La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Acquisition du langage : spécialisation des enfants dans leur langue maternelle Pierre Hallé LPP, CNRS-Paris III.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Acquisition du langage : spécialisation des enfants dans leur langue maternelle Pierre Hallé LPP, CNRS-Paris III."— Transcription de la présentation:

1

2 1 Acquisition du langage : spécialisation des enfants dans leur langue maternelle Pierre Hallé LPP, CNRS-Paris III

3 2 diversité des langues … spécificités d'une langue, acquisition d'une langue … de ses spécificités … spécialisation ?

4 3 Diversité des langues du monde différences de surfaces vs. unité "profonde" … ici : surface caractères spécifiques d'une langue transmis de génération en génération, d'où la question posée ici : - à quoi cela se "voit"-il qu'un enfant est un futur locuteur/auditeur de la langue X plutôt que Y ? Dans les sons qu'il produit ? Dans son écoute des sons auxquels il est exposé ? => 2 pts de vue : * Celui des parents (de l'observateur): les enfants gazouillent-ils tous de la même façon ? non ; alors les différences entre enfants sont-elles idiosyncrasiques ou révèlent-elles quelquechose de spécifique de la langue apprise ? * Celui de l'enfant lui-même: traite-t-il/perçoit-il toutes les langues comme la sienne ? non : il règle son écoute sur sa langue, pas sur les autres. Alors comment cela se passe-t-il ? Comment devient-il un spécialiste de sa langue ?

5 4 Influence de la langue dans les productions rien de connu avant 4 mois : phonation encore mal maîtrisée, mais différences possibles articulation larynx/pharynx … 4-5 mois : imitation voyelles et intonation 7 mois : caractéristiques prosodiques (patterns F0 et durées) 7-8 mois : babillage canonique (syllabes CV bien formées [redupliquées] proches du canon adulte) 9-10 mois : espace vocalique orienté vers celui de la langue mois : influence de la langue sur le répertoire des consonnes et des syllabes du babillage.

6 5 Les babillages commencent à se différencier dès 8 mois Expériences de jugement subjectif (de Boysson-Bardies et al., 1984) : Ss adultes français ; paires d'échantillons babillage [fr., autre] échantillons de babillage comparaison8 mois10 mois français vs. tunisien français vs. cantonais pourcentages d'identifications correctes (lequel des deux est français ?) critères possibles: intonation, qualité de voix … bébés tunisiens: attaques dures, friction dans relâchements, accentuation. bébés français: allongements, modulations plus douces. bébés cantonais: entering tones –> glottal stop exemples adultes :

7 6 Echantillons de babillages (enfants de 10 mois) –chinois (cantonais) –arabe (algérien) –français (parisien) –anglais (britannique)

8 7 extrait du babillage "cantonais"

9 8 extrait du babillage "algérien"

10 9 extrait du babillage "british" No comment … On croit reconnaître "sandwich" (+ pattern F0 !)

11 10 extrait du babillage "français"

12 11 A coté de ces impressions qualitatives, y a-t-il des différences que l'on pourrait quantifier ? prosodie, patterns métriques (Levitt & Wang,1991) : différences entre bébés français et américains dès 5 mois propriétés spectrales : spectres LTS (long term spectra), reflétant positionnements supralaryngaux spécifiques ? timbre et distribution des voyelles : "espaces vocaliques" influencés par l'environnement linguistique ? distribution des consonnes cooccurences CV aspects "coarse grain" (squelettes syllabiques, patterns syllabiques …)

13 12 British English Algerian FrenchCantonese Espaces vocaliques pour 4 communautés (10 mois) Ellipses à 75% de confiance (de Boysson-Bardies et al., 1989, JCL)

14 13 Indice de compacité F2/F1 pour 4 communautés (adultes vs.10 mois)

15 14 Distributions des voyelles (~ 18 mois: français vs. japonais) Tendances: beaucoup plus de HB en japonais qu'en français; aussi, davantage de HF; davantage de MF en français. Tendances pour les langues en général (language), les mots adultes "visés" par les enfants, les premiers mots et le babillage.

