La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Applications Internet Cours 5 4 février 2010 © Cours 5 4 février 2010 ©

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Applications Internet Cours 5 4 février 2010 © Cours 5 4 février 2010 ©"— Transcription de la présentation:

1 Applications Internet Cours 5 4 février 2010 © Cours 5 4 février 2010 ©

2 Plan de la séance Surfer sur le WEB.

3 Surfer sur le WEB Le Web n'est qu'une des applications d'Internet. Le Web est beaucoup plus récent quInternet. Le Web est celui qui a rendu célèbre Internet. Pour quoi ? (la convivialité). Le World Wide Web, est un système hypertexte public fonctionnant sur Internet et qui permet de consulter, avec un navigateur, des pages mises en ligne dans des sites. L'image de la toile vient des hyperliens qui lient les pages Web entre elles. Un système hypertexte est un système contenant des documents liés entre eux par des hyperliens permettant de passer automatiquement du document consulté à un autre document lié. Un document hypertexte est donc un document qui contient des hyperliens. Un serveur HTTP ou un serveur web, est un logiciel servant des requêtes respectant le protocole de communication client-serveur Hypertext Transfer Protocol (HTTP), qui a été développé pour le World Wide Web. Le Web n'est qu'une des applications d'Internet. Le Web est beaucoup plus récent quInternet. Le Web est celui qui a rendu célèbre Internet. Pour quoi ? (la convivialité). Le World Wide Web, est un système hypertexte public fonctionnant sur Internet et qui permet de consulter, avec un navigateur, des pages mises en ligne dans des sites. L'image de la toile vient des hyperliens qui lient les pages Web entre elles. Un système hypertexte est un système contenant des documents liés entre eux par des hyperliens permettant de passer automatiquement du document consulté à un autre document lié. Un document hypertexte est donc un document qui contient des hyperliens. Un serveur HTTP ou un serveur web, est un logiciel servant des requêtes respectant le protocole de communication client-serveur Hypertext Transfer Protocol (HTTP), qui a été développé pour le World Wide Web.

4 Navigateur / Explorateur / Browser / Fureteur / Un navigateur web est un logiciel conçu pour consulter le World Wide Web, ou l'ensemble des sites web. Techniquement, c'est un client HTTP dans une architecture client/serveur. Il peut être graphique ou texte. Le terme navigateur web (ou navigateur Internet) est inspiré de NCSA Mosaic puis de Netscape Navigator. D'autres métaphores sont ou ont été utilisées. Le premier terme utilisé était browser, comme en anglais. Par la suite, on a vu fureteur (surtout utilisé au Québec), butineur, brouteur, arpenteur, fouineur ou explorateur (inspiré de Microsoft Internet Explorer). Le navigateur web est composé : - d'un moteur de rendu des standards du web, - d'une interface utilisateur et - d'un gestionnaire d'extensions appelées plugins. Interface utilisateur Pour la grande majorité des navigateurs sur le marché, l'interface utilisateur est composée -d'une zone d'affichage éventuellement gérée sous forme d'onglets, -d'une barre de menus déroulants, -d'une barre d'outils et -d'une barre d'état. Un navigateur web est un logiciel conçu pour consulter le World Wide Web, ou l'ensemble des sites web. Techniquement, c'est un client HTTP dans une architecture client/serveur. Il peut être graphique ou texte. Le terme navigateur web (ou navigateur Internet) est inspiré de NCSA Mosaic puis de Netscape Navigator. D'autres métaphores sont ou ont été utilisées. Le premier terme utilisé était browser, comme en anglais. Par la suite, on a vu fureteur (surtout utilisé au Québec), butineur, brouteur, arpenteur, fouineur ou explorateur (inspiré de Microsoft Internet Explorer). Le navigateur web est composé : - d'un moteur de rendu des standards du web, - d'une interface utilisateur et - d'un gestionnaire d'extensions appelées plugins. Interface utilisateur Pour la grande majorité des navigateurs sur le marché, l'interface utilisateur est composée -d'une zone d'affichage éventuellement gérée sous forme d'onglets, -d'une barre de menus déroulants, -d'une barre d'outils et -d'une barre d'état.

