La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Olivia FABRI & Pascal MARCHAND LERASS / IUT Information & communication Université de Toulouse 3 – Paul Sabatier COMPORTEMENTS ET MOTIVATIONS AU TRI SELECTIF.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Olivia FABRI & Pascal MARCHAND LERASS / IUT Information & communication Université de Toulouse 3 – Paul Sabatier COMPORTEMENTS ET MOTIVATIONS AU TRI SELECTIF."— Transcription de la présentation:

1 Olivia FABRI & Pascal MARCHAND LERASS / IUT Information & communication Université de Toulouse 3 – Paul Sabatier COMPORTEMENTS ET MOTIVATIONS AU TRI SELECTIF : La durée de pratique du tri influe-t-elle sur nos valeurs civiques et écocitoyennes? -Application à la ville de Toulouse-

2 SOMMAIRE DE PRESENTATION - I- La théorie de lidentification de laction - II - Létude empirique 2.1 Cadre de létude 2.2 Procédure Une Ville Hypothèses Méthodologie - III - Des résultats Conclusion et préconisations

3 - I - La théorie de lidentification de laction Quest ce que trier ses ordures ménagères? « Cest mettre les bons déchets dans la bonne poubelle » Mais cest aussi… « Agir pour une planète propre » Les deux réponses sont justes mais nidentifient pas laction au même niveau.

4

5

6 La communication de masse (publicité, prévention…) a souvent recours à des niveaux élevés didentification de laction : « Ne pas gaspiller inutilement lélectricité » est un niveau très général et très évaluatif destiné à « fabriquer du consentement » (Cf. « propagande glauque », Beauvois, 2004) Mais se traduit par des gestes plus ou moins coûteux: « fermer les robinets », « éteindre la lumière en sortant », « adopter des ampoules économiques », « prendre une douche plutôt quun bain »… Comment les gens, selon leur engagement, se représentent-ils ces actions?

7 les gens sefforcent de donner un sens général à leurs actions, de leur donner un niveau didentification le plus élevé possible (Wegner, Vallacher, Macomber, Wood & Arps,1984). les novices ou inexpérimentés fournissent des réponses identifiant laction à un faible niveau et ne peuvent la maintenir durablement à un fort niveau didentification. NOVICES : Niveau didentification faible : Comportements concrets, propos égocentrés. EXPERTS : Niveau didentification plus élevé, abstrait, conceptuel, sociétal. Donc….. Cest du degré dengagement dans une action que variera le niveau didentification

8 -II – Létude empirique 2.1 Cadre de létude Tri = pluralité de gestes Différence de représentation entre promoteur et usager. Tri = pratique quotidienne ressenti comme contraignante pour lusager (Deleuil, 2004). Comportements contre-attitudinaux ( Masson-Maret, 2004). Que faut-il faire? Communiquer sur ces gestes et « attendre » lélévation du niveau didentification?

9 Sur Toulouse comme dans bon nombre de villes françaises : Aucune répression, principe du pollueur-payeur non appliqué. Les volontés étatiques se traduisent par : Le désir de changer les conduites. Le désir dinformer pour arriver à une prise de conscience de la population.

10 La communication prépare normativement, elle créée les normes auxquelles se référer. Si lengagement dans un acte permet une évolution de son niveau didentification, un haut niveau didentification peu permettre une implication plus importante dans lacte à produire. Donc…..

11 2.2 Procédure Une Ville Premières installations : Novembre Finalisation : décembre Population couverte : les toulousains. 2 modes de récupération : - Collecte sélective en porte-à-porte. - Sauf dans lhyper centre-ville (concerne habitants) : lapport volontaire aux Récup emballages et papiers. 31 points en 2004 (38 à ce jour) en + des 440 récupverres présents sur la ville.

12 2.2.2 Hypothèses Hypothèse générale Linvestissement comportemental dans le tri à une influence sur nos valeurs civiques et écocitoyennes. Hypothèse opérationnelle La durée de pratique du tri sélectif influe sur nos valeurs civiques et écocitoyennes. DONC « PLUS la durée de pratique est grande et PLUS les valeurs sont marquées ».

