La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Cliniques de Psychologie Médicale 2ème doc. médecine Prof. I. Pelc Références bibliographiques Psychologie Médicale Ph. Jeammet, M. Reynaud, S. Consoli.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Cliniques de Psychologie Médicale 2ème doc. médecine Prof. I. Pelc Références bibliographiques Psychologie Médicale Ph. Jeammet, M. Reynaud, S. Consoli."— Transcription de la présentation:

1 Cliniques de Psychologie Médicale 2ème doc. médecine Prof. I. Pelc Références bibliographiques Psychologie Médicale Ph. Jeammet, M. Reynaud, S. Consoli Coll. Abrégés - Masson 1996 consultez la page « documentation » du Laboratoire de Psychologie Médicale de l U.L.B. sur le Web :

2 Psychologie Médicale Définition : «létude la plus scientifique possible des données psychologiques mises en jeu par la création dune situation relationnelle liée à la demande de soins médicaux» Ph. Jeammet

3 Psychologie Médicale introduite dans les études médicales à partir des années 60 au moment des plus grands succès de la médecine «somatique» (centrée sur la maladie plus que sur le malade) mais qui a montré ses limites

4 Psychologie Médicale sintéresse à tout ce qui concerne le fonctionnement mental du malade et du médecin médecine plus globale, centrée sur lhomme malade la maladie est vue comme lexpression dun déséquilibre qui affecte toute la personnalité

5 Psychologie Médicale Considérer lorgane malade est nécessaire mais pas suffisant. Cest lhomme en situation dans son milieu et avec sa personnalité propre que le soignant doit prendre en compte La rationalisation de la médecine met en valeur les facteurs irrationnels. Les ignorer serait irrationnel. Lirrationnel nest pas nécessairement insensé.

6 Psychologie Médicale Lhistoire de chaque homme est ce qui permet de le connaître et de le comprendre La maladie nest pas cet événement frappant un individu qui la subit et dont toutes les forces tendent vers la guérison Lorganisme malade est impliqué dans lapparition, le déroulement, la guérison de la maladie

7 Psychologie Médicale causalité linéaire simple : un agent microbien externe est cause dune lésion dun organe causalité circulaire avec effets de rétroaction : la réaction de lorganisme devient à son tour facteur dagression pour lui conception multi-factorielle : une pluralité de facteurs interagisssent entre eux : génétiques, environnementaux, psychologiques

8 Eléments de théorie de la communication ä verbale ä non verbale ä il est impossible de ne pas communiquer ä contenu = sens manifeste = signifié ä type de relation = sens latent = signifiant

9 Types de communications ä communication acceptée = dialogue ä opposition à la communication = refus 1. annulation 2. rejet 3. déni

10 Satisfaction du patient et qualité de sa collaboration l En psychologie médicale on se soucie de plus en plus de la qualité de satisfaction que ressent le patient au cours de son traitement ä non seulement par déontologie ä mais surtout par souci d'efficacité l on a montré que la satisfaction du patient est l'un des facteurs principaux qui conditionne sa collaboration au traitement

11 Aspects psychologiques de la relation médecin-malade l relation médecin-malade = ensemble des conditions psychologiques qui influencent le type de contact qui s'établit entre le médecin et son patient ä dépendance ä régression 1. réduction spatio-temporelle 2. égocentrisme 3. transfert

12 Analyse transactionnelle l Trois états du Moi : Parent - Adulte - Enfant Communication du type Parent = jugement de valeur, ordre Communication de type Adulte = information objective Communication de type Enfant = expression émotionnelle

13 Technique des Groupes Balint Michael Balint ( ) : médecine interne puis psychanalyse, il se consacre à l'étude des relations psychologiques médecin-malades Au cours de réunions de groupe, les médecins parlent de leurs attitudes et des difficultés qu'ils rencontrent avec leurs patients Il ne s'agit pas d'une psychothérapie pour praticien

