La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Anca GÂŢĂ Centre de recherches Théorie et Pratique du Discours Laboratoire ARC (Argumentation – Rhétorique – Communication) Faculté des Lettres, Université

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Anca GÂŢĂ Centre de recherches Théorie et Pratique du Discours Laboratoire ARC (Argumentation – Rhétorique – Communication) Faculté des Lettres, Université"— Transcription de la présentation:

1 Anca GÂŢĂ Centre de recherches Théorie et Pratique du Discours Laboratoire ARC (Argumentation – Rhétorique – Communication) Faculté des Lettres, Université Dun ă rea de Jos de Galaţi, ROUMANIE Colloque International REIMS 21,22 et 23 Mars 2012 Université de Reims Champagne-Ardenne Les habitants des Petites Antilles dans les textes du XVIIe siècle : Voyages de Caillé de Castres et du sieur De La Borde.

2 Relation de lorigine, moeurs, coutumes, religion, guerres et voyages des Caraïbes, sauvages des îles Antilles de lAmérique faite par le Sieur De La Borde, employé à la conversion des Caraïbes, étant avec le R. P. Simon jésuite et tirée du cabinet de Monsieur Blondel. Publié dans le Recueil de divers voyages faits en Afrique et en Amérique, par Henri Justel, Paris, 1674, p (SB 1674)

3 De Wilde ou les Sauvages caribes, insulaires dAmérique. Histoire nouvelle par M…. Caillé de Castres, ci-devant employé aux affaires dune compagnie royale en Afrique et en Amérique, (CC 1694)

4 analyse du discours théorie des actes de langage théorie de largumentation rhétorique

5 rhétorique de la présentation des « Caribes » différente en fonction du but poursuivi à travers le discours but(s) SB apparent : faire connaître ce monde aux Européens possibles : justifier la difficulté de convertir ce peuple au christianisme justifier des actions de répression des habitants but CC : faire connaître ce monde aux Européens

6 rhétorique de la construction de plusieurs identités : autorités de France ; lauteur ; habitants des endroits découverts.

7 SB 1674CC 1694 Caraïbes [1] Sauvages [1] Appositions les S/sauvages des îles Antilles de lAmérique [1] les sauvages insulaires de Sauvages Caribes Indiens Appositions une des nations la plus belliqueuse dentre les Indiens

8 SB 1674CC 1694 Caractérisation : mots subordonnants les coutumes et superstitions des Sauvages [1] Image propre Ils soffensent quand on les appelle Sauvages [6] Caractérisation: Adjectifs possessifs 1 ère personne du pluriel nos Caribes [2] nos Indiens [2] nos Sauvages [2] Caractérisation: Adjectifs qualificatifs ces pauvres Sauvages [1] Caractérisation : diverses qualifications à rôle émotionnel ces misérables persecutés cette nation malheureuse

9 SB 1674CC 1694 Caractérisation: qualification relative qui se jettent entre vos bras et vous font par ma plume un entier détail de leurs mœurs et de leurs manières dagir [I] Caractérisation : mots subordonnants les riches et charmants pays quils ont possédés, savoir la plus fertile province qui soit au royaume des Appalaches, diverses autres non moins considérables dans la rivière des Amazones [2]

10 SB 1674CC 1694 hospitaliers, sans ambition, très simples, sans avarice, très sincères, sans larcin, sans fraude, sans blasphèmes, sans mensonges, je ne peux que les admirer et les imiter en leur morale quant aux points ci-dessus [1] Leur physionomie est assez belle. On y voit même une certaine douceur qui na rien du sauvage. Les traits de leur visage sont assez réguliers, hormis le front quils ont tous plat, mais cest artificiellement et par le soin que les mères ont daplatir la tête de leurs enfants par le haut immédiatement après leur naissance. Ils ont les yeux et les cheveux noirs, lœil bien fendu et bien proportionné, le nez dune juste grandeur, des joues ni trop pleines ni trop décharnées, la bouche médiocrement grande, les dents qui surpassent livoire en [f°24r] blancheur et le menton un peu large. [7]

