La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La question dans le futur programme: entre humanisme et empire colonial français.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La question dans le futur programme: entre humanisme et empire colonial français."— Transcription de la présentation:

1 La question dans le futur programme: entre humanisme et empire colonial français.

2 Voyages et découvertes XVe siècle – XVIIIe siècle. Continuité ou rupture avec le Moyen-âge ? Marie-France LUIGGI PLP Lettres Histoire L.P. A. Maillol PERPIGNAN

3 Questions possibles Les voyages de grandes découvertes et le passage d'une économie précapitaliste à une économie capitaliste et une première mondialisation. Les voyages de grandes découvertes et les sciences: les progrès de la cartographie et de la navigation pour une nouvelle conception du monde. Les voyages de grandes découvertes et la rencontre avec l'Autre : le choc de deux civilisations. Les nouvelles civilisations et les intellectuels européens (La possibilité de faire le lien avec la séquence suivante, les Lumières et la Révolution.)

4 Objectifs Différencier les voyages du XVe et XVIe siècles de ceux du XVIIIe siècle. Montrer en quoi les motivations et les enjeux ont changé. Montrer les liens entre les voyages et les progrès de la cartographie. Faire le lien entre ces voyages, lHumanisme, le siècle des Lumières et lEncyclopédie.

5 Les voyages de grandes découvertes 1.Les motivations et les enjeux des voyages de grandes découvertes 2.Les voyages de découvertes ( Colomb, Bougainville, Cook) 3.Les conséquences de ces voyages pour l'ancien et le nouveau monde

6 Le vieux système marchand entre lEurope et lAsie

7 Les motivations économiques XVe et XVIe siècles Le besoin en or, La recherche des épices, La soie et les plantes tinctoriales (indigo) indispensables à une industrie textile en pleine expansion, Le besoin en esclaves (au Portugal pour les plantations sucrières en Algarve, à Madère et aux Açores).

8 LEspagne et lor du Nouveau monde, au XVIe siècle.

9 La recherche dépices, de plantes tinctoriales et desclaves

10

11 Les enjeux religieux: la conversion au christianisme Un souci de prosélytisme et dévangélisation « nous sommes venus ici pour servir Dieu et aussi pour nous enrichir » Bernard Diaz del Castillo

12 Les enjeux politiques Le traité de Tordesillas: le partage du Nouveau monde

13 Le Traité de Tordesillas: le Brésil Cabral est-il vraiment le premier explorateur à avoir découvert le Brésil ? 1500 : LInde était-elle la seule destination de Cabral ? Labordage au Brésil fut-il le résultat dune intention délibérée ou un accident fortuit ? Des historiens portugais et espagnols expliquent en effet l'insistance des diplomates portugais lors des négociations que par la « prédécouverte » du Brésil. En 1492 dans la bulle Inter Coetera du pape Alexandre VI, la ligne de partage passait à 100 lieues à louest de larchipel du Cap Vert. Or le Portugal obtint par le traité de Tordesillas que cette ligne soit reportée à 370 lieues à louest. Il serait aussi possible que le roi Jean II après le retour de Colomb ait envoyé dans le plus grand secret une flotte vers louest et quelle aurait abordé au Brésil en 1493 ce qui expliquerait la très forte pression portugaise à Tordesillas. B. Bennassar ne croit cependant plus à cette thèse depuis la parution de l'Historia da Expansao Portuguesa

14 Les voyages et lélargissement du monde.

15 Débat sur la nature des hommes sauvages et les bienfaits ou méfaits de la civilisation. Les européens eurent au Brésil la révélation d'une humanité différente, comparable à celle qu'avaient rencontrée aux Antilles Colomb et ses hommes. Tout d'abord la surprise d'une nudité totale décrite comme un fait extraordinaire. Pero vaz da Caminha dès sa première lettre rapport au roi du Portugal: Les indigènes sont « des hommes bruns tout nus, sans que rien ne couvre leurs Parties honteuses... » et « les femmes ont le sexe si haut, si serré, si dépourvu de poils que nous pouvions bien les regarder sans honte » comme si l'absence de poils était une assurance de l'innocence: « ainsi, seigneur, l'innocence des ces gens est telle que celle d'Adam, en comparaison, n'était que honte ». Les chroniqueurs observent la propreté et la beauté des corps, remarquent le hâle, produit d'une vie à l'air libre, notent que les hommes à la différence des musulmans ne sont pas circoncis, signalent les perforations des lèvres, du nez, des oreilles, qui permettent le port de divers ornements, et les peintures corporelles, noires, rouge et jaune. Les habitants de ces nouvelles terres n'étaient donc en aucune façon des illustrations du bestiaire médiéval popularisées par la gravure: ni acéphales, ni cynocéphales, ni unicornes, ni pieds fourchus.

