La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PLAN du COURS (1) Objectifs du cours Définitions de santé

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PLAN du COURS (1) Objectifs du cours Définitions de santé"— Transcription de la présentation:

1 PLAN du COURS (1) Objectifs du cours Définitions de santé
Modèle de santé biomédical Modèle de santé socioecologique Inégalités sociales de santé Histoire naturelle des problèmes de santé Promotion de la santé( charte d’Ottawa) Observatoire de la Santé du Hainaut

2 La santé (O.M.S.) « La santé est un état complet de bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ».

3 La santé (Goldberg) un abord perceptuel, qui définit la santé comme étant une perception de bien-être un abord fonctionnel, qui décrit la santé comme étant la capacité de bien fonctionner un abord qui utilise le concept d’adaptation, la santé étant l’ajustement réussi et permanent d’un organisme à son environnement

4 Le modèle biomédical de la santé
AGENT PATHOGENE INDIVIDU SAIN INDIVIDU MALADE THERAPEUTE

5 B. HORISBERGER, 1981

6 B. HORISBERGER, 1981

7 Taux de décès selon les classes sociales, chez les hommes de 25 à 64 ans (France)
(taux standardisés par âge pour Hab.) Ouvriers Employés Cadres moyens Commerçants Cadres supérieurs Professions libérales (n) (n) Source : inserm-SC8

8 Taux de décès selon les classes sociales, chez les femmes de 25 à 64 ans (France)
(taux standardisés par âge pour Hab.) Ouvriers Employés Cadres moyens Commerçants Cadres supérieurs Professions libérales (n) (n) Source : inserm-SC8

9 Taux de décès par classes sociales, selon la pathologie, hommes de 25 à 64 ans
(taux standardisés pour Hab., France ) Ouvriers Employés Cadres moyens Commerçants Cadres supérieurs Professions libérales Cancer du poumon (25-64 ans) Alcoolisme (25-64 ans) Infarctus (35-64 ans) Source : inserm-SC8

10 Mortalité des jeunes en fonction de la catégorie socio-professionnelle du père
Source : Insee

11 Facteurs influençant la surcharge pondérale
Source : OSH

12 Facteurs influençant « Ne pratique pas de sport en dehors de l’école »
Source : OSH

13 Facteurs influençant l’exposition au tabagisme passif
Source : OSH

14 Environnement physique Environnement socio-culturel
Système alimentaire Environnement physique Eau Sol Energie Air Agriculture Transformation Transport Vente Consommation industrielle Restauration privée collective Chaîne alimentaire Environnement socio-culturel Valeurs culturelles, modes de vie, organisation du travail, marché de l’emploi Environnement politique et économique Capital, réglementation, taxation, marchés

15 Alimentation et santé: chaînes causales
Secteurs agro-alimentaires, de la distribution et de la restauration Facteurs individuels, familiaux,sociaux et culturels Organisation sociale et économique (conditions de travail) Offre et promotion de produits alimentaires Comportements alimentaires Conditions et rythme des repas Excès de graisses alimentaires, de calories, déficit fruits et légumes Risque pour la santé

16 Modèles socio-culturels Economie Médias Publicité Chiffre d ’affaire : 1,8 milliards d ’euros (72 milliards de Francs belges

17 Le modèle socio-écologique
de la santé SERVICES DE SANTE ENVIRONNEMENT PHYSIQUE SYSTEME POLITIQUE PRESERVATION ET PROMOTION DE LA SANTE DEMOGRAPHIE FACTEURS INDIVIDUELS CONDITIONS SOCIALES ET ECONOMIQUES CULTURE ET TRADITIONS

18 Indice de perception de mauvaise santé

19 Un détour par l’histoire
Les premiers travaux sur les inégalités sociales de santé (ISS) sont publiés au 19e siècle. 1830, Louis Villermé publie un mémoire sur la mortalité dans les différents quartiers de Paris. 1840, son rapport sur l’état physique et moral des ouvriers du secteur textile conduit à l’adoption d’une loi interdisant le travail des enfants… avant l’âge de 8 ans. (Berghmans, 2009) 19

20 Un détour par l’histoire
1842, Edwin Chadwick estime qu’en Angleterre les travailleurs auraient pu gagner 13 ans d’espérance de vie en améliorant l’hygiène publique et l’approvisionnement en eau potable. 1848, Rudolf Virchow enquête sur une épidémie de typhus en Allemagne : « On peut accuser les facteurs atmosphériques ou cosmiques mais ceux-ci ne produisent jamais l’épidémie à eux seuls. Ils ne la produisent que là où les gens vivent dans des conditions sociales déplorables… ». Il prescrit comme traitement la démocratie, l’éducation, la liberté et la prospérité. (Berghmans, 2009) 20

