La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Age et vieillissement FNAR Mars 2011 Pr. Françoise Forette Université paris v ILC France Fondation nationale de Gérontologie www.ilcfrance.org.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Age et vieillissement FNAR Mars 2011 Pr. Françoise Forette Université paris v ILC France Fondation nationale de Gérontologie www.ilcfrance.org."— Transcription de la présentation:

1 Age et vieillissement FNAR Mars 2011 Pr. Françoise Forette Université paris v ILC France Fondation nationale de Gérontologie

2 Longévité : rêve fascinant depuis la nuit des temps Porté par les mythes et les religions : immortalité, vie éternelle, réincarnation… Mais la science commence à dépasser la science fiction, la longévité saccroit, la barrière de linéluctable et de limpossible se fissure, derrière lhumanité sénescente souffrant de multiples maux se profile la possibilité dun vieillissement sans maladie…

3 Laccroissement de la longévité va-t-il se poursuivre? Lallongement progressif de la durée de vie humaine est un phénomène unique lié à notre espèce. Lhomme est le seul mammifère capable de modifier son histoire et parfois celle des espèces qui lentourent. Mais : - lEV est marquée par des inégalités individuelles et globales - lallongement de lEV nest jamais acquis définitivement : exemple de la Russie - associé à la baisse de la natalité, il entraine un vieillissement de la population jugé néfaste pour certains; La longévité est et restera un défi biologique, médical et social

4 Les Supercentenaires Une prévision difficile ( Meslé et Vallin) Plus le nombre de nonagénaires est élevé plus il y a de chances quune partie de la population atteigne 100 ans Les projections restent aléatoires variant de à centenaires en 2050 (Insee 2006) Il est probable que la progression se poursuive. La question de la limite biologique de la vie humaine reste posée.

5 Hétérogénéité interindividuelle du vieillissement: deux facteurs principaux Hétérogénéité génétique (Carnes 2001) - 30% des gènes codant pour les enzymes et autres protéines sont polymorphiques (Lewing 1996) - accumulation de mutations génétiques dans les cellules somatiques (Finch, Kirkwood 2000) - Voie de signalisation IGF-1 (Cohen.E- Cell Dec 11;139(6): ): des études récentes montrent que des mutations dIGF-1R et des variants de FoxO3 sont plus fréquents dans des cohortes de centenaires (Holzenberger M. 2010) Facteurs denvironnement - Niveau socio-économique (différence Nord-Sud) - Progrès de la médecine en particulier sur le plan de la prévention et laccès aux soins

6 Personnes âg é es de plus de 80 ans en France (1950 – 2050) Source: Population Division of the Department of Economic and Social Affairs of the United Nations Secretariat, World Population Prospects: The 2008 Revision ,6% ,8% ,3% ,5%

7 Esp é rance de vie à la naissance en France (en ann é es) (1950 – 2050) Source: Population Division of the Department of Economic and Social Affairs of the United Nations Secretariat, World Population Prospects: The 2008 Revision.

8 L esp é rance de vie à 35 ans n est pas la même selon qu on est cadre ou ouvrier en France Cadres, professions lib é rales Ouvriers Diff é rence d esp é rance de vie en ann é es Hommes46397 ans Femmes ans Insee Première n°1025, juin 2005

9 Lespérance de vie à la naissance nest pas la même selon la région 2007Ile de FranceNord-Pas-de-Calais Diff é rence d esp é rance de vie Hommes7974,24,8 ans Femmes 84,982,22,7 ans Insee Fichier Etat-Civil et Estimations localisées de population - Insee Fichier Etat-Civil et Estimations localisées de population

10 Mortalité relative pour la période de en France, pour les hommes et les femmes âgés entre 35 et 64 ans en 1990, selon le plus haut diplôme déclaré. Rapport du HCSP sur les inégalités sociales de santé : sortir de la fatalité - décembre 2009

11 La population française des seniors : 6,6% de personnes dépendantes de plus de 60 ans (Insee –HID study -GIR 1-4) ÂgeHommeFemmeTotal Total

12 La dépendance en France personnes sont bénéficiaires de l APA au 30 Septembre 2009 (DRESS Décembre 2009) 62% vivent à domicile et 38% en établissement Coût pour la collectivité : 21 Milliards

13 Pour que la longévité soit une chance individuelle et collective,en particulier économique, le grand enjeu est daugmenter lespérance de vie en bonne santé et en activité

14 Cibles de la prévention Les maladies dites liées à lâge La fragilité? Linactivité ?

15 La plupart des maladies source de dépendance et dites liées à lâge, ont des facteurs de risque modifiables Maladies cardio-vasculaires Accidents vasculaires cérébraux Démences (Alzheimers disease) Cancers Arthrose et ostéoporose Problèmes orthopédiques (fractures) Troubles sensoriels (vision et audition) Dépression Troubles nutritionnels La prévention pourrait les éviter dans un grand nombre de cas. Elle sera magnifiée grâce aux progrès en cours (thérapie cellulaire, puce à ADN, biotechnologies…) Il nest jamais, ni trop tôt ni trop tard

16 La prévention doit être mise en œuvre dans les entreprises LÉtude Entreprise en Bonne Santé (ILC France, en cours) est un projet de recherche qui vise à démontrer aux employeurs et aux pouvoirs publics quun programme de prévention de la santé effectué en entreprise peut : –accroître la culture sanitaire –changer les comportements –améliorer ainsi le bien-être et lefficacité du personnel aussi bien chez eux que sur leur lieu de travail. –changer limage de lentreprise A terme labelliser les entreprises: « Entreprises en bonne santé »

17 La fragilité : un syndrome complexe de vulnérabilité accrue Définition: La fragilité est un état de vulnérabilité à un stress secondaire à de multiples déficiences de systèmes qui conduisent à une diminution des réserves physiologiques (Réunions dexpert :Hogan, 2003, Ferrucci, 2004, Walston, 2006, Bergman, 2007). Critères: Fatique, sarcopénie, perte de poids, diminution de la vitesse de marche et diminution de lactivité physique. La fragilité est-elle réversible?

