La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Généralités sur les tumeurs. Histoire naturelle du cancer. Cours 5 : items 138, 139, 140, 141.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Généralités sur les tumeurs. Histoire naturelle du cancer. Cours 5 : items 138, 139, 140, 141."— Transcription de la présentation:

1

2 Généralités sur les tumeurs. Histoire naturelle du cancer. Cours 5 : items 138, 139, 140, 141

3 Généralités sur les tumeurs.

4 1- Introduction 2- Tumeurs bénignes, tumeurs malignes 3- Différenciation – Dédifférenciation – Anaplasie 4- Classification des tumeurs 5- Méthodes diagnostiques du cancer 5-1 Cytologie 5-2 Les biopsies 5-3 Lexamen macroscopique 5-4 Létude microscopique 5-5 Intérêt de limmunohistochimie en pathologie tumorale 5-6 Autres techniques 6- Histopronostic des tumeurs malignes Généralités sur les tumeurs

5 Une tumeur (synonyme : « néoplasme » ou « néoplasie ») est une prolifération cellulaire excessive aboutissant à une masse tissulaire ressemblant plus ou moins au tissu normal homologue (adulte ou embryonnaire), ayant tendance à persister et à croître, témoignant de son autonomie biologique. Prolifération cellulaire excessive Clonalité. Un clone est un ensemble de cellules dérivées dune seule cellule initiale. Tumeur monoclonale : origine une seule cellule Tumeur oligoclonale : origine quelques cellules Tumeur polyclonale : origine un groupe de cellules Masse tissulaire ressemblant plus ou moins à un tissu normal La différenciation tumorale : degré de ressemblance (morphologique et fonctionnel) des cellules tumorales avec les cellules normales Autonomie Biologique - persistance et accroissement après cessation de la cause cancers expérimentaux au goudron ou professionnels : cancer de la vessie /aniline, mésothéliome/amiante. 1- Introduction – Définition dune tumeur

6 2-Tumeurs bénignes, tumeurs malignes Les tumeurs bénignes et malignes ont deux composants les cellules prolifératives anormales le tissu de soutien : le stroma tumoral

7 2- Les tumeurs bénignes et malignes Tumeur bénigneTumeur maligne Bien limitéeMal limitée Encapsulée, éxerèse simpleNon encapsulée Bien différenciéeDifférenciation variable Cellules régulièresCellules irrégulières Croissance lenteCroissance rapide Refoule sans destruction le tissu normal Envahit et détruit le tissu normal Pas de récidive localeRécidive possible Pas de métastaseMétastase

8 2- Les tumeurs bénignes et malignes : Limites de la distinction Continuum entre tumeurs bénignes et malignes : la progression tumorale correspond à lacquisition progressive par la tumeur dun phénotype de malignité et danomalies chromosomiques. Ex : adénome – adénocarcinome du colon Tumeurs bénignes avec agressivité locale et générale : - Fibromatose. - Méningiome du trou occipital. - Adénome parathyroidien. Tumeurs malignes à malignité locale : Certaines tumeurs malignes ont une évolution locale. Carcinome basocellulaire cutané et gliome cérébral Impossibilité daffirmer la nature bénigne ou maligne de certaines tumeurs le diagnostic est fait sur lapparition de métastases Ex : corticosurrénalome

9 Adénofibrome et adénocarcinome mammaire

10 3- Différenciation – Dédifférenciation - Anaplasie La différenciation est le degré de ressemblance du tissu tumoral avec le tissu normal. Les tumeurs bénignes sont bien différenciées et les tumeurs malignes de différenciation variable Les tumeurs peu différenciées Faites de cellules avec peu de caractère particulier Les tumeurs bien différenciées Faites de cellules rappellent le tissu dorigine Leomyome utérine Les tumeurs indifférenciées ou anaplasiques Aucun caractère phénotypique nest présent Associées à des variations de la taille et de la forme de la cellule anisocaryose du noyau anisonucléose pleiomorphisme cellulaire

11 Tumeur anaplasique Tumeur bien différenciée

12 4- Classification des tumeurs Classées selon Leur localisation Leur aspect microscopique bénin ou malin différenciation A laide de techniques complémentaires à la recherche danomalies spécifiques dun type de tumeurs immunohistochimie cytogénétique biologie moléculaire

13 4- Bases de la nomenclature des tumeurs Nomenclature usuelle –Le préfixe correspond à la cellule d origine - Adéno / tumeur glandulaire, leomyo / tumeur musculaire lisse, rhabdomyo / tumeur musculaire striée –Le suffixe « ome » indique la nature bénigne –Ex : adénome, fibrome, léomyome…. –Le suffixe carcinome, sarcome ou blastome désigne une tumeur maligne –Carcinome est une tumeur maligne épithéliale. –Sarcome est une tumeur maligne conjonctive –Blastome est une tumeur maligne embryonnaire –Ex : adénocarcinome, fibrosarcome, neuroblastome. On peut préciser l origine –Ex : Adénome thyroïdien, Adénome colique