21 Un détour par l’histoire
1845, Friedrich Engels Il affirme, au sujet du développement du capitalisme industriel, que les solutions viendront de la prise de conscience et des combats collectifs du groupe social qui pâtit le plus de la situation, soit le prolétariat. 1883, Otto von Bismarck Il cherche à rallier les ouvriers à l'Empire par des mesures sociales. Il fait voter les lois d'assurances sociales couvrant les risques maladies (1883) et accidents (1884). Il crée des caisses de retraite pour les vieillards et les infirmes (1889). 1945, Lord Beveridge Il est le père du système de protection sociale en Grande-Bretagne. Il convainc les conservateurs sceptiques d’adopter ses propositions avec des arguments de meilleure productivité et de compétitivité. (Berghmans, 2009) 21

22 Un détour par l’histoire
À partir de la moitié du XXe siècle… L’essor de la médecine scientifique et technologique laisse croire que l’accès aux soins est le remède aux inégalités sociales de santé. 1986, la Charte d’Ottawa Modèle explicatif des déterminants sociaux de la santé qui débouchera sur un nouveau référentiel pour l’intervention : la promotion de la santé. « La promotion de la santé vise l’égalité en matière de santé. Ses interventions ont pour but de réduire les écarts actuels caractérisant l’état de santé » (OMS, 1986). (Berghmans, 2009) 22

23 Les inégalités sociales de santé : définitions et concepts
Définition des inégalités sociales de santé Réfèrent aux disparités observées quant à l’état général de santé entre des groupes sociaux (De Koninck et al., 2008). Se distinguent des « inégalités de santé » qui ne relèvent pas de la justice sociale (les inégalités de santé entre jeunes et personnes âgées par exemple). Les « inégalités sociales de santé » sont donc de véritables iniquités de santé (Braverman et Gruskin, 2003). 23

24 Les inégalités sociales de santé : définitions et concepts
Pourquoi sont-elles injustes? Les personnes, de diverses couches sociales ne disposent pas d’une réelle égalité des chances pour atteindre leur niveau de santé optimal (Ridde et al., 2007). Les disparités observées dans l’état de santé entre les groupes sociaux sont la conséquence d’une distribution inégale et injuste des déterminants sociaux de la santé. (opportunités d’emploi ou d’éducation qui varient entre les couches sociales par exemple). 24

25 Les inégalités sociales de santé : définitions et concepts
Sont-elles naturelles? inévitables? Cette distribution inégale et ses différentes manifestations de fragilité sociale ne sont ni naturelles, ni inévitables. Les variations des taux de mortalité et de morbidité, par rapport aux différentes situations liées à la santé dans le monde, peuvent être attribuées à l’organisation sociopolitique. Mettre en cause cet état de fait mène à une distribution plus équitable de l’action des déterminants sociaux de la santé entre les groupes. (Consortium DETERMINE, 2008) Les disparités devant la mort et la maladie sont l’aboutissement d’un mécanisme cumulatif (Aïach et Cèbe, 1994) d’injustices sociales dans lesquelles les « faiseurs » de politiques publiques se complaisent tant et autant qu’ils n’auront pas décidé de remettre en cause cet état de fait. (V. Ridde, Érudit, 25

26 Les inégalités sociales de santé : définitions et concepts
Inégalités sociales de santé et pauvreté Les inégalités sociales de santé ne sont pas un synonyme de pauvreté. Les inégalités sociales de santé se distribuent selon le gradient social. Le gradient s’oppose à l «effet de seuil » dans lequel les effets négatifs ne se feraient sentir qu’en deçà d’un certain seuil, c’est-à-dire pour les plus pauvres ou la population en situation la plus précaire. 26

27 Les inégalités sociales de santé : définitions et concepts
Que signifie gradient social? Le terme « gradient » évoque un continuum, le fait que la fréquence (p.ex. d’un problème de santé) augmente régulièrement en fonction d’une caractéristique (revenu, niveau d’études, etc.). On parle d’un gradient social lorsque la fréquence (p. ex : d’un problème de santé) augmente régulièrement des catégories les plus favorisées vers les catégories les plus défavorisées. (Lang, Leclerc, Kaminski, 2008: 255) Le gradient s’oppose à l «effet de seuil » dans lequel les effets négatifs ne se feraient sentir qu’en deçà d’un certain seuil, c’est-à-dire pour les plus pauvres ou la population en situation la plus précaire. 27

28 Les inégalités sociales de santé : définitions et concepts
Les ISS concernent toute la population « Si [par nos interventions] nous ciblons seulement les 10 % les plus pauvres, nous passons à côté de l’essence du problème que sont les inégalités sociales de santé » (Marmot, 2009). « L’équité en général impose une juste solution à l’égard des inégalités, pas seulement pour les plus pauvres, mais pour tout le monde et à tous les niveaux » (Mooney, 1999). Ainsi, à la lumière de ce type de distribution, soit le gradient social de santé, nous pouvons affirmer que les inégalités sociales de santé concernent toute la population. 28

29 Les inégalités sociales de santé : définitions et concepts
Le cumul des inégalités sociales Les difficultés liées aux conditions de vie sont très variables : « C’est le cumul de manques ou de difficultés qui est significatif » (INSEE, 2007). « L'injustice s'accroît lorsque les problèmes tendent à se multiplier et à se concentrer, se renforçant les uns les autres, créant ainsi des groupes très vulnérables en matière de santé » (Paquet, 1994). Cumul d’éléments comme : violence, pauvreté et insécurité économique, particulièrement durant l’enfance, déficit d’éducation, trajectoires d’emploi précaires, exposition à un environnement physique néfaste pour la santé, au travail, dans le quartier 29

