La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le diagnostic du diabète en 2010: nouvelles guidelines de lADA Georges Gilson Laboratoire de Biochimie du CHL Soirée scientifique SLBC – amphithéatre CHL.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le diagnostic du diabète en 2010: nouvelles guidelines de lADA Georges Gilson Laboratoire de Biochimie du CHL Soirée scientifique SLBC – amphithéatre CHL."— Transcription de la présentation:

1 Le diagnostic du diabète en 2010: nouvelles guidelines de lADA Georges Gilson Laboratoire de Biochimie du CHL Soirée scientifique SLBC – amphithéatre CHL 01/07/2010

2 Les diabètes primaires (1) le diabète de type 1 est la conséquence d'une maladie auto-immune, c'est-à-dire la destruction des cellules β des îlots de Langerhans du pancréas. Le diabète de type 1 est le plus souvent un diabète insulinodépendant. C'est la cause la plus fréquente de diabète chez l'enfant, mais il peut survenir à tous les âges.

3 Les diabètes primaires (2) le diabète de type 2 est observé le plus souvent chez des individus en surpoids ou obèses, qui ont des antécédents familiaux de diabète de type 2. Le diabète de type 2 est le plus souvent non-insulino dépendant. Le diabète de type 2 s'associe souvent à d'autres facteurs de risque cardiovasculaire, comme l'hypertension artérielle, la répartition androïde des graisses, l'hypertriglycéridémie et la baisse du taux du cholestérol-HDL, le syndrome métabolique. Cette forme de diabète représente près de 80% des cas de diabète. Son incidence augmente, en conséquence des modifications du mode de vie (sédentarité, alimentation hypercalorique, hyperlipidique).

4 Les diabètes primaires (3) Le diabète gestationnel est un diabète qui apparaît pour la première fois chez certaines femmes au cours de la grossesse. Il est caractérisé par une intolérance au glucose due à la production d'hormones placentaires, provoquant une hyperglycémie qui entraîne une insulinorésistance. Le diabète gestationnel peut être isolé ; plus fréquemment, il annonce la possibilité d'un diabète de type 2 ou peut être la première manifestation d'un diabète de type 1.

5

6 Historique des méthodes diagnostiques (1) Toutes les méthodes modernes sont basées sur la détermination du glucose, soit sang, plasma ou sérum - soit à jeun, random ou par test de charge Toutes les méthodes modernes sont basées sur la détermination du glucose, soit sang, plasma ou sérum - soit à jeun, random ou par test de charge Diabète de type 1 : présentation clinique généralement suffisamment caractéristique Diabète de type 1 : présentation clinique généralement suffisamment caractéristique Diabète de type 2 : développement insidieux, sans symptômes et sans séparation nette pour les glycémies entre la population diabétique et non diabétique Diabète de type 2 : développement insidieux, sans symptômes et sans séparation nette pour les glycémies entre la population diabétique et non diabétique

7 Profil glycémique : volontaire sain David Nathan AACC Webinar 2010

8 Profil glycémique Diabète de type 2Diabète de type 1 David Nathan AACC Webinar 2010

9 Historique des méthodes diagnostiques (2) Taux de glycémie extrêmement fluctuant : Taux de glycémie extrêmement fluctuant : - dans la journée - dun jour à lautre La correlation entre une glycémie isolée et la glycémie moyenne pour un patient est relativement faible. La correlation entre une glycémie isolée et la glycémie moyenne pour un patient est relativement faible. Des mesures répétitives journalières sont nécessaires pour une évaluation correcte dune glycémie moyenne dun patient Des mesures répétitives journalières sont nécessaires pour une évaluation correcte dune glycémie moyenne dun patient

10 Historique des méthodes diagnostiques (3) There is no clear division between diabetics and non- diabetics in their fasting plasma glucose concentration or their response to an oral glucose load. National Diabetes Data Group Diabetes 1979 ; 28 :

11 Symptômes classiques Symptômes classiques Glycémie à jeun > 140 mg/dl (7.8 mmol/l) Glycémie à jeun > 140 mg/dl (7.8 mmol/l) Glycémie HGPO à 2h. > 200 mg/dl (11.1 mmol/l) pour une charge à 75 g de glucose Glycémie HGPO à 2h. > 200 mg/dl (11.1 mmol/l) pour une charge à 75 g de glucose Historique des méthodes diagnostiques (4) NDDG 1979, WHO Expert Committee 1980 Critères diagnostiques reconnus comme arbitraires mais choisi sur base du risque de progression vers un diabète symptomatique:

12 Historique des méthodes diagnostiques (5) : PARADIGM SHIFT ADA Expert Committee 1997, WHO Consultation 1999 Taux de glucose diagnostiques choisi en fonction de lassociation avec la prévalence de la rétinopathie dans 3 populations: Taux de glucose diagnostiques choisi en fonction de lassociation avec la prévalence de la rétinopathie dans 3 populations: égyptiénne, Pima et NHANES Introduction de la notion IFG (impaired Fasting Glucose) et de IGT (impaired Glucose Tolerance) Introduction de la notion IFG (impaired Fasting Glucose) et de IGT (impaired Glucose Tolerance) 1997 ADA Expert Committee