18 On peut agir sur un certain nombre de signes: -Sarcopénie (affaiblissement des muscles) -Ostéopénie/ostéoporotique -Troubles de l'équilibre et de la marche - Dénutrition Une recherche importante sadresse aux modifications physiologiques (Testostérone, GH, Inhibiteurs des cytokines, inhibiteurs des caspases, antagonistes de la myostatines….). Une meilleure intégration sociale reste capitale

19 Inactivité et Longévité Linactivité réduit la longévité Toutes les formes dactivité réduisent la mortalité et donc augmentent lespérance de vie: –Activité physique –Activité de loisir –Activité professionnelle –Engagement social

20 Byberg L and coll. BMJ Mar % 72.0% 61.8% Il nest jamais trop tard …

21 Entre 35 et 80 ans, les hommes inactifs ont eu une mortalité 2,7 fois plus élevée que lensemble des hommes sur la période Insee Les conséquences de linactivité sur la mortalité

22 Travailler plus longtemps et avoir une retraite stimulante sur le plan cognitif Plus lâge de la retraite est tardif, plus le début de la MA est retardé. Chaque année supplémentaire en emploi recule le début de la MA de 0.13 ans. La « réserve cognitive » construite pendant la vie est prolongée par cet engagement professionnel de sorte que les fonctions cognitives restent au-dessus du seuil de la démence pendant plus longtemps. Ceci est corroboré par lobservation dun effet positif continu des activités cognitives plus tard dans la vie. Ces observations encouragent un entraînement cognitif continu tard dans la vie et ajoutent du poids à l'idée d'une politique de retraite active. Int J Geriatr Psychiatry 2009; 24: 1–7. Lupton and coll

23 Promouvoir lemploi des seniors implique des changements indispensables Lutter contre les maladies professionnelles Améliorer les conditions de travail Augmenter la flexibilité Mieux analyser le phénomène du stress Lutter contre les discriminations et la peur des charettes liées à lâge Lutter contre les inégalités liées à la CSP et à léducation. Promouvoir la santé en entreprise Valoriser les effets bénéfiques du travail sur la santé, les fonctions cognitives et la longévité

24 Loptimisme Etudes sur le tempérament optimiste et la mortalité cardiovasculaire Cohorte suivie 15 ans entre 1985 et hommes inclus (61,4%) sur 887 Âgés de 64 ans à 84 ans libres dantécédents cardiovasculaires préexistants ou de maladie et de cancer données complètes sur les facteurs de risque cardiovasculaires et les caractéristiques sociodémographiques Giltay and co - Arch Intern Med-vol fevrier Giltay and co - Zutphen Elderly Study (NL)-Arch Intern Med-vol fevrier 2006-

25 Espérance de vie et croissance économique Pays en voie de developpement : Le rapport de la Commission on Macroeconomics and Health (2001) de lOMS conclut quune augmentation de 10% de lespérance de vie à la naissance contribue au moins à 0,3 point de croissance supplémentaire par an. Pays industrialisés : les travaux de Suhrcke et Urban (2006) montrent, pour un ensemble de pays développés, que 10% de baisse du taux de mortalité par maladies cardiovasculaires entraînerait un point de plus de croissance du Produit intérieur brut (PIB) par tête dans les cinq années suivantes. Suhrcke M, Urban D. The role of cardiovascular disease in economic growth, Venice: WHO European Office for Investment for Health and Development: mimeo 2006.

26 Les clefs dune longévité chaleureuse et productive La recherche sur les mécanismes du vieillissement La prévention des maladie dites liées à lâge La réduction des inégalités entre les sexes, entre les classes sociales. Une autonomie financière assurée par un système de retraite équitable. Un rôle social et un droit au travail pour les personnes qui le souhaitent. Un changement culturel qui lutte contre le racisme anti-âge et donne sa place à toutes les générations

27 La Longévité pourquoi faire ? Lhomme, cette espèce risquée a dans son potentiel génétique les moyens dentamer son combat contre le temps. Plus que jamais lavenir nous appartient. Ce supplément de vie nest quun moyen dexercer notre responsabilité. Un cadeau va nous être donné. La boîte est belle, immense, enrubannée. Mais il ny a rien dedans. Rien dautre que ce que nous allons y mettre nous même. Cest cela la logique de limmortalité. Yves Christen, Les années Faust 1991

28 Renforcement mutuel entre la santé,la prospérité et la longévité : une spirale vertueuse… éducation prévention santé longévité activité prospérité

29


Télécharger ppt "Age et vieillissement FNAR Mars 2011 Pr. Françoise Forette Université paris v ILC France Fondation nationale de Gérontologie www.ilcfrance.org."

Présentations similaires


Annonces Google