La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Epidémiologie et vaccination : présentation de la situation vaccinale en France, en Europe B Dunais Département de santé publique CHU de Nice.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Epidémiologie et vaccination : présentation de la situation vaccinale en France, en Europe B Dunais Département de santé publique CHU de Nice."— Transcription de la présentation:

1 Epidémiologie et vaccination : présentation de la situation vaccinale en France, en Europe B Dunais Département de santé publique CHU de Nice

2 Plan Rappel sur les différents types de vaccins Surveillance épidémiologique La situation en France et en Europe de 4 infections à prévention vaccinale Bactériennes : Virales : Tuberculose Rougeole Coqueluche Hépatite B

3 Vaccins vivants versus inactivés Vaccins vivants atténués : –BCG –Rougeole –Oreillons –Rubéole –Varicelle –Rotavirus –Fièvre jaune Vaccins inactivés ou sous-unitaires : –DTP –Coqueluche –Hémophilus –Pneumocoque –Hépatite B –Méningocoque –Grippe –……..

4 Vaccins égoïstes vs. altruistes Protection individuelle (égoïste) –BCG : ne protège pas contre une primo infection –Tétanos : pas de transmission interhumaine Protection individuelle ET collective (altruiste) –Infections virales: Rougeole, oreillons, rubéole, varicelle, hépatite B, grippe… –Infections bactériennes Méningocoque, pneumocoque, hémophilus, ….

5 Contagiosité dune maladie R 0 : taux de reproduction de base dune maladie, produit de probabilité de transmission x nombre de contacts par unité de t x durée de la période contagieuse Rougeole R 0 = 15 à 20 Coqueluche R 0 = 15 à 17 Varicelle R 0 = 10 à 12 Oreillons R 0 = 10 à 12 Diphtérie R 0 = 5 à 6 Grippe R 0 = 2 à 4 Variole R 0 = 3 SRAS R 0 = 2

6

7 Epidémiologie Liée à la qualité de la surveillance : –Laugmentation des cas est-elle liée à une résurgence de la maladie ou à une meilleure capacité de détection ou de surveillance ? Liée à la précision du diagnostic : –La définition des cas est-elle bien homogène ? –Les tests diagnostics utilisés sont-ils partout les mêmes ? Sensibilité, spécificité des tests

8 Problèmes de surveillance Maladie non diagnostiquée Sous-notification Déclaration obligatoire variable selon les états- membres en Europe Efforts dharmonisation du système européen de surveillance coordonné par le Centre européen de prévention et de lutte contre les maladies : ecdc.europa.eu

9 Tuberculose

10 Tuberculose (Mycobacterium tuberculosis) M tuberculosis = Bacille de Koch Vaccin BCG : bacille de Calmette et Guérin Efficacité du vaccin: longtemps controversée –1990 méta analyse: Efficacité du BCG dans la prévention des méningites et des miliaires tuberculeuses de lenfant Pouvoir protecteur de 64% à 80% selon les études.

11 La tuberculose aujourdhui En France: –Diminution du nombre de cas –Mais populations spécifiques plus à risque (environ enfants) : Enfants nés dans un pays de forte endémie Enfants nés dune famille originaire dun pays de forte prévalence, Existence dun antécédent familial de tuberculose Immunodéficience : –VIH, traitements immunosuppresseurs

12

13

14

15 Tuberculose en Europe Diminution du nombre de cas depuis 2007 denviron 4% par an cas notifiés en 2011, dont 49% concentrés dans 7/29 pays: Roumanie, Lithuanie, Latvie, Bulgarie, Estonie, Portugal, Pologne Tuberculosis surveillance and monitoring in Europe 2013

16 Prévalence estimée de la tuberculose en 2011 (taux pour habitants) Tuberculosis surveillance and monitoring in Europe 2013

17 Proportion de cas de TB multi-résistante parmi les cas déjà traités Tuberculosis surveillance and monitoring in Europe 2013

18 Coqueluche

19 Coqueluche Bordetella pertussis Recrudescence depuis les années ère cause de mortalité par infection bactérienne chez les tout petits < 3mois Etude en 2002 en Ile de France: –32% des toux de ladulte durant > 1 semaine liées à la coqueluche Réseau de surveillance Renacoq

20 Vaccicoq 1959 Arrêt de la déclaration obligatoire 1986 Mais entre 1996 et 2010 > 2000 cas chez des nourrissons < 5 mois

