La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

SYNDICALISMES ET LEGITIMITES Des syndicalismes reconnus par leurs partenaires externes mais en perte de reconnaissance devant les salarié(e)s ? Christian.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "SYNDICALISMES ET LEGITIMITES Des syndicalismes reconnus par leurs partenaires externes mais en perte de reconnaissance devant les salarié(e)s ? Christian."— Transcription de la présentation:

1 SYNDICALISMES ET LEGITIMITES Des syndicalismes reconnus par leurs partenaires externes mais en perte de reconnaissance devant les salarié(e)s ? Christian Dufour Adelheid Hege FEC Houffalize octobre

2 INTRODUCTION La crise des syndicats en Europe concerne désormais lensemble des pays. Presque tous connaissent des pertes dadhérents. Les exceptions nordiques ont cédé. La Belgique reste une exception. Les systèmes institutionnels sont restés inchangés. La mondialisation est-elle une explication satisfaisante? CRISES SYNDICALES EN EUROPE LA LEGITIMITE EN CAUSE Christian Dufour Adelheid Hege FEC Houffalize 21-22octobre2011

3 1 – UNE LEGITIMITE INTACTE DANS LES PAYS ? Sauf exception (Grande Bretagne) la reconnaissance de la place des syndicats na pas changé. Les institutions subsistent voire se perfectionnent. Les syndicats restent attendus comme partenaires de la régulation sociale: - au niveau national et infra-national - dans lintégration européenne; - dans la mondialisation. PAS DE MISE EN CAUSE FRONTALE Christian Dufour Adelheid Hege FEC Houffalize 21-22octobre2011 3

4 En même temps, des décisions sociales importantes sont prises sans eux ou contre eux ( systèmes de retraite, de santé, protection contre le chômage, etc.). Les liens partis/syndicats se sont distendus sans que ce mouvement soit clairement assumé de part et dautre. EROSION DES CHAMPS DINTERVENTION Christian Dufour Adelheid Hege FEC Houffalize 21-22octobre2011 4

5 2 DES BASES SYNDICALES REDUITES La perte quantitative dadhérents se double dune limitation qualitative des implantations : jeunes, femmes, précaires. La partie active du syndicat perd de la substance. La sélectivité nest pas nouvelle; sa nature et ses effets sont nouveaux. La syndicalisation devient lapanage de secteurs spécifiques (secteur public, grandes entreprises) qui nexercent plus un rôle de modèles SYNDICALISATION EN BERNE

6 Les outils institutionnels - branches (métallurgie, chimie, enseignement..) - structures élues (Betriebsräte; CE; RSU) - formation professionnelle ( accès aux métiers) - etc. continuent à fonctionner ; mais ne jouent plus le rôle intégrateur qui était le leur. DES LIEUX INSTITUTIONNELS MOINS PERTINENTS Christian Dufour Adelheid Hege FEC Houffalize 21-22octobre2011 6

7 Des divisions sociales et une division du travail sinstallent que les syndicats ne parviennent pas à réguler. - Statuts précaires - Chômage - Bas salaires - Protection sociale affaiblie SECTIONNEMENT DU SALARIAT Christian Dufour Adelheid Hege FEC Houffalize 21-22octobre2011 7

8 Ces catégories précaires nadhèrent pas aux syndicats. Cette distanciation affecte aussi des salariés normaux qui nadhèrent pas non plus (jeunes ; très qualifiés). Ces deux phénomènes sont cohérents et complémentaires. UN SYNDICALISME SELECTIF Christian Dufour Adelheid Hege FEC Houffalize 21-22octobre2011 8

9 En résumé La légitimité des institutions reste apparemment intacte Ainsi, leuropéanisation saccompagne dinstitutions (Conseils européens dentreprise; négociations supranationales) qui semblent préfigurer ladaptation syndicale à la situation nouvelle Mais les bases nationales se restreignent et se fractionnent. Les syndicats apparaissent liés à une fraction du salariat. Il y a contradiction entre légitimité externe (institutionnelle) des acteurs et leur légitimité interne. LEGITIMITE INTERNE vs LEGITIMITE EXTERNE Christian Dufour Adelheid Hege FEC Houffalize 21-22octobre2011 9

