La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les poissons et Lanalyse deau Famille : Percidés Taille : 10 à 25 cm Poids : 50 à 200 grammes Habitat : Endroits dégagés ou parsemés de végétation.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les poissons et Lanalyse deau Famille : Percidés Taille : 10 à 25 cm Poids : 50 à 200 grammes Habitat : Endroits dégagés ou parsemés de végétation."— Transcription de la présentation:

1

2 Les poissons et Lanalyse deau

3

4 Famille : Percidés Taille : 10 à 25 cm Poids : 50 à 200 grammes Habitat : Endroits dégagés ou parsemés de végétation dans les grands lacs, étangs, rivières à faible courant. Tolère de fortes variations de la température (0 °C à 33,3 C) et préfère surtout les milieux à faible salinité. Poisson assez tolérant aux concentrations basses en oxygène (3 mg/l et moins) Régime alimentaire : Larves d'insectes, autres invertébrés aquatiques, poissons (comme la truite du Lac-des-Iles qui a disparue par sa faute), parfois mollusques et oeufs d'autres espèces de poissons. Frai : Se déroule au printemps dans des endroits où il y a la présence de plantes submergées avec quelques tiges, des branches et des broussailles. Ponte : La femelle pond entre 2000 et 9000 œufs, selon sa taille. Ces œufs, à demi flottants, sont contenus dans un tube ou un cordon aplati, gélatineux et transparent, plié en accordéon. Longévité : Maximum: 10 ans.

5

6 Nom scientifique : Cyprinus Carpio Taille : 85 cm et plus Poids : Variable de 5 à 25 kilos. Habitat : Eaux calmes, peu profondes et tièdes des mares, étangs, lacs ou rivières lentes même si elles sont quelque peu boueuses ou polluées. Près de la végétation, d'obstacle tels que les arbres noyés ou bien encore les décrochements rapides du fond.Température de leau entre 20 et 25°C Régime alimentaire : Omnivore. Se nourrit de crustacés, vers, larves, mollusques, végétaux, et rarement, des alevins. Frai : De mai à juillet dans des eaux peu profondes à végétation dense lorsque la température atteint au moins 18°C Ponte : Le long des berges peu profondes et riches en végétations aquatiques, les femelles fixent à la végétation environ œufs par kilo de leur poids qui incuberont durant 3 à 8 jours.

7

8 Famille: Salmonidés (saumon, omble) Poids: 14½ lbs Taille: Entre 10 et 55cm Habitat : Recherchent les eaux fraîches (moins de 20 C), et les eaux claires bien oxygénées.L'Omble a dû disparaître des eaux basses après de nombreux déboisements et la pollution des rivières. Alimentation : Carnivore. Son régime inclut des vers, des crustacés, des insectes, des araignées, des mollusques, des grenouilles et des petits poissons tels que des ménés, des épinoches, des éperlans et de petites anguilles. Frai : Le frai aura lieu doctobre jusqu'en décembre, selon la latitude; sur les hauts-fonds granuleux des lacs, où il y a une remontée d'eau de source et un courant modéré. Sur place, la femelle se crée un nid pendant que le mâle tourne autour d'elle. Il y a ensuite pontes et fertilisations des œufs entrecoupées de périodes de repos. Ponte: Selon la taille de la femelle, elle peut pondre de 100 à 5000 œufs à la fois qui écloront 50 à 100 jours plus tard, dépendant de la température et de la tension d'oxygène de l'eau. Les œufs ont de 3.5 mm à 5.0 mm de diamètre chacun. Après l'éclosion, les alevins séjournent dans le gravier jusqu'à ce que leur sac vitellin soit vide.

9 Les nageoires Nageoire pectorale: Permet de freiner et de changer de direction Nageoire ventrale: Tient le corps la verticale et permet le déplacement f dans toutes les directions Nageoire dorsale: Maintient le corps à la verticale Nageoire caudale: Sert à la propulsion du poisson et de gouvernail. A Elle nous montre les états d'âme.

