La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Coopération de modèles de temps

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Coopération de modèles de temps"— Transcription de la présentation:

1 Coopération de modèles de temps
Gérard Berry Collège de France Chaire Algorithmes, machines et langages Cours 6, 19 mars 2014

2 Rappel : les trois modèles fondamentaux
Synchrone temps conceptuellement nul (négligeable) simple, déterministe : circuits, logiciels embarqués Vibratoire temps prévisible (pas toujours rapide) électronique des circuits synchrones ordonnancement statique des logiciels synchrone (WCET) Asynchrone algorithmique distribuée générale Internet (TCP/IP) Chacun de ces modèles est localement compositionnel, mais que dire de la composition de modèles différents ? G. Berry, Collège de France 19/03/2014

3 Dans la vie courante Synchrone Vibratoire Asynchrone
dans la même pièce, au téléphone Vibratoire le télégraphe (il faut taper le message) le pneumatique, le train (Suisse) Asynchrone plus ou moins prévisible : le courrier, Internet imprévisible : toute caisse de retraite Continu / discret : téléphone / lettre G. Berry, Collège de France 19/03/2014

4 Principaux modes de communication
medium type impression adressage courrier 11 asynchrone physique courriel logique télégramme, pneu vibratoire SMS téléphone 11 (n?) synchrone chat / tél Internet tableau d’affichage 1n site web, mass-mailing théâtrophone radio / télévision tweet réunion (parole) nn audio / vidéo conf. forum internet G. Berry, Collège de France 19/03/2014

5 Quelques outils de simulation
pour simuler par outil courriel courrier réexpédition tableau d’affichage courrier / courriel envoi en masse téléphone répondeur répondeur avec appel à distance radio walkie-talkie, appel VHF site web CNN, France-info, BFM forum CB des taxis asynchrone streaming On peut simuler l’asynchrone par le synchrone ou le vibratoire, mais pas vraiment l’inverse sans l’informatique ! G. Berry, Collège de France 19/03/2014

6 L’apport de l’informatique
Passage à l’adressage logique dissociation du temps et de l’espace Accélération majeure du mode asynchrone téléchargement >> bibliothèque Possibilité de simuler le vibratoire / (presque) synchrone par l’asynchrone « best effort » vibratoire : streaming son et vidéo synchrone : téléphone par Internet point dur : la mesure des performances du réseau Exemple d’erreur hélas fréquente : vouloir synchroniser freins et suspension d’une voiture avec de l’asynchrone G. Berry, Collège de France 19/03/2014

7 L’apport du télégraphe (1794-1838-1843)
Mécanique puis électrique Chappe (1794, ParisLille) Wheatstone (1838, LondresBirmingham) Morse (1843, BaltimoreWashington) doublement vibratoire : télégraphe + pneumatique ! Fantastique raccourcissement des délais exemple Angleterre / USA, Inde ou Australie, Portugal / Macao, etc. Progrès technologiques rapides et massifs manuel  électrique, millions de km de lignes, pneumatique, etc. Explosion de nouvelles applications information, commerce, politique, cœur, etc. Changement technique et mental extraordinaire déclaré deuxième invention fondamentale après la roue ! The Victorian Internet, Tom Standage, Berkley Books, NY G. Berry, Collège de France 19/03/2014

8 ... Mais aussi Discours éthérés Tricheries
plus de guerres, victoire de la démocratie, etc. Tricheries San Francisco : paris gagnants sur les courses de New York Retour de l’Histoire : la France a été en avance... puis en retard, pour le Télégraphe Chappe (1794) et le Minitel ( ) ! G. Berry, Collège de France 19/03/2014

9 En biologie Systèmes asynchrones Systèmes vibratoires
réactions chimiques de construction des protéines dans les cellules cf. BioCham, séminaire de F. Fages au Colloque 2008 : Systèmes vibratoires commande du cœur  circulation sanguine propagation de l’influx nerveux rythmes neuronaux alpha, beta, theta, gamma, circadien vision et audition, contrôle du mouvement réplication de l’ADN (40 nucléotides / s), transcription de l’ARN idem pour les plantes, rythme des saisons et du jour Systèmes intermédiaires système immunitaire (croissance exponentielle des lymphocytes) système hormonal Coopération de systèmes continus et discrets : potentiels d’action, battement de cœur, saccades oculaires, etc. G. Berry, Collège de France 19/03/2014

10 Exemple de synchronisations
Sensations de simultanéité < 20ms (toucher, musique) Vision uniforme d’une image malgré les saccades oculaires synchronisation vision (lèvres) / audition (voix) malgré des chemins neuronaux très différents impact du synchronisme temporel des potentiels d’action sur l’émission de potentiels d’action (C. Rossant) coordination du mouvement (A. Berthoz) G. Berry, Collège de France 19/03/2014

