La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Jean-Pierre THIERRY CH SIMONE VEIL 15/10/2004 AFGRIS Saint Denis 1 LAHRQ (Agence pour la Recherche et la Qualité en Santé) est une agence du Ministère.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Jean-Pierre THIERRY CH SIMONE VEIL 15/10/2004 AFGRIS Saint Denis 1 LAHRQ (Agence pour la Recherche et la Qualité en Santé) est une agence du Ministère."— Transcription de la présentation:

1 Jean-Pierre THIERRY CH SIMONE VEIL 15/10/2004 AFGRIS Saint Denis 1 LAHRQ (Agence pour la Recherche et la Qualité en Santé) est une agence du Ministère de la santé américain (HHS) chargée plus particulièrement de la recherche sur la qualité, la sécurité, lefficacité et lefficience des soins. LAHRQ agit en coordination avec le CDC, le NIH et dautres agences (FDA) et avec le secteur privé. LAHRQ a une activité internationale (avec le NHS britannique notamment : USA/UK Patient Safety Research Programme). Cf supplément de « Quality and Safety in Health Care, Vol 12, Décembre 03 La recherche en matière de Sécurité Patient aux États-Unis : les actions de lAHRQ

2 Jean-Pierre THIERRY CH SIMONE VEIL 15/10/2004 AFGRIS Saint Denis = 165 M$ sur la Sécurité Patient pour identifier les risques, les erreurs médicales et leurs causes. -Identifier et évaluer les pratiques qui réduisent le risque et éliminent les erreurs médicales. -Diffuser, éduquer et favoriser la diffusion des bonnes pratiques qui réduisent le risque. -Maintenir les vigilances, monitorer et évaluer les risques pour le patient. -Sélectionner et diffuser les guides de bonnes pratiques et autres outils daide à la décision médicale. La recherche en matière de Sécurité Patient aux États-Unis : les actions de lAHRQ

3 Jean-Pierre THIERRY CH SIMONE VEIL 15/10/2004 AFGRIS Saint Denis 3 En juillet 2003, lAHRQ est chargé par le ministère de la santé de démontrer que les TIC peuvent servir à améliorer la sécurité 50 M$ pour des projets de démonstration et dévaluation 12M$ pour développer des standards 3 M$ pour la coordination du programme «National Health Information Technology » En 2004, les 4/5éme du budget « sécurité patient » sont consacrés à des thèmes en rapport avec les Technologies de lInformation et de la Communication pour la Santé. La recherche en matière de Sécurité Patient aux États-Unis : les actions de lAHRQ

4 Jean-Pierre THIERRY CH SIMONE VEIL 15/10/2004 AFGRIS Saint Denis 4 Démontrer limpact des TCI en matière de sécurité patient : Dossier patient électronique Système daide à la décision (Alarme, alertes, aides-mémoire, autres…) Mobilité (PDA) Internet médical pour les patients La sécurité patient et la qualité : objectif numéro un du programme National des Technologies de lInformation (10 ans) qui vise la création dun dossier patient partagé grâce à une infrastructure nationale dédiée à la santé. La recherche en matière de Sécurité Patient aux États-Unis : les actions de lAHRQ

5 Jean-Pierre THIERRY CH SIMONE VEIL 15/10/2004 AFGRIS Saint Denis : quelques enseignements de la Troisième Conférence Annuelle sur la Recherche en Matière de Sécurité Patient (26-28 septembre 2004, Arlington). Exemple sur 4 thèmes : Les systèmes de rapport dévénements (incidents, événements indésirables, erreurs médicales) La culture sécuritaire des établissements de soins Communication entre médecins et soignants et circuit patient Rôle du patient et de sa famille dans la sécurité et la qualité des soins La recherche en matière de Sécurité Patient aux États-Unis : les actions de lAHRQ

6 Jean-Pierre THIERRY CH SIMONE VEIL 15/10/2004 AFGRIS Saint Denis 6 Les systèmes de rapport dévénements (incidents, événements indésirables, erreurs médicales) vers les agences régionales (états) La recherche en matière de Sécurité Patient aux États-Unis : les actions de lAHRQ

7 Jean-Pierre THIERRY CH SIMONE VEIL 15/10/2004 AFGRIS Saint Denis 7 La recherche en matière de Sécurité Patient aux États-Unis : les actions de lAHRQ 21 états ont un système de rapport dévénements obligatoires ou non, anonymisés ou non. La sous déclaration est un problème constant (peur de limpact juridique) Classification des erreurs et incidents difficile à réaliser (plusieurs options) Questionnement sur lefficacité du système actuel (coût-efficace ?). Les données régionales – voire locales : groupes détablissements volontaires - semblent plus facilement exploitables que les données nationales (notamment besoin de retour dinformation rapide). Les systèmes de rapport dévénements (incidents, événements indésirables, erreurs médicales) vers les « agences régionales » (états)

