La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Accueil des Handicapés Ce quil faut savoir 1. Introduction 2.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Accueil des Handicapés Ce quil faut savoir 1. Introduction 2."— Transcription de la présentation:

1 Accueil des Handicapés Ce quil faut savoir 1

2 Introduction 2

3 2003 : le Ministère de la santé et des solidarités a publié une « mission odontologique ». Égalisation des chances pour les personnes handicapées. (ONU) France : « que la prévention, les soins, léducation, lemploi, la garantie de ressources, lintégration sociale, soient véritablement un droit et non le produit dune assistance bienveillante (…) que laccès de ces droits repose sur une obligation nationale et non sur les possibilités familiales. » 3

4 Accessibilité 4

5 Toutes les normes techniques applicables à laccueil des personnes en situation de handicap dans les ERP (établissement recevant du public). réalisées avant le 1 er janvier le cheminement extérieur, la circulation autonome des personnes, un cabinet daisance pour les handicapés. 5

6 6

7 Circulations horizontales 7

8 Circulations verticales 8

9 XXXX 9

10 Laccès aux soins, la prévention Peut-on soigner dune manière identique toutes les personnes ? 10

11 Lexercice libéral fonctionne bien pour une population générale. mais oubli de certaines catégories de personnes, notamment les personnes handicapées. 11

12 Lenquête de lINED en 1980 dénombre de personnes handicapées sévères soit 2% de la population française (excluant les déficients mentaux moyens et légers, troubles du caractère ainsi que les handicaps résultant du vieillissement.) La DRASS, dans ses statistiques de 2003 constate en Alsace un manque de structures daccueil pour ces personnes. 12

13 Les personnes handicapées sont prédisposées aux pathologies bucco- dentaires la prévalence des dysmorphoses, des parodontopathies et à moindre degré, des caries est plus importante que pour la population générale. Augmentation de la longévité de cette population Les déficiences (mentale et motrice) difficultés et oppositions aux soins. Demande des institutions alsaciennes accueillant les personnes porteuses de handicap : une amélioration de la prise en charge des soins dentaires. 13

14 Manque de coopération : fréquence importante de modalités transigées ou renoncement du traitement par le praticien. Difficulté de coopération : augmentation du nombre de séance. Le coût réel des soins augmenté. Inadéquation de la nomenclature actuelle avec un libre accès aux soins du patient handicapé. Les soins chez les personnes handicapées sont souvent soldés par : des extractions multiples ou, renoncement. 14

15 Alors, ne doit-on pas plutôt sorienter vers une réponse plus pragmatique aux attentes des patients? trouver des moyens dactions autres dont le Chirurgien-Dentiste ne dispose pas dans son exercice libéral ? Navez-vous jamais eu le cas dans votre cabinet dun soin impossible à réaliser, de vous adresser à un centre hospitalier où les délais sont, soyons optimistes de 6 mois (fac – 16 ans) ? Et, en fin de compte vous retrouvez impuissant à réaliser cet acte !! 15

16 Pourquoi un réseau ? offre des moyens daction aux Chirurgiens - Dentistes dont ils ne disposent pas dans leur exercice libéral. mise à disposition de plateaux techniques adaptés et lutilisation de procédés pharmacologique (la sédation consciente). Le travail se fait en équipe et place alors le patient au centre du dispositif de soins. Les bénéfices sont réels. 16

17 Évaluation des besoins 17

18 Sous légide du CRCO : évaluation des besoins de soins spécifiques aux handicapés aboutir à une prise en charge des soins adaptés et une réduction des délais dattente. Évaluation, sur deux niveaux, à léchelle régionale dans les deux départements (Bas-Rhin et Haut-Rhin). 18

19 Adressé à lensemble des Chirurgiens- Dentistes dAlsace. Pour les soins, trois groupes de patients ont été mis en évidence : 1) les patients pour lesquels les soins dentaires se déroulent de la même manière que pour les autres patients non handicapés. 2) les patients pour lesquels les soins dentaires ont dû être modifiés sur une ou plusieurs étapes de la procédure habituelle. 3) les patients handicapés opposants impossible de prendre en charge dans le cadre de lexercice général (34% des cas interrogés). 19

20 20

21 Adressé aux centres pour handicapés dans le cadre dune enquête bucco- dentaire. Ce questionnaire met en exergue : la difficulté de réaliser des soins (trouver un Chirurgien - Dentiste, difficultés daccès, délais des soins) le manque de prévention les conséquences des deux lacunes précédemment citées. Urgence sanitaire est réelle : nombre de personnes handicapées pris en charge trop faible. Priorité sanitaire : la situation bucco-dentaire souvent catastrophique. 21

22 22

23 Inadéquation de la nomenclature 23

24 Lexercice conventionné : pas compatible avec la qualité de prise en charge que nécessitent ces patients. Labsence dune nomenclature + de structure de soins adaptés = Transformation de la mission de santé publique du praticien en un devoir caritatif. Cercle vicieux : Nomenclature inadaptée + difficulté de prodiguer des soins, aggravation de la santé bucco dentaire de lenfant handicapé qui grandit, Le CAO bas chez lenfant handicapé sinverse dès ladolescence Accumulation des pathologies. 24

25 Létat général peut être affecté. Malgré les progrès de la pharmacopée analgésiante et sédative permettant une coopération passive (sédation consciente) : patients sont orientés vers des services hospitaliers. Souvent prise en charge sous Anesthésie Générale : avulsions. 25

26 Mise en place du réseau 26

27 Origine du réseau : initiatives individuelles, bénévoles : pérenniser cet engagement bénévole et ainsi permettre la rémunération dactes spécifiques. La santé bucco-dentaire valorisée par les réseaux : prise en charge globale de la santé. Création du réseau : difficile et long. la complexité des démarches administratives nécessaires à lobtention des financements régionaux (URCAM, ARH). 27

28 Lenjeu financier est de taille : dérogations tarifaires, actes autres que les actes professionnels (NGAP). Prouver lefficacité du système Besoin dune phase dexpérimentation. Tout financement institutionnel nécessite impérativement une évaluation du réseau (protocoles des soins utilisés, formation). 28

29 Cette voie est originale, difficile, tellement prenante car indispensable pour accomplir notre mission de santé publique. But du projet : mettre en place des prises en charge bucco-dentaire dignes et adaptées pour les personnes handicapées : formation du personnel accompagnant, formation des praticiens à la prise en charge particulière, offrir en cas déchec des soins en cabinet un recours au centre de Référence Soins sous sédation grâce à un plateau technique performant. 29

30 Ouverture dun centre : fin 2008 (clinique St François, Haguenau). Une formation performante sera instaurée : formation gratuite et obligatoire pour un praticien adhérant au réseau. Une association est créée. Lorganisation a pour mission : de former les Chirurgiens–Dentistes libéraux, dinstaurer une prévention, dépistage formation du personnel encadrant. 30

31 Rôle du réseau 31

32 Prise en charge se situe sur 3 niveaux : Au cabinet, les patients les plus coopérants y seront soignés, Au centre de référence, les patients plus opposants, et particulièrement sil y a déficience mentale y seront orientés. Dépistage en institut. 32

33 Conclusion 33

34 Mise aux normes des installations pour laccès des handicapés (01/01/2015). Urgence sanitaire. Valorisation des actes nomenclaturés pour les adhérents au réseau. Gain bénéfique et confort de vie supplémentaire pour les personnes handicapées. 34


Télécharger ppt "Accueil des Handicapés Ce quil faut savoir 1. Introduction 2."

Présentations similaires


Annonces Google