30 Les inégalités sociales de santé : définitions et concepts
Comment les inégalités se perpétuent dans les parcours de vie? L’expérience des ISS est un processus dynamique marqué par des étapes, des allers-retours, des singularités dans des parcours de vie s’inscrivant dans des contextes. La vie est faite de possibilités et de contraintes imposées « L’environnement dans lequel vivent les personnes limite forcément les possibilités d’action de celles-ci; il modèle de l’extérieur leurs conduites, jusqu’à empêcher les personnes d’agir dans certains cas » (Bibeau et Fortin, 2008). il n’y a pas eu depuis près d’un demi-siècle d’augmentation importante de la mobilité sociale des individus. Cette « contre-mobilité » (ou « viscosité sociale ») ajoute à la perpétuation des inégalités sociales de santé entre les générations (les inégalités sociales de santé au Québec, p.117) La perpétuation des ISS, «c’est de l’impossibilité pour les individus d’échapper à l’historicité et à l’appartenance à un groupe» ( Penser la vulnérabilité, p. 19) 30

31 Les inégalités sociales de santé : définitions et concepts
Comment les inégalités se perpétuent dans les parcours de vie? Pour contrer la perpétuation des ISS, il faut s’attaquer aux mécanismes qui détériorent systématiquement les conditions de vie de certains groupes sociaux. Des rapports sociaux empreints de justice et de solidarité sont nécessaires pour enrayer les processus sociaux délétères. Se référer à l’image de l’acétate #30 pour expliquer 31

32 Les déterminants sociaux de la santé
Il est établi que la santé des populations est influencée et résulte de l’action des déterminants sociaux. Cette évidence, constatée pendant plusieurs siècles, n’a pas réussi à créer un « sentiment d’urgence » pour intervenir sur les causes sociales de la santé et de la maladie (McQueen, D.V., 2009). 32

33 Les déterminants sociaux de la santé
Les mécanismes complexes qui peuvent expliquer et entraîner la distribution inégale des problèmes de santé trouvent leur origine de la sphère sociale La répartition des problèmes de santé est socialement stratifiée. Ces facteurs explicatifs de la santé et du bien-être sont appelés « déterminants sociaux de la santé ». (Goldberg et al., 2002) 33

34 Conditions socio-économiques, culturelles et environnementales
Agriculture et production de nourriture Éducation Milieu de travail Conditions de vie et de travail Chômage Eau et installations sanitaires Services de santé Logement Réseaux sociaux et communautaires Facteurs liés au style de vie personnel Facteurs liés au sexe, à l’âge et à la constitution DAHLGREN, Göran and WHITEHEAD, Margaret, 1991, Policies and Strategies to promote social equity in health. Institute of Future Studies. Stockholm (traduction) 34

35 Les déterminants sociaux de la santé
ISS et rapports sociaux Les ISS renvoient à un questionnement sur la place de chacun dans la société, de son inscription dans les rapports sociaux et de sa capacité à y être reconnu. En l’absence d’accès à un rôle social et professionnel valorisé et devant la non-reconnaissance de son importance dans le monde dans lequel il vit, l’individu est fragilisé et privé des moyens et des conditions nécessaires à une construction identitaire qui lui permettrait d’agir, de se positionner dans le monde et d’être actif (de Queiroz, 1996). 35

36 Les déterminants sociaux de la santé
Les « causes des causes » des inégalités sociales de santé : la distribution inéquitable des déterminants sociaux de la santé INÉGALITÉS AU NIVEAU DE plus l’écart entre les facteurs positifs et négatifs est grand, plus les effets nuisibles sur la santé sont prononcés. L’iniquité crée des conditions défavorables à la santé et au bien-être. Adapté de: Hilary Graham, avril 2008, Journées de prévention, INPES, Paris Retour de la diapo 131 36

37 Les conditions sociales agissent sur la santé dès le plus jeune âge et tout au long de la vie, modifiant tout autant sa qualité que sa durée. Les ISS se développent, et souvent s’accentuent, tout au long du parcours de vie des individus. Elles résultent de l’interaction entre les différentes conditions quotidiennes de la vie, qui sont autant de déterminants sociaux de la santé 37

38 Les déterminants sociaux de la santé leçons
Premier constat : le contexte politique et socioéconomique Les sociétés davantage égalitaires avec une économie sociale démocratique plutôt que capitaliste, se caractérisent par : une plus grande cohésion sociale, une vie communautaire plus forte, des effets moins corrosifs des ISS. Les écarts entre les revenus des citoyennes et citoyens au sein d’une population sont inversement proportionnels à l’espérance de vie moyenne. (Bibeau et Fortin, 2008) Les gouvernements misant sur des économies de type sociale démocratique sont proactifs dans l’identification des problèmes sociaux tout en s’efforçant de promouvoir la sécurité sociale et économique pour ses citoyens. + les écarts entre les revenus des citoyens sont faibles au sein d’une population = + l’espérance de vie moyenne tend à s’allonger pour un plus grand nombre d’individus. 38