13

14 Historique des méthodes diagnostiques (6) : PARADIGM SHIFT ADA Expert Committee 1997, WHO Consultation 1999 : Critères diagnostiques révisés pour sapparier avec le moment de lapparition de la rétinopathie et pour être mieux alignés entre eux: Glycémie à jeun : > 125 mg/ml (7.0 mmol/l) Glycémie à jeun : > 125 mg/ml (7.0 mmol/l) Glycémie HGPO à 2h. > 200 mg/dl (11.1 mmol/l) pour une charge à 75 g de glucose Glycémie HGPO à 2h. > 200 mg/dl (11.1 mmol/l) pour une charge à 75 g de glucose IFG (impaired Fasting Glucose) : 110 – 125 mg/dl IFG (impaired Fasting Glucose) : 110 – 125 mg/dl Glucose HGPO 2h. : IGT (impaired Glucose Tolerance) : 140 – 200 mg/dl 1997 ADA Expert Committee HbA1c pas recommandé en tant que critère diagnostique Raison : absence de standardisation !

15 Diabetes Care 1999; 22 :

16 2003

17 2006

18 Comment se fait le screening pour le diabète en pratique ? (1) 5752 sujets âgés de > 45 ans qui ont été dépistés pour diabète lors dune présentation dans un hôpital: Méthode de screening : RPGFPGHbA1cHGPO N % <1 Diabetes care 2004; 27:9

19 Comment se fait le screening pour le diabète en pratique ? (2) Enquête auprès de 258 médecins lors du Meeting of American College of Physicians en 2005: 93% font un screening routinier 49% utilisent HbA1c pour screening 58% utilisent HbA1c pour diagnostic J Clin Endocrinol Metab 2008; 93:2447

20

21 2009 – Quest-ce qui a changé ? Standardisation du HbA1c Standardisation du HbA1c Facteurs interférents pour le dosage de lHbA1c connus et minimisés Facteurs interférents pour le dosage de lHbA1c connus et minimisés Nouvelles données disponibles sur la relation entre glycémie et complications cliniques Nouvelles données disponibles sur la relation entre glycémie et complications cliniques

22 Formation de lhémoglobine glyquée

23 Concentration sanguine de lHbA1c : - représente lintégration de la glycémie sur 8-12 semaines - dépend de la glycémie - dépend de la durée de vie des érythrocytes

24

25 Formé en 1996, le NGSP établit lHPLC-échangeuse dions comme méthode de référence et met en place la calibration selon des données DCCT (Diabetes Control and Complication trial), grande étude ayant établit la relation entre les taux de glycémies et de HbA1c et le risque cardiovasculaire. Selon les recommendations du NGSP pour quun réactif commercial soit certifié il faut que les résultats obtenus soient comparables à ceux établis par le DCCT. Clin Chem 2001; 47: 1985

26

27

28 IFCC Working Group IFCC forme un Working Group en 1995 et développe une méthode de référence avec comme but la préparation dun matériel de référence pur

29 IFCC Working group réalise : - la préparation dun matériel de référence HbA1c et HbAo hautement purifié - le développement dun réseau de laboratoires de référence

30 Roche SWA Reagent team

31

32

33 2009 – Quest-ce qui a changé ? Standardisation du HbA1c Standardisation du HbA1c Facteurs interférents pour le dosage de lHbA1c connus et minimisés Facteurs interférents pour le dosage de lHbA1c connus et minimisés Nouvelles données disponibles sur la relation entre glycémie et complications cliniques Nouvelles données disponibles sur la relation entre glycémie et complications cliniques

34 Diabetes Care 2009 ; 32 : Attributs techniques : glycémie vs. HbA1c Préanalytique:HbA1cGlucose stabilité in vivo+- stabilité in vitro+- Variabilité analytique:++ Variabilité biologique: intra-individuellefaibleplus élevée inter-individuellefaibleplus élevée Clinique:pas de timingavec timing sans préparation> 8 h. jeûne pas affecté par stressaffecté par tout

35 Evolution de la glycémie in vitro en fonction du temps après prélèvement : Tube fluoré vs. tube héparine Chan, Clin Chem 1989; 35 : 315

36 Diabetes Care 2009 ; 32 : Attributs techniques : glycémie vs. HbA1c Préanalytique:HbA1cGlucose stabilité in vivo+- stabilité in vitro+- Variabilité analytique:++ Variabilité biologique: intra-individuellefaibleplus élevée inter-individuellefaibleplus élevée Clinique:pas de timingavec timing sans préparation> 8 h. jeûne pas affecté par stressaffecté par tout

