La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Carnet de Voyage de François de Nantes embarqué à bord de la frégate La Boudeuse de Louis Antoine de Bougainville en Novembre 1766.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Carnet de Voyage de François de Nantes embarqué à bord de la frégate La Boudeuse de Louis Antoine de Bougainville en Novembre 1766."— Transcription de la présentation:

1 Carnet de Voyage de François de Nantes embarqué à bord de la frégate La Boudeuse de Louis Antoine de Bougainville en Novembre 1766

2

3 1er Novembre 1766, à Nantes Moi François, je m'engage comme mousse pour découvrir de nouveaux pays, mais mes parents sont très riches et ne veulent pas que je parte. J'ai décidé de partir quand même. Je pars dans le but de découvrir de nouveaux pays, car la richesse de ma famille m'étouffe. Je veux embarquer avec Louis Antoine de Bougainville sur son magnifique navire, La Boudeuse. Cet homme fabuleux veut faire un voyage autour du monde et explorer l'océan Pacifique. Ce bateau a un très grand équipage. De très grands savants ont embarqué. Parmi-eux, le mathématicien-astronome Véron, qui sait calculer la longitude à terre mais aussi le botaniste Philibert Commerson qui accumule des pots de fleurs encombrants dans les cales. Le secrétaire Baret est un homme discret et effacé. En tant que mousse, en rentrant de mon voyage, je pourrai raconter de magnifiques récits à ma famille qui sera fière de moi. J'ai très envie de parcourir le monde. On raconte que celui qui sera le mousse de son équipage recevra un trésor des plus merveilleux…

4 Ma frégate qui se nomme la Boudeuse est magnifique. Mon trois mâts aux grandes voiles blanches est pour moi le plus grand que j'ai jamais vu. La cale paraît gigantesque et la proue semble mesurer plus de 50 coudées. Sa forme fine et élégante, son admirable figure de proue, le long beaupré et les grands mâts m'émerveillent, surtout lorsque le vent gonfle les deux focs. La Boudeuse brille comme de l'or. Elle est en bois lustré et ses mâts mesurent 10 pas et 1 coudée. Le gréement semble conçu par un grand savant pour faciliter les manœuvres. Je suis très impatient de voir comment La Boudeuse se comporte en mer.

5 3 Novembre 1766 J'embarque enfin sur ce fameux bateau, tout enjoué à l'idée de découvrir de nouveaux horizons. Je monte sur la coupée. Je suis joyeux quand je vois le capitaine Louis Antoine de Bougainville. Il est à bâbord. Une foule de personnes curieuses est présente, elle a hâte de voir partir le navire. Je suis en même temps heureux et triste de quitter mes parents. Les marins larguent les amarres, et petit à petit, le bateau s'éloigne du port de Nantes.

6 10 octobre 1766 Dès le réveil, je dois astiquer et balayer tout le bateau. Je lance des seaux d'eau, je racle le sol mais tout le monde me pousse, je glisse et je prends des objets dans la tête. Les marins ne font pas du tout attention à moi. Après avoir fini le ménage du sol, je passe pour vérifier les cordages mais je suis terrifié car un marin est tombé, il s'est cassé la jambe et le poignet. Je vais aussi vérifier si les voiles ont quelques trous. Et c'est la même chose tous les jours.

7 6 Juin 1767 Nous sommes arrivés au Brésil et nous avons découvert un arbre magnifique. Ses feuilles sont de la même couleur que celle de la pomme verte et sont semblables à celles que l'on trouve en Europe. Ses fleurs sont à profusion et ressemblent à des feuilles, de couleur identique à celle de la framboise. Elles brillent à la lumière du soleil. Ce buisson est haut de 3 pas et m'émerveille encore plus à chaque regard. Le scientifique de l'expédition, Monsieur Commerson a décidé de rendre hommage à notre capitaine et de donner son nom à cette plante : elle s'appellera désormais « Bugainvillaea »!

8 7 Juin 1767 Deuxième jour de notre escale au Brésil. Nous marchons dans la forêt quand un bruit nous surprend. Nous décidons de nous approcher. C'est un oiseau magnifique qui a des plumes de couleurs vives telles que jaune, orange, bleu assez foncé et rouge. Il est de la grosseur d'une oie et son bec assez allongé est noir et blanc. Le toucan, comme les indigènes m'ont appris plus tard à le nommer, vole majestueusement haut dans le ciel et se pose brusquement sur les branches. Je comprends que sa parade très bruyante lui sert à attirer les femelles. Cet oiseau mange des fruits, des lézards et des insectes. Je n'ai jamais rien vu de semblable.

9 8 Juin 1767 Troisième jour au Brésil Je vais de découverte en découverte… Aujourdhui, j'ai vu un grand serpent vert et jaune. Il est très long. Ce reptile a quatre petites dents pointues. Il a des yeux rouges. Ce serpent effrayant a des écailles vertes jaunes et bleues comme celui de la mer. Il a une grosse tête et se nomme le boa. Il pousse un sifflement strident qui me terrifie.