39 Les déterminants sociaux de la santé : leçons
Deuxième constat : la position sociale Il existe une corrélation entre la position sociale (revenu, instruction, profession, lieu de résidence etc.) et l’état de santé des individus. Les personnes qui bénéficient de meilleures conditions économiques et sociales développent plus d’estime de soi, ont un sentiment plus fort de maîtriser leur vie et manifestent plus de résilience. 39

40 Les déterminants sociaux de la santé : leçons
Troisième constat : la position sociale versus la position occupée sur le marché du travail versus les comportements individuels Les écarts, parfois minimes, entre les positions occupées dans l’organisation du travail sont statistiquement associés aux niveaux de santé des personnes, plus que l’appartenance de ces personnes à une classe sociale (sauf les cas où le niveau d’emploi recouvre la classe) et plus aussi que leurs comportements individuels (Marmot, 1988, cité dans Bibeau et Fortin, 2008). La position sociale, l’estime de soi et le sentiment de contrôle sur son travail et sa vie expliquent davantage l’état de santé d’un individu que le font les comportements à risque (tabac, alcool, faibles pratiques sportives etc.) (Ménahem, 2008). Forte corrélation statistique entre santé et position d’un individu dans la hiérarchie sociale. 40

41 Les déterminants sociaux de la santé : leçons
Quatrième constat : les changements des déterminants sociaux de la santé versus la transformation des sociétés Maintien des anciennes inégalités Celles inscrites dans la structure même de la société, dans l’organisation du travail, dans les rapports entre les sexes ou dans la vive compétition. L’ajout de nouvelles inégalités liées à la restructuration de nos sociétés, la mondialisation des marchés ou l’ouverture accrue au pluralisme. (Bibeau et Fortin, 2008) (Les inégalités sociales de santé, 2008, p.126) Les nouvelles formes d’inégalités trouvent encore leur origine dans le maintien des anciennes inégalités inscrites dans la structure même de la société, dans l’organisation du travail, dans les rapports entre les sexes ou dans la vive compétition qui est à la base de notre vie sociale et économique. Les nouvelles inégalités résultent cependant, plus encore, de la restructuration de nos sociétés, de la mondialisation des marchés ou de l’ouverture accrue au pluralisme, autant de réalités qui ont contribué à faire apparaître des sociétés où la diversification est vecteur de hiérarchisation, d’exclusion, d’isolement, de marginalisation et de désaffiliation. 41

42 Des données chiffrées Dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire (2000), les accidents de la circulation ont tué plus d’un million de personnes. On y trouve 90 % de la mortalité mondiale due à des accidents de la route) (ONU, 2003). Au Québec (2004), l’écart de l’espérance de vie en bonne santé entre les plus et les moins favorisés atteint 8 ans chez les hommes et 4 ans chez les femmes (SantéScope, 2008). En France (2005), le taux annuel de mortalité précoce par cancer est 10 fois plus élevés chez les ouvriers que chez les cadres et professions intellectuelles (Thébaud-Mony, 2008). Une recherche (Québec, Canada) a révélé un écart dans l’espérance de vie de10 ans entre deux unités de voisinage d’un même territoire (De Koninck et al., 2008). 42

43 Des données chiffrées En 2007, des petits filles naissant au Canada ou en Belgique ont une espérance de vie en bonne santé de 75 ans et 74 ans. Celles qui sont nées au Burkina Faso ou au Mali espéreront vivre en bonne santé jusqu’à 43 ans, un écart de près de la moitié. Ces inégalités de santé entre les pays sont évidemment injustes. Elles cachent aussi des disparités importantes au sein des mêmes pays (OMS, 2009). Le taux de suicide des jeunes Inuits au Canada est 11 fois plus important que la moyenne nationale (RRSPQ, 2008). Les Inuits («Les Hommes») sont un peuple autochtone des régions arctiques de la Sibérie et de l'Amérique du Nord (l'Alaska, les Territoires du Nord-Ouest, le Nunavut, le Québec, le Labrador) ainsi que du Groenland. 43

44 Espérance de vie et indices synthétiques d’inégalité pour les hommes âgés de 25 ans par niveau d’instruction en 1991 et en 2001 (Belgique) H. Van Oyen et coll. Espérance de vie Inégalité 1991 2001 Evolution Education Supérieur 52,68 55,03 2,35 Secondaire supérieur 50,59 52,52 1,93 2,09 2,51 0,42 Secondaire inférieur 49,66 51,33 1,67 3,02 3,70 0,68 Primaire 47,84 49,29 1,45 4,84 5,74 0,90 Pas de diplôme 47,45 47,56 0,11 5,23 7,47 2,24 Total 49,15 51,38 2,23