10 La peau La peau est recouverte d' écailles osseuses qui remplissent plusieurs rôles : la protection, l'aérodynamique et elles supportent des terminaisons nerveuses. La croissance des écailles suit celle du poisson. Leurs stries permettent d'en déterminer l'âge. Une couche de mucus protège les poissons des bactéries et autres moisissures ou champignons.

11 Le système musculaire Les muscles du corps du poisson sont sur les côtés, le long du tronc et de la queue. La plus grande masse musculaire court le long du dos, de chaque côté de la moelle épinière. Des petits muscles commandent les mouvements de la bouche, des branchies, des nageoires et des yeux. Certains poissons se propulsent par l'action de leurs nageoires, sans beaucoup de mouvements du corps.

12 Le squelette Le squelette interne osseux de la plupart des poissons se compose d'un crâne portant les mâchoires, d'une colonne vertébrale, des côtes et dune série d'os qui soutiennent les nageoires. De petits os sont répartis dans les muscles : ce sont les arrêtes. Les autres poissons cartilagineux ont un squelette interne constitué de cartilage imprégné de calcium. Chez les poissons osseux, le squelette est largement cartilagineux et non entièrement osseux.

13 Organes internes

14 Le système digestif Tous les poissons possèdent un estomac et un intestin. Les aliments sont digérés selon l'espèce. Dans la nature, un carnivore avalant de grosses proies mettra parfois plusieurs jours à digérer, mais en captivité, seulement quelques heures. Les organes internes des poissons ont les mêmes fonctions que chez lhumain à lexception de la vessie natatoire ; sa fonction étant de régler la densité voulue selon la profondeur en se gonflant ou se dégonflant à volonté.

15 Respiration Le poisson a besoin d'oxygène pour faire battre son cœur, pour faire agir son cerveau et ses muscles. En effet, l'oxygène (à la suite dune série de réactions chimiques) libère lénergie contenue dans les aliments.Le gaz carbonique (déchet toxique apparaissant durant ces réactions) est éliminé grâce à la respiration. Pour respirer, le poisson ferme sa bouche, puis, ses opercules. Le courant d'eau ainsi produit se rends dans les branchies* où l'oxygène contenu dans l'eau rejoint des vaisseaux sanguins et est transporté par le sang dans tout le corps du poisson tandis que le gaz carbonique est libéré. Si on augmente la température de leau, le poisson respirera plus vite car la quantité d'oxygène diminue. D'autre part, on constate aussi quun poisson plus gros respire plus vite, car il a besoin de plus d'oxygène que les autres. * Derrière mes opercules se trouvent mes branchies, qui sont mes organes respiratoires. Elles sont rouges car elles sont très riches en vaisseaux sanguins.

16 Circulation

17 Organes des sens La vue Les yeux sont placés latéralement et ne possèdent pas de paupières.Les poissons ont une mauvaise vision de loin. La focalisation se fait par un mouvement vers l'avant ou vers l'arrière. Le regard fixe des poissons vient du fait que leur pupille ne peut pas se contracter. Cependant, cette même fixité leur permet d'avoir un large champ de vision: environ 270° Les vibrations : Les poissons ressentent les vibrations et les différences de pression au niveau de la ligne latérale. Cette ligne fonctionne comme un organe du toucher à distance et permet au poisson de percevoir les vibrations produites par un corps en mouvement dans l'eau. Constituée essentiellement de cellules nerveuses, c'est grâce à cette même ligne que les poissons vont modifier la coloration de leur corps, par exemple sous l'emprise de la peur ou de l'excitation. Le toucher : Certaines espèces possèdent des nageoires pectorales (ou pelviennes) très allongées. Souvent appelées filaments, ils sont très sensibles au toucher. D'autres se sont dotés de barbillons autour de la bouche ou d'organes électriques. Lodorat : L'odorat est sans doute plus développé que la vue. Presque tous les poissons possèdent une ou deux paires de narines. A l'intérieur se trouvent de multiples petites cavités recouvertes d'une membrane extrêmement sensible. Les narines ne communiquent pas avec la bouche et ne servent pas à la respiration. Le goût : Les poissons sont capables d'apprécier les aliments grâce à ce sens. Le goût est donc très développé, grâce aux papilles gustatives largement répandues sur le palais, à l'intérieur de la bouche ou sur les barbillons

