La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Présenté par: Dr. Kouri Le 20/11/2013 CHU Nefissa Hamoud Service de gynécologie-obstétrique Pr. Medjtoh chef de service.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Présenté par: Dr. Kouri Le 20/11/2013 CHU Nefissa Hamoud Service de gynécologie-obstétrique Pr. Medjtoh chef de service."— Transcription de la présentation:

1 présenté par: Dr. Kouri Le 20/11/2013 CHU Nefissa Hamoud Service de gynécologie-obstétrique Pr. Medjtoh chef de service

2 Introduction Rappel physiologique physiopathologie Expression clinique Diagnostique étiologique Prise en charge Conclusion

3 Définition: taux plasmatique de prolactine >20 ng/ml (soit environ 400 mUI/l) Interet: -Pathologie fréquente: touche 0,38 % des adultes -Une des principales causes dinfertilité:20 % des infertilités dorigine hormonale -Diagnostic étiologique ( adénome à prolactine ++)

4 Synthèse/Structure: polypeptide de 199 acides aminés avec 3 ponts disulfures Gène situé sur le chromosome 6 Sécrété essentiellement par les cellules lactotropes de lantéhypophyse

5 Accessoirement par: les cellules mammosomatotropes, les cellules déciduales du placenta (source de PRL présente dans le liquide amniotique), l'utérus, les lymphocytes T, les cellules mammaires. Régulation : sous contrôle inhibiteur prédominant par la dopamine et plus accessoirement, le GABA facteurs stimulants : TRH, VIP (vasoactive intestinal peptide), sérotonine et angiotensine

6

7 Variations: Rythme circadien: sécrétée de façon pulsatile (13 à 14 pics/jour) au cours du cycle: sélève au moment du pic ovulatoire contemporain du pic de LH et de E2, mais aussi en phase lutéale varie en fonction de lalimentation (riche en sucres ou en protéines), du stress, lanesthésie, lexercice Physique, sommeil, Grossesse et allaitement

8 Role physiologique ; Au cours de la grossesse : préparer la glande mammaire à la lactation (taux en fin de grossesse: ng/ml) Chez lhomme: récepteurs sur les cellules de leydig (stéroidogénèse testiculaire)

9

10

11 Chez la femme 1. Galactorrhée : faite de Liquide lactescent, survient à distance du post-partum spontanée ou provoquée (80 % des cas) La prolactinémie peut être normale impose un dosage de la prolactine (isolée dans10 % des cas ) 2. Troubles du cycle menstruel : aménorrhée (signe le plus fréquent), oligoménorhée, irrégularités menstruelles, spanioménorrhée

12 3. Infertilité Anovulation avec une courbe de temperature plate, absence de sécrétion de progesterone 4. Troubles sexuels : baisse de la libido parfois dyspareunies liées à la sécheresse vaginale Chez lhomme : - troubles sexuels (baisse de la libido, troubles de lérection) - Hypogonadisme avéré Dans les 2 sexes : Déminéralisation osseuse (lhypo- oestrogénie prolongée)

13 DOSAGE DE LA PROLACTINE : le prélèvement doit être effectué, au 5e ou 6e jour du cycle, le matin, à jeun après une période de repos de 15 mn un taux > 200 ng/ml en rapport avec un adénome (une élévation modérée peut être due à un petit microadénome)

14 TESTS DYNAMIQUES test de stimulation par TRH (200 μg = 1 ampoule de Stimu-TRH® en I.V.D avec mesure de la prolactine aux temps 0,15 et 30 mn) est essentiel pour lorientation diagnostique La non réponse de la prolactine à la stimulation par TRH (augmentation de moins de 100 %) correspond dans plus de 80 % des cas à un adénome

15 Test couplé TRH-métoclopramide la TRH teste la capacité de réponse des cellules lactotropes. Le métoclopramide est un neuroleptique qui agit comme un anti-dopaminergique au niveau hypothalamique. Ce test couplé permet donc un diagnostic de niveau lésionnel. pas nécessaire en pratique courante injection IV lente dune ampoule de TRH (Stimu-LH®, 250 μg) avec dosages de prolactine aux temps 0, 15, 30 et 60 mn, A 60 mn, injection IV directe dune ampoule de Primpéran®, 10 mg, avec dosages de prolactine aux temps 75, 90 et 120 mn.

16 Réponse normale: élévation>100 % par rapport aux taux de base sous TRH Réponse plus marquée sous métoclopramide adénome une absence de réponse aux deux tests absence de réponse à TRH avec faible réponse sous MCP cause hypothalamique : tumeurs, infiltrations réponse à TRH mais sans réponse au métoclopramide cause médicamenteuse ou secondaire (OPK, hypothyroïdie) réponse positive aux deux tests

17 RADIOLOGIE IRM (en 1ere intention) - le seul examen dimagerie qui soit utile: sensible - réserver aux hyperprolactinémies non réactives sous TRH - La radiographie de selle turcique avec/sans tomographies ne doit plus être prescrite champ visuel au Goldmann nest nécessaire quen cas de macro-adénome avec expansion supra sellaire chaque fois que la distance par rapport au chiasma est < 2 mm

