La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Marc Jakubowicz Lycée Loritz Syntaxe Point de vue… Manutention de tôles.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Marc Jakubowicz Lycée Loritz Syntaxe Point de vue… Manutention de tôles."— Transcription de la présentation:

1 Marc Jakubowicz Lycée Loritz Syntaxe Point de vue… Manutention de tôles

2 Système automatisé

3 Présentation Transition Numéro détape Étape Liaison orientée Réceptivité associé à une transition : Capteur : présence, bouton poussoir, etc. … Une réceptivité est une équation logique : Porte fermée ET bouton appuyé…. Action associée à une étape, Préactionneur : contacteur, distributeur… Actionneur : moteur, vérin, lampe… Étape initiale

4 L'initialisation précise l'étape ou les étapes actives au début du fonctionnement. On la repère en doublant les côtés des symboles correspondants. Le franchissement d'une transition entraîne l'activation de toutes les étapes immédiatement suivantes et la désactivation de toutes les étapes immédiatement précédentes. Règle N°1 Règle N°2 Une transition est validée lorsque toutes les étapes immédiatement précédentes sont actives. Elle ne peut être franchie que : Lorsqu'elle est validée, et que la réceptivité associée à la transition est vraie. Règle N°3 Règle N°4 Evolution simultanée Plusieurs transitions simultanément franchissables sont simultanément franchies Règle N°5 Activation et désactivation simultanée d'une étape Si au cours du fonctionnement la même étape est simultanément activée et désactivée elle reste active

5 Chronogramme dévolution

6 Divergence, convergence en OU Une voie OU une autre voie : Solution ALTERNATIVE Un simple trait Une réceptivité par branche Divergence en OU Franchissement des transitions : Lorsque létape 18 est active, on se dirige soit : Vers 20 si réceptivité dr est vraie Vers 30 si réceptivité ga est vraie Convergence en OU Franchissement des transitions : Létape 40 sera active soit : Par la transition 21/40 si fc.dr vraie et létape 21 active Par la transition 30/40 si fc.ga vraie et létape 30 active

7 Conflit Avec conflitSans conflit Si les réceptivités Droite et gauche sont à «1» avant l'activation de l'étape 18, il y a conflit, les deux transitions vont être franchies et les étapes 20 et 30 seront actives. On peut éviter le conflit en inhibant une réceptivité par le complément de l'autre

8 Divergence, convergence en ET Une voie ET une autre voie. Cela permet de réaliser plusieurs tâches en même temps Un double trait Une SEULE réceptivité Divergence en ET Franchissement des transitions : Lorsque létape 5 est active, et fch vraie, on se dirige Vers 6 et 10 simultanément. Les étapes 6 et 10 sont actives et le cycle se poursuit indépendamment dans chaque branche. Convergence en ET Franchissement des transitions : Lorsque 8 et 12 sont actives, la transition =1 est validée et franchie. Les deux étapes dattentes 8 et 12 ne sont pas obligatoires, sans elles, il aurait fallu noter une transition ar. ga

9 Action continue ou monostable Laction sera effective pendant tout le temps où létape sera active. Dans lexemple ci-contre la lampe sallume quand létape 20 est active et reste allumée à létape 21. Elle séteint à lactivation de létape 22 car elle nest plus commandée. Action bistable Laction sera mise en route sur une action SET et arrêtée sur une action RESET Dans lexemple ci-contre la lampe sallume quand létape 20 sactive. Il faudra laction RESET de létape 22 pour léteindre. Attention : Les actions bistables posent des problèmes de sécurités. Il faut préférer les actions monostables

10 Action conditionnelles Laction sera effective si létape est active et si la condition associée à létape est vérifiée. Le chauffage sera activé pendant la durée de létape 20 tant que t° sera égale à 1

11 Front montant, front descendant L'utilisation d'un front montant ou descendant permet d'utiliser la même variable pour activer en séquence les différentes tâches d'un grafcet. Ici le bouton BPtel permet l'évolution d'une étape à l'autre sur la transition de l'état bas vers l'état haut.

12 Action temporisée Enclenche un temporisateur T (ici T4) Exemple : Syntaxe d'une réceptivité : t4 / X18 /25s t4 repère du temporisateur, ici n° 4 X18 numéro de l'étape qui lance la temporisation 25s durée de la temporisation

13 Très important sous Automgen Reprise de séquence Cest une divergence en OU qui renvoie laction vers des étapes précédentes. Cette action permet de refaire une séquence jusquà ce que la réceptivité soit satisfaite. Il faut remonter au minimum deux étapes.

14 Saut d'étape Saut de l'étape 12 à l'étape 15 si la réceptivité (f.e) est vraie.

15 Compteur Un compteur peut être utilisé pour réaliser un cycle d'un certain nombre de fois. Le compteur peut être incrémenté (+ 1) décrémenté (- 1) mis à zéro ou mis à une valeur donnée. On peut utiliser les signes = dans les réceptivités.

16 Avec Automgen Si le compteur est bloqué par une transition, il continue à compter…. 2 solutions …

17 Avec Automgen Si lincrémentation du compteur doit rester bloquée un certain temps sur une étape (ici une temporisation). On peut utiliser le front montant de lactivation détape pour incrémenter le compteur.