11 SB 1674CC 1694 esprit extrêmement changeant, très léger et inconstant dans toutes leurs entreprises [4] des hommes bêtes, ou plutôt des bêtes qui ont la figure dhommes [5] ils nont dautres désirs que ceux de la vie présente [5] Leur force ne puit pas être des plus grandes puisque cest un peuple qui fuit naturellement le travail et qui ne fait aucun exercice pénible par quoi on puit facilement conjecturer quelle ne puit être que médiocre. [7]

12 SB 1674 [titre :] De leur naturel et simplicité ou stupidité [6] un tempérament triste, rêveur et mélancolique [6] sont extrêmement gausseurs et se raillent, non seulement entre-eux mais encore des étrangers [6] néanmoins sans esprit et croient en avoir plus quaucune nation et être les mieux faits, quoiquils soient les plus stupides et les plus brutaux, je crois, quil y ait au monde. [6] Ils se moquent de nous lorsquils nous voient promener et parler ensemble sans avancer chemin. [6] Ils soffensent quand on les appelle Sauvages et quon leur dit quils nont point desprit et quils vivent en bêtes [6]

13 SB 1674 Ils répondent que nous le sommes encore plus à leur égard, parce que nous ne vivons pas à leur mode, quils ont leur science et nous la nôtre, comme si il y avait deux façons de savoir les choses dans la vérité. [6] sont entièrement indépendants et cest un des grands obstacles de leur conversion [6] nobéissent pas même à leur père et le père ne commande pas à son enfant [6] se cachent pour faire le péché, ce qui fait voir que Dieu leur donne assez de lumière pour discerner le bien davec le mal [6] ont des femmes en plusieurs lieux, aussi est-ce un obstacle et un empêchement à leur conversion [6]

14 CC 1694 le déplorable état où tant de pauvres âmes croupissent, captives du diable, ce lion rugissant, cet ennemi du genre humain, lequel les tient en ses fers pour les éloigner de la religion du vrai Dieu le déplorable état où tant de pauvres âmes croupissent, captives du diable, ce lion rugissant, cet ennemi du genre humain, lequel les tient en ses fers pour les éloigner de la religion du vrai Dieu [6]

15 SB de lhumeur des hérétiques en matière de religion [4] - obstinés et attachés à leur chemeen et à toutes leurs autres superstitions [4] - tout ce quon peut dire pour leur faire voir que cest le diable qui les trompe sous ce nom, nest pas capable de les en faire démordre [4] - nont non plus que les calvinistes, ni prêtre, ni autel, ni sacrifice [4]

16 SB étouffé par leurs passions brutales, par leurs moeurs barbares et par leur vie de bêtes, toute la connaissance et les lumières que la nature donne de la divinité [4] - ne veulent point croire, ni reconnaître leur créateur et le principe de tout bien [4] - craignent celui du mal qui est le diable quils nomment maboïa mais ils ne lui rendent aucun culte [4]

17 SB 1674 ils voudraient que nous neussions jamais mis le pied dans leur pays ils nous ont en aversion

18 SB 1674CC 1694 ils ne sont plus à craindre car il y en a bien de détruits [4] il y en a encore bien quatre mille [4] De vingt ou trente îles quils possédaient, ils nen occupent maintenant que deux ou trois. Les Français, les Espagnols, les Anglais et les Flamands les ont présentement toutes. [4] Quoiquon leur ait pu dire depuis vingt ans, ils sen moquent et sil y avait lieu despérer de les faire chrétiens, il faudrait premièrement les civiliser et rendre hommes. La providence divine y pourvoira quand il lui plaira, elle a ses desseins en toutes choses. [10] À légard des îles, communément nommées Caribes, ils nen possèdent que très peu en considération de ce quils ont possédé par le passé.

19 Ils ont lesprit assez endormi pour pouvoir passer pour stupides. Cependant, il sen trouve de spirituels et dingénieux, et comme cet esprit est dans un assoupissement duquel il nest point tiré par aucun exercice corporel ni spirituel, il est à croire que si on les recueillait par létude de quelque science, on pourrait y trouver de beaux esprits, aussi bien quen dautres lieux où les sciences sont en usage,

20 … car jen ai connu un quon avait mené en France et dont les jésuites avaient eu soin. Il était encore à la Martinique quand jen partis. Il parlait fort bon latin et navait été à la charge de ces pères pas plus de trois ans, suivant [f°25r] son propre dire. Jen ai au contraire, connu un autre qui avait la conception tellement dure, quen six mois il naurait pu répéter vingt mots dun autre langage quand bien on lui eut récité plusieurs fois par jour. Ils nappliquent leur esprit entièrement quà se préparer à la guerre et à se former une agréable idée du carnage et de la vengeance quils prennent sur leurs ennemis.

