La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Sclérose en plaques. SEP Décrite au XIXème siècle (Charcot ++) Lésions de dimension limitée dispersées dans le temps et l espace => polymorphisme clinique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Sclérose en plaques. SEP Décrite au XIXème siècle (Charcot ++) Lésions de dimension limitée dispersées dans le temps et l espace => polymorphisme clinique."— Transcription de la présentation:

1 Sclérose en plaques

2 SEP Décrite au XIXème siècle (Charcot ++) Lésions de dimension limitée dispersées dans le temps et l espace => polymorphisme clinique Cause inconnue

3 Epidémiologie

4 Epidémiologie en Europe Scandinavie et Europe centrale:De 40 à 100/ Ecosse: 184/ Italie: 35 à 56/ Sardaigne:103/ Malte: 4/ France: 40 à 60/ Incidence européenne annuelle: 0,8 à 5,9/

5 Etudes familiales l Formes familiales (10%) l X 10 si cas dans la fratrie l X 20 si cas au premier degré l X 5,5 si cas au second degré

6 Les vaccins Réglons le problème… –Vaccins vivants atténués CI –Patients connus SEP: pas daugmentation du nombre de poussée dans les 2 mois suivant un vaccin (RR:0,7) –Hépatite B: Ascherio, Confavreux, Gellin (2004) Pas dassociation particulière vaccin hépatite B/SEP Professionnels de santé: RR 0,7-0,9 Stratégie vaccinale: Vhep B obligatoire pour les personnels à risque individuel de contamination, nourrisson dans la première année recommandé, arrêt de la vaccination collective en 6ème

7 Physiopathologie Plaque: foyer de démyélinisation Macroscopie: zone grisâtre, dépolie à la surface de la SB Plaques plus nombreuses que le laisse supposer la clinique Siège: –Moelle: cordons postérieurs, fx antéro-latéraux –Encéphale: régions périventriculaires, centre ovale –Tronc cérébral, cervelet –Myéline des nerfs optiques Respect du cortex, de la SG du TC 2 étapes: –démyélinisation réversible –Sclérose irréversible (gliose astrocytaire)

8

9 III. Clinique POLYMORPHISME CLINIQUE Début: Troubles sensitifs 40% Troubles de la marche 35% surtout paraparésie NORB, anomalies visuelles 15% Faiblesse d un membre inférieur 15% Faiblesse d un membre supérieur 10% Diplopie 10% Syndrome cérébelleux 5% Troubles sphinctériens 5% Vertiges 3% Autres…. < 2% NORB: baisse de l acuité visuelle +/- scotome et dyschromatopsie, douleurs péri-orbitaires ou rétroorbitaires ou à la mobilisation des globes

10 Au bout de 5 ans Sémiologie pyramidale 80% Troubles sensitifs 70% Sémiologie cérébelleuse 70% Atteinte des nerfs craniens 50% Sémiologie du tronc cérébral 60% Troubles sphinctériens et génitaux 55% Troubles psychiques et cognitifs 35% Manifestations paroxystiques: épilepsie (5%) ou non épileptique

11 Formes cliniques Formes rémittentes Formes secondairement progressives Formes primaires progressives Bénigne (SCI)

12 Expanded Disability Status Scale : EDSS Adapted from Kurtzke J.F. Neurology 1983; 33: Neuro Normal Sp discret Limitation PM Aide unilatérale fauteuil décubitus décès

13 Paraclinique

14 Bilan diagnostique l Sérum normal l LCR l cellularité de 5 à 35 éléménts l profil oligoclonal, Index IgG l Protéinorachie Nle ou < à 1g l PEV l IRM CRITERES DIAGNOSTIQUES

15 La ponction lombaire Indispensable pour les: –Diagnostics différentiels –Facteurs pronostiques Synthèse intrathécale dIg (oligoclonale)

16 Paraclinique IRM: Foyers de démyélinisation visibles en hypersignal T2 surtout périventriculaires, mieux visibles en FLAIR Si prise de gadolinium en T1: plaques actives

17 IRM cérébrale

18 IRM

19

20 IRM cervicale

21 Pas de marqueur diagnostique spécifique donc nécessité d établir des critères

22

23 Enjeux du diagnostic Intérêt dun diagnostic le plus précoce possible –Introduire un traitement de fond le plus tôt possible Risque accru derreurs diagnostiques –Nécessité dune prise en charge spécialisée Toujours être prudent en ce qui concerne le diagnostic!