18

19

20

21

22 Réinsertion doeufs Lors de notre sortie au Lac-des-îles, nous avons réinséré des œufs de truite…. Voici les instruments que nous avons utilisés : - 10 tapis dincubation : Ces tapis servent à garder les œufs lors du développement de la larve. Ils préviennent aussi les champignons qui risquent dinfecter tous les autres œufs vivants situés à proximité. Sur chaque tapis il y a 1333 œufs. - 2 caissons : Dans chaque caisson il y avait 5 tapis: un dans le fond pour recueillir les sédiments et 4, contenant des oeufs. - Pipette et cuillère : Ils ont servis à compter les œufs. - Plusieurs bols : Pour contenir les œufs avant quils ne soient déposés dans les tapis dincubation. - Compte-gouttes géants : Pour déposer délicatement les œufs dans les tapis dincubation. - 1 Cylindre gradué : Pour éviter de recompter 1333 œufs, on lutilise pour calculer la quantité deau déplacée.

23 Voici comment ça cest déroulé : - 1 ) Nous avons commencé par mettre de leau de la frayère dans le sac qui contenait les œufs de poisson et nous les avons triés. Cest-à-dire que nous avons enlevé tous les œufs morts (blancs) 2) Ensuite nous avons mis les oeufs dans un bol pour les compter un par un. Nous devions avoir un total de 1333 œufs. Chaque personne avait une pipette pour aspirer les œufs, les compter et les déposer dans lautre bol. 3) Une fois nos 1333 œufs dans le bol nous les avons mis dans le cylindre gradué qui contenait 30 mL deau. Nous avons pris le volume total, qui était de 91ml. Nous avons délicatement aspiré les oeufs dans nos compte-gouttes géants pour les déposer dans le tapis dincubation. 4) Pour éviter de recompter 1333 œufs, nous avons repris le cylindre gradué contenant 30 ml deau et ajouté des œuf jusquà ce que le niveau deau atteigne 91ml. - 5) Une fois les 4 étages faits, nous avons fixé les caissons à laide de broche de métal dans les 2 trous de la frayère (un au début et lautre à la fin).

24 Oeufs de poissons...

25 Phases de reproduction Généralement 5 phases vont se succéder au fil desquelles l'œuf, puis l'alevin vont devenir des proies faciles. Une très faible proportion arrivera à maturité. 1-Le frai : Dès que l'eau atteint une certaine température, les poissons se rassemblent sur le lieu du frai, quelques espèces paradent. Chez certains poissons, lors de la parade nuptiale le mâle devient agressif, se colore de teintes vives et subit des transformations telles que l'apparition de "boutons de noce". Les femelles pondent de nombreux oeufs puis les abandonnent. 2-La fécondation : Il n'y a pas directement d'accouplement, les oeufs sont fécondés par la laitance déposée par les mâles. 3-Loeuf : Dans le cas de la truite, l'oeuf fécondé mesure de 1 à 3 mm de diamètre. le développement de l'alevin dans l'oeuf : la durée est variable selon les espèces.

26 4-L'éclosion : À ce stade l'alevin est seul et sans défense, il porte sous le ventre une poche remplie de réserves nutritives. 5-La survie: Il est très difficile pour les alevine de survivre. Si 1 truite pond 1000 oeufs, combien de truites auront survécues dans 4 ans ? À la ponte : 1000 oeufs Après quelques jours : 850 alevins Après 1 an : 25 truites Après 2 ans : 12 truites Après 3 ans : 6 truites Après 4 ans : 3 truites

27 Facteurs influençant la qualité de leau On distingue 4 principaux facteurs qui influencent la qualité de leau. 1 -La végétation riveraine Alimentation Elle produit des débris comme les feuilles qui tombent dans leau et servent à lalimentation des poissons. Abris Les hautes herbes, les arbustes et les arbres protègent les poissons des prédateurs. Filtration La végétation absorbe les polluants comme les pesticides, les bactéries, les engrais, les métaux lourds, les sédiments et les hydrocarbures. Protection contre lérosion La végétation assure la stabilité des berges et intercepte les eaux de ruissellement, ce qui limite lérosion et protège contre la sédimentations; ce qui ne veut pas dire que ça larrête complètement.