14

15 5- Méthodes diagnostiques du cancer

16 5-1 Cytologie Repose sur létude des caractères de la cellule cancéreuse Liquide dépanchement, cytoponction de tumeur, prélèvement par raclage (FCV) Avantages Rapidité Technique initiale dans une démarche diagnostique

17 5-1 Cytologie Frottis de col utérin : NCI 3Liquide pleural : adénocarcinome

18 5-2 Les biopsies Une biopsie doit être associée à des renseignements cliniques, représentatives de la tumeur,et acheminée dans des conditions correctes de préservation Biopsie extemporanée demandée lorsque le résultat de la biopsie modifie la technique de chirurgie Ex : tumeur du sein Biopsie exerese effet diagnostique et curatif Ex : Polype du colon

19 5-3 Lexamen macroscopique Analyse de la pièce poids taille, photographies aspect des lésions Ex : dans le tube digestif Un Polype est une formation en saillie dans la lumière Polype pédiculé ou sessile / Aspect villeux Prélèvements pour lexamen microscopique Autres Congélation (étude IHC ou de biologie moléculaire) Milieu de culture cellulaire (étude de cytogénétique tumorale)

20 5-4 Létude microscopique Basée sur létude des caractéristiques cytologiques et architecturales de la tumeur Elle permet de préciser La nature de la tumeur Sa place dans les classifications nosologiques Son degré de malignité (grade histopronostique) Son extension (stade)

21 Utilise des AC marqués dirigés contre un antigène de la cellule tumorale Caractérisation des cancers indifférenciés ou très peu différenciés (cytokératine pour les carcinomes, CD45 pour les lymphomes anaplasiques, HMB45 pour les mélanomes) Préciser lorigine dune métastase (antigène prostatique, thyroglobuline…) Classifications des leucémie et lymphomes Expression de facteur pronostics (marqueur de proliférations, oncogènes, gènes suppresseurs de tumeur…) et de cibles thérapeutiques (RO-RP, c- erb-B2 5-5 Intérêt de limmunohistochimie en pathologie tumorale

22 Caractérisation dune tumeur primitive TTF1 Calrétinine Poumon Plèvre

23 Classification des Lymphomes Manteau CD5CD23 LLC-B CD5CD23

24 Origine du cancer PSAOs

25 Pronostic du cancer, cibles thérapeutiques Ki67 (LLC) KI67 ManteauCycline D1 ROc-erb-B2

26 5-6 Autres techniques La microscopie électronique précise la différenciation dune tumeur en visualisant des organites spécifiques La biologie moléculaire permet de rechercher un remaniement du gène de la chaine lourde des Ig ou du récepteur T La cytogénétique permet de réaliser un caryotype des cellules tumorales.

27 6- Histopronostic des tumeurs malignes Grade histopronostique –Degré danomalies nucléaires et cytoplasmique,de la différenciation, du nombre de mitoses et/ou de la nécrose – (ex : le grade de Scarff-Bloom-Richardson dans le cancer du sein). Stade – Extension de la tumeur –Chaque tumeur a son propre système dévaluation –Classification TNM (OMS) –Basée sur taille de la tumeur primitive et ou son extension au tissu et organes de voisinage (T), ganglions loco-régionaux (N), métastases à distance (M)

28 Muqueuse Sous-muqueuse Musculeuse Sous-séreuse T1N0-Stade I-Dukes AT2N0-Stade I-Dukes A T3N0-Stade II-Dukes BT4N0-Stade II-Dukes B TxN1-2 M0-stadeIII-Dukes C Stade IV = TxNxM1

29 1- Introduction 2- Etats précancéreux Notion de dysplasie et carcinome in situ 3- Phase locale du cancer : linvasion 3-1 Définition 3-2 Mécanismes moléculaires 4- Les métastases 4-1 Définition 4-2 Les différentes étapes 4-3 Mécanismes moléculaires 4-4 Les différentes voies de migration Histoire naturelle des cancers

30 1- Introduction Lhistoire naturelle dun cancer est un processus à étapes La transformation cancéreuse dune cellule Lexpansion clonale de la cellule K La croissance de la masse tumorale et linvasion locale et régionale La dissémination à distance avec apparition de métastases Liée à linstabilité génétique des cellules cancéreuses expliquant lhétérogénéité tumorale

31 2- Etats précancéreux Notion de dysplasie et carcinome in situ Les étapes de développement dun carcinome avant la phase dinvasion de la membrane basale sont strictement intra- épithéliales La Dysplasie est un trouble acquis de la multiplication cellulaire La dysplasie est diagnostiquée à lexamen anatomopathologique Anomalies cyto-nucléaires / Diminution de la différenciation cellulaire Mitoses augmentées Désorganisation de lépithélium Intégrité de la membrane basale Le grade de la dysplasie basée sur son intensité Dysplasie de bas grade Dysplasie de haut grade – Carcinome intra-épithélial ou carcinome in situ Le grade a une valeur pronostique Concerne les épithélium : col utérin, muqueuse digestive adénome colo-rectaux, sein carcinome intracanalaire Grande variabilité dans lévolution du CIS Habituellement, dysplasie – CIS – carcinome infiltrant Intérêt du dépistage Un CIS est guéri après un traitement local et limité