21 Le révérend père Simon de la compagnie de Jésus qui a beaucoup travaillé et qui travaille encore tous les jours avec grand zèle et fatigue à leur conversion, en a fait un dictionnaire entier des préceptes en forme de grammaire, un catéchisme très ample et plusieurs discours familiers sur les divins mystères de notre foi. Cet ouvrage pourra servir à ceux qui auront dessein dacquérir des couronnes dans la conversion de ces peuples infidèles, comme jai dit ci-devant. (SB)

22 Je pourrais encore grossir cette relation mais voilà ce me semble les remarques les plus nécessaires pour faire connaître les Caraïbes. Il ny a plus quun petit reste de cette nation et outre quils se détruisent tous les jours eux- mêmes, les Anglais travaillent à les exterminer entièrement. Dieu, je crois, le permet ainsi sans pénétrer dans ses jugements et que toute lEurope envahisse leur terre, parce quils font une trop grande injure au Créateur par leur vie de bêtes et quils ne veulent point le reconnaître. Quoiquon leur ait pu dire depuis vingt ans, ils sen moquent et sil y avait lieu despérer de les faire chrétiens, il faudrait premièrement les civiliser et rendre hommes. La providence divine y pourvoira quand il lui plaira, elle a ses desseins en toutes choses. (SB)

23 des hommes bêtes, ou plutôt des bêtes qui ont la figure dhommes, cest quils ne voudraient jamais aller jouir de ces délices quils disent être là-haut, parce quil faut mourir [6] comme ils nont dautres désirs que ceux de la vie présente, aussi est-ce pour la même raison quils se fâchent lorsquon leur parle daller en paradis [6] ne veulent point laisser les biens présents pour les biens à venir, quitter ce quils possèdent pour ce qui est inconnu, laisser les plaisirs qui les touchent toujours, pour les délices éternelles quils voient pas et ne chatouillent pas leurs sens. [6] TOPOI la vie présente nest pas importante la vie daprès la mort offre des délices éternelles il vaut mieux mourir

24 Il ny a plus quun petit reste de cette nation et outre quils se détruisent tous les jours eux-mêmes, les Anglais travaillent à les exterminer entièrement. [10] Dieu, je crois, le permet ainsi sans pénétrer dans ses jugements et que toute lEurope envahisse leur terre, parce quils font une trop grande injure au Créateur par leur vie de bêtes et quils ne veulent point le reconnaître. [10] TOPOS ceux qui ne pratiquent pas le mode de vie des Européens peuvent être exterminés / méritent la punition divine

25 Présentement, ils ne mangent [f°67v] plus de Français lorsquils ont la guerre avec eux et en voici la raison. Dans lan qui précéda la paix générale, ils prirent deux Français qui étaient à la pêche dans un canot devant le Cul de Sac de la Guadaloupe. Ils les menèrent à leur île de la Dominique, ils les y gardèrent quelque temps et leur firent savoir quil fallait mourir. Alors ils prirent résolution de sempoisonner avec du poison quils avaient caché pour cet effet dans leurs habits du temps quils avaient encore la liberté de se promener avec leur cep ou bloc aux alentours de la maison.

26 Ainsi, un moment avant que daller à lexécution, ils en prirent double dose dans une tasse de boisson ce qui fit que dans les premiers tourments, ils furent dans la dernière période de leur vie. Les Caribes croyant que cétait de la faiblesse à ne pouvoir souffrir avec [f°68r] constance les douleurs, les assommèrent et les accommodèrent ensuite et mangèrent comme dautres, mais il leur en arriva bien autrement car plusieurs qui avaient bu du sang et mangé la chair moururent.

27 Le reste qui réchappa fut fort malade. Ainsi, depuis ils nen ont jamais voulu manger, disant que la chair des Français ne vaut rien et simaginent quils sont tous ainsi naturellement. Mais pour les Anglais, ils les accommodent comme le reste de leurs ennemis, cest-à-dire les Sauvages des pays éloignés et non ceux qui sont voisins des chrétiens, lesquels se sont civilisés par le voisinage.