5 Architecture client -serveur contre architecture poste-à-poste (peer to peer) L'architecture client/serveur désigne un mode de communication entre plusieurs ordinateurs d'un réseau qui distingue un ou plusieurs postes clients du serveur : chaque logiciel client peut envoyer des requêtes à un serveur. Un serveur peut être spécialisé en serveur d'applications, de fichiers, de terminaux, ou encore de messagerie électronique. Caractéristiques du serveur : - il est passif (ou esclave) ; - il est à l'écoute, prêt à répondre aux requêtes envoyées par les clients - dès qu'une requête lui parvient, il la traite et envoie une réponse. Caractéristiques du client :- il est actif (ou maître) ; - il envoie des requêtes au serveur ; - il attend et reçoit les réponses du serveur. Le client et le serveur doivent bien sûr utiliser le même protocole de communication. Un serveur est généralement capable de servir plusieurs clients simultanément. Un autre type d'architecture réseau est le poste à poste (ou peer-to-peer en anglais), dans lequel chaque ordinateur ou logiciel est à la fois client et serveur. L'architecture client/serveur désigne un mode de communication entre plusieurs ordinateurs d'un réseau qui distingue un ou plusieurs postes clients du serveur : chaque logiciel client peut envoyer des requêtes à un serveur. Un serveur peut être spécialisé en serveur d'applications, de fichiers, de terminaux, ou encore de messagerie électronique. Caractéristiques du serveur : - il est passif (ou esclave) ; - il est à l'écoute, prêt à répondre aux requêtes envoyées par les clients - dès qu'une requête lui parvient, il la traite et envoie une réponse. Caractéristiques du client :- il est actif (ou maître) ; - il envoie des requêtes au serveur ; - il attend et reçoit les réponses du serveur. Le client et le serveur doivent bien sûr utiliser le même protocole de communication. Un serveur est généralement capable de servir plusieurs clients simultanément. Un autre type d'architecture réseau est le poste à poste (ou peer-to-peer en anglais), dans lequel chaque ordinateur ou logiciel est à la fois client et serveur.

6 Architecture client -serveur contre architecture poste-à-poste (peer to peer) Avantages par rapport aux architectures distribuées * toutes les données sont centralisées sur un seul serveur, ce qui simplifie les contrôles de sécurité et la mise à jour des données et des logiciels ; * les technologies supportant l'architecture client/serveur sont plus matures que les autres. Inconvénients * si trop de clients veulent communiquer avec le serveur au même moment, ce dernier risque de ne pas supporter la charge (alors que les réseaux P2P marchent mieux en ajoutant de nouveaux participants); * si le serveur n'est plus disponible, plus aucun des clients ne marche (le réseau P2P continue à marcher, même si plusieurs participants quittent le réseau). Avantages par rapport aux architectures distribuées * toutes les données sont centralisées sur un seul serveur, ce qui simplifie les contrôles de sécurité et la mise à jour des données et des logiciels ; * les technologies supportant l'architecture client/serveur sont plus matures que les autres. Inconvénients * si trop de clients veulent communiquer avec le serveur au même moment, ce dernier risque de ne pas supporter la charge (alors que les réseaux P2P marchent mieux en ajoutant de nouveaux participants); * si le serveur n'est plus disponible, plus aucun des clients ne marche (le réseau P2P continue à marcher, même si plusieurs participants quittent le réseau).

