La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le rôle des tiers dans les services (institutions) dans la vie affective et sexuelle des personnes handicapées Carine Steux Directrice adjointe ASBL La.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le rôle des tiers dans les services (institutions) dans la vie affective et sexuelle des personnes handicapées Carine Steux Directrice adjointe ASBL La."— Transcription de la présentation:

1 Le rôle des tiers dans les services (institutions) dans la vie affective et sexuelle des personnes handicapées Carine Steux Directrice adjointe ASBL La Clairière-Arlon

2 Quest-ce que lamour ? Cest le comble de lunion de la folie et de la sagesse. Edgar Morin

3 Introduction : Qui suis-je et quelle expérience ai-je ? – Des années de travail au sein de lASBL « La Clairière-Arlon » – 10 ans dapproche de la vie affective par lintermédiaire dun groupe de travail interne à lASBL

4 Brièvement : La Clairière-Arlon -Quatre services -Trois sites -Des niveaux de handicap différents -Des projets de services différents

5 Un groupe de travail sur la VAS Bref historique – En 2000 nous participons à 4 à un congrès de lAIRHM à Namur sur le thème de la vie affective et sexuelle des personnes déficientes mentales – Les trois jours du congrès ont été denses. Nous avons pris des notes, échangé entre nous et avec dautres, recueillis un maximum dinformations.

6 De retour dans nos services, nous étions décidées à faire évoluer les choses : Nous ne voulions pas un Monsieur ou une Madame Sexe Nous avons étoffé notre groupe avec des éducateurs et des psychologues des différents services pour arriver à un groupe de 7 personnes Nous nous rencontrons environ une fois par mois

7 Nous travaillons de manière plus ciblée vers les professionnels de nos services car – Une grande partie du personnel est en première ligne et est donc confronté quotidiennement à la question – Nous voulons éviter quil y ait autant de réactions que de membre du personnel – Ce nest que si chacun se sent concerné que les choses pourront évoluer – Les différents niveaux de handicap nous amènent à avoir des approches multiples

8 Les outils de travail : – Le journal de lASBL – Les discussions formelles ou informelles dans les différentes équipes – Des affichages dans les toilettes du personnel – Des lignes de conduite

9 Quel est le SENS de notre travail ? QUI accompagne ? COMMENT on accompagne ?

10 Partons dune situation concrète Aline présente un handicap mental sévère, elle est trisomique Elle est sous minorité prolongée Elle vit en service résidentiel et rencontre Pascal en journée Son niveau de langage est faible, elle comprend difficilement ce qui lui est dit et il est également très difficile de la comprendre lorsquelle sexprime Pascal présente un handicap mental modéré Il est majeur Il vient en service daccueil de jour et vit aujourdhui avec son père Il sexprime par des mots-phrases, comprend assez bien ce quon lui explique lorsquon prend le temps avec lui.

11 Les tiers et leurs propos En partant de lexemple, les tiers ont des propos très vastes, qui peuvent être en contradiction Les situations peuvent vite devenir vite compliquées A quoi faut-il être attentif ? Quel rôle les tiers pourraient-ils avoir ? Comment clarifier la situation et se poser les bonnes questions ?

12 Quelques réflexions Il ny a pas de couple parfait Quoi que nous fassions, les personnes exprimeront leurs propres choix à un moment ou lautre, de manière adaptée ou non. Mieux vaut les entendre et les comprendre. Il ne devrait théoriquement pas y avoir de tiers sans demande des premières personnes concernées Si on se base sur nos questions multiples et sur nos craintes, rien ne bougera jamais Bien souvent, ce sont les bénéficiaires qui nous obligent à avancer

13 Nous voulons tous bien faire… mais… nous avons souvent des mais… car il y a : Les peurs Les freins concrets Les tabous Les croyances personnelles et nos parcours de vie individuels Nos expériences daccompagnement de la vie affective des bénéficiaires de nos services

14 Lempathie est un moyen dapprentissage : je me construis dans ma rencontre à lautre. Jai besoin dexpériences de rencontre pour clarifier mon identité

15 Des lignes de conduites Le groupe VAS interne à lAsbl a travaillé sur des lignes de conduite. Elles ont pour objectif : – De définir un cadre souple – Daider tous les professionnels concernés à prendre de la distance par rapport à ses propres références à réfléchir sur les questions quils se posent, en partant de situations concrètes – Dêtre un outil afin daccompagner les bénéficiaires de manière cohérente, dans un esprit douverture Pour ces raisons, ce sont bien des lignes de conduite et non une charte.

16 Questions des professionnels au sein du groupe de travail Quelle est la place des parents (notamment lorsque les bénéficiaires sont majeurs) ? Comment positionner de manière juste le secret professionnel ? Comment ne pas trop focaliser sur la vie affective et sexuelle et travailler les questions relationnelles ? Comment travailler la prévention adaptée pour chacun ? Que faire avec les bénéficiaires qui ne veulent pas aborder ce sujet et dont les parents veulent que nous les informions de manière complète (voir les accompagnions dans la pratique…) Quels sont les risques que nous prenons en agissant ou en agissant pas ? Nous travaillons régulièrement autour de ces questions. Nous avons quelques pistes de réponses qui doivent être adaptée pour chacun.

17 Bilan selon le groupe de travail Le négatif Sujet qui reste tabou On nous prend pour des rigolos Il y a trop dattentes de réponses toutes faites quand un problème se présente Les problèmes sont souvent noyés par trop de questions Pas de réelle utilisation ou refus dutilisation des lignes de conduite Les professionnels extérieurs se sentent incompétents Les réactions des bénéficiaires sont vastes – Cela va du « trop docile » au « nimporte quoi » – Niveau dinformation reçue, de maturité, de handicap très différents Le positif Il y a beaucoup de questions dans toutes les équipes Nous observons des évolutions dans le quotidien (réaction des professionnels et changements dattitudes chez les bénéficiaires) Il y a un intérêt pour le sujet qui touche un nombre de plus en plus grand de personnes Nous avons un soutien du CA et de la directrice Nos émotions Colère – Déception – Peur Plaisir - Défit

18 Conclusion Travail lent Demande une attention de tous les instants Beaucoup de créativité Un calcul du risque Une belle aventure pour le groupe


Télécharger ppt "Le rôle des tiers dans les services (institutions) dans la vie affective et sexuelle des personnes handicapées Carine Steux Directrice adjointe ASBL La."

Présentations similaires


Annonces Google