La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ENVI-F-409 Aspects économiques de lenvironnement Séance 2 (2008-2009) : 18 Mars 2009 Tom Bauler – Support internet :

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ENVI-F-409 Aspects économiques de lenvironnement Séance 2 (2008-2009) : 18 Mars 2009 Tom Bauler – Support internet :"— Transcription de la présentation:

1 ENVI-F-409 Aspects économiques de lenvironnement Séance 2 ( ) : 18 Mars 2009 Tom Bauler – Support internet :

2 Table des matières – séance 2 1°Utilité, bien-être économique et environnement 2°Capitaux et différentes conceptions de durabilité

3 1°Utilité, bien-être économique et environnement

4 Utilitarisme; utilité et bien-être Sciences éco est normative : utilisation de règles éthiques de base pour juger/évaluer des occurrences; i.e. conséquentialisme (fin > moyens). Fondamentalement, 2 approches possibles : –Naturaliste, p.ex. Aldo Leopold (1970): une chose est juste si elle tend à préserver lintégrité, la stabilité, la beauté de la communauté biotique. –Humaniste, jugement dune action par rapport aux incidences sur les humains. Sci éco (majoritairement) humaniste (anthropocentriste), utilitariste et conséquentialiste; jugement p/r à limpact dune action sur lutilité, i.e. sur le plaisir de lindividu. Welfarisme, i.e. paradigme du bien-être, se préoccupe de trouver des règles dagrégation des utilités individuelles. on se préoccupe des incidences « non-humaines », si : a) elles impactent sur lutilité des humains; ou b) elles impactent sur lutilité future des humains (ex. pérennité de la société).

5 Utilitarisme; utilité et bien-être Comment décider ce qui augmente/diminue lutilité? En Sci éco: via la satisfaction des préférences des agents, i.e. chaque individu décide pour lui. On parle de souveraineté du consommateur. Préférences sont « données »: on peut les constater empiriquement (par les actions de consommation, i.e. par les prix). Critiques p/r à ce schéma sont nombreuses (mais pas toujours justes) : –lutilité et les préférences dun agent ne découlent pas uniquement de sa consommation propre. –Dans certains domaines, difficile de constater les préférences réelles, car organisation des échanges est particulière; absence de prix, de marché…. Extensivement le cas pour le domaine environnemental. Externalités. –Information parfaite des agents. Ceci est 1 lecture basique; plus compliqués et fins, comme A. Sen « capabilities&functionnings », « sympathie » et « engagement »…

6 Utilitarisme; utilité et bien-être Passage vers lagrégation : utilités individuelles bien-être social (Pareto efficience). Fonction dutilité = les niveaux des biens/services consommés : U=U(X 1,X 2,X 3,X 4 …,X N ). Chaque agent a une telle fonction dutilité. Problème majeur : les fonctions dutilité ne sont quordinales ce qui rend les comparaisons interpersonnelles impossibles. (mais : on ignore ce problème!) Fonction de bien-être social=agrégation des utilités individuelles : W=W(U A, U B ); avec U A =U(X A ) et U B =U(X B ), et X A +X B =X T (existe une limite de biens disponibles). XBXB X A +X B =X T XAXA W1W1 W3W3 W2W2

7 Existence de lintersection entre W et X T ne signifie pas que les paniers de biens/services consommés de A et de B (i.e. X A et X B ) soient identiques ou aient les mêmes niveaux, car: les fonctions dutilité diffèrent entre agents. Seulement « à la marge » les courbes dutilité seront identiques (condition); i.e. les utilités marginales seront identiques, mais pas les niveaux dutilité, ou les paniers les générant. Forme de base, i.e. simple addition des fonctions dutilités (W=U A +U B ), pour générer la courbe de bien-être social peut générer des résultats inéquitables : XAXA UAUA XBXB UBUB

8 Utilitarisme; utilité et bien-être Fonction alternative de bien-être social : Théorie de la justice de Rawls Une fonction de bien-être non-additive. Principe : tout le monde doit pouvoir adhérer au mécanisme de génération dutilité, i.e. universalité de la règle à adopter. Condition initiale : voile de lignorance. Induit que W=min(U A,U B ) UBUB UAUA 45° W 1 =min(U A,U B ) a cb d UBUB UAUA W=U A +U B Additionalité W 2 =min(U A,U B )

9 Utilitarisme; utilité et bien-être -Fonction de bien-être social intertemporelle : en principe W=W(U 0,U 1 …). -Symboliquement, avec 2 générations W = (α 0 *U 0 ) + (α 1 *U 1 ) avec α 0 =1 et α 1 =1/(1+ρ); ρ=taux dactualisation; i.e. : W = U 0 + U 1 /(1+ρ). -Dans linfini, W = Σ U t /(1+ρ) t -Pourquoi actualiser? Consommateurs ont une préférence pour le présent, et donc ρ > 0. Argument avancé aussi: il existe une probabilité réelle quil ny aura pas de générations futures. Critiques : -A. Sen : dans le cas des engagements, on peut admettre que ρ ne soit pas identique au taux dintérêt (épargne) du marché, mais bien inférieur. -Pigou : il ny a pas lieu de reporter la myopie pour le présent des consomateurs au niveau de leur utilité personnelle vers le niveau social de la fonction de bien-être. -ρ = 0, parce que sur le principe, chaque génération se vaut.