7 Surfer sur le WEB Le Protocole HTTP (hypertext transfert protocol) sert (entre autre) au dialogue entre votre navigateur Web et un serveur web. Evitons déjà une confusion HTTP (Hyper Text Transfert Protocol) est un protocole destiné à transférer du texte depuis un serveur vers un client. Initialement, il s'agissait bien de texte, sans illustrations, avec juste quelques possibilités d'enrichissement. HTML (Hyper Text Markup Language) est un langage de description de document. Outre les possibilités d'enrichissement du texte comme les attributs gras, italique, souligné, les différents niveaux de titre, il offre la bien connue possibilité de définir des "hyperliens" entre documents ou parties de documents. Même s'il est clair que HTTP et HTML voient leurs destins intimement liés, il s'agit bien de deux choses différentes... La requête dune page a la forme suivante: GET /index.html HTTP/1.1 (suivi de 2 retours chariot). Elle permet de demander le fichier index.html (page daccueil) sur le serveur qui lhéberge. La réponse sera composée de deux parties: l'entête qui indique si la requête a réussi et le corps du message. Si vous vous connectez par un proxi-server en plus de la ligne GET..., la requête peut contenir des champs supplémentaires sur les lignes suivantes, (Host…) Le Protocole HTTP (hypertext transfert protocol) sert (entre autre) au dialogue entre votre navigateur Web et un serveur web. Evitons déjà une confusion HTTP (Hyper Text Transfert Protocol) est un protocole destiné à transférer du texte depuis un serveur vers un client. Initialement, il s'agissait bien de texte, sans illustrations, avec juste quelques possibilités d'enrichissement. HTML (Hyper Text Markup Language) est un langage de description de document. Outre les possibilités d'enrichissement du texte comme les attributs gras, italique, souligné, les différents niveaux de titre, il offre la bien connue possibilité de définir des "hyperliens" entre documents ou parties de documents. Même s'il est clair que HTTP et HTML voient leurs destins intimement liés, il s'agit bien de deux choses différentes... La requête dune page a la forme suivante: GET /index.html HTTP/1.1 (suivi de 2 retours chariot). Elle permet de demander le fichier index.html (page daccueil) sur le serveur qui lhéberge. La réponse sera composée de deux parties: l'entête qui indique si la requête a réussi et le corps du message. Si vous vous connectez par un proxi-server en plus de la ligne GET..., la requête peut contenir des champs supplémentaires sur les lignes suivantes, (Host…)

8 Surfer sur le WEB Quels mécanismes sont mis en oeuvre dans le surf ? HTTP est donc un protocole somme toute assez simple par lui même. Ce qui complique la compréhension de l'ensemble des processus mis en oeuvre, c'est toute " l'intelligence " qui est ajoutée, tant du côté serveur que du côté client. Au départ, un client envoie une requête à un serveur HTTP et celui-ci y répond. Toute la difficulté vient de deux aspects qui sont indépendants du protocole HTTP lui- même : - Le traitement de l'information pratiqué par le serveur avant d'envoyer le résultat de la requête. - Le traitement de l'information pratiqué par le client avant d'afficher le résultat de la requête. Quels mécanismes sont mis en oeuvre dans le surf ? HTTP est donc un protocole somme toute assez simple par lui même. Ce qui complique la compréhension de l'ensemble des processus mis en oeuvre, c'est toute " l'intelligence " qui est ajoutée, tant du côté serveur que du côté client. Au départ, un client envoie une requête à un serveur HTTP et celui-ci y répond. Toute la difficulté vient de deux aspects qui sont indépendants du protocole HTTP lui- même : - Le traitement de l'information pratiqué par le serveur avant d'envoyer le résultat de la requête. - Le traitement de l'information pratiqué par le client avant d'afficher le résultat de la requête.