11 Mélanger les temps en informatique : beaucoup de travaux, souvent épars...
Implémentation des langages et systèmes synchrones implémentations vibratoires sur circuits ou logiciels (WCET) domaines synchrones de Ptolemy (E. A. Lee, Berkeley) systèmes distribués fortement synchronisés (PTIDES, E. A. Lee) distribution de programmes synchrones sur infrastructures asynchrones Réseaux mixtes vibratoires / asynchrones TTP, FlexRay, Real-time Ethernet, etc. applications typiques: avionique, automobile, etc. Systèmes GALS (Globally Asynchronous Locally Synchronous) SoCs multi-horloges Orchestration synchrone d’activités Web asynchrones en Hop / Hiphop (cours séminaire du 28 mai 2013) G. Berry, Collège de France 19/03/2014

12 Approximation asynchrone de logiques vibratoires / synchrones
transmission asynchrone « best effort » de flots synchrone (streaming audio / vidéo, téléphone Internet) timestamps dans les algorithmes distribués asynchrones (L. Lamport) génération de sons en temps-réel avec OS asynchrone (Antescofo) Automatique répartie tolérante au temps cf. séminaire d’Albert Benveniste (LTTA), 5 mars 2014 Simulation logicielle de phénomènes physiques relation entre temps d’exécution (wall time) et temps du système simulé relations entre temps continus et discrets cf. cours du 19 mars, et exposés de K-J. Åström (19 mars 2014) et M. Pouzet (26 mars 2014) G. Berry, Collège de France 19/03/2014

13 Le danger des méthodes « pragmatiques »
Implémenter quelque chose, puis essayer de lui trouver une sémantique Exemple typique : implémenter un langage conceptuellement parallèle par un ordonnancement forcé pour le rendre séquentiel, donc apparemment simple Langage IEEE 1131 pour automates programmables Statecharts (25+ sémantiques proposées) Stateflow (Matlab, associé à Simulink), cf. cours du 2 avril 2013 etc. => Mauvaise compositionnalité, vérification formelle difficile, etc. G. Berry, Collège de France 19/03/2014

14 Une question centrale : le déterminisme fonctionnel et temporel
Dans quelle mesure est-il une contrainte du type d’application ? Si oui, le formalisme le respecte-t-il par construction ? Eventuellement dans certaines parties du système et pas dans d’autres? J’aime bien l’idée que les réactions de ma voiture à mes commandes restent relativement déterministes G. Berry, Collège de France 19/03/2014

15 Une grande tentative d’unification : Ptolemy II, E. A. Lee et. al
Une grande tentative d’unification : Ptolemy II, E.A. Lee et. al. (UC Berkeley) Grand projet démarré en par Edward Lee à UC Berkeley, EECS  Electrical Engineering and Computer Science Lab, à la suite de Ptolemy Classic (1980, avec J. Buck et. al.). Principe: modélisation et simulation de systèmes informatiques embarqués complexes, avec intégration de plusieurs modèles de calcul temporels ou non Attention particulière à la rigueur sémantique, et interface homme-machine élégante Logiciel Open Source (licence BSD), utilisé industriellement Livre papier ou PDF gratuit, exemples animés G. Berry, Collège de France 19/03/2014

16 La hiérarchie des modèles de calcul de Ptolemy
traités dans le livre G. Berry, Collège de France 19/03/2014

17 Style d’un modèle Ptolemy II
définit le modèle de calcul global, ici Discrete Events acteurs hiérarchiques (modèles de calcul différents) afficheur générateur d’entrées G. Berry, Collège de France 19/03/2014

18 Synchronous Dataflow (SDF)
m n lit m entrées, en produit n A A A B B : 6 mémoires 2 3 A B A A B A B : 4 mémoires n p A B A déclenché a fois, B b fois équation d’équilibre : na  pb 2 1 A C B 2 1 A C B ABCC G. Berry, Collège de France 19/03/2014

19 Synchronous Dataflow (SDF)
Messerchmitt & Lee (1987) : procédure pour décider s’il y a un ordonnancement statique garantissant des buffers bornés et pour fournir l’ordonnancement minimal. Taux de lecture ou production conditionnels, ou buffer non bornés  changement de modèle: DDF  Dynamic Dataflow Note : les modèles SDF et DDF n’ont pas de temps propre, mais ils s’intègrent dans les modèles temporels  facilement pour SDF (un cycle par « unité de temps »  plus difficilement pour DDF, car scheduling dynamique G. Berry, Collège de France 19/03/2014

20 Application sonore SDF
G. Berry, Collège de France 19/03/2014

21 DFF, avec mémoire finie ou infinie
switch et test dans le même sens switch et test inversés G. Berry, Collège de France 19/03/2014

22 Automates finis hiérarchiques (FSM)
Une vieille connaissance: ABRO A / B / R / / O loop abort { await A || await B }; emit O ; halt when R end loop G. Berry, Collège de France 19/03/2014

23 Automates finis hiérarchiques (FSM)
Une vieille connaissance: ABRO en Ptolemy II Fortement inspiré des SyncCharts de C. André Transitions synchrones sur événements G. Berry, Collège de France 19/03/2014