16 La découverte de l'anthropophagie Amérigo Vespucci l'avait noté dès son deuxième voyage: « Et quant à ceux qui ramènent des captifs de la guerre, ils ne les gardent pas pour leur sauver généreusement la vie mais afin de les tuer pour leur alimentation. Car vainqueurs et vaincus s'entredévorent les uns les autres. Et la chair humaine est commune parmi les viandes. » Ce n'est que plus tard que fut discerné ce caractère rituel, guerrier et festif à la fois, de cette anthropophagie. En outre les européens purent se rendre compte que la peinture rituelle des prisonniers destinés à être mangés était bleue, couleur exclusivement utilisée dans cette circonstance. Cependant qu'il s'agisse ou non d'un rite, l'anthropophagie des indigènes brésiliens suscita en Europe une horreur générale. La vision originelle du Brésil telle qu'elle se diffusa en Europe se caractérisa donc par une dualité : il jouissait d'une nature paradisiaque mais à cette nature s'opposait une humanité portant le signe du diable. Laura Mello e Sousa: « Nature édénique, humanité livrée au démon et colonie perçue comme un purgatoire furent les formulations mentales que les hommes du Vieux Monde appliquèrent au Brésil au cours de trous premiers siècles d'existence. »

17 Des progrès dans la construction navale. LEndeavour est le bateau avec lequel James Cook fait le premier de ses trois grands voyages à but scientifique ( ). Mesurant 29 mètres de long, ce bateau est initialement destiné au cabotage pour le transport de charbon. Cook le choisit pour son expédition,car il est robuste (coque en cuivre), facile à manoeuvrer pour sapprocher des côtes et suffisamment spacieux pour y vivre plusieurs années.

18 Circumnavigation dun humanisme dans les mers du Sud. Bougainville

19 Cook: Les trois voyages de circumnavigation 1 er voyage e voyage e voyage « « Jen ai maintenant fini avec l'océan Pacifique et je me flatte de l'espérance qu'on ne pourra pas me reprocher de l'avoir laisser inexploré » Cook

20 XV-XVI siècle: navigation à l'estime XVIII siècle: le point en mer grâce à l'amélioration des instruments de mesures angulaires et horaires Octant et le sextant: une révolution pour le point en mer Le chronomètre de marine de John Harrisson Des progrès scientifiques et techniques pour naviguer et cartographier avec précision.

21 Se repérer en mer: un enjeu politique entre lAngleterre et la France 1717:Concours lancé par le parlement anglais pour améliorer la précision des méthodes de la longitude en mer 1735: LAcadémie royale de sciences envoie Maupertuis en Laponie pour mesurer larc polaire et larc équatorial afin de déterminer la forme de la terre 1768: La société royale de Londres commandite une expédition dans les mers du sud et envoie des astronomes observer le passage de Vénus sur le disque solaire afin de déterminer la distance de la terre au soleil. Premier voyage de Cook 1785: Instruction de Louis XVI à La Pérouse: lAcadémie royale des sciences a rédigé un mémoire et la Société royale de médecine a proposé des questions à lintention des officiers et des savants embarqués.

