La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les séquences didactiques de la Collection Crayon: un projet et des outils pour lapprentissage linguistique à lécole primaire en Vallée dAoste Mara JOLY.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les séquences didactiques de la Collection Crayon: un projet et des outils pour lapprentissage linguistique à lécole primaire en Vallée dAoste Mara JOLY."— Transcription de la présentation:

1 Les séquences didactiques de la Collection Crayon: un projet et des outils pour lapprentissage linguistique à lécole primaire en Vallée dAoste Mara JOLY Enseignante décole primarie co-autrice Institution Scolaire M. Emilius , Petit Français – QUART –AO

2 COLLECTION CRAYON

3 IL PESCE e LA TORTUE Mara JOLY Auguste PASQUIER Elena PRAZ Région Autonome Vallée dAoste Assessorat de lEducation et de la Culture Service dInspection Technique Coordination Piero FLORIS

4 "... i materiali sono centrati sul bambino, sulle sue attività, sulle sue interazioni con gli altri e con gli insegnanti, insomma sulla sua crescita. Gli esercizi proposti non sono esercizi di verifica, utili per le misurazioni e valutazioni dell'insegnante, ma esercizi di apprendimento per lo sviluppo delle capacità degli allievi..." Tullio De Mauro

5

6

7 Les mots -clés de l'éducation bilingue L'alternance des langues La reformulation conceptuelle La diversité textuelle

8 La possibilité pour l'élève d'utiliser deux codes ne constitue pas pour lui un obstacle mais au contraire facilite son développement cognitif et communicatif L'ALTERNANCE DES LANGUES L'enseignement est réalisé tantôt dans une langue, tantôt dans l'autre sans que cela implique une redite, une répétition des concepts abordés. Les deux langues sont considérées comme deux outils paritaires pour accéder à la connaissance. L'apprentissage peut très bien se réaliser dans une langue non familière.

9 LA REFORMULATION CONCEPTUELLE Constitue une aide au processus d'apprentissage en favorisant l'évolution du processus d'abstraction et de généralisation. La structuration d'un concept repose sur une structuration linguistique et sur sa reformulation formelle. L'utilisation, à l'école, de deux langues, permet une reformulation conceptuelle plus riche que dans les programmes monolingue.

10 LA DIVERSITÉ TEXTUELLE Toute langue s'adapte aux situations dans lesquelles elle est utilisée. Une langue se matérialise en des textes qui différent les uns des autres en fonction des contextes dans lesquels ils sont produits. Maîtriser une langue c'est maîtriser, en production et en compréhension, différents genres de texte.

11 DIVERSITÉ TEXTUELLE Les autres disciplines langagières telle que syntaxe, orthographe, lexique... ne sont évidemment pas abandonnées ; leurs places sont simplement re-définies. On a placé au centre de l'enseigne- ment/apprentissage des langues italienne et française l'étude de textes variés, oraux et écrits, en compréhension et en production.

12 PRODUIRE COMPRENDRE UN TEXTE CONTEXTE GENRE UNITÉS LINGUISTIQUES ORTHOGRAPHE LEXIQUESYNTAXE ORGANISATION DU TEXTE CONTENUS THÉMATIQUES

13 OPTIONS DIDACTIQUES 1.Diversité textuelle 2.Enseignement précoce 3.Progression en spirale 4.Du complexe au simple pour revenir au complexe 5.Enseignement intensif 6.Textes sociaux 7.Révision- Réécriture 8.Démarche inductive 9.Régulation externe et interne 10. Enseignement systématique 11.Exercices d'apprentissage 12.Enseignement bilingue S'OPPOSENT A 1.Indifférenciation textuelle 2.Enseignement tardif 3.Progression linéale 4.Apprentissage additif : du simple au complexe 5.Enseignement fragmenté 6.Textes scolaire 7.Correction normative 8.Enseignement frontal, transmissif 9.Régulation imposée par l'enseignant 10.enseignement aléatoire 11.exercices de renforcement 12.enseignement monolingue

14 L'élève doit prendre conscience de la diversité textuelle et apprendre à produire des textes non pas « en général » mais en fonction de telle situation: tel but (raconter, décrire..), tel destinataire... DIVERSITÉ TEXTUELLE /Indifférenciation textuelle Il faut envisager l'enseignement – apprentissage de la production écrite non pas comme une démarche unitaire, globale, mais comme un ensemble d'apprentissages spécifiques de genres textuels variés. On napprend pas globalement à écrire, on apprend à écrire des textes variés, chaque genre de textes nécessitent un ensignement - apprentissage spécifique.