16 15 Height changes between V1 and V2 in CVCV (child productions vs. adult reference) height changes : 43.8%; place changes: 38.7%

17 16 Distributions des consonnes (français, anglais, japonais, suédois) 0-25 Words :10 mois à mois Tendances stables : les français ont (a) le plus de labiales et (b) le moins de stops; les % névoluent pas beaucoup, mais les SDs diminuent de façon marquée (de ~24% à ~8%)

18 17 Affinités "biomécaniques" (MacNeilage & Davis, 2000, Science) Fig 1. A schematic view of … the speech apparatus in which the three arrows symbolize the three intrasyllabic CV co-occurrence patterns… [mama, dædæ, gogo] by an American adult and babbling episodes … can be heard at Science Online: [ma, dæ, go] adult infant

19 18 adulte : mama, tætæ F2 pour [æ] vs. [a] : ~1900 > ~1200 Hz enfant : mama, tætæ ? F2 pour [æ] vs. [a] : ~1450 < ~1750 Hz mais est-ce bien un [æ] plutôt qu'un [a] ?

20 19 Cooccurrences CV : {lab, cor, pal, vel} x {i-e, a, o-u} b d S k japonais Adultesbabillage1ers mots bababa -di - dedede dododo SiSi Si - Sa Su kekeke kokoko kukuku français Adultesbabillage1ers mots bibibi bababa bububu di - - de -de dododo - Si - Se - Se So So So ki - - -kaka ko -ko ku -ku

21 20 CV affinities in the first & second syllabes of CVCVs Adult reference10-12-month-olds blue: 'biomechanic' (8 & 8); brown: 'unpredicted' (10 & 14) (only data for at least 5% of total CV productions are presented) (de Boysson-Bardies, 1993, "Ontogeny of language-specific syllabic productions")

22 21 Coarse-grain aspects: utterance-initial syllabic structure %occurrence of VCV- structure (as opposed to CVCV-) French20.7% English (AE)33.3% Swedish22.0% Yoruba52.2% many vowel-initial utterances in Yoruba (words and prefixes)

23 22 Conclusion sur les productions précoces Convergence nette vers la langue maternelle dès 10 mois Aspects les plus saillants : - D'abord des aspects larges, plutôt prosodiques - Puis les voyelles - Ensuite, consonnes et patterns syllabiques L'appartenance linguistique d'un enfant est reconnaissable vers 8-10 mois.

24 23 Spécialisation en perception Dès 2 mois, orientation préférentielle pour sons de parole (Columbo & Bundy, 1983: précurseurs paradigme HPP) Traitement de la parole dans Hémisphère Gauche, de la musique dans Hémisphère Droit: expés en dichotique avec nouveaux- nés (Bertoncini et al. 1989) ; expés fMRI avec enfants 3 mois. Préférence voix maternelle à 2-3 mois (Mehler et al., 1978) basée sur la prosodie; dès la naissance (DeCasper & Fifer, 1980) ; sur la base d'indices de timbre (Floccia et al., 2000). Préférence pour la langue maternelle de 0 à 5-6 mois … Discrimination entre langues ssi l'une est maternelle ou bien ssi 2 classes rythmiques différentes

25 24 (Bertoncini et al., 1989, Brain & Language) Les nouveaux-nés réagissent différemment à la musique et au langage Réaction au changement => parole traitée dans HG, musique dans HD par nouveaux-nés ?

26 25 (Dehaene-Lambertz et al., 2002, Science, Fig. 2) B: Statistical map of asymmetry of activation by sound, showing that the planum temporale was significantly more activated in the left hemisphere than in the right. C: Statistical map of the comparison between forward and backward speech, showing greater activation by forward speech in the left angular gyrus.