45 Espérance de vie et indices synthétiques d’inégalité pour les femmes âgées de 25 ans par niveau d’instruction en 1991 et en 2001 (Belgique) H. Van Oyen et coll. Espérance de vie Inégalité 1991 2001 Evolution Education Supérieur 57,69 59,90 2,21 Secondaire supérieur 57,10 58,52 1,42 0,59 1,38 0,79 Secondaire inférieur 56,65 58,00 1,35 1,04 1,90 0,86 Primaire 55,09 56,17 1,08 2,60 3,73 1,13 Pas de diplôme 54,47 53,98 -0,49 3,22 5,92 270 Total 55,42 57,09 1,67

46 Espérance de vie sans incapacité
Espérance de vie en santé et indices synthétiques d’inégalité pour les femmes âgées de 25 ans par niveau d’instruction en 1997 et en 2004 H. Van Oyen et coll. Espérance de vie sans incapacité Inégalité 1997 2004 Evolution Diplôme supérieur 44,73 47,10 2,37 Secondaire supérieur 43,41 41,27 -2,14 1,32 5,83* 4,51* Secondaire inférieur 40,88 42,01 1,13 3,85* 5,09* 1,24 Diplôme primaire 34,70 36,27 1,57 10,03* 10,83* 0,80 Pas de diplôme 33,31 28,92 -4,39 11,42 18,18* 6,76 Total 38,91 40,42 1,51

47 Espérance de vie sans incapacité
Espérance de vie en santé et indices synthétiques d’inégalité pour les hommes âgées de 25 ans par niveau d’instruction en 1997 et en 2004 H. Van Oyen et coll. Espérance de vie sans incapacité Inégalité 1997 2004 Evolution Diplôme supérieur 43,47 46,33 2,86 Secondaire supérieur 42,64 41,54 -1,10 0,83 4,79 3,96 Secondaire inférieur 37,43 39,71 2,28 6,04 6,62 0,58 Diplôme primaire 32,63 36,65 4,02 10,84 9,68 -1,16 Pas de diplôme 26,47 27,75 1,28 17,00 18,58 1,58 Total 38,05 40,47 2,42

48 … Espérance de vie et espérance de vie en bonne santé
Hommes Femmes Diffférence H-F EV EVBS EVSL Brabant Wallon 76,0 59,3 60,7 81,8 60,1 64,1 5,9 0,8 3,4 Hainaut 72,5 51,3 54,3 80,3 52,4 59,1 7,9 1,1 4,8 Liège 73,9 55,0 56,7 80,5 55,7 60,6 6,6 0,7 3,9 Luxembourg 73,6 56,0 57,5 81,0 58,0 62,6 7,4 2,0 5,1 Namur 73,1 54,5 56,1 80,6 56,4 61,2 7,5 Source : Van Oyen, 2006

49 TAUX STANDARDISES DE MORTALITE
+ 16 % Observatoire de la Santé du Hainaut

50 ..Mortalité prématurée Taux moyens standardisés pour hommes ( )

51 % de personnes de 18 ans et plus se déclarant en excès de poids (BMI ≥ 25) (surpoids ou obèse) selon le diplôme personnel Source : HIS 2004, INSTITUT SCIENTIFIQUE DE SANTE PUBLIQUE, Bruxelles.

52 Sédentarité Dépression
Diplôme primaire % % Diplôme supérieur % % Enquête nationale de santé 2004

53 Contexte politique et socio-économique
Position sociale Gouvernance Politique Macroéconomique Social Santé Cultures, normes et valeurs sociétales Conditions matérielles Cohésion sociale Facteurs psychosociaux Comportements Facteurs biologiques Éducation Emploi Revenu Sexe Appartenance ethnique/race Distribution de la santé et du bien-être Système de soins de santé Déterminants sociaux de la santé et des iniquités en santé Modifié d’après Solar & Irwin, Modèle Pathway de la CDSS-OMS 53

54 Histoire naturelle de la maladie et matrice d’actions préventives
EVOLUTION décès MALADIE exposition phase phase guérison asymptomatique symptomatique handicap rechute NIVEAU DE prévention prévention prévention PREVENTION primaire secondaire tertiaire TYPES D’INTERVENTIONS actions médicales actions environnement de vie mesures légales éducation à la santé mesures socio-économiques

55 La promotion de la santé
Charte d'Ottawa : "Le processus qui confère aux populations les moyens d’assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé et d’améliorer celle-ci."

56 PROMOTION DE LA SANTE La promotion de la santé a pour but de donner aux individus davantage de maîtrise de leur propre santé et davantage de moyens de l'améliorer. Pour parvenir à un état de complet bien-être physique, mental et social, l'individu, ou le groupe, doit pouvoir identifier et réaliser ses ambitions, satisfaire ses besoins et évoluer avec son milieu ou s'y adapter. La santé est donc perçue comme une ressource de la vie quotidienne, et non comme le but de la vie; c'est un concept positif mettant l'accent sur les ressources sociales et personnelles, et sur les capacités physiques. La promotion de la santé ne relève donc pas seulement du secteur de la santé : elle ne se borne pas seulement à préconiser l'adoption de modes de vie qui favorisent la bonne santé ; son ambition est le bien-être complet del'individu. Charte d ’Ottawa 1986

