La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Christophe Schinckus CEREC – Facultés St-Louis GRESE – Paris I – Panthéon-Sorbonne Epistémologie, Postmodernisme et Finance.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Christophe Schinckus CEREC – Facultés St-Louis GRESE – Paris I – Panthéon-Sorbonne Epistémologie, Postmodernisme et Finance."— Transcription de la présentation:

1 1 Christophe Schinckus CEREC – Facultés St-Louis GRESE – Paris I – Panthéon-Sorbonne Epistémologie, Postmodernisme et Finance

2 2 Plan I)Epistémologie et économie II)Modernisme et économie III)Postmodernisme et économie IV)Finance Classique vs Finance comportementale V)Projet de recherche

3 3 I) Epistémologie Objet : - principes et méthodes de la science - construction de la science - recherche des fondements de la science (critère de scientificité) Courants : - Popper (1933) falsifiabilité - Lakatos (1974) corresp. aux faits emp. - Kuhn (1963) pratique sociale

4 4 Etude des concepts, des présupposés et des critères de validation de la science économique Economie : - sc. sociale qui se construit son propre objet - sc. des mots (ex : valeur, chômage…) L.Dumont : « il ny a rien qui ressemble à léconomie dans la réalité extérieure, jusquau moment où nous construisons un tel objet »…(Homo aequalis, Gallimard, p.33) Epistémologie Economique

5 5 II) Modernisme 18ème – 20ème siècle (héritage des Lumières) Recherche de fondements pour la science (le Vrai), léthique (le Bien) et lesthétique (le Beau) Monisme méthodologique (sc. sociales = sc. exactes) Langage = moyen de comprendre le monde Objectivité Accord (critère externe duniversalité) Contre le constructivisme (il existe une réalité extérieure)

6 6 Modernisme et économie François Quesnay (1758) : Tableau économique et ordre naturel Adam Smith (1776) : « Main invisible » Paul Samuelson (1948): Naturalisation de lobjet de la science économique Milton Friedman (1953) : Economie positive Prévision comme fondement des théories économiques

7 7 III) Postmodernisme Remise en question du Vrai (science), du Beau (esthétique) et du Bien (éthique) Pluralisme méthodologique Interdisciplinarité Langage = limite du savoir, pas de monde extralinguistique Accord Objectivité (Intersubjectivité) Constructivisme (la nature ne parle pas delle même)

8 8 Postmodernisme Jurgen Habermas : - Rationalité communicationnelle accord possible entre les divers courant de pensée Jacques Derrida : - Déconstruction et critique littéraire Richard Rorty : - Relativisme radicalpas daccord possible - Validité du savoir dépend du langage (courant de pensée) utilisé

9 9 Postmodernisme et économie Donald McCloskey (1983) (Rorty) : - Rhétorique de léconomie - Economie = échange darguments Philip Mirowski (1999) (Derrida) : - La métaphore scientifique en économie (équilibre, vecteurs…) I. Ben Cohen (1980) - A. Smith et I. Newton

10 10 IV) Mémoire de DEA : reflexion épistémologique sur lémergence de la finance comportementale Epistémologie lakatosienne : Courant de pensée = programme de recherche (théories en évolution) HC : Noyau Dur : hyp. générales constituant le cœur du prog. de recherche (rarement remises en cause) PH : Heuristique positive : hyp. particulières protègeant le noyau dur HC PH

11 11 Weintraub (1979), Latsis (1976), Blackhouse (1993) : - Identification dun noyau dur - Identification dune heuristique positive et négative Finance classique Prog. Néo-classique Théorie de lefficience CAPM Programme de recherche néo-classique

12 12 Finance classique (Prog. Néo-classique) Finance des marchés = compréhension du comportement et évaluation des actifs financiers Hypothèses Fondamentales : - Concurrence parfaite - Théorie de lefficience - Rationalité parfaite des investisseurs (Th. de lutilité espérée) - Aversion de linvestisseur au risque - Paradigme Risque-Rendement

13 13 Finance classique et modernisme Rationalité instrumentale (Th. de lutilité) Critère duniversalité Monisme méthodologique Dévelop. physiques en finance (Black) Théorie de lefficience Acceptée comme réalité extérieure Hégémonie théorique « Ecole de Chicago » (Markowitz, Sharpe, Fama…)

14 14 Programme de recherche comportemental Coats (1976), Conlisk (1996) : - Identification dun noyau dur - Identification dune heuristique positive et négative Finance Programme comportementale comportemental

15 15 Finance comportementale (Prog. comportemental) Explication du comportement des actifs financiers à laide des modèles comportementaux issus de la psychologie, la sociologie ou encore lanthropologie Principaux auteurs : R.Schiller, H.Shefrin, R. Thaler et D. Hirshleiffer

16 16 Finance comportementale (Prog. comportemental) Pas encore de théorie unifiée Points communs des dévelop. : - Existence de biais cognitifs (invest. non rationnel - Th. des perspectives) - Importance de lenvironnement sur la prise de décision - Rejet de la théorie de lefficience et lhyp. de conc. parfaite - Aversion à la perte

17 17 Finance comportementale et Postmodernisme Rationalité procédurale (Simon - Th.des perspectives) pas de rationalité universelle (dissonance cognitive) Pluralisme méthodologique Dévelop. regroupant des concepts sociologiques, psychologiques Explication plus locale Pas de réalité extérieure universellement reconnue

18 18 Finance classique vs Finance comportementale Finance classiqueFinance comport. Prog RechercheNéo-classiqueComportemental Strat. Développ.Défense duhémienne Durciss. et extens. du noyau dur RationalitéSubstancielleProcédurale ExplicationGénéraleLocale LogiqueDéductiveInductive DémarcheNormativeDescriptive LégitimationOpérationnelleRéalisme des hyp.

19 19 « Tout ce qui est simple est faux ; tout ce qui est réaliste est inutilisable » Paul Valéry Finance classique vs Finance comportementale

20 20 V) Projet de recherche Caractérisation de la postmodernisation de la théorie financière (pluridisciplinarité, courants émergents…) Etude du référent de la théorie financière Lecture habermassienne de la théorie de lefficience Relativisation des théories (Davidson et Rorty)


Télécharger ppt "1 Christophe Schinckus CEREC – Facultés St-Louis GRESE – Paris I – Panthéon-Sorbonne Epistémologie, Postmodernisme et Finance."

Présentations similaires


Annonces Google