27 26 Préférence pour la langue maternelle: nouveaux-nés français, exposés à passages en français vs. russe (Mehler et al., 1988, Cognition)

28 27 Discrimination entre langues non-natives (Nazzi, Bertoncini, & Mehler, 1998, JEP: HPP) habituationtest Rhythmic group English / Dutch Spanish / Italian Spanish / Italian English / Dutch Non-rhythmic group English / Spanish Dutch / Italian Dutch / Italian English / Spanish rhythmic group Non-rhythmic group

29 28 Experiment 4a Mean orientation latencies of infants from monolingual (either Catalan or Spanish, n = 10) and Catalan/Spanish bilingual environments (n = 10), to maternal and English sentences. Bosch & Sebastian-Galles, (1997), Cognition Experiment 4b Mean orientation latencies of monolingual Spanish infants (n = 10), monolingual Catalan infants (n = 10) and bilingual Catalan/Spanish infants (n = 10) to Catalan and Spanish sentences.

30 29 Point sur la discrimination des langues par les enfants possible si les 2 langues comparées "classes rythmiques" différentes; exemples: {italien, espagnol} vs. {anglais, néerlandais} possible si l'une des deux est la maternelle, même si les 2 de la même classe rythmique; exemples: catalan vs. castillan; anglais BE vs. {anglais AE, néerlandais, allemand} vrai pour nouveaux-nés et pour 4-5 mois. bilingues futurs: à 4 mois, mauvaise discrimination entre les 2 futures langues; discrimination entre l'une des 2 et une 3ème, mais profil de performance particulier (traitement plus lent ?) performances obtenues avec parole filtrée => basées sur indices prosodiques.

31 30 Quels indices prosodiques ? technique de resynthèse avec MBROLA (au lieu de filtrage passe-bas 400 Hz): Ramus, saltanajvowels -> /a/; fricatives -> /s/; liquids -> /l/ stops/affricates -> /t/; nasals -> /n/; glides -> /j/ sasasavowels -> /a/; consonants -> /s/ Pour ces deux types de neutralisation des caractéristiques segmentales, il est ensuite possible de manipuler [séparément] contours d'intensité, de F0, et durées.

32 31 Parenthèse : intonation, rythme, et aspects segmentaux sont interdépendants consonne(s)voyellecons.voy.cons.voy. Le rythme est –en particulier– donné par le tempo donné par la succession des voyelles, donc par les durées consonantiques intervenantes; mesures acoustiques -> %V, C, V Langues avec %V élevé : japonais, tamul … avec %V bas : anglais, polonais … (français, italien, espagnol entre les deux) %V semble corréler avec : branchement syntaxique (%V élevé tête à droite) ordre des mots strict ou non (%V élevé ordre libre) morphologie (%V élevé morphologie riche)

33 32 Exemples de phrases resynthétisées avec MBROLA (Ramus & Mehler, 1999, JASA, 105) kotira.no kata.wa keiseigeka.no senmonka des. saltanaj :tatalana tataja ta:sa:tatana sannanta tas. sasasa :sasasasa sasasa sa:sa:sasasa sassassa sas. sasasa avec F0 constant : This supermarket had to close due to economic problems. C/V: 27/16 (original)sasasa F0 constant

34 33 Nouveau-né = phonéticien universel ? Discrimination de nombreux contrastes des langues du monde, qu'ils soient natifs ou non. Mais il semble s'agir de contrastes basiques correspondant à des discontinuités perceptives (1) universelles et (2) communes avec d'autres espèces animales. 5-6 mois : perception des voyelles devient spécifique 10 mois : perte de sensibilité aux contrastes de consonnes non- natifs, mais pas tous ! (contrastes "non assimilables") cas des bilingues : mauvaises performances de discrimination => 6-12 mois : émergence des aspects segmentaux

35 34 Etude séminale de Eimas et al. (1971): contraste /b/-/p/ [pa] [p h a][ba] [pa][p h a]

36 35 (chinchillas) Kuhl & Miller (1978). JASA, 63, Les chinchillas perçoivent /d/-/t/ comme les humains

37 36 Magnet effect

38 37 (A) Formant frequencies of vowels surrounding an American /i/ prototype (red) and a swedish /y/ prototype (blue). (B) Results of tests on American and Swedish infants (6 months) indicating an effect of linguistic experience. Infants showed greater generalisation when tested with the native prototype. PME: Perceptual magnet effect. PME: Score de généralisation (i.e., de non-discrimination) (Kuhl et al., 1992, Science, 255) Language-specific magnet effect at 6 months

