La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 La généricité. 2 Les intuitions 3 Les espèces Les chiens aboient. En général il est vrai que les chiens aboient Les chiens (p.ex. du voisin) sont en.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 La généricité. 2 Les intuitions 3 Les espèces Les chiens aboient. En général il est vrai que les chiens aboient Les chiens (p.ex. du voisin) sont en."— Transcription de la présentation:

1 1 La généricité

2 2 Les intuitions

3 3 Les espèces Les chiens aboient. En général il est vrai que les chiens aboient Les chiens (p.ex. du voisin) sont en train daboyer Apparemment il y a deux façons dinterpréter cette phrase. Une de ces façons comprend un opérateur qui nest pas explicitement présent.

4 4 Les habitudes Je prends un café après le dîner. Jai lhabitude de prendre un café après le dîner. Je prendrai un café après le dîner aujourdhui. Apparemment il y a deux façons dinterpréter cette phrase. Une de ces façons comprend un opérateur qui nest pas explicitement présent.

5 5 Les espèces et les habitudes Les Français boivent du vin pendant le dîner. En général les Français ont lhabitude de boire du vin pendant le dîner. Les Français (p.ex. dans cet hôtel) boiront du vin pendant le dîner ce soir. Apparemment il y a trois façons dinterpréter cette phrase. Deux de ces façons comprennent au moins un opérateur qui nest pas explicitement présent. Les Français (p.ex. que je connais) ont lhabitude de boire du vin pendant le dîner.

6 6 Les espèces et les habitudes En sémantique on accepte en général quil y a des opérateurs invisibles GEN et HAB. Le fait quils sont invisibles est nonobstant un problème pendant lacquisition: Si lenfant nest jamais confronté à un contexte qui force une lecture générique ou habituelle, comment pourra-t-il acquérir ces deux opérateurs? > voir semaine 7 et 8

7 7 La formalisation

8 8 La formalisation standard Un enfant est en train de jouer dans le jardin. Tous les enfants sont gentils. Les enfants espèce sont gentils.

9 9 La sémantique de GEN

10 10 La quantification universelle Un chat a une queue. x(chat(x) avoir_une_queue(x)) 2 problèmes...

11 11 La quantification universelle Un chat a une queue. x(chat(x) avoir_une_queue(x)) Un individu qui na pas de queue ne peut pas être un chat. 2 problèmes... Les enfants nés à Rainbow Lake sont ambidextres. Tous les enfants nés à Rainbow Lake sont ambidextres

12 12 La quantification universelle pertinente Un chat a une queue. x(chat(x) avoir_une_queue(x)) x(chat(x)&R(x) avoir_une_queue(x)) Pour tous les chats qui comptent il est vrai quils ont une queue.

13 13 La quantification universelle pertinente Un oiseau pond des oeufs. x(oiseau(x)&R(x) pondre_des_oeufs(x)) Observation: Il ny a que les oiseaux femelles qui pondent des oeufs. Pour tous les oiseaux qui comptent il est vrai quils pondent des oeufs.

14 14 La quantification universelle pertinente Un individu qui na pas de queue ne peut pas être un chat. 2 problèmes... Les enfants nés à Rainbow Lake sont ambidextres. Tous les enfants nés à Rainbow Lake sont ambidextres ( )

15 15 Les prototypes Le prototype est le meilleur exemplaire dune espèce. Les énoncés génériques portent sur le meilleur exemplaire dune espèce.

16 16 Les prototypes Un individu qui na pas de queue ne peut pas être un chat. les problèmes... Les enfants nés à Rainbow Lake sont ambidextres. Tous les enfants nés à Rainbow Lake sont ambidextres ( ) ? Un canard a un plumage coloré. Un canard pond des oeufs blancs. 3.

17 17 Les stéréotypes Les phrases génériques sont lexpression dune conception culturelle. Un lion a une crinière. Un lion est mâle. Même si tous les lions (opposés à lionnes) sont nécessairement mâles et ont en général une crinière, la première phrase est bonne tandis que la seconde a lair bizarre. Ceci tiendrait à la présence/absence dun stéréotype.