37 Variabilité biologique : HbA1c vs. glycémie 48 hommes non diabétiques en bonne santé 48 hommes non diabétiques en bonne santé 12 semaines de suivi avec dosages hebdomadaires 12 semaines de suivi avec dosages hebdomadaires HbA1c moyen : 4.9% HbA1c moyen : 4.9% Glycémie moyenne : 5.3 mmol/l Glycémie moyenne : 5.3 mmol/l Rohlfing at al. Clin Chem 2002 ; 48: VariabilitéHbA1c (%)Glycémie à jeun (mmol/l) Intra-individuelle0.08 (1.7%)0.30 (5.7%) Inter-individuelle0.2 (4.0%)0.31 (5.8%)

38 Diabetes Care 2009 ; 32 : Attributs techniques : glycémie vs. HbA1c Préanalytique:HbA1cGlucose stabilité in vivo+- stabilité in vitro+- Variabilité analytique:++ Variabilité biologique: intra-individuellefaibleplus élevée inter-individuellefaibleplus élevée Clinique:pas de timingavec timing sans préparation> 8 h. jeûne pas affecté par stressaffecté par tout

39 Glycémie HGPO 2h. Avantages : Avantages : - bonne sensibilité - précocité Désavantages : Désavantages : - basé sur une absorption normale du glucose - faible reproductibité - nécessite préparation du patient - time-consuming - onéreux - désavantages inhérents au dosage glycémie

40 Conditions pratiques pour HGPO Arrêt de toute médication affectant la tolérance glucidique Arrêt de toute médication affectant la tolérance glucidique 3 jours dactivité et de nutrition non restrictive 3 jours dactivité et de nutrition non restrictive Jeûne de 10 – 16h. Jeûne de 10 – 16h. Pas de patients alités – uniquement en ambulatoire Pas de patients alités – uniquement en ambulatoire Ne pas fumer Ne pas fumer Sujets assis lors de lépreuve Sujets assis lors de lépreuve Le matin entre 7 et 9 h. Le matin entre 7 et 9 h. Glucose dissous dans 300 ml deau Glucose dissous dans 300 ml deau Ingestion en moins de 5 minutes Ingestion en moins de 5 minutes

41 Facteurs influençant le résultat dun HGPO Préparation du patientAdministration du glucose Durée du jeûneForme du glucose administrée Ingestion préliminaire de carbohydrates(monohydrate ou anhydrique) Médication (thiazides, corticoïdes)Quantité de glucose TraumaVolume de liquide administré Age Activité Au cours de lépreuve Poids Position Anxiété Cafféine Tabagisme Activité Moment dans la journée

42

43 2009 – Quest-ce qui a changé ? Standardisation du HbA1c Standardisation du HbA1c Facteurs interférents pour le dosage de lHbA1c connues et minimisées Facteurs interférents pour le dosage de lHbA1c connues et minimisées Nouvelles données disponibles sur la relation entre glycémie et complications cliniques Nouvelles données disponibles sur la relation entre glycémie et complications cliniques

44 Etude AusDiab Dans une cohorte de 1192 patients suivi par glycémie et HbA1c, HbA1c est un meilleur prédicteur dune rétinopathie sur 5 années que la glycémie. Etude DESIR Balkau et al AusDiab Study 2008

45 Etude DETECT-2

46 Expert Committee – DETECT-2

47 Expert Committee on Diagnosis of Diabetes 2009 Meilleure information sur limprégnation glycémique Meilleure information sur limprégnation glycémique Au moins aussi performant dans la prédiction des complications à long terme Au moins aussi performant dans la prédiction des complications à long terme Niveau de standardisation similaire Niveau de standardisation similaire Meilleure stabilité pré-analytique Meilleure stabilité pré-analytique Variabilité biologique substantiellement moindre Variabilité biologique substantiellement moindre Pas de jeûne nécessaire ni de timing du prélèvement Pas de jeûne nécessaire ni de timing du prélèvement Relativement non affecté par des perturbations aigues du taux de glucose Relativement non affecté par des perturbations aigues du taux de glucose Utilisé en suivi et monitoring Utilisé en suivi et monitoring Avantages HbA1c vs. Glycémie à jeun vs. HGPO 2h.

48 Diabetes Care 2010 ; 33: S11-61

49

50

51

52

53 Diabetes Care 2010; 33 : S61-68

54 Diabetes Care 2010; 33 : S11-61

55 Pré-diabète : IFG (impaired fasting glucose) et IGT (impaired glucose tolerance)

56 A1C > 6.5% identifies fewer individuals than DM 1999WHO or DM FPG126. Studies are needed to determine that A1C > 6.5% compromises neither blood pressure and lipid management in early diabetes nor the implementation of lifestyle interventions for diabetes prevention. Lorenzo and Haffner Diabetes Care ; 33 :


Télécharger ppt "Le diagnostic du diabète en 2010: nouvelles guidelines de lADA Georges Gilson Laboratoire de Biochimie du CHL Soirée scientifique SLBC – amphithéatre CHL."

Présentations similaires


Annonces Google