La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

2 e Académie de léconomie sociale et solidaire Montréal, 24 octobre 2011 Jürgen Schwettmann, PARDEV, OIT.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "2 e Académie de léconomie sociale et solidaire Montréal, 24 octobre 2011 Jürgen Schwettmann, PARDEV, OIT."— Transcription de la présentation:

1 2 e Académie de léconomie sociale et solidaire Montréal, 24 octobre 2011 Jürgen Schwettmann, PARDEV, OIT

2 Travail décent : une définition. Économie sociale : principes, acteurs et données. Économie informelle : déficits de travail décent. Léconomie sociale, passerelle entre linformel et le formel. Le triangle vertueux. Sommaire

3 Quentend-on par travail décent ? « Le travail décent résume les aspirations des personnes dans leur vie active. Il inclut les possibilités de travail productives et offrant une rémunération équitable, la sécurité sur le lieu de travail et la protection sociale des familles, de meilleures perspectives de développement personnel et lintégration sociale, la liberté des personnes à exprimer leurs préoccupations, à sorganiser et à participer aux décisions qui affectent leur vie ainsi que légalité de chances et de traitement pour lensemble des femmes et des hommes. » « Le travail décent résume les aspirations des personnes dans leur vie active. Il inclut les possibilités de travail productives et offrant une rémunération équitable, la sécurité sur le lieu de travail et la protection sociale des familles, de meilleures perspectives de développement personnel et lintégration sociale, la liberté des personnes à exprimer leurs préoccupations, à sorganiser et à participer aux décisions qui affectent leur vie ainsi que légalité des chances et de traitement pour lensemble des femmes et des hommes. »

4 1.Droits sur le lieu de travail, en particulier les principes et droits fondamentaux ; 2.Emploi, moyens de subsistance et revenus ; 3.Sécurité sociale et conditions de travail ; 4.Dialogue social entre les gouvernements, les travailleurs et les employeurs Quatre piliers

5 Léconomie sociale : de nombreux termes différents.... Économie socialeÉconomie solidaireÉconomie communautaireÉconomie populaireÉconomie sociale et solidaireEntreprise socialeEntreprises de léconomie socialeTroisième secteurSecteur à but non lucratif

6 reconnaissent la primauté des personnes et du travail sur le capital sappuient sur les principes de solidarité, de mutualité, de réciprocité, de coopération et de proximité cherchent à procurer simultanément des avantages sociaux, sociétaux, économiques et environnementaux reposent sur la participation volontaire, lautonomisation de leurs membres et lengagement des personnes...mais des caractéristiques communes Les entités de léconomie sociale diffèrent des autres formes dentreprises et dorganisations sociales en ce quelles :

7 Cinq familles Coopératives Entreprises mutualisées AssociationsFondations Entreprises sociales

8 Faits et chiffres sociétés coopératives comptant un milliard de ménages uniques et 100 millions demployés. Les 300 plus grandes coopératives au monde totalisent un chiffre daffaires annuel cumulé de milliards de dollars américains; Les 141 compagnies dassurances issues de 70 pays, organisées au sein de la Fédération internationale des coopératives et mutuelles dassurance (ICMIF) collectent 7 % des primes dassurances dans le monde (1 000 milliards de dollars américains) ; Les 40 mutuelles de santé organisées au sein de lAssociation Internationale de la Mutualité opèrent dans 26 pays et représentent 281 millions de foyers assurés; 248 millions dhabitants sur les 360 millions que compte lEurope des 15 sont membres dune entité appartenant à léconomie sociale et ce secteur contribue à hauteur de 8 % au PIB de lUnion.; coopératives de crédit comptant 188 millions de membres issus de 100 pays, organisées au sein du Conseil mondial des coopératives dépargne et de crédit sont soutenues et gèrent milliards de dollars américains dactifs. Les banques coopératives réparties dans le monde disposent dactifs équivalents à six mille milliards de dollars américains.

9 Les organisations et les entreprises de léconomie sociale sont en mesure de créer de lemploi décent ; Les entreprises et les organisations de léconomie sociale sont en mesure de rendre le travail existant plus décent. Économie sociale et travail décent

10 Léconomie informelle en Afrique subsaharienne Part dans lemploi non agricole : 78 % Part dans lemploi urbain : 61% Part dans les nouveaux emplois créés : 93% Part du PIB (moyenne) : 42%

11 Déficits de lemploi décent Le travail dans léconomie informelle se caractérise souvent par des lieux de travail exigus ou non déterminés, des conditions de travail peu sécurisées et insalubres, des niveaux de compétences et de productivité bas, des revenus faibles ou irréguliers, de longues heures de travail et un manque daccès à linformation, aux marchés, au financement, à la formation et à la technologie. Le travail dans léconomie informelle se caractérise souvent par des lieux de travail exigus ou non déterminés, des conditions de travail peu sécurisées et insalubres, de faibles niveaux de compétences et de productivité, des revenus faibles ou irréguliers, de longues heures de travail et un manque daccès à linformation, aux marchés, au financement, à la formation et à la technologie.

12 Économie informelle et travail décent « Pour promouvoir le travail décent, il est nécessaire déliminer tous les aspects négatifs de linformalité tout en garantissant la non-destruction des possibilités de subsistance et dentrepreneuriat et en favorisant la protection et lintégration des travailleurs et des unités économiques de léconomie informelle dans léconomie conventionnelle. » Conclusions concernant le travail décent et léconomie informelle, 90 e session de la CIT, juin 2002

13 Léconomie sociale en tant que passerelle Entre linformel et le formel Entre le rural et lurbain Entre le local et le mondial Entre la société et léconomie Entre les individus et la société

14 Économie informelle Droits non protégés, non respectés ; Travail des enfants, travail forcé, exploitation ; Inégalité et exclusion. Économie formelle Droit du travail et inspection du travail ; Système judiciaire ; Représentation des travailleurs. Économie sociale Voix et réprésentation ; Canal de communication ; Plateforme organisationnelle pour linsertion. Économie sociale et droits

15 Économie sociale et emplois Économie informelle Emplois nombreux mais de qualité médiocre ; Aucune sécurité de lemploi ; Concurrence forte ; Productivité basse et revenus faibles. Économie formelle Emplois peu nombreux mais de grande qualité ; Stabilité et sécurité de lemploi ; Productivité satisfaisante. Économie sociale Économies déchelle et de gamme ; Diversification, division du travail et innovation ; Pouvoir de négociation des travailleurs et des entreprises.

16 Économie sociale et protection Économie informelle Travail non protégé, souvent risqué ; Aucune protection sociale ; Conditions de travail médiocres ; Économie formelle Système formel de sécurité sociale ; Inspection du travail ; Conditions de travail acceptables. Économie sociale Modernisation des systèmes traditionnels ; Partage des risques ; Accès aux soins ; Amélioration des conditions de travail.

17 Économie sociale et dialogue Économie informelle Aucune voix ni réprésentation ; Aucune participation à la prise de décision ; Absence dinstitutions ou de mécanismes de dialogue ; Économie formelle Syndicats et organisations de travailleurs ; Organisations patronales et consulaires ; Lois et institutions relatives au dialogue social. Économie sociale Constitution de réseaux horizontaux, de structures verticales et de mouvements nationaux ; Alliances favorisées avec les organisations établies ; Représentation.

18 ProtectionOpportunitésAutonomisation Le triangle vertueux


Télécharger ppt "2 e Académie de léconomie sociale et solidaire Montréal, 24 octobre 2011 Jürgen Schwettmann, PARDEV, OIT."

Présentations similaires


Annonces Google