La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lavenir de mon église dans ma communauté. Colloque sur le patrimoine religieux de Bellechasse Saint-Anselme, le 13 septembre 2008.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lavenir de mon église dans ma communauté. Colloque sur le patrimoine religieux de Bellechasse Saint-Anselme, le 13 septembre 2008."— Transcription de la présentation:

1 Lavenir de mon église dans ma communauté. Colloque sur le patrimoine religieux de Bellechasse Saint-Anselme, le 13 septembre 2008

2 Lavenir de mon église dans ma communauté. Colloque sur le patrimoine religieux de Bellechasse Saint-Anselme, le 13 septembre 2008 Hervé Blais Préfet de la MRC de Bellechasse

3 Lavenir de mon église dans ma communauté. Colloque sur le patrimoine religieux de Bellechasse Saint-Anselme, le 13 septembre 2008 Mgr Jean-Pierre Blais Préfet de la MRC de Bellechasse

4 Lavenir de mon église dans ma communauté. Colloque sur le patrimoine religieux de Bellechasse Saint-Anselme, le 13 septembre 2008 Déroulement de la journée Claude Lepage Agent culturel, MRC de Bellechasse

5 Lavenir de mon église dans ma communauté. Colloque sur le patrimoine religieux de Bellechasse Saint-Anselme, le 13 septembre 2008 Mise en contexte et problématique Mario Dufour Président de la Commission des biens culturels du Québec

6 Lavenir de mon église dans ma communauté. Colloque sur le patrimoine religieux de Bellechasse Saint-Anselme, le 13 septembre 2008 État de situation des fabriques et du patrimoine religieux Rémy Gagnon Responsable, Département des fabriques

7 Portrait de lorganisation de lÉglise catholique et de ses communautés paroissiales dans le territoire de la M.R.C. Bellechasse 7 ECQ, Département des fabriques 13 septembre 2008

8 But de la présentation Apporter un éclairage sur : 1. Lorganisation pastorale actuelle très différente de celle qui existait à la fin des années Le parc immobilier paroissial 3. Le pouvoir de citation et le Conseil du patrimoine religieux du Québec 4. Le partenariat Église-paroisse-monde municipal- MCCCF 8

9 Plan de la présentation 1. Mission de lÉglise et des paroisses 2. Regard de lorganisation des paroisses dans Bellechasse 3. Regard sur les fabriques 4. Parc immobilier paroissial 5. LBQ, CPRQ, programme daide 6. LÉglise de Québec et le patrimoine 7. Exemple de partenariat au plan diocésain 8. Exemple de partenariat local 9

10 La Mission de lÉglise et de ses paroisses Le rôle des fabriques 10 1

11 Mission de lÉglise La mission de lÉglise est lévangélisation par lenseignement et la catéchèse par la pratique sacramentelle et la prière par des actions qui favorisent la vie fraternelle et communautaire par laction charitable 11

12 Mission de lÉglise (suite) Une paroisse existe pour : rassembler les catholiques au sein dune communauté de foi, annoncer lÉvangile à toute la population du territoire où elle est située. 12

13 Rôle de la fabrique Une fabrique est lentité légale, au plan civil, pour que la paroisse (la communauté chrétienne) puisse sorganiser concrètement : ressources humaines, ressources matérielles, ressources financières. Ceci en fonction du milieu où sinsère cette paroisse 13

14 Mission de lÉglise (suite) Lorganisation paroissiale et ses services sont en profonde mutation : Elle est davantage axée sur lévangélisation (enseignement, accompagnement) et la prise en charge. (Mission Nouvelle Évangélisation) Lenvironnement social et économique nest plus le même ce qui pose de nouveaux défis pastoraux. Elle compte sur lengagement personnel et le bénévolat. 14

15 Mission de lÉglise (suite) Ainsi, les paroisses réalisent des actions comme : La création déquipes danimation locales. Des parcours catéchétiques pour les jeunes et les familles ( changement du régime scolaire ). Des actions visant à mieux rejoindre toute la population dans lacte dévangélisation. 15