39 38 Loss of sensitivity to nonnative consonant contrasts (Conditioned Head Turn: Werker & Tees, 1984 ) Hindi dental-retroflex stops: [t]-[T] (Salish) Nthlakampx velar-uvular ejectives: [k]-[q]

40 39 No loss for NA consonant contrasts (Best et al., 1995)

41 40 Autres aspects de la spécialisation en perception 9 mois : préférence pour patterns Strong-Weak (enfants américains) (Jusczyk, Cutler, & Redanz, 1993) : prosodique. 9 mois : préférence pour séquences phonotactiques légales (Jusczyk et al., 1993) : segmental. 9 mois : préférence pour CVC de probabilité phonotactique élevée (Jusczyk et al., 1994) : segmental mois : sensibilité à la cohésion de groupements syntaxiques spécifiques (proposition –> mot) : prosodique ? mois : émergence lexique de réception

42 41 Sensibilité a la cohésion des groupes prosodiques ( méthode : insertion de pause coïncidant ou non avec des frontières prosodiques) 4-5 mois : phrases et propositions ( ssi "motherese") même si langue non-native. 6-8 mois : syntagmes ( ssi motherese). Restriction à la langue maternelle. 11 mois : mots (ou groupes clitiques). Exemples : Un petit garçon promenait un gros chien // qui tirait fort sur sa laisse. // Tous les arbres du chemin étaient en fleurs. Un petit garçon promenait // un gros chien qui tirait fort sur sa laisse. Tous les arbres // du chemin étaient en fleurs. Un petit garçon // promenait un gros chien qui tirait fort sur sa laisse. Tous les arbres du chemin // étaient en fleurs. Un petit garçon promenait un // gros chien qui tirait fort sur sa laisse. Tous les arbres du // chemin étaient en fleurs.

43 42 mots familiers vs. rares (enfants anglais) : reconnaissance indexée par durées d'orientation

44 43 Formats de représentation dans le lexique réceptif initial : différences inter-langues (1) les 11-mois français "reconnaissent" : canard, chaussure, etc. ganard, chanard : restent reconnus calard, chauture : ne sont pas reconnus (2) les 11-mois anglais "reconnaissent" : button, dirty, etc. busson, dirny : restent reconnus vutton, nirty : ne sont pas reconnus

45 44 altération consonne initiale C1 ou médiale C2 : enfants anglais et français (11 mois)

46 45 Conclusion sur le premier lexique réceptif Vers 11 mois, les déviations acceptées sont spécifiques à la langue apprise. Mais, commun à langlais et au français : les syllabes fortes sont codées plus strictement. - en anglais, cest (très souvent) la première syllabe dirty : dirny est reconnu, mais nirty ne lest pas. - en français, cest plutôt la dernière syllabe (allongement final) canard : chanard est reconnu, mais calard ne lest pas. Vers 11 mois, le codage est donc relativement élastique mais les syllabes fortes sont codées assez strictement. La structure en consonnes et voyelles (le squelette) est aussi codée strictement. Il reste beaucoup de choses à creuser …

47 46 Pour conclure : En réception, la spécialisation linguistique des enfants émerge vers 6 mois (perception des voyelles), et devient nette vers 10 mois (perception des contrastes de consonnes). Dès 11 mois, l'enfant a constitué spontanément un premier stock de mots qu'il reconnaît : quoi de plus spécifique que le lexique d'une langue ? Comme pour les productions, la hiérarchie des aspects auxquels l'enfant est sensible va du prosodique au segmental, du global au détail.

48 47 Remerciements Catherine Best Bénédicte de Boysson-Bardies Andrea Levitt Marilyn Vihman Laurent Sagart Doug Whalen

49 48 Algerians infants male adults female adults Cantonese n = 10n = 9 n = 10 n = 5 n = 6 n = 8 LTS

50 49 Classification automatique à partir des LTS patterns de références: moyennes adultes données à classer: enfants FrenchAlgerianCantonese French.83 Algerian Cantones e ambient language classified as


Télécharger ppt "1 Acquisition du langage : spécialisation des enfants dans leur langue maternelle Pierre Hallé LPP, CNRS-Paris III."

Présentations similaires


Annonces Google