57 Intervenir en promotion de la santé
élaborer une politique publique saine créer des milieux favorables réorienter les services de santé renforcer l'action communautaire acquérir des aptitudes individuelles

58 Plan du cours (2)Les outils de gestion en santé publique
Modèle de gestion de programme Le cycle gestionnaire de santé Les besoins de santé Le système d’information sanitaire Les niveaux de planification Les fonctions de santé publique Observatoire de la Santé du Hainaut

59 MODELE SOCIO ECOLOGIQUE D’INTERVENTION ACTEURS DES INTERVENTIONS
COORDINATION DES INTERVENTIONS MILIEUX DE VIE INDIVIDUS ENVIRONNEMENT GLOBAL ZONES D’INTERVENTION ACTEURS DES INTERVENTIONS Communauté éducative Santé Scolaire/PMS Monde associatif Secteur de la santé Familles ……….. Observatoire de la Santé du Hainaut

60 ZONES D’INTERVENTION ENVIRONNEMENT GLOBAL MILIEUX DE VIE INDIVIDUS
Observatoire de la Santé du Hainaut

61 ZONES D’INTERVENTION INDIVIDUS Connaissances Habilités
Habitudes de vie Estime de soi Observatoire de la Santé du Hainaut

62 ZONES D’INTERVENTION MILIEUX DE VIE Amis Pairs Milieu familial
Quartier INDIVIDUS Réseau d’intervention Milieu scolaire Environnement physique Observatoire de la Santé du Hainaut

63 ZONES D’INTERVENTION ENVIRONNEMENT GLOBAL Valeurs/ normes Economie
Organisation sociale et politique Marché du travail MILIEUX DE VIE INDIVIDUS Intégration à la vie sociale Modèles socio-culturels Politique de soutien aux jeunes Lois et règlements Médias Observatoire de la Santé du Hainaut

64  MINISTERES (FEDERAUX, COMMUNAUTAIRES, REGIONAUX)  AUTORITES LOCALES
ACTEURS DES INTERVENTIONS A L’ECOLE  EUROPE  MINISTERES (FEDERAUX, COMMUNAUTAIRES, REGIONAUX)  AUTORITES LOCALES INSTITUTIONS RESSOURCES EN SANTE PUBLIQUE (OSH, CLPS, SERVICES COMMUNAUTAIRES, UNIVERSITÉS) SANTE SCOLAIRE/PMS SECTEUR DE LA SANTE  COMMUNAUTE EDUCATIVE  ORGANISATIONS DE JEUNESSE, MONDE ASSOCIATIF  MONDE DU TRAVAIL (EMPLOYEURS, SYNDICATS…)  FAMILLES  MEDIAS - CULTURE

65 COORDINATION DES INTERVENTIONS
Observatoire de la Santé du Hainaut

66 LE CYCLE GESTIONNAIRE DE SANTE
ANALYSE DES PROBLEMES DE SANTE ACTIVITES ET SERVICES DE SANTE CHOIX DE PRIORITE ET DE STRATEGIES DE PRISE EN CHARGE MISE EN OEUVRE DES PROGRAMMES DE SANTE PLANIFICATION DES PROGRAMMES DE SANTE adapté de E.G.

67 CADRE CONCEPTUEL POUR LA PLANIFICATION SUIVANT LES BESOINS
Etat de santé observé Besoins de santé Etat de santé désiré Besoins de services Services nécessaires Services actuels Ressources disponibles Besoins de ressources Ressources nécessaires LES PROBLEMES LES BESOINS LES PLANS

68 Analyse des besoins de santé
IMPORTANCE DU PROBLEME DE SANTE VULNERABILITE DU PROBLEME DE SANTE FREQUENCE mortalité,morbidité,facteurs de risque, distribution et évolution EFFICACITE TECHNIQUE DE LA PRISE EN CHARGE résultats d'essais contrôlés GRAVITE létalité, handicaps impact physique, psychique et social EFFICACITE OPERATIONNELLE DE LA PRISE EN CHARGE évaluation d'impact sur le terrain COUTS financiers (soins de santé, indemnités,...) sociaux POPULATIONS A RISQUE ELEVE enfants, travailleurs,groupe sociaux,... ESTIMATION DE LA DEMANDE enquête, articles de presse, associations,...

69 Causes de décès 1985 1997 Pays industrialisés
N = 11 millions N = 12 millions Pays en développement N = 37 millions N = 40 millions Source : OMS

70 Observatoire de la Santé du Hainaut

71 Observatoire de la Santé du Hainaut

72 Observatoire de la Santé du Hainaut

73 Principales causes de décès en Hainaut – SPMA 2004-2006

74 Caractéristiques des problèmes
de santé majeurs MEILLEURE CONNAISSANCE DES DETERMINANTS ET DES MODALITES DE PREVENTIONS - résultats des progrès de l’épidémiologie FACTEURS CAUSAUX OU FAVORISANTS EN RAPPORT AVEC L’ENVIRONNEMENT - mode de vie, conditions de vie - physiques, sociales, culturelles “HISTOIRE NATURELLE” LONGUE - période de latence importante entre l’exposition aux facteurs de risque et l’apparition du problème REPARTITION INEGALE DANS LA POPULATION SUIVANT LES CARACTERISTIQUES SOCIO-CULTURELLES