18 A. HYPERPROLACTINÉMIES ADÉNOMATEUSES 1. Prolactinomes: - Tumeur bénigne développée à partir des cellules lactotropes du lobe antérieur de l'hypophyse - on distingue: microadénome: taille<10mm macroadénome: taille> 10mm -syndrome tumoral: céphalées, troubles visuels -prolactinémie 150 ng/ml mais peut être modérée ou normale

19 -lacune hypodense contrastant avec le rehaussement marqué et précoce du parenchyme hypophysaire sain - déviation de la tige pituitaire - extension vers les sinus caverneux, compression du chiasma optique

20 2. Adénomes mixtes sécrétant de la prolactine Adénome somatoprolactinique Adénome thyréoprolactinique Adénomes gonadoprolactiniques Adénomes ACTH –prolactine 2.HYPERPROLACTINÉMIES NON ADÉNOMATEUSES

21 classe spécialité Neuroleptiques Phénothiazines Butyrophénones Benzamides Thioxanthènes Loxapine Pimozide Carpipramine Véralipride Largactil, nozinon Haldol Sulpiride,Tiapride Fluanxol Loxapax Orap Prazinil Agréal Antidépresseurs TricycliquesAnafranil, laroxyl

22 classe spécialité Antihypertenseurs Réserpine Méthyldopa antiémétiqueMétoclopramide Métopimazine Dompéridone Anti-H 2 Cimétidine Morphines et méthadone Oestrogènes

23 -Hyperprolactinémie accompagnant une lésion suprahypophysaire ou hypophysaire non lactotrope -Hyperprolactinémie accompagnant certains syndromes endocriniens ou gynécologiques: - hypothyroidie - syndrome des ovaires micropolykystiques - hyperparathyroidie et pseudohypoparathyroidie - insuffisance lutéale - insuffisance surrénalienne Hyperprolactinémie et affections générales - insuffisance rénale - insuffisance hépatique Hyperprolactinémie fonctionnelle et idiopathique

24 en cas de découverte dune hyperprolactinémie dans un bilan dinfertilité lattitude pratique à adopter: 1. Interroger pour rechercher médicament 2. Vérifier taux de prolactine 3. Effectuer test stimulation 4. Réponse Prl (taux × 2 ou plus) : penser iatrogène ou Sd OPK 5. Absence réponse ou taux basal > 150 μg/l : IRM 6. Microadénome : traitement médical ou chirurgical 7. Macroadénome : traitement médical et chirurgical 8. Absence danomalie à 2 IRM : idiopathique : traitement médical

25 hyperprolactinémie nouveau dosage dans un autre laboratoire Grossesse :B HCG, Médicament, Hypothyroidie, Insuff.rénale OuiNon -Arrêt du médicament -Traitement de la cause IRM Adénome : prise en charge spécialisée

26 Traitement médical : agonistes dopaminergiques 1.Bromocryptine (parlodel) peros/vaginale -dose: 5mg/j en 2 prises -durée: 2 -3 ans - action: réduction tumorale + prolactinémie - effets secondaires: troubles digestifs résistance au traitement 2.Lisuride (dopergine) Efficacité et effets secondaires similaires à ceux de la bromocryptine

27 3.Quinagolide (norprolac) -prise unique: 0,075 mg/j -effet hypoprolactémiant le plus puissant -effets indésirables moins sévères 4.Cabergoline (dostinex) - longue durée daction: prise unique hebdomadaire Traitement chirurgical: adénomectomie par voie trans- sphénoidale

28 Radiothérapie : Peu efficace, réservée aux macroadénomes inaccessibles au trt chirurgical sil existe une intolérance ou résistansce au trt médical indications: 1. hyperprolactinémie non adénomateuse - iatrogène: arret du traitement en cause - organique: traitement étiologique 2. hyperprolactinémie adénomateuse: - microadénome: trt médical pendant 3 mois puis décider de: poursuivre le trt ou opérer

29 - macroadénome: dépend de: *menace visuelle *tendance à lextension tumorale *efficacité du trt médical contraception mécanique ou progestative pendant le trt, autoriser une grossesse quand la taille de ladénome se réduit avec baisse du taux de prl

30

31 *infertilité: trt médical permet dobtenir une grossesse *grossesse sur microadénome sous traitement - arret du trt avec surveillance du champ visuel au3, 6, 8 mois - si expansion: reprendre le trt *grossesse sur macroadénome Poursuivre le traitement pendant la grossesse Champ visuel/ 2mois

32 l'hyperprolactinémie est un symptôme biologique très fréquent Impact sur fertilité Enquete etiologique rigoureuse afin de proposer une thérapeutique adaptée le prolactinome demeure l'étiologie principale, non pas tant par sa fréquence que par ses implications sur les fonctions hypophysaires, et visuelles

33 1.EMC 2007 Hyperprolactinémie 2.EMC Hyperprolactinémie P. chanson Traité de médecine AKOS Collègue national des gynécologues et obstétriciens Français- P. LECOMTE 1996

34


Télécharger ppt "Présenté par: Dr. Kouri Le 20/11/2013 CHU Nefissa Hamoud Service de gynécologie-obstétrique Pr. Medjtoh chef de service."

Présentations similaires


Annonces Google