16 Regard sur lorganisation pastorale des paroisses 16 2

17 Le portrait dans Bellechasse communautés paroissiales catholiques desservant personnes Chaque paroisse compte entre 50 et 100 bénévoles pour son organisation Présence de communautés religieuses dont principalement : Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours (St-Damien) Les Marianistes (St-Anselme et St-Henri) Jésus-Marie (St-Michel)

18 Le portrait dans Bellechasse 18 Pour fins de concertation, de soutien et de formation continue, les 20 communautés paroissiales sont regroupées en 3 unités pastorales : Fleuve Notre-Dame-des-Montagnes Etchemin

19 PAROISSESPOPULATION FLEUVE Saint-Charles2040 Saint-Étienne à Beaumont1940 Saint-Gabriel à La Durantaye760 Saint-Gervais et Saint-Protais à Saint-Gervais2000 Saint-Michel1490 Saint-Nérée770 Saint-Raphaël2200 Saint-Philippe et Saint-Jacques à Saint-Vallier1100 NOTRE-DAME-DES-MONTAGNES Notre-Dame-Auxiliatrice à Buckland810 Saint-Cajetan à Armagh1600 Saint-Damien2040 Saint-Nazaire400 Saint-Philémon800 ETCHEMIN Notre-Dame-du-Bon-Conseil à Honfleur850 Saint-Anselme3300 Sainte-Claire3040 Saint-Henri3730 Saint-Lazare990 Saint-Léon-le-Grand à Saint-Léon de Standon1000 Saint-Malachie

20 Le portrait dans Bellechasse (suite) Accompagnement pastoral Trois équipes pastorales (une par unité) desservant les paroisses : 6 prêtres, 3 agentEs de pastorale, 4 intervenantes Pour chaque paroisse, une équipe danimation locale (ÉAL) de 5 à 7 personnes (environ 84 personnes) Activités de concertation et de planification Pour chaque unité pastorale Un comité de coordination administrative Un comité dorientation pastorale composé dun représentant de chacune des ÉAL et des prêtres. Le diocèse accompagne les paroisses et les unités par : La Région pastorale Rive-Sud avec une équipe de 2 agentes de sous la direction de Paul Lortie, ptre, vé Les cinq services diocésains 20

21 Regard sur les fabriques de paroisse 21 3

22 Portrait des fabriques Les 20 communautés paroissiales ont chacune une compagnie régie par la Loi sur les fabriques L.R.Q. c.F-1 appelée « Fabrique de paroisse de… » Toutes les fabriques sont des organismes sans but lucratif et sont reconnues comme organisme de bienfaisance (# de charité) 22

23 Portrait des fabriques (suite) Chaque assemblée de fabrique (AF) est constituée de 7 à 8 administrateurs 6 paroissiens élues par lassemblée des paroissiens (marguilliers) 2 personnes nommées par lÉvêque Le curé (prêtre) Le président de lAF (laïque) 23

24 Portrait des fabriques (suite) Donc dans les paroisses de Bellechasse 17 laïques sont présidentEs de lAF Un total de 120 personnes sont membres des AF à titre de marguillières et marguilliers 3 prêtres (curé-modérateur) sont membres des AF 24

25 Portrait des fabriques (suite) Les fabriques gèrent : Les ressources pour les activités régulières de la communauté paroissiale, le service du cimetière, les investissements requis par lusage et la conservation des immeubles, des biens meubles, des archives. 25

26 Portrait financier des fabriques Au plan des résultats financiers, en 2007, lensemble des 20 fabriques ont des : revenus $, dépenses de $, donc un petit surplus de $. Ainsi, pour le fonctionnement de 20 organisations paroissiales desservant ~ personnes, les fabriques doivent recueillir en moyenne $ par année par territoire paroissial. 26

27 Portrait financier des fabriques (suite) 27 REVENUS

28 Portrait financier des fabriques (suite) 28 DEPENSES

29 Portrait financier des fabriques (suite) Au plan de lavoir, au 31 décembre 2007, les 20 fabriques ont : Un actif financier (appelée communément réserve), de $ $ de ces fonds étaient déjà engagés pour des travaux à réaliser en 2008 Ceci représente en théorie une réserve financière moyenne de $ par fabrique 29