14 Eléments pour l'entretien avec le patient ä méthode dite directive = questions fermées réponses par oui ou non ä méthode non directive = questions ouvertes réponse : champ libre ä méthode semi-directive = le médecin sait quels champs explorer mais les questions viennent au gré des associations d'idées du patient

15 Un entretien n'est pas : une conversation sans finalité thérapeutique une discussion destinée à convaincre un interrogatoire systématique qui enferme le patient un discours du médecin une confession où le patient attendrait des jugements de valeur

16 Ce qui favorise l'entretien l l'empathie : entre apathie (insensibilité) et sympathie (souffrir avec), lempathie est la juste distance affective = le patient sent qu'on le comprend sans qu'il y ait identification ä techniques favorisant la perception empathique du patient : 1. la réitération 2. le reflet compréhensif 3. l'élucidation il y a des questions à faible charge émotionnelle, d'autres à forte charge on veillera à ne pas soumettre le patient trop longtemps à une charge émotionnelle trop intense

17 Certaines attitudes parfois source de blocage ä attitude de support ou de réassurance : …."ce n'est pas grave, ce n'est rien... » vécu comme banalisation excessive ä attitude investigatrice : recherche systématique de détails ä attitude "solution du problème » mieux vaut que le patient participe ä les silences : doivent être respectés mais sans excès

18 Introduction aux psychothérapies amener le patient à être au mieux en accord avec lui-même situation relationnelle émotionnellement intense dans le cadre d'une relation d'aide basé sur un système rationnel ou mythique entrevoir des moyens nouveaux vivre des expériences réussies la psychothérapie n'est pas la panacée pour tous

19 Les grands courants de psychothérapies l Psychothérapies psychanalytiques en référence à la psychanalyse : Sigmund Freud - inconscient - sexualité infantile - transfert l Psychothérapies systémiques basées sur la théorie des systèmes : ex. Watzlawick - couples - familles - institutions l Psychothérapies comportementales utilisent les théories du conditionnement : Pavlov - renforcements - modification du comportement

20 Formes de psychothérapies l Thérapeutiques basées sur la suggestion introduire dans le psychisme des idées nouvelles l Thérapeutiques cathartiques par abréaction émotionnelle revivre les souvenirs l Thérapeutiques dialectiques échanges verbaux entre thérapeute et patient

21 Eléments de psychopathologie générale l La psychopathologie étudie les mécanismes par lesquels apparaissent des perturbations du fonctionnement psychique ä non seulement dans les maladies mentales ä mais aussi à l'occasion de difficultés psychologiques qui peuvent être à l'origine d'affections somatiques ou accompagner tout état de maladie

22 De l'adaptation à la décompensation l l'incapacité à s'adapter engendre un processus de décompensation psychologique l un événement (life event) est plus traumatisant (stressant) s'il nécessite une plus grande mobilisation psychologique

23 Trouble primaire réaction secondaire l primaire = directement causé par la perturbation sous-jacente l secondaire = réaction de l'individu au trouble primaire ä Exemples : 1. Dépression : ralentissement hyperactivité 2. Schizophrénie : autisme délire 3. Korsakoff : tr. mémoire confabulation 4. Alcool : sédation agressivité

24 La recherche étiologique ! une même symptomatologie psychologique peut avoir des étiologies de nature très diverses ä exemple : la dépression 1. facteurs biochimiques 2. caractéristique de personnalité 3. décompensation, inadaptation actuelle 4. relation particulière à autrui

25 tristesse excessive, désespoir perte dintérêt, de motivation, denvie, ennui résignation, perte délan vital perte destime de soi, auto dévalorisation troubles alimentaires agitation ou ralentissement difficulté à se concentrer troubles du sommeil fatigue, perte dénergie, incapacité à agir culpabilité excessive pensées de mort, idées suicidaires La dépression : critères diagnostiques

26 Etats névrotiques anxiété mécanismes de défense : refoulement, dénégation… symptomatologie : phobique, obsessionnelle, hystérique contact maintenu avec la réalité autocritique = conscience morbide adaptation au prix dune souffrance psychologique et de troubles névrotiques