8 Jean-Pierre THIERRY CH SIMONE VEIL 15/10/2004 AFGRIS Saint Denis 8 La recherche en matière de Sécurité Patient aux États-Unis : les actions de lAHRQ Quelques « success story » : -- PHA de létat de Géorgie, anonyme, volontaire, « non-punitif ». 88% des hôpitaux participent : 35% de réduction des événements liés au médicaments. (Extranet) -- NYPORTS de létat de NYC existe depuis 19 ans, obligatoire, nominatif, « punitif » EI par an dont 45% de graves (Extranet). Nécessiterait une réforme de la responsabilité médicale (compensation sans recherche de faute comme en Suède) et un engagement fort du management (leadership) Les systèmes de rapport dévénements (incidents, événements indésirables, erreurs médicales) vers les agences régionales (états)

9 Jean-Pierre THIERRY CH SIMONE VEIL 15/10/2004 AFGRIS Saint Denis 9 La recherche en matière de Sécurité Patient aux États-Unis : les actions de lAHRQ Les systèmes de rapport dévénements (incidents, événements indésirables, erreurs médicales) internes aux établissements de soins Les mêmes freins que les systèmes régionaux mais dépendant de la stratégie locale donc de la « culture managériale » Lobjectif difficile dune collecte des « presque incidents » Sujet connexe important : la politique dannonce des erreurs et événements indésirables graves aux patients et à leur famille.

10 Jean-Pierre THIERRY CH SIMONE VEIL 15/10/2004 AFGRIS Saint Denis 10 La recherche en matière de Sécurité Patient aux États-Unis : les actions de lAHRQ Les systèmes de rapport dévénements (incidents, événements indésirables, erreurs médicales) internes aux établissements de soins (si couplé à lévaluation des pratiques) Plus efficace pour la Sécurité Patient que les système de signalement et dexploitation des Indicateurs externes Exemple : en faisant lhypothèse que le taux dapplication dune bonne pratique qui passe de 60% à 80% se traduit par une baisse de mortalité (sur un GHS donné) de 2%, il faudrait : cas pour démontrer leffet sur la qualité des soins sur la base des indicateurs classiques cas sur la base de létude des procédures appliquées en interne Saccompagne dune remise en cause théorique de la validité et de lefficience des systèmes de benchmark reposant sur les indicateurs classiques (comparaison mortalité morbidité inter établissements par exemple). Mieux vaux évaluer les procédures De surcroît difficulté de lajustement épidémiologique.

11 Jean-Pierre THIERRY CH SIMONE VEIL 15/10/2004 AFGRIS Saint Denis 11 La culture « sécurité » des établissements de soins La recherche en matière de Sécurité Patient aux États-Unis : les actions de lAHRQ Enquête interne sur la perception des risques et la Sécurité Patient Objectifs et méthodologie importées de laéronautique et des « HRO » (organisations hautement sûres » Cible la culture de coopération de léquipe soignante Met en évidence une très forte variabilité inter-service Permet le suivi des actions de sensibilisation et de formation

12 Jean-Pierre THIERRY CH SIMONE VEIL 15/10/2004 AFGRIS Saint Denis 12 Rôle du patient et de sa famille dans la sécurité et la qualité des soins La recherche en matière de Sécurité Patient aux États-Unis : les actions de lAHRQ collecte les remarques des Parents sur les « erreurs » commises pendant lhospitalisation dun enfant en réanimation néonatale (817 enquêtes dans 15 hôpitaux).

13 Jean-Pierre THIERRY CH SIMONE VEIL 15/10/2004 AFGRIS Saint Denis 13 Role du patient et de sa famille dans la sécurité et la qualité des soins La recherche en matière de Sécurité Patient aux États-Unis : les actions de lAHRQ Impliquer le patient, par exemple dans la lutte contre les infections nosocomiales ou la prévention des interactions médicamenteuses. Initiative de lagence daccréditation Américaine (JCAHO) Le patient comme partenaire Demande si lIDE na pas oublié de se laver les mains (+30%) « Its OK to Ask » (brochure dun hôpital pour la réduction des erreurs médicamenteuses).

14 Jean-Pierre THIERRY CH SIMONE VEIL 15/10/2004 AFGRIS Saint Denis 14 Communication entre médecins et soignants et circuit patient Créer les conditions dun travail déquipe et dune coopération efficace dans la mise en œuvre des soins. Développer les systèmes dinformation et de communication. La recherche en matière de Sécurité Patient aux États-Unis : les actions de lAHRQ Défaut de communication et dagrément Sur les priorités (Evanoff) Défaut de communication dans une prise En charge en chirurgie ambulatoire (Carayon)


Télécharger ppt "Jean-Pierre THIERRY CH SIMONE VEIL 15/10/2004 AFGRIS Saint Denis 1 LAHRQ (Agence pour la Recherche et la Qualité en Santé) est une agence du Ministère."

Présentations similaires


Annonces Google