30 Portrait financier des fabriques (suite) Cette réserve cumulée représente un ratio moyen de 86 % des dépenses dopérations régulières Cette réserve constitue les seules liquidités dont disposent les fabriques pour opérer normalement et pour faire face aux imprévus souvent liés au parc immobilier et aux investissements requis pour le maintenir en bon état. 30

31 Portrait des fabriques (suite) Comme cest souvent le cas pour les organismes sans but lucratif, comptant principalement sur les dons, la situation financière est précaire car les marges de manœuvre au plan financier sont très petites, voire inexistantes. Doù la nécessité de constamment solliciter des dons et de rechercher du financement De gérer avec efficacité en fonction de la mission de lorganisme, de ses besoins et de ses priorités 31

32 Portrait des fabriques (suite) Cette précarité pour les fabriques, propriétaires dun parc immobilier important, est accentuée: En vertu des lois et règlements en vigueur (ex. Régie du bâtiment, assureurs, etc.), il faut consulter des professionnels et utiliser des entreprises qualifiées : les églises sont des lieux dusage public les églises sont des lieux ayant des caractéristiques historiques et architecturales. Par le poids que représentent les coûts de plus en plus grands de lénergie pour le chauffage des immeubles. 32

33 Portrait des fabriques (suite) Cette précarité conduit des fabriques dans une impasse financière Situation budgétaire fragile, voire difficile. Déficit annuel chronique. Difficultés à maintenir et à développer des programmes et services pastoraux. Incapacité de faire face aux imprévus et dinvestir dans leur parc immobilier. 33

34 Portrait des fabriques (suite) 34 Ont une réserve PAS de réserveOnt eu un surplus Ont eu en déficit 18 De $ à $ 2 St-Nérée St-Raphaël 17 De 600 $ à $ 3 fabriques entre $ et $ La Durantaye St-Nérée St-Raphaël Budget annuel de moins de $ Budget annuel de de $ à $ Budget annuel de de $ à $ 1109 En résumé, en 2007

35 Portrait des fabriques (suite) 35 Faible ratioRatio de plus de 7 mois (60 %) Ratio de plus de un an 5510 En résumé, le ratio réserve/dépenses en 2007 Des fabriques avec un faible ratio, 2 nont pas de réserve et ont connu plus de 5 déficits dexploitation au cours des 7 derniers exercices financiers: Saint-Nérée et Saint-Raphaël

36 Portrait du parc immobilier Les églises et les presbytères: - Actif immobilier, propriété, investissements - Cotation du Conseil du patrimoine religieux et du MCCCF -Classement en vertu de la Loi sur les biens culturels 36 4

37 Portrait du parc immobilier Les bâtiments, terrains et le mobilier (ameublement, orgues, etc.) quoique ayant une évaluation financière pour fins de fiscalité municipale et dassurances nont dans les faits quune valeur nominale (1$) Les cimetières : lieu sacré et hors commerce Objets du culte, œuvres dart, biens protégés comme historique, etc. sont imprescriptibles (hors commerce) 37 Lactif immobilier

38 Portrait du parc immobilier (suite) Lactif immobilier (bâtiments) appartenant aux fabriques : 20 églises paroissiales Une chapelle à Saint-Michel 14 presbytères Propriété

39 Portrait du parc immobilier (suite) $ Contribution des milieux : $ Octrois: $ (32%) 39 De 2003 à 2007, les investissements sur les églises $ Cas de léglise Saint-Raphaël, fermée pour des raisons de sécurité: ~ $ Les investissements à faire dici 10 ans connus (carnet de santé)

40 Les églises propriété des fabriques COTE A COTE B COTE C COTE D COTE E LBC Statut juridique MCC LBC Statut de citation par municipalité Portrait du parc immobilier paroissial Seul un total de 11 églises (A-B-C) sur les 20, soit 55 % peuvent espérer recevoir de laide du programme de soutien géré par le Conseil du patrimoine religieux du Québec (99 sur 267, (37%) pour tout le diocèse) 40 Cotation du Conseil du patrimoine religieux et statut juridique de la Loi sur les biens culturels