22 De nouvelles cultures pour l'Europe

23 Une planche de lEncyclopédie: lessor de lhistoire naturelle sur la base de lobservation

24 Bougainville et le paradis tahitien « Les pirogues étaient remplies de femmes qui ne le cèdent pas, pour l'agrément de la figure, au plus grand nombre des Européennes et qui, pour la beauté du corps, pourraient le disputer à toutes avec avantage ». « Je me croyais transporté dans le jardin d' Eden… Un peuple nombreux y jouit des trésors que la nature verse à pleines mains sur lui… Partout nous voyions régner l'hospitalité,le repos, une joie douce et toutes les apparences du bonheur ». Bougainville Amerigo Vespucci et le Paradis brésilien "Cette terre est très agréable, pleine d'arbres de haute taille qui ne perdent jamais leurs feuilles et dont émanent des odeurs suaves. On se croirait au Paradis. (...) Cette terre est peuplée par des gens tous nus, tant les hommes que les femmes. Ils n'ont ni loi, ni foi aucune, ils vivent selon la nature et ne connaissent pas l'immortalité de l'âme. ils n'ont rien qui leur soit propre et tout est commun entre eux ; ils n'ont pas de frontière entre provinces et royaumes, ils n'ont pas de roi et n'obéissent à personne." Extrait d'Amerigo Vespucci ( ), éd. Les Belles Lettres

25 La découverte de l'anthropophagie Amérigo Vespucci l'avait noté dès son deuxième voyage: « Et quant à ceux qui ramènent des captifs de la guerre, ils ne les gardent pas pour leur sauver généreusement la vie mais afin de les tuer pour leur alimentation. Car vainqueurs et vaincus s'entredévorent les uns les autres. Et la chair humaine est commune parmi les viandes. »

26 La corruption par lhomme blanc "Notre monde vient d'en trouver un autre (et qui peut affirmer que c'est le dernier, puisque les démons, les sibylles* et nous-mêmes avons ignoré celui-ci jusqu'à aujourd'hui?), aussi grand rempli et fourni que lui, toutefois si nouveau et si enfant qu'on lui apprend encore son a, b, c : il n'y a pas cinquante ans, il ne connaissait ni les lettres, ni les poids, ni les mesures, ni les vêtements, ni les blés, ni les vignes (...). J'ai bien peur que nous ayons fort hâté son déclin et sa ruine par notre contagion, et que nous lui ayons bien cher vendu nos opinions et nos arts. C'était un monde enfant; et pourtant nous ne l'avons pas dompté et soumis à notre discipline par notre valeur et notre force naturelle, nous ne l'avons pas séduit par notre justice ou notre bonté, ni subjugué par notre magnanimité. La plupart de leurs réponses et des négociations faites avec eux témoignent qu'ils ne nous devaient rien en clarté d'esprit naturelle et en pertinence (...). Ce qui les a vaincus, ce sont les ruses et les boniments avec lesquels les conquérants les ont trompés, et le juste étonnement qu'apportait à ces nations-là l'arrivée inattendue de gens barbus, étrangers par la langue, la religion, l'apparence et la manière d'être, venus d'un endroit du monde si éloigné, et où ils n'avaient jamais imaginé qu'il eût quelque habitation, montés sur de grands monstres inconnus, alors qu'eux-mêmes n'avaient jamais vu de cheval ni d'autre bête dressée à porter un homme; protégés par une peau luisante et dure, et une arme tranchante et resplendissante, alors que les Indiens, pour voir jouer une lueur sur un miroir ou la lame d'un couteau étaient prêts à donner des trésors en or et en perles (...) et qu'ils n'avaient eux-mêmes d'autres armes que des arcs, des pierres, des bâtons et des boucliers de bois: ces peuples furent surpris, sous couleur d'amitié et de bonne foi, par la curiosité de voir des choses étrangères et inconnues. Sans cette disparité, les conquérants n'auraient eu aucune chance de victoire(...) Nous nous sommes servis de leur ignorance et de leur inexpérience pour les mener à la trahison, à la luxure, à la cupidité et à la cruauté, sur le modèle de nos moeurs, Les facilités du négoce étaient-elles à ce prix? Tant de villes rasées, tant de nations exterminées, tant de millions d'hommes passés au fil de l'épée, la plus riche et la plus belle partie du monde bouleversée, pour faire le trafic des perles et du poivre: méprisables victoires (...)". D'après Montaigne, Essais, Livre III, Chapitre VI, (écrit entre 1585 et 1588). Cook est conscient de la corruption des indigènes. Dans son journal de bord il écrit: « Nous corrompons leurs moeurs déjà enclin au vice et nous introduisons parmi eux des besoins et des maladies qu'ils ne connaissaient pas auparavant avec pour seul résultat de troubler cette bienheureuse sérénité dont eux et leurs ancêtres avaient joui. Si quelqu'un dément la vérité de cette assertion qu'on lui expose le profit de leur commerce avec les Européens par les indigènes de l'Amérique toute entière ».

