La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Prévenir lépuisement professionnel Jacques Lafleur, psychologue Clinique de Réduction du Stress d Anjou Le 27 avril 2006 UQUAM.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Prévenir lépuisement professionnel Jacques Lafleur, psychologue Clinique de Réduction du Stress d Anjou Le 27 avril 2006 UQUAM."— Transcription de la présentation:

1 Prévenir lépuisement professionnel Jacques Lafleur, psychologue Clinique de Réduction du Stress d Anjou Le 27 avril 2006 UQUAM

2 Nos objectifs 1. Mieux connaître et différencier la fatigue et lépuisement 2. Réaliser limportance de prendre soin de soi ( tout en prenant soin des gens et des choses à lextérieur de soi) 3.Développer des moyens de réduction du stress

3 Réponse non spécifique de l organisme à toute demande qui lui est faite (Selye, 1974) SIRIM: 1. Jai confiance/je réussis: adrénaline (et dopamine) 2. Je doute/je réévalue: cortisol et ACTH 3. Je ne suis pas/ plus capable: cortisol et ACTH Notre vie quotidienne joue réellement sur nos hormones Le stress: données de base

4 Difficultés d adaptation et comportements La course quotidienne ne laisse pas de temps pour le repos et lactivité physique; de plus, elle favorise le fast-food. La fatigue coupe le goût faire de lactivité physique. Une haute tension musculaire rend le repos difficile. Les émotions difficiles mènent à des comportements compensatoires malsains: alcool, sucre, gras, sel, café, etc. La vitesse / les difficultés de concentration créent des accidents = » Le stress entretient des comportements malsains/dangereux

5 Les sphères de santé Le physique La vie émotionnelle Les perceptions de soi, de la vie La motivation Les comportements Les facultés intellectuelles La vie relationnelle avec soi-même et avec les autres Lexistentiel, le sens

6 Symptômes et poids du stress Joie de vivre Poids du stress Équilibre Surcharge Épuisement Sécuritose Ennui

7 Symptômes et poids du stress Joie de vivre Quantité de demande Équilibre Surcharge Épuisement Sécuritose Ennui

8 «Diagnostic» de pré-épuisement 1. Augmentation des symptômes physiques et psychologiques en nombre et en intensité Tensions, fatigue, insomnie, perte de joie de vivre, irritabilité, perte du contrôle émotionnel, baisse de rendement, sentiment de « bout du rouleau » 2. Obsession en ce qui concerne les «obligations», diminution de la capacité de les gérer 3. Sérieux avertissements (Un saut qualitatif) 4. Épuisement (incapacité de vaquer à ses occupations)

9 Traitement du pré-épuisement = » Diminuer dramatiquement la dépense dénergie et la dépense dénergie dadaptation - Diminuer la tâche et ralentir - Se ressourcer: nature, jeu, vie intérieure, amis, culture, etc. - Dormir, bouger, «relaxer», prendre du temps pour soi - Mais aussi: travailler culpabilité et image de soi = »aborder le conflit intérieur: difficile en période de détresse La médication: les pour et les contre

10 Gestion du stress, 1ère génération Si (tension -» symptômes) alors (détente -» soulagement) Le remède, cest la relaxation Schultz, Jacobson, Benson, (notamment)

11 Servan-Schreiber (2003) Études effectuées auprès de cadres, après 6 semaines et 3 mois Palpitations : 47%, 30%, 25% Tensions dans le corps : 41% 15 % 6% Insomnie : 34% à 6% Sentiment dépuisement : 50% à 12% Douleurs diverses : 30% à 6% Les gens qui se disent anxieux la plupart du temps : 33% à 5% Mécontents : 30% à 9% En colère : de 20% à 5%

12 Nos recherches 71 répondants sur 127, le cours est terminé depuis au moins 6 mois 88% continuent la pratique, dont 43% tous les jours 92% sendorment mieux 42% ont cessé la médication (sommeil et anxiété) 97% connaissent mieux l origine de leurs problèmes, 91%réagissent mieux aux situations stressantes, 94 % contrôlent mieux les problèmes 90% se sentent mieux dans leur peau 64% disent que leurs apprentissages ont eu une effet + sur leurs proches 84% disent que les changements durent encore

13 Migraines et biofeedback Traitement terminé depuis Moins de 1 an1-3 ans4-5 ans Fréquence82%68%68% Intensité36%26%68% Durée15%36%66%

14 Migraines et biofeedback-3 Les migraines ont disparu: 18% Nette amélioration32% Amélioration moyenne22% Légère amélioration9% Sans changement12% Détérioration7% 74% amélioration en aff de soi, anxiété et rel. inter.