41 COTE ACOTE BCOTE CCOTE DCOTE E Construction Saint-Etienne 1733 Saint-Gabriel 1911 Saint-Charles 1827 Saint-Gervais 1873 Saint-Michel 1873 Saint-Nérée 1886 Saint-Raphaël 1852 Saint-Vallier 1932 Armagh 1934 Buckland 1870 Saint-Damien 1884 St-Nazaire 1925 Saint-Philémon 1902 Honfleur 1945 Saint-Anselme 1850 Sainte-Claire 1827 Saint-Henri 1879 Saint-Lazare 1884 Saint-Malachie 1897 Saint-Léon

42 Statut accordé par le gouvernement Citation par la municipalité Beaumont Site du patrimoine constitué La DurantayeCitation Saint-Henri Objets mobiliers artistiques classés 42 Loi sur les biens culturels du Québec Portrait du parc immobilier paroissial

43 14 fabriques sont propriétaires dun presbytère Beaumont 1 La Durantaye 1 Saint-Charles Municipalité en 2002 Saint-Gervais 1 Saint-Michel 1 Saint-Nérée Vendu en $ Saint-Raphaël 1 Saint-Vallier 1 Armagh 1 Buckland 1 Saint-Damien Vendu en $ Saint-Nazaire Vendu en 1984 Saint-Philémon 1 Honfleur 1 Saint-Anselme 1 Sainte-Claire 1 Saint-Henri Municipalité Saint-Lazare 1 Saint-Malachie Vendu en $ Saint-Léon 1 43

44 Quelques mots sur… Loi sur les biens culturels Conseil du patrimoine religieux Programme daide 44 5

45 Loi sur les biens culturels 1Protéger, par l'attribution d'un statut juridique, des monuments ou objets dont la valeur historique ou artistique est reconnue. 2Les articles 8 et 45 donnent les pouvoirs au ministre et au gouvernement de classer des biens culturels, de décréter en arrondissements historiques des biens et lieux dintérêt national. 3Les articles 70 et 84 confèrent aux municipalités le pouvoir de citer sur leur territoire un monument ou de constituer en site du patrimoine des biens culturels immobiliers présentant un intérêt d'ordre esthétique ou historique dont la conservation présente un intérêt public. 4Mme la ministre Christine Saint-Pierre a lancé en janvier 2008, le document de réflexion « Un regard neuf sur le patrimoine culturel », suivi dune consultation publique en vue de la refonte de cette Loi. 45

46 Loi sur les biens culturels (suite)

47 Autrefois sous le vocable de Fondation du patrimoine (1995) Organisation sans but lucratif formée des représentants des diverses confessions religieuses présentes au Québec Gère le programme « Soutien à la restauration du patrimoine religieux » du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine. 2 volets : Restauration dédifices du patrimoine religieux Mobilier, des œuvres dart et orgues Cest le seul programme public daide accessible aux propriétaires dun patrimoine religieux 47 Conseil du patrimoine religieux du Québec

48 48 Depuis 1995, lÉglise catholique de Québec, pour les paroisses et leurs fabriques, a reçu 27,7 M $ pour la réfection de certaines églises paroissiales et œuvres dart. Cela représente 135 projets réalisés entre 1995 et 2008 au coût total de 41,3 M $. Pour 2009, elle bénéficiera dune tranche de 3 M $ à même le montant de 14,1 M $ annoncé le 3 avril Dans la pratique, cela permet des travaux de près de 6 M $ sur une douzaine déglises. Conseil du patrimoine religieux (suite)

49 49 Conseil du patrimoine religieux du Québec (suite) Actuellement, le programme accorde des subventions pour les travaux de restauration des églises cotées A, B ou C. Il ny a pas dautre programme public daide financière accessible pour les autres églises cotées D, E ou construites après Ce programme nassure quune petite portion de laide financière à la restauration des œuvres dart et des orgues. En , ceci correspond à 2,7% des sommes octroyées, et ce, toujours à lexclusion des archives. Enfin, il ny a pas de mécanisme daide en cas de travaux urgents liés à des risques de sécurité. Il existe une autre programme : le « fonds du patrimoine culturel » créé en 2007, (taxes olympiques). Cependant, il nest pas accessible aux fabriques.

