 population générale ou profession exposée augmentation du côté exposé ? Pas de sens! IARC : Cardis - INTERPHONE Tumeurs du cerveau (6000) : cancer ou neurinomes Tumeurs des glandes salivaires (cou : parotides ; 3000)

8 EXPERIMENTATION - EFFETS NOUVEAUX Barrière hémato-encéphalique Expression de gènes et protéines Phénomènes inflammatoires (astrocytes) Seuil > niveaux des téléphones : marge ?

9 EPIDEMIOLOGIE - EFFETS BENINS Mild Céphalées, Irritation cutanée, Fatigue : NMT (analogue) Ghia Maux de tête : +30%

10 Audition EEG, Sommeil Mémoire, Vigilance, Tension artérielle Stimulateurs cardiaques Échauffement Conséquences sanitaires? EFFETS BENINS, BIOLOGIQUES ou PHYSIOLOGIQUES

11 I - SYSTEME AUDITIF organe le plus exposé : oreille expositions de 30 min. à 1 h Paramètre étudié vitesse de propagation du signal nerveux engendré par les sons à la base du cerveau à la surface du cerveau LES EFFETS BENINS

12 Audition : Résultats Kim et al., 1998 N=10, vitesse légèrement diminuée de Seze et Miro, 1998 N=20, pas d'effet Eulitz, 1998 ; Krause, 2000 sons + tâche intellectuelle COMOBIO: Chauvel, Coatrieux et de Seze sujets sains et épileptiques

13 II - SYSTEME NERVEUX Sommeil Electroencéphalogramme ou EEG Fonctions cérébrales mémoire attention

14 Sommeil Paramètres délai d endormissement durée des stades de sommeil superficiel profond périodes de rêve éveils nocturnes

15 Röschke et Mann Mann et Röschke, 1996 Champ GSM, 14 volontaires Exposition toute une nuit pendant le sommeil Endormissement plus rapide: 9,5 au lieu de 12,3 Durée de la période de rêve 2 études complémentaires: Wagner et al., 1998; Röschke et al., 2000 système mieux contrôlé, effet non confirmé ?

16 Borbely, 1999 éveils nocturnes Intensité EEG pendant les rêves Billiard et de Seze : faisabilité ? Unité des Troubles du Sommeil et de l'Eveil à Montpellier : effet sur le sommeil de volontaires exposés 2 h/jour pendant un mois : Pas de différence !

17 Effets sur lEEG Intensité EEG augmentée von Klitzing, 1995 Fréquence différente : 150 MHz, pulsés à 217 Hz Reiser, 1995 Augmentation 15 après exposition Dec, 1997 ; Ayoub et de Seze, 1998 ; Grigoriev, 1999 Thuroczy, 1997 ; Freude, 1998 Diminution d intensité de l EEG

18 Absence deffets sur lEEG Volontaires éveillés exposés quelques min., pas de modifications : Röschke et Mann, 1997 Kim et al, 1998 Hietanen, 2000

19 Tests cognitifs Paramètres étudiés vigilance attention temps de réaction de choix (2 à 10 choix) mémoire de travail empan verbal (mots de Rey) Résultats Calabrese, personnes : 25 EX, 27 TE tests neurophysiologiques Pas d effet

20 Preece (2000) 36 sujets ; batterie de tests 25 à 30 min mémoire immédiate de mots lus, de nombres ou d'images : pas de différence temps de réaction simple ou de vigilance: < 0 temps de décision diminué effet équivalent à un rajeunissement de 20 ans, ou à une consommation d'alcool, mais avec dans ce dernier cas, un nombre d'erreurs important Mécanisme possible : échauffement

21 Krause, 2000 N=18 ; EEG pendant des tâches intellectuelles : intensité : accélération du calcul mental Koivisto, 2000 N=48, 12 tâches, GSM, 1h temps de réaction simple -9ms, p<0,026 vigilance -25ms, p<0,001 calcul mental-29ms, p<0,044

22 Besset (2004, in press) 55 sujets ; batterie de tests 25 à 30 min mémoire immédiate et différée de mots lus, de nombres ou d'images temps de réaction simple ou de vigilance temps de décision diminué tests d attention Pas de différence

23 ETUDES CHEZ LHOMME - Tension artérielle Braune : 35 min GSM, TA Réplication: exposition aléatoire, pas deffet (effet de lordre de passage et du temps « de repos » dans le protocole) STIMULATEURS CARDIAQUES Pas dinterférence > 10 cm champ max = 80 V/m < 10 cm, ++ monopolaires (Europe ++) Pas dincident clinique Filtres spécifiques (Feed-Through)

24 ECHAUFFEMENT Perception de chaleur (Oftedal,2000) Absorption du champ EM dans la tête ( %) Maximum dans la peau ([1] – [2])

25 Échauffement du téléphone 30 min équilibration température ambiante = 18 °C Échauffement de la joue 2 capteurs face à face en une position très précise sur le télépone et sur la joue

26 Échauffement de la joue : transfert de calories versus EMF ? Emission détournée sur une résistance: pas de différence de température

27 Conclusions sur léchauffement Léchauffement dû au champ électromagnétique nest pas mesurable (< 0,1°C) Léchauffement mesuré est dû à un échange de calories entre le téléphone et la peau Des études spécifiques sont nécessaires pour définir si les effets physiologiques rapportés peuvent être dus à léchauffement observé, ou sil sagit deffets non thermiques des champs EM

28 PERSPECTIVES Effets physiologiques Exposition de longue durée? Sujets pathologiques (COMOBIO-épilepsie) Mécanismes? Travaux complémentaires : échauffement

29 CONCLUSION Effets biologiques ? réversibles Dans les « limites physiologiques » ou non reproductibles Effets sur la santé ? Probablement plutôt non Mais prudence, Etudes à poursuivre


Télécharger ppt "RADIOFREQUENCES ET SANTE État des connaissances et recherches en cours Dr René de SEZE Laboratoire de Toxicologie."

Présentations similaires


Annonces Google