24 Traitements Traitement des poussées Traitement de fond Traitement symptomatique

25 Traitement Traiter les poussées Corticoïdes => méthylprednisolone (SOLUMEDROL) 1 gramme/jour pendant 3 à 5 jours en perfusion

26 Corticoïdes Risque de rétention hydrosodée / HTA –Régime sans sel –Surveillance TA Supplémentation potassique Diabète cortico-induit Protection digestive Effets secondaires –Céphalées, insomnie –Photosensibilisation

27 Les traitements actuels 1ère poussée/Rémittente Immunomodulateurs INF ß, copaxone Mc Donald + ElSEP Tysabri Gilenya Inflammatoire Progressive IFNß Endoxan Abstention

28 Stratégies thérapeutiques de fond FORMES RR AGRESSIVES Stopper linflammation Immunosuppression prolongée Natalizumab Fingolimod Rituximab BG0012 Tériflunomide FORMES RR AGRESSIVES Stopper linflammation Immunosuppression prolongée Natalizumab Fingolimod Rituximab BG0012 Tériflunomide FORMES RR AGRESSIVES Stopper linflammation Induction avec Immunosuppression forte Alemtuzumab Mitoxantrone Cyclophosphamide Greffe de moelle FORMES RR AGRESSIVES Stopper linflammation Induction avec Immunosuppression forte Alemtuzumab Mitoxantrone Cyclophosphamide Greffe de moelle Traitement à long terme Immunomodulateurs Interferons Copaxone Traitement à long terme Immunomodulateurs Interferons Copaxone

29 Interférons Traitement immunomodulateur Bétaféron, Avonex, Rebif –Injections IM ou SC –1 à 3 fois/semaine Effets indésirables –Réactions locales –Syndrome pseudo grippal

30 Copolymères Immunomodulateur Copaxone Injection SC tous les jours Meilleure tolérance

31 Rôle infirmier Éducation du patient aux injections Stylos injecteurs disponibles

32 Cyclophosphamide Immunosuppresseur Endoxan –Traitement de choix des SEP SP Consentement obligatoire Perf IV régulières pendant env 2 ans Effets indésirables –Troubles digestifs (Primperan, Zophren) –Immunosuppression, cancers –Toxicité vésicale (uromitexan) Nécesité dun bilan pré thérapeutique

33 Mitoxantrone Immunosuppresseur puissant Elsep –Reservé aux formes agressives, critères stricts Consentement obligatoire Perfusions (cycle de 3-4 mois maximum) Effets indésirables et toxicité –Troubles digestifs (Zophren) –Immunosuppression, cancers, hémopathies –Toxicité cardiaque (écho, ECG) –Tératogène CONTRACEPTION OBLIGATOIRE Béta HCG avant chaque cure

34 Tysabri Natalizumab –Anticorps monoclonal –Cible = molécules dadhésion à la surface des GB Immunosuppresseur –Utilisé dans certaines formes RR sévères Perfusions mensuelles Bilan pré thérapeutique, consentement Effets secondaires potentiellement dangereux! –Choc anaphylactique, LEMP++

35 Nouveau traitement: Gilenya FingolimodFingolimod (Favorise la rétention lymphocytaire dans le thymus et les ganglions lymphatiques) Formes RR agressives EII: Œdème maculaire, Bradycardie++, infections respiratoires, VZV NFS M1, M3, M6 puis /an (!! Ly<200/mm3) Per os, ordonnance initiale hospitalière par un neurologue, puis renouvellement hospitalier/6 mois

36 Traitements symptomatiques Rééducation fonctionnelle, physiothérapie Orthophonie Lutte contre la spasticité: Liorésal*, Dantrium*, pompes intrathécales, injection botox Tremblements (cérébelleux++): Nootropyl Crises toniques: Tégrétol* Asthénie: Mantadix, Modiodal*

37 Traitements symptomatiques Douleurs Troubles vésico-sphinctériens Troubles sexuels Psychothérapie, groupes de paroles, associations Aspects sociaux: médecine du travail, maintien au domicile, ALD, …


Télécharger ppt "Sclérose en plaques. SEP Décrite au XIXème siècle (Charcot ++) Lésions de dimension limitée dispersées dans le temps et l espace => polymorphisme clinique."

Présentations similaires


Annonces Google