9 Surfer sur le WEB Quels mécanismes sont mis en oeuvre dans le surf ? Côté serveur Lorsqu'une requête arrive sur le serveur, elle peut concerner : -Une simple page HTML "statique". Tout son contenu est déjà défini en HTML et le serveur n'a qu'à l'envoyer, tel quel, au client. Dans cette configuration, un site web est fortement ressemblant au contenu d'un livre, il est écrit une fois pour toutes. Toute modification doit faire l'objet d'une réédition. -Une page HTML dont certains éléments sont "dynamiques", c'est-à-dire qu'ils sont construits à partir de sources d'informations diverses au moment de l'envoi au client. Ces méthodes ont pour but de produire deux fournitures d'informations typiquement impossibles à réaliser simplement avec des pages purement statiques: - Des informations qui sont le résultat d'un calcul à partir d'éléments que le client a transmis au serveur dans sa requête. - Des informations issues d'une base de données mise à jour par un moyen quelconque. Ces informations peuvent évoluer à tout instant et leur affichage via HTTP nécessite leur intégration en temps réel dans le document. On peut bien entendu imaginer un document dont le contenu intègre les deux exercices précédents. (lachat dun produit sur un site de ventes en ligne). Quels mécanismes sont mis en oeuvre dans le surf ? Côté serveur Lorsqu'une requête arrive sur le serveur, elle peut concerner : -Une simple page HTML "statique". Tout son contenu est déjà défini en HTML et le serveur n'a qu'à l'envoyer, tel quel, au client. Dans cette configuration, un site web est fortement ressemblant au contenu d'un livre, il est écrit une fois pour toutes. Toute modification doit faire l'objet d'une réédition. -Une page HTML dont certains éléments sont "dynamiques", c'est-à-dire qu'ils sont construits à partir de sources d'informations diverses au moment de l'envoi au client. Ces méthodes ont pour but de produire deux fournitures d'informations typiquement impossibles à réaliser simplement avec des pages purement statiques: - Des informations qui sont le résultat d'un calcul à partir d'éléments que le client a transmis au serveur dans sa requête. - Des informations issues d'une base de données mise à jour par un moyen quelconque. Ces informations peuvent évoluer à tout instant et leur affichage via HTTP nécessite leur intégration en temps réel dans le document. On peut bien entendu imaginer un document dont le contenu intègre les deux exercices précédents. (lachat dun produit sur un site de ventes en ligne).

10 Surfer sur le WEB Quels mécanismes sont mis en oeuvre dans le surf ? Côté serveur Plusieurs possibilités existent pour réaliser de telles opérations complexes : Les exécutables CGI (Common Gateway Interface). Des langages plus "spécialisés" comme PHP ou ASP. L'avantage du "server side" est que le code HTML reçu par le client est du HTML pur, ce qui veut dire qu'à priori, tout navigateur peut l'afficher correctement, sans trop de précautions particulières de la part de l'auteur du site. L'inconvénient est que le serveur voit sa charge augmenter dans des proportions qui peuvent être considérables et qu'en cas de connexion lente, la navigation devient vite pénible, lorsqu'il y a beaucoup de traitement d'informations introduites par le client, comme des calculs exécutés à partir de données issues d'un formulaire. Quels mécanismes sont mis en oeuvre dans le surf ? Côté serveur Plusieurs possibilités existent pour réaliser de telles opérations complexes : Les exécutables CGI (Common Gateway Interface). Des langages plus "spécialisés" comme PHP ou ASP. L'avantage du "server side" est que le code HTML reçu par le client est du HTML pur, ce qui veut dire qu'à priori, tout navigateur peut l'afficher correctement, sans trop de précautions particulières de la part de l'auteur du site. L'inconvénient est que le serveur voit sa charge augmenter dans des proportions qui peuvent être considérables et qu'en cas de connexion lente, la navigation devient vite pénible, lorsqu'il y a beaucoup de traitement d'informations introduites par le client, comme des calculs exécutés à partir de données issues d'un formulaire.