10 Utilitarisme; utilité et bien-être -Pour 100 en Génération x à un ρ=y, valent aujourdhui… Gen / ρ0,100,250,501,00 190,9180,0066, ,6564,0044, ,1351,2029,6312,5 468,3040,9619,756,25 562,0932,7713,173, ,5510,731,730,10 500,850,0010, Ρ générationnelTaux annuel 0,100,0027 0,250,0064 0,500,012 1,000,02 1,810,03 2,950,04 4,320,05 27,100,10 Ce qui correspond à des taux annuels de…

11 Human Capital Economic Production Process Goods and Services Evolving Cultural Norms and Policy Well Being (Individual and Community) Consumption (based on changing, adapting preferences) Education, training, research. Building Investment (decisions about, taxes community spending, education, science and technology policy, etc., based on complex property rights regimes) IndividualPublic GNP Wastes Common Ecological services/ amenities having, being - having, - being negative impacts on all forms of capital being, doing, relating Restoration, Conservation Natural Capital Manufactured Capital having positive impacts on human capital capacity doing, relating Complex property rights regimes Solar Energy SocialCapital Substitutability between Capitals Le monde plein : une conception ecological economics Waste heat Institutional rules, norms, etc. Materially closed earth system source: Costanza, R., J. C. Cumberland, H. E. Daly, R. Goodland, and R. Norgaard An Introduction to Ecological Economics. St. Lucie Press, Boca Raton, 275 pp.

12 2° Capitaux et différentes conceptions de durabilité

13 Pour construire les fonctions de production dune économie, on différentie en : –Capital naturel; référence au stock de biens qui génère les services écosystémiques. –Capital physique; stock de biens physiques manufacturés nécessaires à la production (ex. usine, machines…). Il est influencé par les investissements réalisés dans la firme. –Capital humain; stock de connaissances et apprentissages des travailleurs/employés, en relation directe avec leur productivité. –Capital intellectuel / technologique; stock de connaissances et informations de la firme, ex. les brevets, et de la société tout court, ex. le stade technologique. Pour simplifier, dans les fonctions de production, on distingue généralement entre capital manufacturé (Σ (c.physique, c.humain, c.intellectuel)) et capital naturel; certaines références (hors économie) utilisent aussi capital humain (Σ (c.physique, c.humain, c.intellectuel)) vs capital naturel. Rappel : différents capitaux

14 Fonction de production et environnement Fonction de production « classique » pour une firme : Q a = f(L a, K a ), i.e. output Q de la firme a dépend des inputs en travail (L) et de capital (K). Deux voies possibles pour introduire les « lois de la nature »: –Introduction de lutilisation de ressources naturelles (=économie des ressources naturelles): Q a =f(L a, K a, R a ), avec R a = quantité nécessaire de ressources naturelles. –Introduction de la génération de déchets (=économie de lenvironnement): Q a =f(L a, M a, K a ), avec M a = flux de déchets généré par le niveau de production; plus correctement Q a =f(L a, K a, M a, A(ΣM i )), avec A(ΣM i ) qui fait état de la pollution ambiante générée par toutes les firmes. Or, de fait on devrait réaliser une combinaison des deux : Q a =f(L a, K a, R a, M a (R a ), A(ΣM i )), où lon introduit donc également une fonction de génération de flux de déchets dépendante de lutilisation des ressources naturelles.

15 Différentes conceptions de durabilité Interprétation large de la signification de « durabilité » = interactions entre systèmes économiques et environnementaux et humains non-conflictuelles. 6 interprétations plus précises (daprès Perman et al.) ; la durabilité implique… –1° … une utilité (ou consommation) non-décroissante à travers le temps; –2° … une gestion des ressources de façon à maintenir la capacité de production à travers le temps; –3° … un stock de capital naturel qui est non-décroissant à travers le temps; –4° … une gestion des ressources de façon à garantir une exploitation durable des services écosystémiques; –5° … le maintien de la capacité de résilience des écosystèmes à travers le temps; –6° … la construction consensuelle, participative et institutionnelle dun chemin de développement partagé. Problème fondamental : que signifie « à travers le temps »?

16 Différentes conceptions de durabilité 2 interprétations sont plus particulièrement économiques, à savoir la durabilité implique… –1° … une utilité (ou consommation) non-décroissante à travers le temps; –2° … une gestion des ressources de façon à maintenir la capacité de production à travers le temps. Différentiation plus facile en anglais. 1° = « sustained development », et 2° = « sustainable development ». Économiquement, 1° = 2° en termes de conclusions : capacités de production ne comptent que si elles engendrent un acte de consommation, i.e. un acte générant de lutilité. R. Solow (1986) : «We have no obligation to our successors to bequeath a share of this or that resource. Our obligation refers to generalized productive capacity, or even wider, to certain standards of consumption/living possibilities over time.» Maintien des capacités plutôt que des moyens de production (i.e. les ressources naturelles) induit une discussion sur la substitution des capitaux entre eux!