15 Gestion du stress, génération actuelle La détente oui, mais quelles sont les causes de la tension?

16 Quatre éléments communs à toute situation de mauvais stress Une réaction qui donne une panoplie de symptômes Des demandes dadaptation (occasions de stress) Une incapacité de composer sereinement (répondre) Une personne, à un moment donné de sa vie

17 Les quatre clés de léquilibre personnel 1. Soccuper de ses symptômes de stress Prévenir et se soigner 2. Doser ses occasions de stress Choisir: établir ses priorités 4. Assouplir ou changer ses attitudes 3. Mieux répondre - Exprimer - Agir - Inhiber de moins en moins

18 5 types de candidats à lépuisement Le grand travailleur (le bon gars, la bonne fille) Le sauveur (Superman, Superwoman) Le minutieux (le/la perfectionniste) Le courageux (le/la victime) L'ambitieux (le/la carriériste)

19 Le grand travailleur (le bon gars, la bonne fille) Incapable de dire non, de décevoir Soumis à lautorité (et aux collègues) Celui/celle sur qui on peut compter Besoin d être accepté, aimé, de plaire

20 Le sauveur (Superman, Superwoman) Cherche les grands défis, sennuie dans la routine Motivé par de grandes valeurs (aider les pauvres, les malades, les marginaux, les travailleurs, etc.) Besoin dêtre admiré

21 Le minutieux (le/la perfectionniste) Besoin de tout faire Incapable dajuster la qualité du travail à sa quantité ou à la nécessité de cette qualité Peur des reproches

22 Le courageux (la victime) Se retrouve dans un emploi dont le sens ou les exigences ont changé avec le temps Victime, du système, de lemployeur, de ses collègues ou clients Vit dans la nostalgie du temps d avant Besoin de la sécurité qui est liée à lemploi actuel

23 L'ambitieux (le/la carriériste) Cherche à aller toujours plus haut Besoin dargent et souvent de gloire

24 Caractéristiques psychologiques des candidats au burnout Mourir au combat Respect de soi <> valeurs (la responsabilité, la loyauté, la fidélité, la sécurité, lappartenance, le service aux autres, le dévouement, etc.) Sentiment d obligation : les choses doivent être faites. Obsédés par les obligations non encore remplies

25 De plus, ils peuvent Être très serviables Croire que «le repos se mérite» Tenir à travailler autant (plus fort) que les autres Vouloir se mêler de tout, contrôler Avoir le sens (désir) du mérite, du sacrifice Aimer travailler sur ladrénaline

26 Cause des arrêts de travail (SM) Le travail : 32% Vie personnelle 9% Vie personnelle et travail: 59% (Louise St-Arnaud,psychologue, Équipe de recherche RIPOST, CLSC-CHSLD Haute-Ville-Des-Rivières et Équipe santé au travail, Direction régionale de santé publique de la Capitale nationale)

27 La santé «psychologique» au travail J'ai le goût daller travailler Je sais pourquoi je fais ce que je fais/ pourquoi on fait ce quon fait (sens) Je sais où je veux arriver (objectifs clairs et maintenus) Je suis capable daccomplir la tâche (compétence) Je peux décider comment laccomplir (latitude décisionnelle) Je collabore avec d'autres (soutien relationnel/équipe, «bonne ambiance») Je peux réussir de façon satisfaisante (objectifs réalistes) On me donne les moyens de réussir (soutien organisationnel) Je suis traité correctement (équité) J'ai une rétroaction saine: - réévaluation si insatisfaisant- reconnaissance si satisfaisant

28 Facteurs organisationnels à impact négatif La violence physique, lintimidation ou le harcèlement psychologique La quantité de travail et les échéanciers irréalistes (on donne un coup à longueur dannée) Loctroi ou la délégation de tâches sans soutien ou moyens appropriés pour les réaliser Les objectifs ambigus Les rôles et fonctions ambigus Le climat dinsécurité Les lignes hiérarchiques confuses Les manquement éthiques, les injustices La dépersonnalisation, le fait de traiter les gens comme des numéros, sans vie familiale Les réformes et changements perpétuels Le mépris ou lignorance des compétences, Linflexibilité Les politiques ambiguës

29 Habiletés à développer pour être satisfait de son travail et pour éviter lépuisement 1. Redonner au travail la place qu'on veut lui accorder dans l'ensemble de sa vie 2. Reconnaître ses symptômes de stress et les respecter 3. Établir ses objectifs de travail et les respecter soi-même 4. Faire respecter ses objectifs de travail 5. Travailler avec efficacité 6. Décrocher