50 LÉglise catholique de Québec et le patrimoine religieux Quatre convictions 50 6

51 Première conviction 51 Le patrimoine religieux constitue un héritage riche et précieux pour les générations actuelles et futures. Il révèle que la dimension spirituelle et religieuse de l'être humain est une composante essentielle à la vie des personnes et des collectivités. Ce patrimoine participe et agit activement dans les cœurs et les esprits. Il ouvre le chemin du respect, de la dignité, de l'ouverture à l'autre. LÉglise sen sent la gardienne en vertu de sa mission dÉvangélisation.

52 Deuxième conviction 52 Les églises, peu importe leur âge ou leurs qualités au plan architectural ou artistique, méritent d'être considérées comme des lieux porteurs d'une histoire et comme symbole identitaire qui témoignent de la culture, de la vie communautaire et spirituelle d'un milieu. LÉglise catholique de Québec et ses communautés paroissiales ne peuvent assumer seules la charge de conserver et de valoriser le patrimoine religieux. La sauvegarde du patrimoine ne seront assurés que si nous parvenons à en faire une source de respect et de fierté et à susciter une large appropriation individuelle et collective.

53 Troisième conviction 53 Les paroisses ou les collectivités sont les premiers acteurs dans la recherche de solutions et, en conséquence, tous les efforts doivent être pris pour les soutenir et les reconnaître. LÉglise reconnaît que les citoyens et citoyennes perçoivent dans le patrimoine religieux un gage de leur identité collective et de leur pérennité. Les choix devront favoriser le développement du tissu social des communautés chrétiennes et des collectivités.

54 Quatrième conviction 54 Le partenariat est le mot clef dans la recherche de solution. Il y a eu toujours un partenariat tant avec la population quavec les institutions. Il a permis limplantation et le développement culturel et social de nos collectivités. Le patrimoine bâti, les œuvres dart de nos églises, le dynamisme de nombreuses organisations bénévoles en sont un témoignage éloquent. LÉglise reconnaît limportance du secteur municipal qui a la responsabilité détablir les schémas daménagement (MRC) et les plans durbanisme (niveau municipal), lesquels devraient impérativement pourvoir à la protection des bâtiments recelant archives et œuvres dart ainsi quà celle des sites et des paysages dintérêt.

55 Deux exemples de partenariat au plan diocésain - Entente sur « L'utilisation d'églises dont le changement d'usage est envisagé » - Politique conjointe de soutien et de sauvegarde des églises de Portneuf 55 7

56 Entente sur « L'utilisation d'églises dont le changement d'usage est envisagé » Cette entente a été signée le 14 avril 2008 entre l'Archevêque du diocèse catholique romain de Québec et la Ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine. Cette entente vise à favoriser la recherche de solutions pour la conservation des églises jugées excédentaires pour les besoins de lÉglise et de ses paroisses. 56

57 Quelques points à souligner dans lEntente Une fabrique qui envisage déclarer une église excédentaire pour lœuvre paroissiale, doit se doter dun plan directeur immobilier qui loriente sur lavenir de ses églises, tant pour leur usage que pour leur propriété. Un an avant la fermeture au culte ou de procéder à laliénation d'une église, la fabrique devra faire connaître, par une assemblée publique dinformation, le plan directeur immobilier approuvé par lÉvêque. Dans le cas où cette église est protégée en vertu de la Loi sur les biens culturels, le délai est de deux ans. Cette annonce est également transmise au M.C.C. qui sengage à informer les ministères et les organismes gouvernementaux de la disponibilité de cette église. 57

58 Quelques points à souligner dans lEntente Quà compter de lannonce publique, tout intéressé disposera d'une année civile pour faire une offre écrite. Si cette offre est acceptée par la fabrique et approuvée par lÉvêque, celle-ci est transmise au M.C.C. Quà la valeur marchande convenue, un droit de premier acheteur est offert simultanément à l'État, à la municipalité et à la M.R.C. Ces derniers disposent de 60 jours pour exercer ce droit de premier acheteur, après quoi, il devient caduc. 58