27 Explorateur: celui qui va, quon envoie à la découverte dun pays pour en connaître létendue, la situation …Cette définition signale en 1718, lentrée du mot « explorateur » dans le dictionnaire de lAcadémie. Mais il faut attendre les vingt dernières années du siècle pour que la notion soit appliquée au champ géographique. Nicolas André Monsiaux, Louis XVI donnant des instructions à La Pérouse. 29 juin 1785 Le géographe Jan Vermeer 1668 De nouveaux hommes: géographes, explorateurs et savants au service des États

28 La fin du mythe austral

29 Une nouvelle littérature: les récits de voyage.

30 Le récit de voyage commenté par les philosophes des Lumières

31 conclusion Bouleversement de léconomie européenne, « ruine » de la façade méditerranéenne au profit de la façade atlantique et en particulier de lEurope du Nord-ouest, La construction coloniale en prolongement immédiat, Mise en place dune économie monde au seul profit de lEurope. Connaissance de la forme de la Terre, Connaissance de la plupart des espèces végétales, Une conception du monde élargie, une pensée enrichie, Naissance de la littérature de voyage et goût de lexotisme, Naissance de lanthropologie EN PHASE AVEC LE SIÈCLE DES LUMIÈRES QUI VEUT ALLIER COMMERCE, SCIENCE ET PROGRÈS

32 OUVRAGES GENERAUX BELLEC François: Le livre des terres inconnues : journaux de bord des navigateurs 15e 19e siècle, Chêne,2000 BENNASSAR ET MARTIN, Histoire du Brésil, , Paris, Fayard, BERTRAND Michel, VIDAL Laurent : À la redécouverte des Amériques : les voyageurs européens au siècle des indépendances, Presses universitaires Mirail Toulouse, 2002 (public universitaire) BROIST, Pascal, Espaces maritimes au XVIIIe siècle, Atlante, Paris, BROSSE Jacques, Les tours du monde des explorateurs; les grands voyages maritimes, , Paris, Bordas, 1983 COLL., Découvreurs et explorateurs. Actes du colloque de Bordeaux, juin 1992, LHarmattan, Bordeaux, LES EXPLORATEURS: Des pharaons à Paul Emile Victor, Robert Laffont, 2004 FERLONI, Julia, Bougainville, Cook, Lapérouse : marins des Lumières dans le Pacifique, Editions de Conti, « Grande Bibliothèque », Paris, nov GANDIN Eliane, Le voyage dans le Pacifique de Bougainville à Giraudoux, LHarmattan, 1998 (évolution des représentations du pacifique à travers la littérature) GASSOS D., Atlas des explorations et découvertes, Paris, Gamma, 2006 Cet atlas permet de prendre conscience des avancées scientifiques, techniques et culturelles, ainsi que des découvertes géographiques qui ont eu un impact important sur lévolution de lHumanité. MERIENNE Patrick : Atlas des explorations et des découvertes, Ouest France, 2005 TAILLEMITE, Etienne, Les découvreurs du Pacifique. Bougainville, Cook, Lapérouse, Gallimard, « Découvertes n°21 », Paris, MOLLAT Michel, Les explorateurs du XIIIe au XVIe siècle, Premiers regards sur les mondes nouveaux, Paris, J.C Lattès Histoire, 1884 MAURO Frédéric, Lexpansion européenne , Nouvelle Clio, Paris, Sous la direction de VOVELLE Michel, L'Homme des Lumières, Paris, Seuil, 1996 (l'explorateur page 285 à 346)