11 Surfer sur le WEB Quels mécanismes sont mis en oeuvre dans le surf ? Côté client De ce côté là aussi, des traitements d'informations peuvent être utiles : - Contrôler par exemple la validité des informations saisies dans un formulaire, avant de les envoyer au serveur. Ca évite des allers-retours inutiles en cas de saisie erronée. - Effectuer un traitement local de certaines informations pour afficher un résultat. Un exemple serait d'inclure une calculette dans une page web, cette calculette travaillant uniquement chez le client, sans jamais rien envoyer au serveur. -Réaliser toutes sortes d'opérations susceptibles de rendre les pages visitées plus vivantes, en introduisant des animations, des menus déroulants et toutes sortes de "gadgets" propres à égayer (de façon plus ou moins heureuse) une page web. Quels mécanismes sont mis en oeuvre dans le surf ? Côté client De ce côté là aussi, des traitements d'informations peuvent être utiles : - Contrôler par exemple la validité des informations saisies dans un formulaire, avant de les envoyer au serveur. Ca évite des allers-retours inutiles en cas de saisie erronée. - Effectuer un traitement local de certaines informations pour afficher un résultat. Un exemple serait d'inclure une calculette dans une page web, cette calculette travaillant uniquement chez le client, sans jamais rien envoyer au serveur. -Réaliser toutes sortes d'opérations susceptibles de rendre les pages visitées plus vivantes, en introduisant des animations, des menus déroulants et toutes sortes de "gadgets" propres à égayer (de façon plus ou moins heureuse) une page web.

12 Surfer sur le WEB Quels mécanismes sont mis en oeuvre dans le surf ? Côté client Là encore, les données peuvent être traitées, de diverses manières. Les JavaScripts. Les applets Java Les "plug-in" Avantages: Tout traitement de données réalisé localement est rapide et sans surcharge pour le serveur; Les effets d'animation, comme les menus déroulants ou les bandeaux défilants ne peuvent être que réalisés localement. Inconvénients : incompatibilités entre navigateurs et des trous de sécurité introduits par des exécutables téléchargés sur le client, issus d'origines qui peuvent être malveillantes. Quels mécanismes sont mis en oeuvre dans le surf ? Côté client Là encore, les données peuvent être traitées, de diverses manières. Les JavaScripts. Les applets Java Les "plug-in" Avantages: Tout traitement de données réalisé localement est rapide et sans surcharge pour le serveur; Les effets d'animation, comme les menus déroulants ou les bandeaux défilants ne peuvent être que réalisés localement. Inconvénients : incompatibilités entre navigateurs et des trous de sécurité introduits par des exécutables téléchargés sur le client, issus d'origines qui peuvent être malveillantes.

13 Surfer sur le WEB - Léchange dinformations Internet est libre mais il peut très bien être contrôlé. En fait, vous divulguez plus d'informations que vous ne croyez... La technologie utilisée est ici PHP, comme le montre l'URI de cette page. Dans le tableau ci-dessus, la partie dynamique est constituée par les variables d'environnement que votre navigateur envoie à chaque commande GET. Internet est libre mais il peut très bien être contrôlé. En fait, vous divulguez plus d'informations que vous ne croyez... La technologie utilisée est ici PHP, comme le montre l'URI de cette page. Dans le tableau ci-dessus, la partie dynamique est constituée par les variables d'environnement que votre navigateur envoie à chaque commande GET.

14 Surfer sur le WEB - Les réseaux et leur architecture Une topologie de réseau est en informatique une définition de l'architecture d'un réseau. Elle donne une certaine disposition des différents postes informatiques du réseau et une hiérarchie de ces postes. Les architectures suivantes sont ou ont effectivement été utilisées dans des réseaux informatiques grand public ou d'entreprise. La topologie d'un réseau correspond à son architecture physique. En ce sens ou leur structure détermine leur type. Il existe 2 modes de propagation classant ces topologies : MODE DE DIFFUSION (exemple : Topologie en bus ou en anneau) Ce mode de fonctionnement consiste à n'utiliser qu'un seul support de transmission. Le principe est que le message est envoyé sur le réseau, ainsi toute unité réseau est capable de voir le message et d'analyser selon l'adresse du destinataire si le message lui est destiné ou non. MODE POINT A POINT (exemple : Topologie en étoile ou maillée) Dans ce mode, le support physique ne relie qu'une paire d'unités seulement. Pour que deux unités réseaux communiquent, elles passent obligatoirement par un intermédiaire (le noeud). Une topologie de réseau est en informatique une définition de l'architecture d'un réseau. Elle donne une certaine disposition des différents postes informatiques du réseau et une hiérarchie de ces postes. Les architectures suivantes sont ou ont effectivement été utilisées dans des réseaux informatiques grand public ou d'entreprise. La topologie d'un réseau correspond à son architecture physique. En ce sens ou leur structure détermine leur type. Il existe 2 modes de propagation classant ces topologies : MODE DE DIFFUSION (exemple : Topologie en bus ou en anneau) Ce mode de fonctionnement consiste à n'utiliser qu'un seul support de transmission. Le principe est que le message est envoyé sur le réseau, ainsi toute unité réseau est capable de voir le message et d'analyser selon l'adresse du destinataire si le message lui est destiné ou non. MODE POINT A POINT (exemple : Topologie en étoile ou maillée) Dans ce mode, le support physique ne relie qu'une paire d'unités seulement. Pour que deux unités réseaux communiquent, elles passent obligatoirement par un intermédiaire (le noeud).

