La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

CYCLE INFERNAL Lamour est une ligne brisée Il monte et il descend, Comme les vagues de locean Sans bruit, à la lueur de la nuit. Il trinque avec la mort,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "CYCLE INFERNAL Lamour est une ligne brisée Il monte et il descend, Comme les vagues de locean Sans bruit, à la lueur de la nuit. Il trinque avec la mort,"— Transcription de la présentation:

1 CYCLE INFERNAL Lamour est une ligne brisée Il monte et il descend, Comme les vagues de locean Sans bruit, à la lueur de la nuit. Il trinque avec la mort, tout en inspirant la vie. Avant même de se rendre compte Quon est ramené aux tréfonds de labîme, Dans les méandres de nos amours ensanglantées, On se retrouve au plus haut point Du sommum des sentiments humains; Encouragé par un coeur, Jusque là inconnu, De nos prières et de nos jubilations. En moins de temps quil ne faut pour en jouir, On ressent déjà les effets secondaires Dun remède qui ressemble au mal Comme deux gouttes deau. Et le cycle continue…

2 EUX Quand les feux de lamour déchirent leur coeur Comme les éclats de verres Décapitent les paroles insensées Des lèvres dun imbécile, Lirresistible passion les embrase: Ils copulent ou convolent. Comme si tout nétait que chair et sang. Puis les vagues de loubli les emportent, Loin, très loin. Dans linfiniment petit. Dans un monde ou tout se ressemble. Ils se retrouvent perdus, sans passé ni avenir, et le présent nest que ruine de lâme. Quand lamour se fraie un chemin Dans les coeurs énigmatiques Des amoureux de la peur. Ils ne se posent même plus de question Et se laissent bercer par les refrains tendres Dune musique lointaine. Se dresse alors une passivité démoniaque, Possédant leur corps et leurs âmes, Jusquà lennui. Eux, ne sont ni ange, ni démon, Rien moins que… Ce que notre amour ne doit pas être.

3 LE MASQUE Quand on est au prise Avec sa propre réalité, On devient tout à coup soi- même. Le reste du temps, On danse un bal costumé Où tous pour soi, soi pour tous Est son unique devise. Lunicité de lêtre est une grande illusion. Tout est dans le geste Et lexpression de lautre soi- même. On ne fait tomber le masque Que pour en porter un autre.

4 ENFIN LIBRE La lumière du jour Mest apparue comme un sauveur Et libère mon esprit De langoisse passagère. Je ne me souviens plus Si jai pleuré; Seules les larmes laissent des traces. Mes pleurs sont des blessures de lâme: Elles naissent, puis disparaissent, Pour renaître à nouveau.

5 DES MOTS POUR TOUT DIRE Que marrive-t-il? Moi si loquace, si pugnace. Je ne retrouve même plus les lettres de mon nom. Sui-je devenu muet Ou mes pensées se sont envolées, U sommet du mont blanc, Inaccessible à ma mémoire. Qui sait, si mes mots pourront un jour Conter mon histoire. Mon amertume ne se mesure plus À la quantité de larmes Quelle arrache à mon cœur, Mais au nombre de jours Que jy passerai encore sans toi. Si mes mots mont quitté, Cest parce que Mon silence ma devancé. Il dit tout pour ne rien dire, Il ne dit rien pour tout dire.

6 SOLITUDE Si tu me voies passer, Ne me regarde même pas. Si je minvite chez toi, Ne me retiens surtout pas. Si par surprise Je te prends de force. Si tu ne peux rien faire Contre mon pouvoir Et ma force de désespoir, Souris-moi. Cela me foudroie Et me rend malheureuse. Tue-moi damour ou damitié. Alors, seule, je rendrai lâme, Pour mieux revivre ailleurs. Je suis la solitude.

7 LE LENDEMAIN Partir, tel est le but de lhomme. Nous ressentons constamment Le désir de fuir, Daller toujours plus loin. Mais nous avons beau marcher, Courir, voler, que sais-je; Planter notre destin sur le mont Everest, Nicher notre avenir Au cœur de lHimalaya, Percher nos souvenirs sur le Kilimandjaro, ou plonger nos rêves dans le Niagara, nous partirons toujours, car nous portons en nous la peur primale du lendemain.

8 ECHO Le vide reste suspendu Entre linfiniment petit Et linfiniment grand. Accroché à un bout de ciel bleu, Comme un géant perdu Dans un univers de nains. Je laborde avec mon cœur, Il me lance un regard figé. Je lui parle de ma vie, Il me répond avec ma voix. Ma peur mest retournée Avec le même frisson; Et mes éclats de rires Se sont vite décuplés. En écoutant mes pleurs Qui me reviennent comme un boomerang, Je me rend soudain compte Quau delà dune pensée, Je vis comme un homme.


Télécharger ppt "CYCLE INFERNAL Lamour est une ligne brisée Il monte et il descend, Comme les vagues de locean Sans bruit, à la lueur de la nuit. Il trinque avec la mort,"

Présentations similaires


Annonces Google