17 Substitution des capitaux Dépendant des fonctions de production utilisées, on trouve 3 formes de substitution possibles (…) RtRt KtKt Q1Q1 Q3Q3 Q2Q2 RtRt KtKt Q1Q1 Q3Q3 Q2Q2 Substitution parfaite Substitution relative Q1Q1 Q3Q3 Q2Q2 RtRt KtKt Substitution non-exhaustive

18 Substitution des capitaux Fonction de production simplifiée utilisée ici : Q t = f(K t, R t ) Substitution parfaite : Q t = (a*K t ) + (b*R t ), aucun des deux capitaux utilisés par la fonction de production nest limitatif et la production, ergo la consommation et la génération dutilité et de bien-être, peut être poursuivie pour toujours. Substitution non-exhaustive : Q t = min(a*K t, b*R t ), pour atteindre un niveau de production donné, chaque capital est essentiel: il existe un minimum nécessaire pour K et pour R. –Problème : si R est ressource épuisable, la production induira sa disparition; capacité de production est limitée par la disponibilité de R, impliquant (en absence de progrès technologique/changement de fonction de production) une disparition de la consommation ! Substitution relative : situation intermédiaire (Solow et al.) Q t = K t α * R t β, avec α+β=1. Pour α > β, i.e. K est plus important à la fonct. de prod. que R, production/consommation peut être maintenue dans le temps.

19 Substitution relative et la règle de Hartwick Dans le cas de substitution relative, il existe une condition nécessaire (mais pas suffisante) pour poursuivre une consommation constante dans le temps : Règle de Hartwick. Hartwick : nécessaire davoir une exploitation efficiente de la ressource épuisable (i.e. chemin de profit maximum), en suivant de manière stricte une règle dinvestissement : la rente (i.e. profit) de lindustrie extractive de la ressource doit être épargnée et investie entièrement dans la génération de capital humain (i.e. reproductible, technologique, manufacturé…). En dautres mots : vu que R est épuisable, investir toute la rente de lextraction de R dans K, induit que (K+R) est tenue constante dans le temps. R disparaît, devient de plus en plus rare, donc cher, mais avec une rente totale (quantité * rente unitaire) en déclin, donc K doit augmenter de la même valeur que la valeur de R diminue.

20 Soutenabilité faible vs Soutenabilité forte Problème de substitution entre capitaux souvent formulé autrement. Q = Q (L, K N, K H ), avec L = travail, K N = capital naturel et K H = capital humain : –Soutenabilité faible (weak sustainability) : Σ(K N, K H ) constante dans le temps, i.e. Solow, Hartwick, Brundtland… –Soutenabilité forte (strong sustainability) : K N constant, ou croissant (!), dans le temps. En dautres mots : soutenabilité forte = 3° … un stock de capital naturel qui est non-décroissant à travers le temps. Il existe des lectures intermédiaires : i.e. K N peut diminuer sous condition de maintenir constant le stock de capital naturel critique.

21 Différentes conceptions de durabilité Deux dernières conceptions sont dinspirations écologiques, plus quéconomiques… –4° … une gestion des ressources de façon à garantir une exploitation durable des services écosystémiques. Une version particulière de la gestion durable des ressources renouvelables; i.e. sustainable yield. Impose de ne pas exploiter les ressources épuisables, et de les substituer par des ressources renouvelables qui sont exploitées durablement. –5° … le maintien de la capacité de résilience des écosystèmes à travers le temps. … et seront vues ultérieurement.

22 Human Capital Economic Production Process Goods and Services Evolving Cultural Norms and Policy Well Being (Individual and Community) Consumption (based on changing, adapting preferences) Education, training, research. Building Investment (decisions about, taxes community spending, education, science and technology policy, etc., based on complex property rights regimes) IndividualPublic GNP Wastes Common Ecological services/ amenities having, being - having, - being negative impacts on all forms of capital being, doing, relating Restoration, Conservation Natural Capital Manufactured Capital having positive impacts on human capital capacity doing, relating Complex property rights regimes Solar Energy SocialCapital Substitutability between Capitals Le monde plein : une conception ecological economics Waste heat Institutional rules, norms, etc. Materially closed earth system source: Costanza, R., J. C. Cumberland, H. E. Daly, R. Goodland, and R. Norgaard An Introduction to Ecological Economics. St. Lucie Press, Boca Raton, 275 pp.


Télécharger ppt "ENVI-F-409 Aspects économiques de lenvironnement Séance 2 (2008-2009) : 18 Mars 2009 Tom Bauler – Support internet :"

Présentations similaires


Annonces Google