27 perturbations psychiques très profondes mécanismes de défense : clivage, projection mécanismes dadaption insuffisants perte de contact avec la réalité rupture avec le monde extérieur isolement, autisme, délire dans son monde à lui peu d'autocritique vis-à-vis de ses troubles Etats psychotiques

28 Hallucinations visuelles auditives olfactives gustatives sensitives

29 Troubles de la pensée la pensée peut être : déréaliste (s'écarte de la réalité) si incommunicabilité : autisme diffluente (pas de ligne directrice) subir des blocages (arrêt des associations d'idées) le cours de la pensée peut être : ralenti :ralentissement idéo-verbal accéléré : fuite des idées la pensée peut être contaminée par des intellectualisations

30 Troubles de la pensée (suite) peuvent prendre un caractère pathologique : 1. fantasme (imaginaire reconnu comme non-réel) 2. phobie (peur exagérée liée à une situation) 3. obsession (irruption dune idée reconnue comme morbide) sont toujours pathologiques : 1. idées de référence (projection paranoïde) 2. délire (imaginaire pas reconnu comme non-réel) la capacité de jugement peut être altérée l'intelligence est perturbée par les pathologies (ex : démence) ou suite à émotions intenses

31 Troubles du niveau de conscience qualité de l'état de vigilance inattention (vis-à-vis du monde extérieur) dépersonnalisation (baisse de conscience de son propre fonctionnement psychique) suggestibilité troubles des perceptions : illusions, hallucinations

32 Troubles de l'orientation orientation dans l'espace = reconnaître son environnement orientation dans le temps = situer adéquatement les événements vécus identité de soi = se reconnaître en rapport aux autres confusion mentale = forme grave de désorientation

33 Troubles de la mémoire difficultés d'enregistrement du matériel de conservation d'évocation troubles de la mémoire augmentent avec 1. l'âge 2. le désintérêt 3. la fatigue peuvent résulter d'atteintes organiques ou de troubles psychologiques

34 Troubles des perceptions perceptions affaiblies si lattention ou le niveau de conscience baisse perceptions augmentent si champ de conscience très orienté illusion hallucination, perception sans objet délire

35 Troubles des affects états de sensation globale de nature agréable ou désagréable anxiété réactionnelle - trait de personnalité - symptôme niveau de l'humeur tristesse normale humeur dépressive dépression dépressions endogènes exogènes

36 Troubles du comportement agitation réaction émotionnelle intense état maniaque troubles du niveau de conscience agitation psychotique (délire) ralentissement états dépressifs détérioration mentale inhibition névrotique catatonie comportement à caractère excessif hyperphagie - kleptomanie - nymphomanie - tics

37 Troubles de la personnalité ä paranoïde ä cyclothymique ä schizoïde ä explosive ä anti-sociale

38 Troubles des relations à autrui ä relations avec la famille ä relations avec le milieu socio-professionnel

39 Théorie de l'analyse et de la modification du comportement ! la behavior therapy ne vise pas à résoudre des conflits intra-psychiques mais à modifier les comportements

40 deux règles du conditionnement : 1. la généralisation (S similaires => même R) 2. l'extinction (si conditionnement pas entretenu : R disparaît) ä importance des renforcements Théorie de lanalyse et de la modification du comportement

41 aversion spécifique contre-conditionnement ou inhibition réciproque self-contrôle bio-feedback ou rétroaction biologique Théorie de lanalyse et de la modification du comportement (2)

42 Médecine psychosomatique Le concept psychosomatique 1. approche holistique 2. affections où le psychologique joue un rôle important on distingue troubles fonctionnels et maladie psychosomatique Aspects psychologiques la notion de conflit est primordiale la frustration, dénominateur commun Aspects neurophysiologiques système limbique réticulaire ascendant hypothalamique médio-ventral