18 18 Les stéréotypes Een amoebe (spreek uit als 'ameube') is een eencellig organisme dat bestaat uit protoplasma met één of meerdere kernen De amoebe beweegt zich voort en voedt zich met behulp van schijnvoetjes, pseudopodia. Apparemment il nest pas impossible de produire des phrases génériques qui nexpriment pas de conception culturelle.

19 19 Lapproche modale: préliminaires 1. Les verbes modaux: devoir, pouvoir. Tu dois venir. Tu peux venir. 2. Plusieurs types de modalité. Si Jean veut arriver à temps, il doit prendre un taxi. Jean était à Paris il y a trois heures. Il doit avoir pris le Thalys. > Distinction en mondes possibles

20 20 Lapproche modale: préliminaires 3. Les mondes plus ou moins normaux. Jean était à Paris il y a trois heures. Il doit avoir pris le Thalys. Il aurait également pu prendre sa fusée personnelle... Ou encore un ballon à haute vitesse... Ou un balai magique... > On ordonne les mondes possibles en fonction de leur normalité.

21 21 Lapproche modale Une amibe est un organisme qui ne comporte quune seule cellule. Dans tous les mondes compatibles avec nos savoirs (scientifiques) et qui sont maximalement normaux, si x est une amibe, x un organisme qui ne comporte quune seule cellule. 12 3

22 22 Lacquisition: deux problèmes

23 23 Le premier problème (a)

24 24 Discussion En principe, faire des généralisations nest pas tellement difficile. Si jai goûté une fois les haricots et je ne les ai pas aimés, ils seront classifiés comme quelque chose de détestable jusquà ce quon me force à les manger de nouveau et je découvre que je les aime. Ce qui pourrait être plus problématique est dexpliquer pourquoi on fait certaines généralisations et non pas dautres.

25 25 Discussion Sil nen fait pas, la question qui reste est de savoir comment lenfant distingue entre les propriétés intrinsèques et les propriétés accidentelles. Si un enfant est né dans une famille dans laquelle tout le monde porte des lunettes, il pourrait faire une généralisation du type les êtres humains portent des lunettes. On na pas fait de recherche sur les types de généralisations que font les enfants.

26 26 Le premier problème (b)

27 27 Discussion Si les enfants sont capables de distinguer entre lintrinsèque et laccidentel les exceptions (accidentelles) ne devraient poser aucun problème.

28 28 Discussion Y a-t-il des indications qui nous mènent à supposer que les enfants savent distinguer entre ce qui est intrinsèque et ce qui est accidentel? Peut-être...

29 29 Discussion Gelman & Tardif (1998) ont démontré que les enfants tout comme les adultes produisent plus dénoncés génériques sur les animaux que sur les outils. Donne lieu à une échelle du type suivant: naturel > artificiel qui correspond à léchelle: intrinsèque > accidentel

30 30 Discussion Une remarque sur lexpérience dans Graham, Nayer & Gelman.

31 31 Le second problème

32 32 Discussion Political activists are very passionate. > Une seule lecture! Au moins en anglais le problème de la langue générique ne semble pas poser trop de problèmes. (cf. Sneed) Il reste bien sûr des langues comme le français, lespagnol,...

33 33 Discussion Une autre façon de voir les choses... Birds sing. The bird sings. A bird sings. > (Presque) tout énoncé peut être générique. Il convient tout simplement de déterminer lintention du locuteur. > Ceci nest pas particulièrement difficile... (voir Hollander, Gelman & Star)

34 34 Discussion Un argument supplémentaire en faveur de lidée que la langue ne pose pas trop de problèmes à lenfant est que les enfants peuvent eux-mêmes développer une langue générique (voir Goldin- Meadow, Gelman & Mylander).


Télécharger ppt "1 La généricité. 2 Les intuitions 3 Les espèces Les chiens aboient. En général il est vrai que les chiens aboient Les chiens (p.ex. du voisin) sont en."

Présentations similaires


Annonces Google