21 Coqueluche La vaccination ou linfection ne confèrent quune immunité transitoire Cas transmis au petit nourrisson par lentourage (fratrie, parents, grandparents, professionnels de la petite enfance…) Il existe un nouveau vaccin acellulaire efficace et mieux toléré que le vaccin à germes entiers Indication de rappels à 6-7 ans, ans et à 25 ans Pratique du « cocooning » autour dun nouveau-né

22 Coqueluche: taux dincidence pour habitants en 2009

23 Rougeole

24 Infection –Très contagieuse –Aux complications potentiellement redoutables : Pneumonies Encéphalites –Particulièrement grave chez ladulte Virus remarquablement stable Vaccin très efficace –Nécessité dune couverture vaccinale 95% de deux doses à partir de lâge dun an

25 Cas de rougeole par mois - Déclaration obligatoire, France, Janvier 2008 – Juillet 2013

26 Distribution géographique des cas déclarés entre le 1er août 2012 et le 31 juillet 2013

27 Rougeole : évolution de la couverture vaccinale et des cas

28 En France Depuis le 1er janvier 2008 – > cas de rougeole déclarés, –dont près de cas notifiés en 2011 (1 er rang en Europe!) –pneumopathie grave: >1000 cas –complication neurologique: 31 cas –décès : 6 En 2012, –859 cas notifiés –3 cas dencéphalite –32 pneumopathies graves En 2013, –208 cas déclarés du 1 er janvier au 31 juillet, –3 cas de pneumopathie grave et –1 cas compliqué dencéphalite qui a guéri sans séquelles.

29 Nombre de cas de rougeole/pays Juin 2011-mai 2012 N=12594

30 Rougeole en Europe % des cas déclarés par 5 pays : –Allemagne, Roumanie, Italie, Pays Bas, Royaume Uni 80% des cas âgés de 1 – 4 ans non vaccinés 3 décès, 8 encéphalites aiguës

31 Populations non vaccinées En Europe en 2007 : –724 (19%) personnes atteintes de rougeole avaient plus de 20 ans –85% des ans nétaient pas vaccinés –10% des ans navaient reçu quune seule dose Les causes : –Manque dinformation, méfiance, convictions (anthroposophes, communautés juives ultra- orthodoxes…) –Manque daccès aux soins: migrants, Roms –Voyageurs revenant dun pays dendémie –Dose unique de vaccin Muscat, Journal of Infectious Diseases, 2011

32 Dernière minute Epidémie de rougeole sur un navire de croisière le 27 février 2014 alors quil aborde à Civitavecchia (Italie) –40 cas parmi les membres déquipage philippins (source ecdc.europa.eu)

33 Hépatite B

34 350 millions de personnes atteintes dans le monde dont 15 – 40% évolueront vers une cirrhose ou un cancer du foie personnes infectées en France en 2004 (seules 45% connaissaient leur statut). Transmission sanguine, sexuelle, périnatale Vaccin protecteur à 95%

35 Couverture vaccinale à 6 et 24 mois : France InVS

36

37 Conséquences de la vaccination Protection individuelle et collective Contre des risques parfois vitaux (ex : rage) Mais aussi Pression de sélection vaccinale : –Modification possible de lagent pathogène nécessitant une surveillance soutenue

38 Controverses et réticences Effets indésirables des vaccins : causalité ou coïncidence ? Polémiques autour de : –Vaccin coqueluche et atteinte cérébrale –ROR et autisme –Hépatite B et sclérose en plaques –Aluminium et myofasciite à macrophages –Sels de mercure et troubles du développement

39

40 Programme national damélioration de la politique vaccinale simplifier le calendrier vaccinal et laccès aux données du carnet de vaccination 2.faciliter l'accès à la vaccination en sappuyant sur les Agences régionales de santé. 3.inciter à la vaccination 4.améliorer le suivi et lévaluation de la politique vaccinale 5.conforter le continuum recherche fondamentale publique - transformation industrielle sur les vaccins et favoriser la recherche en sciences humaines

41 Carnet de vaccination électronique

42 Semaine européenne de la vaccination 22 – 26 avril 2014

43 Merci de votre attention !


Télécharger ppt "Epidémiologie et vaccination : présentation de la situation vaccinale en France, en Europe B Dunais Département de santé publique CHU de Nice."

Présentations similaires


Annonces Google