43 Pathogénie psychosomatique Théorie somatique, fragilité d'organe Théorie psychosomatique 1. conflit conscient, impact direct d'émotions conscientes (Wolf, Pavlov) 2. conflit conscient et inconscient dépendance et agressivité (Alexander)

44 Dysfonctionnement précoce au cours de la petite enfance (Grinker) Absence de pare-excitation Pensée opératoire (Marty) Alexithymie (Sifnéos) Insuffisance de mentalisation Echec d'adaptation : état dépressif chronique préexistant Pathogénie psychosomatique (2)

45 Psychosomatique (suite) ä isolation très fréquente entre symptômes physique et contexte psychologique ä différence avec hystérie de conversion ä orientation thérapeutique 1. traiter les troubles somatiques 2. penser aux médications agissant sur système para ou ortho-sympathique 3. psychothérapies diverses corporelles, émotionnelles...

46 L'alcoolisme : définition et clinique Multiplicité des définitions Ne pas se limiter aux complications physiques ou psychiques Dépendance psychologique envie de boire Dépendance physique syndrome de sevrage Tolérance accrue Perte de contrôle

47 tremblements fièvre nausées, vomissements maux de tête Syndrome de sevrage

48 L'alcoolisme : psychopathologie le nombre d'alcooliques est lié à l'importance de la consommation alcoolique dans une région donnée modalités d'alcoolisation 1. contact social 2. goût ou habitude 3. difficultés psychologiques 4. stimulant 5. pharmaco-dépendance

49 Facteurs d'alcoolisation (n = 86) Prof. I. Pelc - U.L.B

50 pour oublier ses soucis : lalcool est un bon psychotrope pour établir de bons contacts sociaux, pour faire la fête, pour se sentir joyeux pour se calmer, pour mieux dormir pour se stimuler pour se sentir plus à laise, moins timide parce quon aime le goût de lalcool parce que en famille on est encouragé ou entraîné à boire On peut boire :

51 Problèmes psychologiques et sociaux alcool

52 L'alcoolisme : traitement tenir compte des pathologies diverses prise en charge multidisciplinaire hospitalisation 1. sevrage sous contrôle 2. malade hors cadre habituel de vie 3. amorce de relation de confiance hospitalisation psychiatrique ou en hôpital général tolérer les rechutes !!!

53 Abstinence totale = ne pas boire du tout ! parce que risque de perte de contrôle

54 Apprentissage de lauto-contrôle apprendre à résister à lenvie de boire : on peut faire des exercices : - de support social (groupe dentraide) - de simulation en jeux de rôles - de reconnaissance des situations pièges pour modifier le comportement comme les allergiques, les alcooliques doivent apprendre à connaître les aliments quils peuvent absorber

55 Cure de sevrage : Arrêt complet de lalcool Traitement de substitution (Valium) Hydrater beaucoup : risque de diabète insipide Donner des suppléments de sucre (jus dorange) Suppléments de vitamines B : B1, B6, B12 Après 2/3 semaines la dépendance physique a disparu mais reste la dépendance psychologique

56 Le suicide Importance du problème du point du vue épidémiologique contre-transférentiel Syndrome pré-suicidaire crise, événement traumatisant, échec d'adaptation, perturbations émotionnelles, rupture de contact

57 Diverses significations auto ou hétéro-agressivité appel, échappement, ordalie... Ambivalence du suicidaire Groupes à risque adolescents, milieu de la vie, retraités récents, alcooliques, impulsifs, abandons amoureux... Le suicide (2)

58 Le suicide (3) en parler montrer que l on comprend qu il a besoin d'aide établir une relation empathique prendre son temps parler des événements traumatisants et motivations du désir de mort s'allier à la partie restée saine


Télécharger ppt "Cliniques de Psychologie Médicale 2ème doc. médecine Prof. I. Pelc Références bibliographiques Psychologie Médicale Ph. Jeammet, M. Reynaud, S. Consoli."

Présentations similaires


Annonces Google