15 ENSEIGNEMENT PRÉCOCE/ enseignement tardif Écrire des textes est un processus complexe. Lapprentissage dun tel savoir-faire est lent et long. Aussi est-ce dès les premiers degrés de la scolarité quil convient de commencer son enseignement. Très tôt, par le biais du dessin et de la dictée à l'adulte, l'enfant est à même de produir un texte qui explique, qui raconte... Ce sont là les premiers pas dans une pratique qui se complexifiera d'année en année; masi ce sont des premiers pas indispensables à l'apprentissage de la production écrite

16 PROGRESSION EN SPIRALE/progression linéaire De nombreuses méthodes proposent d'aborder la production écrite « texte après texte ». Ces approches invitent l'élève à accéder à un genre textuel puis à un autre, à un autre encore. A cette approche linéaire on oppose une démarche en spirale. Cette expression renvoie à un enseignement- apprentissage de tous les types textuels, à chaque degré ou à chaque niveau denseignement.

17 A ce mouvement « du simple au complexe » on préfère une approche qui met lélève, dans un premier temps, face à une activité globale, complète et complexe de communication. Ce nest que dans un deuxième temps quil sera proposé à lélève des activités spécifiques en relation avec les différentes dimensions du texte étudié : temps du verbe, aspects syntaxiques, organisateurs… avant de retrouver la situation complexe de départ DU COMPLEXE AU SIMPLE/apprentissage additif Dans le domaine des langues le principe selon lequel l'assemblage successif de pièces simples finit par donner une pièce complexe a été appliqué avec le peu de succès que l'on sait : syllabes – mots – phrases – textes. S'appuyant sur les acquisitions réalisées en lexique, en grammaire, en conjugaison, l'élève se construit les outils nécessaires aux activités d'expression écrite, réalisant lui même les « transferts » des activités spécifiques aux activités globales.

18 Lenseignement que lélève reçoit, et par conséquent lapprentissage quil réalise, sont plus efficaces, durables et profonds si le travail seffectue de manière intensive pendant une période brève, deux à trois semaines au maximum ENSEIGNEMENT – APPRENTISSAGE INTENSIF/ fragmenté Lapprentissage « coup de poing » donne de meilleures résultats, dans le domaine de la production écrite

19 TEXTES SOCIAUX/textes scolaire Traditionnellement, lenseignement – apprentissage de lécriture se donne pour modèles des textes ad hoc, crées pour la circonstance, qui n'ont plus grande- chose à voir avec les « vrais » textes, ceux qu'on trouve en dehors de l'école. Il est important que lélève nimite pas des textes scolaires mais quil ait à produire des textes en référence à des situations de communication précises, réelles

20 Activité de révision – réécriture de la première version du texte a produire au cours de laquelle et pour laquelle lélève utilise les outils linguistiques quil sest forgé au cours dexercices spécifiques RÉVISON RÉÉCRITURE/correction normative

21 DÉMARCHE INDUCTIVE/enseignement frontal, transmissif Les outils linguistiques sont « fabriqués » au travers dexercices spécifiques. Il ne sagit pas de transmettre aux élèves, sous forme dexplications soignées, des connaissances ; il faut au contraire amener les élèves à sapproprier les savoir-faire indispensables à la réalisation de la tâche. On parle, dans ce cas, de méthode inductive, en opposition aux méthodes transmissives, frontales. Cest lenseignement du maître qui permet à lélève, à partir dobservations et dexercices à réaliser concrètement, de prendre conscience dun fonctionnement langagier

22 RÉGULATION INTERNE et EXTERNE / régulation imposée par l'enseignant Au cours de lActivité de révision – réécriture de la première version du texte lélève utilise les outils linguistiques quil sest forgé au cours dexercices spécifiques. Ce passage des exercices à la réécriture seffectue au moyen dune « grille de contrôle », ensemble de notes ou de constats réalisés tout au long de lactivité dapprentissage et qui « dicte » de lextérieur, les points sur lesquels lélève doit porter son attention. Cest cette aide extérieure quon peut appeler « régulation externe ».

23 . EXERCICES D'APPRENTISSAGE/ de renforcement Ce n'est pas à travers des exercices en drill, c'est-à-dire du même genre et répétitifs, que l'élève arrive à maîtriser les concepts. En effet un seul type d'exercice ne permet pas à l'élève de s'approprier d'un concept. Il faut fournir aux élèves plusieurs voies d'apprentissage afin que chacun trouve son parcours: la proposition de plusieurs activités de différent type permet de trouver des stratégies personnelles d'apprentissage.

