La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

© 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 1 Intégration commerciale Vers une zone de libre-échange des Amériques.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "© 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 1 Intégration commerciale Vers une zone de libre-échange des Amériques."— Transcription de la présentation:

1 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 1 Intégration commerciale Vers une zone de libre-échange des Amériques

2 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 2

3 3 Notions préliminaires sur le libre-échange, le régionalisme et le multilatéralisme Quest-ce quon entend par protectionnisme ? Quest-ce quon entend par libre-échange ? Pourquoi le libre-échange ?libre-échange Le libre-échange dans une perspective régionale ou dans une perspective multilatérale ? régionale De la zone de libre-échange à lunion économique et monétaire

4 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 4 Largument traditionnel en faveur du libre-échange Efficacité (obtenir le maximum à moindre coût) –Comme individus, nous nessayons pas de produire lensemble des biens et services dont nous avons besoin. –Nous essayons de concentrer nos efforts là où nous sommes relativement avantagés. –Cela nous amène à produire quelque chose en surplus de ce dont avons besoin et à échanger ce surplus contre les biens et services que dautres que nous produisent en surplus. –Cest ainsi en définitive que nous obtenons le maximum de biens et services en échange des ressources dont nous disposons. –Si cela est vrai dun individu, pourquoi ne serait-ce pas vrai dun pays ? –Dans cette optique, les pays devraient se spécialiser dans les secteurs où ils jouissent davantages comparatifs et exporter les surplus issus de cette spécialisation. –Avec les revenus ainsi gagnés, ils peuvent importer à moindre coût les biens et services que dautres pays produisent en surplus.

5 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 5 Largument traditionnel enrichi par la notion de diversité Il y a dautant plus doccasions de spécialisation rentables que la taille du marché est grande –En réalité, la spécialisation se fait autant entre les produits et services quà lintérieur dune même catégorie de biens et services (la différentiation). –La différentiation des produits répond aux besoins mais elle peut être très coûteuse; plus on différentie, plus léchelle de production est petite et il devient presque impossible damortir les coûts fixes. –Plus grande est la taille du marché, plus grandes sont les possibilités de différentiation. –En élargissant la taille de lespace économique auquel ont accès les individus vivant sur un territoire, le libre-échange permet à une plus grande diversité de talents de sexprimer et daugmenter la quantité et la variété des produits et services disponibles.

6 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 6 Les bienfaits présumés du libre- échange ne sont toutefois pas gratuits Plus les marchés sont ouverts –Plus la concurrence est vive –Plus notre bien-être dépend de décisions prises par dautres. –Et donc, plus de ressources doivent aller à la gestion de cette interdépendance. A léchelle des régions et pays, on confie cette tâche à une autorité politique ayant juridiction sur le territoire. A léchelle internationale, on sen remet à la négociation entre États, celle-ci pouvant être bilatérale, régionale ou multilatérale. Nous sommes-là au cœur de la politique commerciale.politique commerciale

7 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 7 La future zone de libre-échange des Amériques: Des chiffres impressionnants… 800 millions dhabitants Plus de 30 % du PIB mondial Plus de 25 % du commerce international La future zone de libre-échange des Amériques serait la plus importante zone franche de la planète, devant lUnion Européenne.

8 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 8 Mais ces chiffres cachent dimportantes disparités

9 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 9 Le portrait des processus dintégration en cours au sein des Amériques

10 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 10 Lhémisphère compte à lheure actuelle cinq regroupements régionaux structurés –La Communauté andine (Bolivie, Colombie, Équateur, Pérou et Venezuela) –CARICOM (Caribbean Community and Common Market: Bahamas, Barbades, Belize, Guyane, Jamaïque, Surinam, Trinidad et Tobago) –Marché commun de lAmérique Centrale (Costa Rica, Salvador, Guatemala, Honduras, Nicaragua) –Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay) –ALENA (Canada, Mexique et États-Unis) Cinq regroupements régionaux et une toile de plus en plus dense daccords bilatéraux

11 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 11 Complétés par un nombre croissant daccords bilatéraux: –Le Mexique étant le joueur le plus important en la matière suivi du Chili et du Canada. Le Mexique a un traité de libre-échange avec la Colombie et le Venezuela – le G3 -, un autre avec le Chili et deux autres avec le Costa Rica et le Nicaragua. Le Chili a son propre accord avec le Canada et le Mercosur et négocie à lheure actuelle un accord avec les États-unis. Le Canada négocie avec le Costa Rica Cinq regroupements régionaux et une toile de plus en plus dense daccords bilatéraux

12 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 12 Toutefois, un de ces regroupements régionaux se démarque nettement

13 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 13 Ce qui reflète le poids écrasant des États-Unis

14 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 14 Lintégration commerciale a progressé de façon marquée au sein du Mercosur

15 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 15

16 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 16 Et de lALENA

17 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 17

18 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 18

19 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 19

20 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 20 Pourcentage des exportations ayant pour destination les États-Unis: –Communauté andine: 45,6 % –Marché commun de lAmérique Centrale: 38,7 % –Mercosur: 15,1 % Par rapport aux autres regroupements, le Mercosur a une moindre dépendance à légard du marché américain

21 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 21 Et son futur va dépendre surtout de lévolution de la relation bilatérale entre lArgentine et le Brésil

22 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 22 Toutefois, les crises financières du Brésil en 1999 et de lArgentine depuis cette date: –Ont révélé lincompatibilité des politiques macroéconomiques des deux principaux pays –Ont mis a mal lapplication dune politique tarifaire extérieure commune –On y reviendra Lambition de Mercosur est de devenir une union économique à leuropéenne

23 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 23 Pour linstant, lALENA constitue le grand succès dintégration au sein de lespace hémisphérique

24 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 24 Les enjeux vus dOttawa et de Québec (exercice) Le processus de la ZLEAZLEA La ZLEA vu dOttawa –TexteTexte –PrésentationPrésentation La ZLEA vu de Québec –Présentation générale sur le commerce extérieurPrésentation générale –Les AmériquesAmériques

25 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 25 Les enjeux vus de Washington Discussion en classe articulée autour des thèmes de: –Utilisation des négociations bilatérales et régionales pour faire avancer de thèmes qui ne faisaient pas traditionnellement partie des négociations multilatérales –Protection des investissements –Propriété intellectuelle –Mettre le verrou sur les réformes en Amérique latine

26 © 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 26 Les enjeux vus dAmérique Latine Discussion en classe articulée autour des thèmes suivants: –Labandon du modèle de substitution des importations –La redéfinition du rôle de lÉtat –Les défis du rattrapage –Le nouveau régionalisme


Télécharger ppt "© 2001 Martin Coiteux, CETAI-HEC, Montréal 1 Intégration commerciale Vers une zone de libre-échange des Amériques."

Présentations similaires


Annonces Google