33 REVUES ( ressources documentaires ) James Cook explorateur du pacifique. Images doc, juillet 2004, n°187. Magellan un sacré explorateur, Science et vie découvertes, avril 2003, n°53.. Lexploration du pacifique. Science et vie junior, décembre 2002, n°159. Terra incognita. Archéologie, juin 2000, n° 368. Un an dexploration dans lInsulinde, Géo, mai 1999, n° 243. Les grandes expéditions scientifiques. Science et vie, mars 1998, HS. Lère des découvertes. Science et avenir, mai 1992, HS 87. TDC n°260B. Voyages et découvertes: des découvertes naturalistes aux chercheurs scientifiques, mai, 1981 TDC n° 539.Voyage au siècle des lumières, janvier,1990 TDC n°587 : Les découvertes portugaises, mai 1991, CNDP TDC n°794 : Le récit de voyage par monts et par mots avril 2000 CNDP TDC n°896 : La cartographie, mai 2005 CNDP-CRDP La documentation photographique : Les grandes découvertes n°6075-février 1985 CNDP La documentation photographique : 1492 Les royaumes ibériques n°7011, juin 1992 LHistoire, novembre 1991, n° 149:A la recherche du paradis terrestre. LHistoire spécial : Juifs et arabes, article de BENNASSAR Bartolomé, Dieu, le diable et le bon sauvage, la découverte du Brésil, mai 2000 LHistoire, mars 2005, n° 296: Lirrésistible appel du voyage, les explorateurs du Moyen Age, Pourquoi Christophe Colomb est parti en Amérique. Les découvertes XV-XVI : une révolution des mentalités, Autrement, série mémoires n°1, septembre 1990, Paris

34 RECITS DE NAVIGATEURS BOUGAINVILLE, Antoine de, Voyage autour du monde : par la frégate La Boudeuse et la flûte lÉtoile, La Découverte, « La Découverte/poche », Paris, 2005 COLOMB, Christophe, La découverte de lAmérique, La Découverte, « La Découverte/Poche », Paris, 2006, 2 vols. COOK, James, Relations de voyage autour du monde, La Découverte, « La Découverte/poche », Paris, 2005 LAPEROUSE, Jean-François de, Voyage autour du monde sur lAstrolabe et la Boussole ( ), La Découverte, « La Découverte/poche », Paris, Le journal de La Pérouse peut également être consulté et téléchargé sur Gallican (BNF) : CEDEROMS Océanie : les grands découvreurs du Pacifique. Index+, 1998 La Route de la Soie / Marek Gronowski. Studi, 1997 Astrolabe : l'Aventure océanienne / CRDP Amiens. Amiens : CRDP, 1996 Explorateurs du nouveau monde aux 15e et 16e s. (Colomb, Cortez, Magellan, Gama). Edusoft, 1996 Les découvreurs. Malakoff : Edusoft, 1995 VIDÉO ET DVD L'incroyable aventure de Monsieur de Lapérouse / Yves Bourgeois. Atom prod., 2005 Explorateurs, un siècle de découvertes / National Geographic Quelle aventure! : A la découverte du nouveau monde / Pascal Léonard. France 3, Sorciers Productions,2002 Il était une fois les explorateurs VOL.5: Du périple naval de James Cook... à Stanley et Livingstone / Albert Barillé. Procidis, 1998 Musée national de la Marine : BOURGEOIS, Yves, Lincroyable aventure de Monsieur De Lapérouse, Atom production, 2005 (DVD) ; (Thalassa, France 3). INTERNET Exposition temporaire « Le mystère Lapérouse, enquête dans le Pacifique sud » (19 mars au 20 octobre 2008). Un dossier (« Un voyage de découvertes au siècle des Lumières ») est téléchargeable sur le site du musée (on y trouvera notamment un ensemble documentaire et des « Activités du second degré » autour de la problématique Comment les Européens découvrent et appréhendent le Pacifique au XVIIIe siècle ? ». Lalbum (éd. Musée de la Marine, 2008) et le catalogue (Ed. de Conti, 2008) sont publiés.

35 1492: Christophe Colomb aux Antilles 1493: Bulle Inter Cetera 1494: traité de Tordesillas : Voyage de Vasco de Gama en Inde 1498: Vasco de Gama ouvre la voie maritime de l'Inde. 1500: Alvares Cabral sur les côtes du Brésil : premier voyage de circumnavigation Magellan 1524: Giovanni Verrazano découvre la côte orientale de l'Amérique. 1763: Traité de Paris met fin à la guerre de Sept Ans et marque le déclin maritime et colonial de la France : Voyage de Bougainville sur la Boudeuse et l'Etoile dans les mers du Sud : Premier voyage Cook : Deuxième voyage Cook : Troisième voyage Cook chronologie


Télécharger ppt "La question dans le futur programme: entre humanisme et empire colonial français."

Présentations similaires


Annonces Google