24 PRODUIRE COMPRENDRE UN TEXTE CONTEXTE GENRE UNITÉS LINGUISTIQUES ORTHOGRAPHE LEXIQUESYNTAXE ORGANISATION DU TEXTE CONTENUS THÉMATIQUES

25 Exercices de repérage Exercices d'analyse Exercices d'observation Exercices de reconstitution Exercices de reformulation Exercices de jeu de rôle Les exercices sont de types différents et on peut les classer ainsi:

26 I Il peuvent se présenter sous différentes formes exercices à choix multiples (repérage rapide) vrai/faux exercices de mise en relation puzzle exercices de titrage, sous titrage Chasse l'intrus Production: < exercices lacunaires < Production partielle < Production partielle de listes d'idées Sur champ lexical: - Exercice de dérivation - Exercices sur les synonymes - Exercices sur les contraires - Exercices sur des verbes et des mots avec difficulté d'emploi

27 En Vallée d'Aoste la grande majorité des élèves -la quasi totalité faudrait-il-dire – ne parle pas français de manière naturelle et spontanée; le français n'est pas une langue de communication spontanée ni dans le milieu familial ni à l'école. L'école ne peut pas s'appuyer sur les expériences francophones des élèves; ils n'en ont point, si ce n'est celle qu'ils ont eue au cours de l'école maternelle. MAIS C'EST BIEN CETTE SITUATION QUI REPRESENTE UNE CHANCE POUR L'ÉCOLE DE LA VDA. Ne pouvant pas compter sur ce qui s'est fait en dehors d'elle, l'école valdôtaine doit créer elle même les conditions et les contextes favorables à l'enseignement/apprentissage des langues italienne et française. BILINGUISME EN VALLÉE D'AOSTE

28 SÉQUENCE DIDACTIQUE Une séquence didactique est un ensemble d'ateliers, chacun composé de plusieurs exercices variés, qui se donne pour but d'aider l'élève à maîtriser un genre textuel en proposant des activités d'apprentissage relatives aux différentes composantes dudit genre textuel. production initiale production finale ateliers

29 LA DIVERSITÉ TEXTUELLE Toute langue s'adapte aux situations dans lesquelles elle est utilisée. Une langue se matérialise en des textes qui différent les uns des autres en fonction des contextes dans lesquels ils sont produits. Maîtriser une langue c'est maîtriser, en production et en compréhension, différents genres de texte.

30 Pour organiser l'élaboration de nos séquences didactiques, nous nous sommes référés: aux travaux de psychologie du langage de l'équipe de Bronckart de Genève. À la « théorisation » de la notion de texte et de genre textuel ainsi que à la typologie proposée par l'équipe genevoise. GENRE TEXTUEL

31 Actions langagières 1. NARRER 2. RELATER 3. ARGUMENTER 4. S'APPROPRIER DU SAVOIR 5. REGLER DES COMPORTEMENTS 6. DÉCRIRE 7. JOUER AVEC LA LANGUE Caractéristiques principales des textes Récits littéraires ou fictionnels(conte merveilleux, fable...) Récits pour évoquer le vécu (récit de vie...) Rècits pour informer de l'actualité (faits divers...) Récits pour apprendre du passé (historique...) Textes pour discuter de prises de position controversées (texte d'opinion...) Textes pour apprendre (texte expositif...) Textes d'instruction (notice de montage...) Textes qui décrivent (portrait...) Textes poétique (poème...)

32 QUATRE NIVEAUX D'ACTIVITÉS CORRESPONDANT AUX QUATRE DIMENSIONS TEXTUELLES: le contexte (ou situation de communication), le contenu (en quelque sorte les « idées » qu'on veut véhiculer), la planification (le plan des textes à produire ou organisation du contenu), la textualisation (mise en texte proprement dite, utilisation d'unités linguistique telles que reprises, formes verbales, organisateurs mais aussi problèmes syntaxiques, sémantiques, lexicaux, etc.).

33 1 CONTEXTE s'adapter aux situations de communication 4 CONTENU choisir les idées à véhiculer 3 TEXTUALISATION utiliser les ressources de la langue 2 PLANIFICATION organiser les parties du texte PRODUIRE ET COMPRENDRE DES TEXTES ORAUX ET ÉCRITS DE DIFFÉRENTS GENRES

34

35

36 Classe 1 a NARRARE Un racconto immaginario Il pesce et la tortue RELAZIONARE Una lettera autobiografica Chers correspondants... ARGOMENTARE Una lettera di opinione Signora Giovanna IMPADRONIRSI DEI SAPERI DESCRIVERE DELLE AZIONI Un testo regolativo: la ricetta Les truffes au chocolat DESCRIVERE Un testo descrittivo: il ritratto Brindepaille GIOCARE CON LA LINGUA <

37 QUEL EST CET ANIMAL?

38 COLLECTION CRAYON

39

40

41

42

43

44

45

46

47

48

49

50

51

52

53

54

55

56

57

58

59

60

61

62

63

64

65

66

67

68

69

70

71


Télécharger ppt "Les séquences didactiques de la Collection Crayon: un projet et des outils pour lapprentissage linguistique à lécole primaire en Vallée dAoste Mara JOLY."

Présentations similaires


Annonces Google