59 Politique conjointe de soutien et de sauvegarde des églises de Portneuf Cette politique, signée en 2003, a pour principal objectif de suggérer une démarche de concertation qui garantit aux partenaires (M.R.C., diocèse et M.C.C.C.F.) de participer au processus de prise de décision ou de soutien au sujet de la sauvegarde et de la mise en valeur du patrimoine religieux. Note: À lépoque, il ny avait pas de processus diocésain formel. Le plan directeur immobilier (PDI) précise maintenant une démarche. 59

60 Politique conjointe de soutien et de sauvegarde des églises de Portneuf Contenu Énoncé de principes dont celui de la reconnaissance de la valeur communautaire et identitaire de chacune des églises en plus de considérer leur valeur patrimoniale. Des orientations qui favorisent la participation active des divers intervenants, des collectivités et la recherche de moyens dactions pérennes pour lutilisation des églises aujourdhui et dans le futur. La reconnaissance dun classement des églises en quatre catégories suite à une étude en (art.1) Un document d'accompagnement fait l'inventaire et présente l'évaluation patrimoniale de 23 églises (20 catholiques) 60

61 Politique conjointe de soutien et de sauvegarde des églises de Portneuf Contenu (suite) Un mécanisme détude et de consultation sur lavenir des églises. (art. 2,3,4,5) Lengagement de la M.R.C. à reconnaître dans son schéma daménagement limportance du patrimoine religieux et à favoriser la conservation et la mise en valeur de certaines églises des catégories 1 et 2. (art 6) La politique est soumise, après 5 ans, à une évaluation et sera révisée après 10 ans. 61

62 Politique conjointe de soutien et de sauvegarde des églises de Portneuf En relation avec cette politique, un comité multisectoriel du patrimoine religieux de Portneuf, regroupant des représentants et représentantes des fabriques de paroisse, de la région pastorale (diocèse), du monde municipal (M.R.C.) et du ministère de la Culture et des Communications (MCCCF), réalise diverses actions pour promouvoir et mettre en valeur le patrimoine religieux par l'organisation d'activités populaires. 62

63 Politique conjointe de soutien et de sauvegarde des églises de Portneuf Des 23 églises ( dont 20 catholiques ) 4 sont classées monuments historiques (LBC) 6 sont citées par les municipalités (LBC) 1 est intégrée dans un PIIA (plan dimplantation et dintégration architecturale dune municipalité) Selon la cotation utilisée par le Conseil du patrimoine religieux pour fins de subvention, 13 églises sont éligibles (A,B,C), soit 56%. 63

64 Des exemples de partenariat entre les fabriques et municipalités 64 8

65 Le partenariat Le partenariat entre les fabriques et les municipalités existe dans la Bellechasse Les presbytères de Saint-Henri et Saint-Charles De nombreux exemples de collaboration pour lentretien des terrains, laménagement paysager, etc. Citation LBC : Beaumont, La Durantaye Projet église « multifonctionnelle » à La Durantaye 65

66 Le partenariat Le partenariat peut couvrir un vaste éventail de possibilités Dans le diocèse, de nombreux exemples : Usage en commun des services daccueil et de secrétariat Aide pour la promotion dune campagne de financement (ex. : St-Raphaël) Publication de livres et photos sur lhistoire et le patrimoine artistique (ex. : Société historique de Bellechasse) 66

67 Partenariat (suite) Citation de léglise par la municipalité dans le cadre de la Loi sur les biens culturels Investissement en commun pour laménagement de terrain Vente de léglise à la municipalité pour usage multifonctionnel (avec maintien du culte catholique) Vente de léglise pour nouvel usage (fermeture au culte) 67