28 2-La sédimentation (turbidité) Lagitation de particules qui brouillent leau causée par les sédiments se nomme turbidité. La turbidité emmène plusieurs conséquences. Réduction de photosynthèse La turbidité empêche les rayons du soleil datteindre le fond, ce qui entraîne une réduction de la photosynthèse dans les algues et les plantes aquatiques et donc, une diminution de la nourriture disponible pour la faune aquatique. Alimentation Si la turbidité est forte, cela diminue la visibilité dans leau et, comme plusieurs poissons doivent voir leur nourriture pour lattraper, les poissons peuvent mourir de faim. Les organismes qui servent de nourriture aux poissons, peuvent également perdre leur habitat et disparaître. Dépôt Les sédiments qui se déposent sur un lit de gravier rendent celui-ci impropre au frai et à limplantation des œufs.Une accumulation de sédiments peut également diminuer la profondeur deau, ce qui entraîne une élévation de la température que le poisson ne peut tolérer. Les sédiments peuvent aussi obstruer les ponceaux et provoquer des inondations qui introduisent des débris et tous les polluants présents dans les cours deau (mercure, produits chimiques…).

29 3-Lérosion Lérosion des berges peut entraîner la destruction de la végétation riveraine, ce qui élimine tous les avantages de cette dernière. 4-La température Les poissons, en particulier les salmonidés, ont besoin dune eau fortement oxygénée. Plus la température de leau augmente, plus la teneur en oxygène dissous diminue. Des migrations ont déjà été retardées parce que leau était trop chaude ou trop froide.

30 Test danalyse deau Lors de notre sortie au Lac-des-îles, nous avons recueilli des échantillons deau et nous avons effectué 5 tests pour connaître la qualité de cette eau. Voici ces 5 tests…..

31 Test de Nitrate Les Nitrates proviennent dabord des déchets organiques des poissons (communément appelés Caca) Une eau qui possède plus de 0,75mg l est considérée comme polluée et peut entraîner le développement anarchique d'algues qui consomment l'oxygène dissous nécessaire aux poissons.

32 Dureté de leau La dureté de l eau, cest la quantité en sels de calcium, magnésium et potassium contenue dans leau. Plus la concentration de ces sels est importante, plus leau est dure et, inversement, plus cette concentration est faible, plus leau est douce. Les phosphates qui se retrouvent dans leau sont très nocifs pour les poissons. Ils proviennent en majeure partie des détergents et savons à lessive utilisés par les hommes. Phosphate

33 Dioxyde de carbone Une trop grande quantité de CO 2 dissoute dans leau peut être nuisible pour les poissons. La concentration idéale de CO 2 varie avec le pH et la dureté de leau. Comme les humains, les poissons ont besoin doxygène pour respirer. La quantité doxygène dissous dans leau est influencée par le mouvement de leau (plus leau bouge,plus la quantité doxygène augmente) La truite que nous voulons insérer a idéalement besoin de plus de 11 ppm doxygène dissous dans leau. Oxygène

34 Analyse deau Lac-des-îles : Petit pont Fin de la frayère 2 Fin de la frayère 1 Zone alvinage Co 2 7ppm Nitrates 0ppm ,6ppm10ppm 9,2ppm Potassium 34ppm30ppm36ppm64ppm* Phosphate 0ppm~2ppm0ppm PH 6,136,286,86,4 Conductibilité 14 mS15mS28mS14mS Température 20 C19.56 C C

35

36 Les poissons pannés Marie-Pier Letendre Marc-Antoine Landry Claudie Leblanc Caroline M.Chiasson Andréanne Ferland Jean-Philippe Trottier Michèle Poudrier Francis Côté Jonathan D.Gilbert Marie-Pier Boudreau Valérie G. St-Sauveur Travail fait par…… Merci de votre écoute


Télécharger ppt "Les poissons et Lanalyse deau Famille : Percidés Taille : 10 à 25 cm Poids : 50 à 200 grammes Habitat : Endroits dégagés ou parsemés de végétation."

Présentations similaires


Annonces Google