15 Surfer sur le WEB - Les réseaux et leur architecture Topologies de réseaux locaux classiques Le réseau en anneau-Topologie de réseau en anneau La défaillance d'un nœud rompt la structure d'anneau si la communication est unidirectionnelle. Toutes ses stations sont connectées en chaîne les unes aux autres. (Chaque station joue le rôle de station intermédiaire.) Note : les ordinateurs d'un réseau en anneau ne sont pas reliés en « boucle », mais sont connectés à un répartiteur qui va gérer les ordinateurs en établissant à chacun d'eux un « temps de parole ».En cas de collision de deux messages, les deux seront perdus. Topologies de réseaux locaux classiques Le réseau en anneau-Topologie de réseau en anneau La défaillance d'un nœud rompt la structure d'anneau si la communication est unidirectionnelle. Toutes ses stations sont connectées en chaîne les unes aux autres. (Chaque station joue le rôle de station intermédiaire.) Note : les ordinateurs d'un réseau en anneau ne sont pas reliés en « boucle », mais sont connectés à un répartiteur qui va gérer les ordinateurs en établissant à chacun d'eux un « temps de parole ».En cas de collision de deux messages, les deux seront perdus.

16 Surfer sur le WEB - Les réseaux et leur architecture Topologies de réseaux locaux classiques Le réseau en arborescence-Topologie de réseau en arbre Aussi connu sous le nom de hiérarchique, elle est divisée en niveaux. Le nœud central (root), de haut niveau, est connecté à plusieurs nœuds de niveaux inférieurs, appelées branches, dans la hiérarchie. Ces nœud peuvent être eux-mêmes connectés à plusieurs nœud de niveau inférieur. Le tout dessine alors un arbre. Topologies de réseaux locaux classiques Le réseau en arborescence-Topologie de réseau en arbre Aussi connu sous le nom de hiérarchique, elle est divisée en niveaux. Le nœud central (root), de haut niveau, est connecté à plusieurs nœuds de niveaux inférieurs, appelées branches, dans la hiérarchie. Ces nœud peuvent être eux-mêmes connectés à plusieurs nœud de niveau inférieur. Le tout dessine alors un arbre.