32 Dysplasie et Cancer du col utérin

33 3-1 Linvasion tumorale : Définition Le carcinome infiltrant est définit par le franchissement de la membrane basale par les cellules carcinomateuses Les cancers non épithéliaux sont demblée invasifs Infiltration progressive, envahissement et destruction du tissu avoisinant Les cellules tumorales envahissent le tissu conjonctif selon un processus actif et complexe lié à lacquisition de nouvelles propriétés biologiques par les certaines cellules tumorales

34 3-2 Linvasion tumorale. Mécanismes moléculaires Interaction des cellules avec la matrice extra cellulaire (MEC) Perte des jonctions intercellulaires (baisse de lexpression des E- cadhérines et de leurs liens avec les caténines) Diminution de ladhésion aux constituants de la matrice (laminine et fibronectine), modification des intégrines Dégradation de la membrane basale et de la MEC Par des enzymes sécrétées par les cellules cancéreuses et les cellules du stroma stimulées par des facteurs diffusibles Métalloprotéases (collagénase de type IV) Migration des cellules Accumulation de microfilaments sous la membrane plasmique avec déplacements par pseudopodes Facteurs autocrines de motilité (b15 thymosine, HGF) et des facteurs chimiotactiques

35 3-2 Linvasion tumorale. Conséquences loco-régionales Notion de carcinome microinvasif cancer invasif superficiel meilleur pronostic carcinome intramuqueux dans le tube digestif Invasion locale. Voies préférentielles extension tumorale progressive Masse arrondie dans un organe plein Envahissement des plans pariétaux dans un organe creux destruction des tissus normaux propagation par les voies de faible résistance Invasion régionale des structures adjacentes et des organes voisins

36 4- La métastase 4-1 Définition Foyers cancéreux développés à distance de la tumeur primitive et dont la croissance est autonome Presque tous les cancers (except. Gliomes et carcinome basocellulaire) Moment de lapparition par rapport à la tumeur primitive est variable Révélatrice – Synchrone – Tardives Liée à une sélection positive de sous clones cellulaires à capacité métastasiante

37 4-2 Invasion tumorale et dissémination métastatique Les différentes étapes

38 4-3 Les métastases - Mécanismes moléculaires Détachement cellulaire et Invasion de la MEC Met en jeu les molécules dadhésion (perte de lancrage cellulaire) et les protéases extracellulaires (dégradation de la MEC) Importance de la stroma réaction et de langiogenèse Intravasation Soit dans les néovaisseaux soit dans les vaisseaux lymphatiques Survie dans la circulation Aggrégation des cellules tumorales entre elles avec formation demboles et aggrégation avec les plaquettes Extravasation Contact adhésif entre les motifs de la cellule cancéreuse reconnue par la E- sélectine des cellules endothéliales /entre intégrine et son ligand endothélial. Rôle du CD44. Rétraction des cellules endothéliales et fixation de la cellule cancéreuse à la membrane basale par des récepteurs Dégradation enzymatique des protéines de la membrane basale et perforation de celle-ci et atteinte de la MEC

39 4-4 Les métastases. Les différentes voies de migration Dissémination lymphatique Les carcinomes, les mélanomes Par les voies de drainage de la région atteinte. Ex cancer du sein Le ganglion sentinelle est le premier relais ganglionnaire de drainage. Déversement des cellules K dans la circulation générale par le canal thoracique. Métastase ganglionnaire sus claviculaire Dissémination hématogène Les sarcomes et les carcinomes et mélanome (surtout veineuse) Répartition des métastases dépend du mode de drainage veineux de lorgane atteint. 4 types de migration Types pulmonaire, hépatique, cave (poumons) et porte (Foie) Ensemencement des cavités et des surfaces naturelles Ex : carcinomes ovariens Ex nephroblastome par rupture de la tumeur

40 Dissémination métastatique Embole lymphatique Métastase ganglionnaire Métastase hépatique

41 Extension des cancers Rythme de croissance –Corrélation avec le degré de différenciation –Variations importantes Envahissement local –Franchissement de la membrane basale (carcinomes) –Infiltration progressive, envahissement et destruction du tissu avoisinant

42 Métastases Définition : foyers tumoraux à distance de la tumeur Presque tous les cancers (except. Gliomes et carcinome basocellulaire) Risque corrélé avec lagressivité (croissance et taille) mais exceptions nombreuses

43 Voies de dissémination Ensemencement des cavités et des surfaces naturelles –Ex : carcinomes ovariens Dissémination lymphatique –Les carcinomes, par les voies de drainage –Possibilité de court circuit (anastomoses veino- lymphatiques) Dissémination hématogène –Les sarcomes et les carcinomes (surtout veineuse) –Foie (système porte) et poumons (système cave), Vertèbres (plexus para-vertébraux)

44 Dissémination métastatique Embole lymphatique Métastase ganglionnaire Métastase hépatique


Télécharger ppt "Généralités sur les tumeurs. Histoire naturelle du cancer. Cours 5 : items 138, 139, 140, 141."

Présentations similaires


Annonces Google