75 LES ETAPES DE LA PLANIFICATION
STRATEGIE DE SANTE ANALYSE DES PROBLEMES DE SANTE ACTIVITES ET SERVICES DE SANTE CHOIX DE PRIORITE ET DE STRATEGIES DE PRISE EN CHARGE MISE EN OEUVRE DES PROGRAMMES DE SANTE PLANIFICATION DES PROGRAMMES DE SANTE PLAN OPERATIONNEL PLAN DE PROGRAMME

76 DEFINITION PAR SYSTEME D’INFORMATION SANITAIRE (SIS), IL FAUT ENTENDRE UN ENSEMBLE DE COMPOSANTES STRUCTURELLES ET DE PROCEDURES ORGANISEES DANS LE BUT DE FOURNIR DES DONNEES UTILES, D’UNE PART A LA PRISE DE DECISION EN SANTE ET A L’EVALUATION DE POLITIQUES, STRATEGIES ET PROGRAMMES MIS EN ŒUVRE, D’AUTRE PART A LA PARTICIPATION ET A L ’ECLAIRAGE DES ACTEURS DE SANTE ET DE LA POPULATION AUX POLITIQUES ET ACTIONS DE SANTE.

77 FONCTIONS DE BASE D’UN SIS
IDENTIFICATION DES SOURCES COLLECTE DE DONNEES TRAITEMENT ET ANALYSE PRODUCTION D’INFORMATION DIFFUSION DE L’INFORMATION SUIVI DE L’INFORMATION

78 DIAGNOSTIC NOMBREUSES SOURCES DE DONNEES MAIS DE QUALITE VARIABLE
DEFICIT EN TERME D’ANALYSE ET DE DIFFUSION ABSENCE STRUCTURELLE DE GESTION GLOBALE PEU DE COLLABORATION STRUCTURELLE ENTRE LES ENTITES FEDEREES

79 Gestion scientifique et stratégique Gestion opérationnelle du système
Sources d ’informations Gestion scientifique et stratégique Gestion opérationnelle du système Structures décentralisées

80 SOURCES POTENTIELLES D’INFORMATION SANITAIRES
SOURCES GÉRÉES DIRECTEMENT PAR LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE (DG SANTÉ) SOURCES DÉPENDANT STRUCTURELLEMENT DE LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE MAIS À GESTION SÉPARÉE SOURCES PROVENANT D ’ENQUÊTES FINANCÉES PAR LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE (POSSIBILITÉ D’ÉVOLUTION) SOURCES GÉRÉES (OU SITUÉES) AU NIVEAU DES AUTRES ENTITÉS FÉDÉRALES

81 SOURCES GEREES PAR LA COMMUNAUTE FRANCAISE (DG SANTE)
Responsables Ministre de la santé Administration NAISSANCES ET DECES DÉPISTAGE CANCER DU SEIN VACCINATION OFFRES DE SERVICE EN PROMOTION DE LA SANTE DECLARATIONS OBLIGATOIRES (?) Possibilité d’utilisation concertation réorganisation, directives appui technique cellule SIS

82 SOURCES DEPENDANT STRUCTURELLEMENT DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE MAIS A GESTION SEPAREE
Responsables Gouvernement de la Communauté Ministre de la Santé Administration ONE Santé à l’école Affections congénitales métaboliques (?) FARES ... Possibilité d’utilisation concertation et réorganisation appui technique cellule SIS

83 SOURCES PROVENANT D’ENQUETES FINANCEES PAR LA COMMUNAUTE FRANCAISES (POSSIBILITE D’EVOLUTION)
Responsables Gouvernement de la Communauté française Ministre de la Santé ENQUETE NATIONALE DE SANTE LABOS VIGIES MEDECINS VIGIES REGISTRE DE L’INFARCTUS REGISTRE DU CANCER REGISTRE DU DIABETE (?) NOUVELLES ENQUETES ET REGISTRES ... Possibilité d’utilisation avis de la Commission Epidémio appui de la cellule SIS

84 SOURCES GEREES (OU SITUEES) AU NIVEAU DES AUTRES ENTITES FEDERALES
Responsables fonction de la source MINISTERE ET ORGANISMES PUBLICS ENQUETES ET RECHERCHES D’ORGANISMES SCIENTIFIQUES OU AUTRES (MUTUELLE PAR EXEMPLE) Possibilité d’utilisation accord interministériel accord bilatéral

85 Sources d’informations de santé
Statistiques vitales Statistiques de routine services de santé autres organismes(facteurs sociaux) Enquêtes spécifiques existantes épidémiologiques autres (sociales,loisirs) Enquêtes spécifiques à réaliser Avis d ’experts et de bénéficiaires

86 FORMES DE DIFFUSION Publications - monographie - article scientifique
- article de presse Communications scientifiques Média - conférence de presse - communiqué de presse - spot TV Matériel d ’éducation pour la santé Actions d ’éducation pour la santé