24 SR : Synchronous-Reactive Models
Similaire aux langages synchrones Lustre, Signal etc. Utilise la sémantique constructive d’Esterel sous forme de point fixe dans une logique à 3 valeurs, cf prochain cours du 26 mars 2014 Peut accueillir des sous-modèles variés et servir d’orchestrateur, comme les FSMs cf. cours / séminaire HipHop vs. Hop, 28 mai 2013 G. Berry, Collège de France 19/03/2014

25 SR : de Simone Round-Robin Scheduler
Cf. cours 1, 2014 Ptolemy II implémente la sémantique constructive (en mode interprétation) NB: erreur dans le livre : Esterel possède aussi le mode interprétation, pas seulement le mode compilation G. Berry, Collège de France 19/03/2014

26 DE : Discrete Events Models
temps superdense cf. cours 1, 2013 temps constructif modèle de temps superdense timestamp (t,n) où t est flottant double et n entier t est une valeur dans le temps du modèle n est un index pour les événements de temps t (t,n) fortement synchrone avec (t’,n’) si t  t’ et n  n’ (t,n) faiblement synchrone avec (t’,n’) si t  t’ Scheduling  ordre des timestamps  ordre topologique  priorités (pour les timestamps fortement synchrones restants) G. Berry, Collège de France 19/03/2014

27 Temps superdense : le pendule de Newton
Conservation de la quantité de mouvement dans les chocs la quantité de mouvement saute de bille en bille en temps 0 Ptolemy : de microstep en microstep Alternative : le temps non-standard, cf. séminaire de M. Pouzet, 26 mars 2014 G. Berry, Collège de France 19/03/2014

28 DE démo : un serveur avec FIFO
G. Berry, Collège de France 19/03/2014

29 DE démo : le même sans fil
Liaison par nom G. Berry, Collège de France 19/03/2014

30 Un serveur plus complexe
G. Berry, Collège de France 19/03/2014

31 Modèle mixte continu / discret + Zénon
G. Berry, Collège de France 19/03/2014

32 Continuous : attention à Zénon et au test de fin !
G. Berry, Collège de France 19/03/2014

33 Conclusion Faire coopérer des modèles de temps n’est pas si simple et mérite d’être étudié de près. On trouve des tas de solutions ad-hoc dans la vie courante Mais le problème n’est pas encore assez reconnu et étudié en informatique Quelques travaux importants : relation synchrone / vibratoire, coopération synchrone / asynchrone, implémentations d’algorithmes d’automatique, simulateurs continus / discrets Et une grande tentative d’unification globale, Ptolemy II G. Berry, Collège de France 19/03/2014

34 Quelques références Real Time Programming: PSpecial urpose or General Purpose Languages G. Berry. Information Processing 89, G.X. Ritter (Ed.), Elsevier Science Publishers B.V., North-Holland (1989) The Victorian Internet Tom Standage, Berkley Books, New York (1998) System Design, Modeling, and Simulation using Ptolemy II Claudius Ptolemaeus, Editor (2014) téléchargable avec toutes les démos animées: PTIDES: A Programming Model for Distributed Real-Time Embedded Systems P. Derler, T. Huining Feng, E.A. Lee, S. Matic, H.D.Patel, YangZ hao, Jia Zou Report EECS , EECS Department, University of California, Berkeley On the Schedulability of Real-Time Discrete Event Systems E. Matsikoudis, C. Stergiou, E.A. Lee. Proc EMSOFT 2013. G. Berry, Collège de France 19/03/2014

35 Ptides (E. Lee et. al) : Programming Temporally Integrated Distributed Systems
Les acteurs spécifient les calculs les messages portent des timestamps précis G. Berry, Collège de France 19/03/2014

36 Synchronisation d’horloges
messages traités dans l’ordre des timestamps synchro d’horloge bornée (PTP) la synchronisation donne un sens global aux timestamps G. Berry, Collège de France 19/03/2014

37 Synchronisation d’horloges
capteurs  acteurs timestamp = date de mesure timestamp  temps limite actuateurs  acteurs G. Berry, Collège de France 19/03/2014

38 Interprétation temps-réel des timestamps
capteurs  acteurs timestamp = date de mesure timestamp  temps limite actuateurs  acteurs G. Berry, Collège de France 19/03/2014

39 Maîtrise des latences La latence globale des capteurs aux actionneurs est calculable, ce qui rend la correction et la performance du système analysable maîtrise des latences par calcul des timestamps actuateurs : timestamps  date de l’action retour au monde physique G. Berry, Collège de France 19/03/2014

40 Conséquence : déterminisme !
délai du réseau borné d hypothèse : délai des capteurs borné s Note : Il faut des bornes aux interfaces réseau pour garantir l’ordre temporel indépen- damment de l’ordre d’exécution des acteurs. application: latence d2 un événement de timestamp t peut être sorti au temps t + s + d + e – d2 hypothèse: erreur d’horloge bornée e G. Berry, Collège de France 19/03/2014


Télécharger ppt "Coopération de modèles de temps"

Présentations similaires


Annonces Google