18 Commentaire On peut indiquer le rôle d'une étape sans action associée à l'aide d'un crochet. Commentaire intéressant sinon rien

19 Synchronisation On peut rendre l'évolution de deux grafcets interdépendante en utilisant par exemple les mémoires d'étapes. Les mémoires d'étapes d'un grafcet servent dans les réceptivités d'autres grafcets. Dans l'exemple: l'étape 6 (X6) est utilisée comme réceptivité pour la transition 14 vers 15. De même l'étape 15 (X15) est utilisée comme réceptivité pour la transition 7 vers 8.

20 Sous-programme Le sous-programme est représenté dans la case action par un rectangle dont les côtés verticaux sont doublés. Le sous-programme peut être appelé à différents endroits du grafcet principal. Dans l'exemple, l'étape 2 OU 4 (X2 + X4) permet l'évolution du sous-programme P. L'étape 23 permet au grafcet principal de passer à l'étape suivante. L'étape 5 OU 3 permet au sous-programme de revenir à son étape initiale.

21 Exemple de résolution d'un problème (accès à un parking) Expression du cahier des charges Une barrière automatique contrôle l'accès d'un parking. Seuls certains conducteurs munis d'une clé ou d'une carte magnétique sont autorisés à en commander l'ouverture. Après la commande de l'ouverture, l'accès est possible durant 15 secondes. Fonction globale Elle se traduit par l'actigramme de niveau A-0 de l'analyse fonctionnelle descendante.

22 Les différentes situations du cycle de fonctionnement peuvent être observées par toute personne, utilisatrice ou non du parking. Le GRAFCET du point de vue système Le GRAFCET traduit, sans présager les moyens techniques qui seront mis en oeuvre pour le réaliser, le fonctionnement du système. Ce GRAFCET, établi selon un point de vue système, indique la coordination des tâches principales nécessaires pour satisfaire la fonction globale spécifiée ci-dessus et pour donner la valeur ajoutée à l'entrée de parking.

23 Le GRAFCET du point de vue partie opérative (PO) Le GRAFCET décrit : Le fonctionnement des effecteurs en fonction des informations d'évolution de la PO (partie opérative); Action = mise en oeuvre des actionneurs réceptivités = information des capteurs Exemple: Actionneurs + capteurs fin de course + consigne pupitre La partie opérative est assurée par des effecteurs mis en oeuvre par des actionneurs et contrôlés par des capteurs.

24 Les capteurs fins de courses sont ceux définis précédemment (fcl,fc2) ainsi que le capteur du lecteur de carte « accès ». La temporisation est assurée par l'automate. Le GRAFCET du point de vue partie commande (PC) Les actionneurs étant définis dans la partie opérative (PO), le choix technologique des préactionneurs permet d'établir le grafcet de la partie commande (PC). II correspond à ce qui est réellement commandé par l'automate. C'est ainsi que, pour le système barrière de parking, il est choisi : un contacteur KM1 pour le moteur sens Lever, un contacteur KM2 pour le moteur sens Baisser.

25 Définition de la partie opérative Moteur réducteur À deux sens de marche Schéma de puissance : KM1 commande 1 sens de marche KM2 lautre sens de marche

26 Définition de la partie commande

27 Manutention de tôles Descriptif du fonctionnement Dans une usine automobile, un dispositif de manutention vise à déplacer des tôles de dimension 2m×2m d'une palette de stockage vers un tapis roulant amenant les tôles vers la plieuse. Le dispositif comporte un rail sur lequel se déplace un chariot comportant 4 ventouses de saisie. Le chariot est déplacé par un moteur électrique à 2 sens de marches. Un vérin double effet assure le déplacement vertical des ventouses. La rotation du tapis roulant est assurée par un moteur électrique unidirectionnel

28 Manutention de tôles Cycle 1 Grafcet point de vue système Cycle de fonctionnement n°1 Après action sur le bouton DCY, les action sont : descente des ventouses jusqu'à la position basse tempo 5s aspiration pendant 2s remontée (temporisation 5s) déplacement vers la gauche jusqu'à S1 dépose de la plaque sur le tapis évacuation sur tapis roulant pendant 10s

29 Manutention de tôlesCycle 1 Grafcet point de vue opérative

30 Manutention de tôlesCycle 1 Grafcet point de vue commande Préactionneurs KM11Contacteur moteur M vers la gauche KM12Contacteur moteur M vers la droite KM2Contacteur moteur tapis roulant ASPDistributeur vide V+Distributeur monté vérin V V-Distributeur descente vérin V Capteurs DCYDépart du cycle R/SRun / Stop S0Table à droite S1Table à gauche

31 Synthèse du grafcet partie entrée Bouton run/stopi0 Fin de course S1 S2i1, i2 Capteur présence tôlesi3

32 Synthèse du grafcet Partie puissance Alimentation basse tension 24V Alimentation Triphasé 400V Chariot 2 sens tapis 1 sens


Télécharger ppt "Marc Jakubowicz Lycée Loritz Syntaxe Point de vue… Manutention de tôles."

Présentations similaires


Annonces Google