13 2.2.3 Méthodologie Léchantillon (2005) est constitué de 115 personnes habitant Toulouse et réparties en trois zones ayant été équipés des bacs bleus destinés à la collecte sélective : 1. à partir de novembre 2000 ( 4 ans ; n=40). 2. à partir de mars 2002 ( 2 ans ; n=39). 3. à partir de juin 2004, ainsi que les habitants de lhyper-centre disposant de points de collectes en « apports volontaires » (<1 an ; n=36).

14 Les variables mesurées Nous avons cherché à cerner les valeurs civiques et écocitoyennes de la population au travers de : Lattitude à légard du tri sélectif.[11 ] Le niveau didentification de laction de trier.[ 8 ] Lincitation au tri sélectif.[ 5 ] Limage du non-trieur. [ 6 ] Méthode identique se basant sur la même variable : la durée de pratique. Pour les questions avec échelle : de 1 (tout à fait en désaccord) à 6 (tout à fait daccord).

15 ATTITUDE Avoir plusieurs poubelles, cest: 1. Énervant 2. Encombrant 3. Une habitude à prendre 4. Inévitable 5. Nécessaire Trier vos déchets au quotidien, cest: 1. Normal 2. Fastidieux 3. Obligatoire (loi) 4. Compliqué 5. Valorisant 6. Responsable - III - LES RESULTATS

16 ANOVA Zone * F1 (p=.02) Inévitable, Nécessaire, Une habitude à prendre, Normal Énervant, fastidieux, encombrant, compliqué

17 IDENTIFICATION 1. Les problèmes liés à l'environnement devraient être le souci premier du gouvernement. 2. Quoi qu'on fasse, on ne peut pas tout recycler. 3. Le recyclage pose plus de problèmes qu'il n'en résout. 4. Le recyclage est surtout un moyen de se donner bonne conscience. 5. Recycler est un phénomène de mode. 6. Recycler devient indispensable pour sauver la planète. 7. Le recyclage c'est faire assumer aux citoyens ce que les politiques ne font pas. 8. Les déchets sont un problème lié à la surconsommation.

18 ANOVA Zone * F1 (p=.05) Environnement, Sauver la planète… Bonne conscience, pose des pb, mode, désengage ment de lÉtat…

19 INCITATION Pour voir les gens trier, il faudrait: 1. Une prise de conscience collective 2. Plus d'information / une meilleure information 3. Une réduction des impôts 4. Une prime 5. Une amende

20 ANOVA Zone * F1 (p=.03) Conscience, meilleure information Prime, Impôt, Amendes Que faudrait-il pour voir les gens trier?

21 IMAGE DU NON-TRIEUR Les traits de caractère ci-dessous vous semblent-ils convenir à la personne qui ne trierait pas : 1. Sans gêne 2. Paresseux(se) 3. Pressé(e) 4. Egoïste 5. Inconscient(e) 6. Mal informé

22 ANOVA Zone * F1 (p=.01) Égoïste, paresseux, inconscient

23 SYNTHESE DES RESULTATS OBTENUS La durée de pratique du tri sélectif modifie la représentation des gens. Les sujets engagés : rationalisent leurs comportements de tri (action plus facile et nécessaire, matériel moins encombrant, etc.) identifient laction de trier à un niveau plus élevé (Recycler devient indispensable pour sauver la planète) estiment quil sagit dune action naturelle qui appelle plus à la conscience collective quaux renforcements jugent plus sévèrement et évaluativement les « non-trieurs » (égoïstes, paresseux et inconscients). la communication de masse créé et diffuse des normes et lengagement les rend saillantes pour obtenir un comportement et sa rationalisation.

24 Olivia FABRI & Pascal MARCHAND LERASS / IUT Information & communication Université de Toulouse 3 – Paul Sabatier COMPORTEMENTS ET MOTIVATIONS AU TRI SELECTIF : La durée de pratique du tri influe-t-elle sur nos valeurs civiques et écocitoyennes? -Application à la ville de Toulouse-


Télécharger ppt "Olivia FABRI & Pascal MARCHAND LERASS / IUT Information & communication Université de Toulouse 3 – Paul Sabatier COMPORTEMENTS ET MOTIVATIONS AU TRI SELECTIF."

Présentations similaires


Annonces Google