68 Partenariat avec le monde municipal avec transfert de propriété dune église Depuis 1997, 7 ententes de partenariat entre des municipalités et des fabriques ont été conclues. Dans 4 cas, la municipalité est propriétaire de léglise avec maintien du culte catholique Prise en charge de lentretien et de la sauvegarde. Des travaux sont effectués pour permettre un usage multifonctionnel des lieux. Un protocole dentente établit les conditions dutilisation assurant pour la communauté chrétienne lusage pour le culte et les activités pastorales de la paroisse. Les églises concernées sont : En 1997, église Sainte-Françoise-Romaine En 2001, église Sainte-Brigitte-de-Laval En 2002, église Saint-Philéas (Villeroy) En 2005, église Saint-Jacques de Tewkesbury (Canton-Unis de Stoneham) 68

69 Partenariat avec le monde municipal avec transfert de propriété dune église (suite) Dans 3 cas, la municipalité est devenue propriétaire ou a accompagné et appuyé une organisation dans lacquisition de léglise avec changement dusage : En 1997, église Saint-Eugène dans Vanier pour devenir un centre communautaire En 2002, église Saint-Esprit dans Limoilou pour devenir lÉcole du Cirque de Québec En 2005, église Saint-Raphaël-de-Cap-à-lAigle pour un organisme culturel 69

70 Pistes à regarder… 70 Une politique conjointe sur le patrimoine religieux pour développer : Des mécanismes de concertation. Une stratégie de sensibilisation et valorisation du patrimoine. Des solutions pérennes de conservation. Lexercice du pouvoir de citation.

71 Pistes à regarder… 71 La reconnaissance du patrimoine religieux dans le cadre de politiques de développement durable, de culture, daménagement du territoire. Des programmes de soutien pour le tourisme religieux, les carnets de santé, les coûts dénergie, la géothermie, la conservation et la valorisation des archives. Le développement de nouveaux usages multifonctionnels.

72 Conclusion Les communautés chrétiennes paroissiales contribuent activement à la vie des milieux Vie spirituelle et culturelle Transmission et pratique de valeurs de solidarité et de partage Cependant, les paroisses ont des ressources limitées et se doivent, comme toute organisation responsable de faire des choix centrés sur lessentiel de leur mission. 72

73 Conclusion (suite) Les organisations paroissiales ne sont pas en mesure de conserver et de valoriser seules, le patrimoine immobilier, artistique, archivistique que nous appelons patrimoine religieux. Le partenariat déjà vécu et à venir permettra de trouver aujourdhui des solutions pérennes dont les générations à venir seront fières et reconnaissantes. 73

74 Patrimoine religieux Conseil du patrimoine religieux du Québec – Inventaire national des lieux de cultes – Commission des biens culturels du Québec – Ministère de la Culture – Département des fabriques – Église catholique de Québec – 13 septembre 2008ECQ, Département des fabriques

75 Lavenir de mon église dans ma communauté. Colloque sur le patrimoine religieux de Bellechasse Saint-Anselme, le 13 septembre 2008 Pistes dutilisation des bâtiments: Le cas de La Durantaye Pierre Bolduc Président de lAssemblée de fabrique de St-Gabriel de La Durantaye

76 INTÉGRATION D'UN VOLET COMMUNAUTAIRE À L'ÉGLISE ST-GABRIEL DE LADURANTAYE ESQUISSE DU PROJET DE TRANSFORMATION ET D'ADAPTATION Septembre 2008

77 PLAN DE L'ÉGLISE EXISTANTE La nef comprend environ 400 places

78 PLAN DE TRANSFORMATION PROPOSÉ 1

79 AMÉNAGEMENT : PROFIL POUR UN BANQUET DE NOCES Lexemple comporte 156 places assises Le rideau est fermé Animation sur scène Service repas Service de bar Vestiaire

80 AMÉNAGEMENT : PROFIL POUR UN CAFÉ-THÉATRE

81 Lavenir de mon église dans ma communauté. Colloque sur le patrimoine religieux de Bellechasse Saint-Anselme, le 13 septembre 2008 Période de questions

82 Lavenir de mon église dans ma communauté. Colloque sur le patrimoine religieux de Bellechasse Saint-Anselme, le 13 septembre 2008


Télécharger ppt "Lavenir de mon église dans ma communauté. Colloque sur le patrimoine religieux de Bellechasse Saint-Anselme, le 13 septembre 2008."

Présentations similaires


Annonces Google