28 SB 1674CC 1694 je me sens obligé de remercier mon Créateur de mavoir donné la connaissance dun Dieu et fait naître dans la vraie religion et sujet du plus grand roi du monde [2] Votre honnêteté et votre indulgence ordinaire se montreront dans cette occasion (jespère) comme en diverses autres où jai éprouvé les effets de votre générosité dune manière surabondante. Je me pourrais étendre ici sur toutes les louables actions qui brillent en vous. Votre valeur qui vous a tant de fois fait exposer une vie qui nous est si précieuse et au service de lEtat, votre justice, votre débonnaireté et, en un mot, toutes les vertus qui ont toujours éclatées dans votre personne, pour la description desquelles il serait nécessaire de plus de papier quil nen faut pour décrire la présente histoire. Je my étendrais, dis-je, si je ne savais quoutre toutes ces vertus, vous êtes doué dune modestie qui se pourrait choquer du panégyrique que jen pourrais faire.

29 SB 1674CC 1694 on a représenté les choses autrement quelles ne sont, faute de les avoir vues, ou pour quelques raisons et considérations, ils nous les ont déguisées et dit plus ou moins quil ny en avait [1] leurs vices, dont nous parlerons dans la suite de ce discours [1] une histoire autant nouvelle que curieuse marquer à ceux qui la liront, les obligations que je vous ai

30 SB 1674CC 1694 Je ne marrêterai pas à [3] il est bien difficile que dans ces sortes de relations lon ne fasse quelque digression, retournons à nos astres [4] les Caribes allant tous nus, nous nemploierons pas beaucoup de temps à faire une description de leurs habillements. Mais pour suivre lordre des chapitres et donner contentement au lecteur sur toute chose, je nai pas trouvé à propos de passer outre sans décrire les ornements dont ils se servent comme de vêtements.

31 2. a) 1135 id. « (d'un homme) qui vit à l'écart de certaines formes de civilisation; rude, grossier » en partic. la gent sauvage « les Sarrazins par opposition aux chrétiens » (Couronnement Louis, éd. Y. G. Lepage, rédaction A-B, 384); 1596 subst. « homme, femme appartenant à une population primitive » (Hulsius); b) 1580 « qui est propre aux hommes primitifs » cette vie (TLF)

32 information narration description (SB) souci du détail pittoresque contrariant, qui permet de faire voir que les habitants des Antilles sont des sauvages dans le sens le plus propre du mot

33 Quand ils veulent élever quelquun pour être capitaine, le garçon tache à avoir premièrement un certain oiseau de proie quils appellent oüachi, lequel il nourrit jusquau jour destiné à cette cérémonie, alors le père assemble les plus anciens du carbet, fait voir son fils sur un petit siège et après lavoir animé à la vengeance de ses ennemis, il prend loiseau par les pieds, lui le brise et écrase sur sa tête et quoiquil létourdisse de ces coups, il ne faut pas quil témoigne aucun ressentiment ni douleur, ni fasse la moindre grimace, sil ne veut passer pour lâche.

34 Il arrache le coeur de loiseau encore vivant et lui fait avaler, afin quil ait le courage de manger celui de ses ennemis. Après on lui scarifie la peau par toutes les parties du corps et on le lave et frotte avec cet oiseau trempé dans leau de piment. Cela fait on lui pend un lit au haut dune petite case à part, où il jeûne quelques jours, ce nest pas une fille ou une femme qui lui porte à manger, mais un homme car il serait moins généreux. Il y en a quelques fois qui renoncent et quitte la partie à moitié. Je crois que si en France les nouveaux mariés, les médecins et les capitaines devaient subir cette épreuve et passer par la même estamine, il ny aurait guère de presse au métier.

35 information narration description (CC) souci dobjectivité précurseur / caractéristiques du discours scientifique: historique géographique

36 Je vous remercie de votre attention.


Télécharger ppt "Anca GÂŢĂ Centre de recherches Théorie et Pratique du Discours Laboratoire ARC (Argumentation – Rhétorique – Communication) Faculté des Lettres, Université"

Présentations similaires


Annonces Google