30 1. Redonner au travail la place qu'on veut lui accorder dans l'ensemble de sa vie Prendre du recul pour déterminer l'équilibre que l'on souhaite établir entre ses vies personnelle, familiale et professionnelle: Quelle est la vie que je veux vivre? Traduire cet équilibre en termes de temps => Estime de soi et engagement Org: =>accepter que les gens aient une vie privée

31 2. Reconnaître ses symptômes de stress et les respecter Se donner un vision dynamique du stress, qui nous donne de l'emprise sur lui Faire régulièrement l'évaluation de son état de stress Connaître et respecter ses signaux d'alarme, de façon à prévenir le stress excessif =>Estime de soi, sens du discernement org: =»sensibiliser, aider

32 3. Établir ses objectifs de travail et les respecter soi-même Établir ses priorités (et ses tâches) avec un esprit de collaboration et savoir les réévaluer avec un bon mélange de souplesse et de fermeté Utiliser un agenda détaillé Savoir situer toute nouvelle demande ou urgence dans le cadre de ses priorités S'en tenir à ses priorités sans se sentir coupable ou incompétent => Capacité de prendre du recul, de choisir, de lâcher prise Org=»participer à ce processus de façon responsable

33 4. Faire respecter ses objectifs de travail Collaborer pleinement avec l'employeur, les collègues et les subordonnés, mais sans se laisser manger la laine sur le dos: se positionner, négocier, déléguer, et aussi lâcher prise =>affirmation de soi Org=»participer à ce processus de façon responsable

34 5. Travailler avec efficacité Fournir une très bonne prestation de travail Atteindre ses objectifs professionnels Quitter le travail avec le sentiment du devoir accompli => sens des responsabilités, de l organisation, gestion du temps Org=»donner les moyens, reconnaître le travail accompli

35 6. Décrocher À la fin de la journée, regarder ce quon a accompli plutôt que ce quon na pas fait Apprendre à laisser le travail attendre jusqu'au lendemain sans se sentir coupable ou incompétent Se donner une vie personnelle et familiale riche, et en profiter =>lâcher prise, sens des valeurs et recul Org=»souligner ce qui a été fait, soutenir l équilibre travail/famille

36 Une enquête parmi dautres Chaire en gestion de la santé et de la sécurité au travail de l'Université Laval: Sur 3142 répondants dans 4 organisations: 43% des gens vivent une détresse psychologique élevée 54% Centre hospitalier 41% Maison d'enseignement supérieur 39% Pépinière 35% Industrie secteur métallurgie

37 Conclusion Le monde du travail est devenu relativement pathogène Première vision: conflit individu/organisation Les individus se sentent exploités et se protègent ou se vident Les organisations les considèrent faibles Le conflit demeure et samplifie Deuxième vision: on fait face à un problème de société On respecte les personnes On développe la co-responsabilité Et ici?

38 Quelques chiffres Augmentation (entre 10 et 15% annuellement) de la prescription d antidépresseurs entre 1995 et 2000 (15,800,000 en 2000) + 36 % de visites médicales pour dépression de 1995 à 2000, dont 78% concernent les ans (7,800,000 visites en 2000) 1, 314,000 personnes ont eu en moyenne 7.5 semaines de dépression 22% (89), 32% (96) et 43%) (02) des indemnisations longue durée pour SM L indice de niveau de stress élevé au travail a doublé en 10 ans Le travail représente une source de stress majeure pour 50 % des gens (2001) 42% des entreprises disent: «nos employés vivent de réelles pressions de temps» Le nombre de journées d'absence triple en 10 ans 55% des demandes aux PAE sont directement liés à des problèmes de travail

39 Quelques données à l appui Le «gros bon sens»: insomnie, fatigue, burnout, dépression, etc. Le DSM IV: Axe IV Échelle de réajustement social» des psychiatres Holmes et Rahe Le banal: la probabilité d attraper un rhume est directement proportionnelle au niveau de stress (Cohen, S., D. A. Tyrrell, et al.) Le moins banal: 10 fois plus de décès chez les veufs et veuves dans l année qui suit le décès du conjoint que chez les groupes du même âge Interheart: impact du stress comparable à celui du tabagisme


Télécharger ppt "Prévenir lépuisement professionnel Jacques Lafleur, psychologue Clinique de Réduction du Stress d Anjou Le 27 avril 2006 UQUAM."

Présentations similaires


Annonces Google