10 PERTE DIMPACT DES GROUPES LEADERS 3 CONTRADICTION ENTRE LEGITIMITES EXTERNE ET INTERNE Les syndicats ont acquis leur place sociale en sappuyant sur des groupes de salariés spécifiques (professions, sexes, ethnies, âges…). Mais ils sont parvenus à imposer leurs propres priorités/hiérarchies comme le bien commun de tous les salarié(e)s. La légitimité sociale des syndicats se fonde sur leur capacité à identifier/universaliser lensemble du salariat à ces aspirations. Elle suppose que les salariés manifestent aux syndicats la reconnaissance du rôle quils jouent. Christian Dufour Adelheid Hege FEC Houffalize 21-22octobre

11 LES GROUPES PERIPHERIQUES NE SE RALLIENT PLUS Dans ce processus des groupes noyaux, moteurs, servent de médiateurs. Ils font accepter leurs normes comme celles de lensemble du salariat. Ils sont la base la plus active du syndicat. Les groupes périphériques consentent implicitement ou explicitement à cette domination. Cette alliance inégale bénéficie à ses participants. Christian Dufour Adelheid Hege FEC Houffalize 21-22octobre

12 Ces groupes noyaux se dissolvent. Ils restent la clientèle de fond des syndicats. De nouvelles revendications identitaires se manifestent. Souvent présentes au sein du salariat, elles ne trouvent pas leur voie à travers le syndicalisme. Ces identités ne se veulent pas aussi englobantes que celles des anciens groupes noyaux. Les syndicats sont vus comme des vecteurs dune orthodoxie sociale ancienne. Ils ne sont plus crédités dune capacité à représenter tout le salariat, dans sa diversité. DES IDENTITES NOUVELLES NON ASSUMEES DANS LE SYNDICALISME Christian Dufour Adelheid Hege FEC Houffalize 21-22octobre

13 Devant ces évolutions, les syndicats rationalisent leurs rôles. Ils se concentrent sur leurs fonctions dans les relations professionnelles. En fait ils perdent pied dans et hors la vie de travail. Cette stratégie les empêche dêtre des acteurs sociaux globaux. Ils ne se posent plus en lieux de synthèse de la diversité du salariat. Ils ne sont plus en état de formuler et de rendre socialement acceptables de nouvelles normes dans et hors travail. UN ROLE SYNDICAL EN VOIE DE REDUCTION AU PROFESSIONNEL Christian Dufour Adelheid Hege FEC Houffalize 21-22octobre

14 HYPOTHESES FINALES La dynamique globalisante de lâge dor du syndicalisme est perdue sans retour. Il se trouve face à des choix. Le syndicalisme peut privilégier la sauvegarde des institutions. Les bastions et les appareils poussent dans cette direction. Ce faisant il privilégie : - une légitimité externe devenue souvent formelle ; - une légitimité interne reposant sur des bases peu porteuses de renouveau. DILEMME STRATEGIQUE Christian Dufour Adelheid Hege FEC Houffalize 21-22octobre

15 Il peut au contraire privilégier lextension de la légitimité interne condition dune restauration de la légitimité externe. La recherche de la diversification devient une priorité en soi, pas seulement pour inverser la perte dadhérents. La diversification devient le critère de la performance syndicale, le centre de lactivité syndicale. Cela exige la transformation des modes de regroupement syndicaux et de la démocratie interne. DILEMME STRATEGIQUE Christian Dufour Adelheid Hege FEC Houffalize 21-22octobre

16 Seuls des acteurs transformés peuvent renouveler les institutions. Il ne sagit pas de transformer les institutions mais de transformer les acteurs. LES ACTEURS FACE A EUX-MEMES Christian Dufour Adelheid Hege FEC Houffalize 21-22octobre


Télécharger ppt "SYNDICALISMES ET LEGITIMITES Des syndicalismes reconnus par leurs partenaires externes mais en perte de reconnaissance devant les salarié(e)s ? Christian."

Présentations similaires


Annonces Google