87 LE CYCLE GESTIONNAIRE DE SANTE
ANALYSE DES PROBLEMES DE SANTE CHOIX DE PRIORITE ET DE STRATEGIES DE PRISE EN CHARGE adapté de E.G. Knox

88 LES STRATEGIES DE SANTE
CONTENU: LES BUTS DE SANTE ET LES LIGNES DIRECTRICES PERMETTANT D’ORIENTER LES ACTIONS CORRESPONDANTES DANS LE LONG TERME CHOIX: - ANALYSES D’ALTERNATIVES - EXPERTISES NATIONALES ET INTERNATIONALES / RECHERCHES DE CONSENSUS

89 LE CYCLE GESTIONNAIRE DE SANTE
MISE EN OEUVRE DES PROGRAMMES DE SANTE PLANIFICATION DES PROGRAMMES DE SANTE adapté de E.G. Knox

90 LE PLAN DE PROGRAMME OBJECTIFS
nature, échéance, population bénéficiaire, zone géographique ACTIVITES ET SERVICES éducation, modification de l’environnement, action sociale, actions médicales et sanitaires RESSOURCES humaines, matérielles et financières ORGANISATION planification opérationnelle, gestion, évaluation, éthique

91 CREATION D’UN PROGRAMME DE SANTE
DEFINITION DES FINALITES DU PROJET POUR REPONDRE A DES BESOINS DE SANTE OBJECTIFS GENERAUX ET SPECIFIQUES DU PROGRAMME ACTIONS ET OBJECTIFS OPERATIONNELS RESSOURCES ET ORGANISATION

92 LE PLAN DE SANTE  COMPLEXITE DES PROBLEMES = NOUVELLES
FORMES DE REPONSES  COORDINATION D’INTERVENANTS DE DIFFERENTS SECTEURS  PROGRAMMATION A MOYEN TERME  DEVELOPPEMENT DURABLE; PROJET DE SOCIETE

93 PROGRAMME DE SANTE = PROCESSUS DYNAMIQUE
 MISE EN EVIDENCE DES RESPONSABILITES  INDIVIDUELLES  COLLECTIVES OU DE GROUPES D’INTERETS  RENFORCEMENT DU CONCEPT DE DEMOCRATIE (DEMOCRATIE REPRESENTATIVE + PARTICIPATIVE)  EVALUER = TRANSPARENCE = RENDRE COMPTE

94 LA PLANIFICATION OPERATIONNELLE
MOBILISATION EFFECTIVE DES RESSOURCES financières, humaines et organisationnelles DEFINITIONS DES RESPONSABILITES PARMI LES INTERVENANTS PLAN DE TRAVAIL PRECIS (6 mois, 1 an) MISE EN PLACE D ’UN SYSTEME DE GESTION , DE SUPERVISION ET DE RECUEIL D ’INDICATEURS D ’EVALUATION

95

96 LE CONCEPT D’EVALUATION
DEFINITION LES NIVEAUX D’EVALUATION LA PRATIQUE DE L’EVALUATION

97 DEFINITION DE L’EVALUATION D ’UN PROGRAMME DE SANTE
Processus systématique et scientifique visant à apprécier la mesure dans laquelle une activité ou une série d’activités a permis d’atteindre des objectifs prédéterminés. Ce processus implique la mesure de l’adéquation, de l’efficacité et du rendement des services. Il aide à redistribuer les priorités et les ressources en fonction de l’évolution des besoins.

98 SCHEMA DE PROGRAMME ressources activités objectifs finalités

99 LES NIVEAUX D’EVALUATION
des résultats évaluation de structure évaluation du processus évaluation d’impact ressources activités objectifs finalités

100

101

102 Les bons plans Bonne perception du but à atteindre Stratégies d’interventions efficaces Objectifs opérationnels précis Chaînes d’actions à mener pour atteindre les objectifs

103 Stratégie d’interventions efficace
-Mobilisation des acteurs pertinents Cohérence et coordination des acteurs Continuité et intensité Agir simultanément sur tous les facteurs Impliquer les bénéficiaires Viser les changements structurels

104 FONCTIONS DE SANTE PUBLIQUE
SURVEILLANCE EVALUATION CONTINUEDE L’ETAT DE SANTE ET DE SES DETERMINANTS Soutien à la décision Adapter l’offre de service Diffuser l’information

105 FONCTIONS DE SANTE PUBLIQUE
PREVENTION Réduction des facteurs de risque Détection précoce Favoriser le recours aux pratiques cliniques préventivesn

106 FONCTIONS DE SANTE PUBLIQUE
PROMOTION Agir sur les déterminants de santé Donner plus d’emprise aux individus et communautés sur les moyens de conserver et d’ améliore la santé

107 FONCTIONS DE SANTE PUBLIQUE
PROTECTION Réagir à une menace réelle ou supposée Organiser les enquêtes pour analyser le risque Mettre en œuvre les mesures protectrices


Télécharger ppt "PLAN du COURS (1) Objectifs du cours Définitions de santé"

Présentations similaires


Annonces Google