17 Surfer sur le WEB - Les réseaux et leur architecture Topologies de réseaux locaux classiques Le réseau en bus-Topologie de réseau en bus Il a un faible coût de déploiement, et la défaillance d'un nœud (ordinateur) ne scinde pas le réseau en deux sous-réseaux. Cette topologie est représentée par un câblage unique des unités réseaux. Ces unités sont reliées de façon passive par dérivation électrique ou optique. Les caractéristiques de cette topologie sont les suivantes : Lorsqu'une station est défectueuse et ne transmet plus sur le réseau, elle ne perturbe pas le réseau. Lorsque le support est en panne, c'est l'ensemble du réseau qui ne fonctionne plus. Le signal émis par une station se propage dans un seul sens ou dans les deux sens. Si la transmission est bidirectionnelle : toutes les stations connectées reçoivent les signaux émis sur le bus en même temps (au délai de propagation près). Le bus est terminé à ses extrémités par des bouchons pour éliminer les réflexions possibles du signal. Topologies de réseaux locaux classiques Le réseau en bus-Topologie de réseau en bus Il a un faible coût de déploiement, et la défaillance d'un nœud (ordinateur) ne scinde pas le réseau en deux sous-réseaux. Cette topologie est représentée par un câblage unique des unités réseaux. Ces unités sont reliées de façon passive par dérivation électrique ou optique. Les caractéristiques de cette topologie sont les suivantes : Lorsqu'une station est défectueuse et ne transmet plus sur le réseau, elle ne perturbe pas le réseau. Lorsque le support est en panne, c'est l'ensemble du réseau qui ne fonctionne plus. Le signal émis par une station se propage dans un seul sens ou dans les deux sens. Si la transmission est bidirectionnelle : toutes les stations connectées reçoivent les signaux émis sur le bus en même temps (au délai de propagation près). Le bus est terminé à ses extrémités par des bouchons pour éliminer les réflexions possibles du signal.

18 Surfer sur le WEB - Les réseaux et leur architecture Topologies de réseaux locaux classiques Le réseau en étoile-Topologie de réseau en étoile C'est la topologie la plus courante actuellement, elle est très souple en matière de gestion et dépannage de réseau : la panne d'un nœud ne perturbe pas le fonctionnement global du réseau. En revanche, l'équipement central (un concentrateur (hub) et plus souvent sur les réseaux modernes, un commutateur (switch)) qui relie tous les nœuds constitue un point unique de défaillance : une panne à ce niveau rend le réseau totalement inutilisable. Le réseau ethernet est un exemple de topologie en étoile. L'inconvénient principal de cette topologie réside dans la longueur des câbles utilisé. Topologies de réseaux locaux classiques Le réseau en étoile-Topologie de réseau en étoile C'est la topologie la plus courante actuellement, elle est très souple en matière de gestion et dépannage de réseau : la panne d'un nœud ne perturbe pas le fonctionnement global du réseau. En revanche, l'équipement central (un concentrateur (hub) et plus souvent sur les réseaux modernes, un commutateur (switch)) qui relie tous les nœuds constitue un point unique de défaillance : une panne à ce niveau rend le réseau totalement inutilisable. Le réseau ethernet est un exemple de topologie en étoile. L'inconvénient principal de cette topologie réside dans la longueur des câbles utilisé.

19 Surfer sur le WEB - Les réseaux et leur architecture Topologies de réseaux locaux classiques Le réseau maillé- Topologie de réseau maillé Une topologie maillée correspond à plusieurs liaisons point à point. Chaque terminal est relié à tous les autres. L'inconvénient est le nombre de liaisons nécessaires qui devient très élevé lorsque le nombre de terminaux est grand: Cette topologie se rencontre dans les grands réseaux de distribution (Exemple : Internet). L'information peut parcourir le réseau suivant des itinéraires divers, sous le contrôle de puissants superviseurs de réseau, ou grâce à des méthodes de routage réparties. Elle existe aussi dans le cas de couverture wifi. Topologies de réseaux locaux classiques Le réseau maillé- Topologie de réseau maillé Une topologie maillée correspond à plusieurs liaisons point à point. Chaque terminal est relié à tous les autres. L'inconvénient est le nombre de liaisons nécessaires qui devient très élevé lorsque le nombre de terminaux est grand: Cette topologie se rencontre dans les grands réseaux de distribution (Exemple : Internet). L'information peut parcourir le réseau suivant des itinéraires divers, sous le contrôle de puissants superviseurs de réseau, ou grâce à des méthodes de routage réparties. Elle existe aussi dans le cas de couverture wifi.


Télécharger ppt "Applications Internet Cours 5 4 février 2010 © Cours 5 4 février 2010 ©"

Présentations similaires


Annonces Google