10 En me promenant dans la forêt, j'ai rencontré un animal étonnant. Il a des plumes orange, une queue noire, et une tête arrondie. Cet oiseau a une crête ovale sur le haut de sa tête. Il a des gros yeux rouges. Nous l'appelons le coq de roche car il est toujours perché sur un rocher. Je suis surpris de voir une espèce comme celle-ci.

11 En nous baladant dans la forêt brésilienne, nous remarquons une plante avec des feuilles très larges et des fleurs en formes de trompette. Ses tiges très longues partent dans tous les sens. Ses fleurs sont de couleur orange, vert ou rouge foncé. Cette plante s'appelle l'aristoloche.

12 15 Mai 1767 Nous sommes repartis de Rio de Janeiro, nous sommes en pleine mer. Le ciel est trop sombre, tandis que je passe le balai sur le bateau. Un vent du sud vient frapper les voiles du navire. Il augmente sa force d'heure en heure. Soudain, quelques gouttes de pluie tombent du ciel. Une des personnes de l'équipage me bouscule car j'étais en train de regarder le ciel grisâtre. La pluie se fait encore plus violente chaque minute, j'ai bientôt du mal à passer le balai. Le vent est tellement impressionnant que le capitaine ordonne de border les voiles. Une gigantesque tempête nous frappe de plein fouet. La mer lance des vagues qui tapent le bateau. Plusieurs personnes qui sont chargées de border les voiles tombent. Je suis vraiment terrifié ! Est-ce à cause de ce secrétaire qui se révèle être une femme ? Est-ce à cause de cette femme que le malheur nous tombe dessus et sacharnera peut-être par la suite ? Le bateau vire de bord, et c'est là qu'une énorme caisse en bois me tombe sur la tête …

13 1er Avril 1768 Cela fait plus de deux ans que nous sommes partis de Nantes et un an que nous n'avons pas touché la terre ferme. Mais la rencontre de plusieurs oiseaux nous redonne de l'espoir. La terre est proche !

14 2 Avril 1768 Enfin ! Nous apercevons la terre à 11° S et 157°E. Nous jetons l'ancre et montons dans les canots avec notre chargement. Ensuite, nous débarquons sur l'île et découvrons sa magnificence. Elle possède de nombreux vergers aux fruits abondants. Mon regard est attiré par des arbres merveilleux et des fleurs à perte de vue. Le capitaine croit même être arrivé dans les jardins dÉden. Nous rencontrons la population indigène qui nous apprend que cette île se nomme Tahiti et nous offre l'hospitalité ainsi que des noix de coco pour nous nourrir.

15 3 Avril 1768 Aujourd'hui, j'ai commencé à explorer l'île. J'ai découvert un arbre assez étrange avec des grandes feuilles vertes en épis. La matière du tronc est semblable à des écailles de poissons que je vois en mer. Des sortes de grosses noix sont accrochées au tronc. J'essaie d'en prendre une, la surface est très rugueuse et est marron, comme celle d'un hérisson. Je l'ai cueillie, mais elle est tellement dure que j'ai du mal à la fendre en deux. Il me faut un outil pour l'ouvrir, donc je prends une hache. Une chair très blanche est présente à l'intérieur de ce fruit. Il est extrêmement délicieux, il est sucré, il a un lait désaltérant mais il est très dur à mâcher.

16 4 Avril 1768 Je continue mes explorations. Sur cette île, la faune est très variée. Je vois une espèce d'animal vert, comme un crapaud, mais il est encore plus gigantesque. Il a quatre pattes et une énorme bouche remplie de dents pointues, comme un requin. C'est un animal qui est un excellent nageur, sur terre il se déplace en ce dandinant. Cet animal possède des écailles plutôt foncées. Il a une peau extrêmement rugueuse. C'est un terrible prédateur. Les habitants de cette île l'appellent « crocodile ».

17 11 Avril 1768 Nous repartons de Tahiti après plusieurs jours, neuf précisément. Léquipage et moi repartons à Saint-Malo après ce périlleux voyage. Je suis content de pouvoir enfin revoir ma famille ! Enfin, nous embarquons sur le bateau, qui part en mer pour retrouver la France.

18 16 mars 1769 Nous accostons au port de Saint-Malo. Une foule de personnes attend le bateau sur le quai. Cette foule applaudit tout léquipage qui se trouve à bâbord du bateau. Nous descendons glorieusement la coupée, fiers dêtre revenus. Je me souviendrai toujours de ce voyage, certes dur, mais qui ma appris beaucoup de choses. Jai tellement hâte de repartir …

19 Les textes de ce carnet ont été écrits par Lucie, Anne-Lise et Bryce, de la 5èB du collège Jean Texcier, le 6 juin 2013, à loccasion dun atelier décriture au Centre de Ressources du Musée National de lÉducation de Rouen.


Télécharger ppt "Carnet de Voyage de François de Nantes embarqué à bord de la frégate La Boudeuse de Louis Antoine de Bougainville en Novembre 1766."

Présentations similaires


Annonces Google