La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Pôle PHARMACIE LH. KM HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques 2013-2014 1 MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE (HTA, tonicardiaques, antiarythmiques) Hôpital Pasteur.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Pôle PHARMACIE LH. KM HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques 2013-2014 1 MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE (HTA, tonicardiaques, antiarythmiques) Hôpital Pasteur."— Transcription de la présentation:

1 Pôle PHARMACIE LH. KM HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE (HTA, tonicardiaques, antiarythmiques) Hôpital Pasteur Pôle Pharmacie – CHU Nice LH HENG / K.MULLER

2 Pôle PHARMACIE LH. KM2 Objectifs de lUE S3 I.Repérer les familles thérapeutiques, leurs moyens daction et leurs indications II.Connaitre les risques et dangers des interactions médicamenteuses I.Connaitre les précautions de la médication pour des populations spécifiques HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

3 Pôle PHARMACIE LH. KM3 Plan I.Représentants II. Mécanisme daction - Propriétés pharmacologiques III. Indications IV. Voies et modalités dadministration V. EI et surveillance VI. Interactions médicamenteuses et CI VII. Points essentiels HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

4 Pôle PHARMACIE LH. KM4 BETABLOQUANTS DIURETIQUES INHIBITEURS CALCIQUES IEC ARA II INHIBITEURS DE LA RÉNINE ANTIHYPERTENSEURS CENTRAUX VASODILATATEURS PÉRIPHÉRIQUES ANTIHYPERTENSEURS HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

5 Pôle PHARMACIE LH. KM5 La tension maximale se produit dans les artères quand le coeur se contracte pour propulser le sang : tension systolique (systole : contraction du cœur) Quand le coeur se remplit, les artères présentent une tension moindre que celle qui existait lors de l'expulsion : tension diastolique (diastole: remplissage du cœur) Rappels Pour que le sang circule, il faut une certaine pression. C'est le muscle cardiaque qui fait office de pompe (donne simultanément le rythme et la pression) Inotrope + : augmente la force de contraction Chronotrope + : accélération du rythme Dromotrope + : accélération de la conduction Bathmotrope + : augmentation de lexcitabilité Bradycardie: fréquence < 60 bat/min Tachycardie: fréquence > à 110bat/min La PA est créée par la contraction cardiaque et entretenue par les résistances périphériques HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

6 Pôle PHARMACIE K.MULLER 6 I – GENERALITES I-1 Rappels physiologiques

7 Pôle PHARMACIE LH. KM7 - À moyen terme Endothélium Substances vasoconstrictives Catécholamines (A, NA) Système rénine angiotensine Endothéline HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques La régulation de la PA fait intervenir -À court terme : fréquence cardiaque et vasomotricité via le système nerveux autonome Système sympathique qui incite le système cardio-vasculaire à augmenter son activité Système parasympathique : envoie des messages pour le freiner Les Centres de contrôle nerveux Le baroréflexe Les chémorécepteurs Substances vasodilatatatrices Système kinine-kallicréine Monoxyde dazote Prostaglandines - À long terme : Mécanismes hormonaux Rétention Na+ et eau / Volémie Rein + aldostérone ADH (Maintien du volume plasmatique constant)

8 Pôle PHARMACIE LH. KM8 HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques Schéma général de régulation de la PA

9 Pôle PHARMACIE K.MULLER 9 Mécanismes physiologiques de régulation de la PA PA= DC(débit cardiaque) X R(résistances périphériques) HTA R La PA est maintenue dans les limites normales grâce aux mécanismes contrôlant les facteurs hémodynamiques(DC et R): Le système nerveux autonome (SNA) Les facteurs hormornaux Le système rénine-angiotensine

10 Pôle PHARMACIE K.MULLER 10 Mécanismes physiologiques de régulation de la PA a- Système nerveux autonome La tension artérielle et ses variations sont gérés par le système nerveux autonome (non soumis à la volonté) qui travaille au moyen de deux leviers: Système sympathique incite énergiquement le système cardio-vasculaire à augmenter son activité Système parasympathique : envoie des messages qui le calment. b- Facteurs hormonaux Facteur natriurétique atrial puissant effet diurétique et natriurétique Action sur le rein pour réguler la PA

11 Pôle PHARMACIE K.MULLER 11 I – GENERALITES I-3 Mécanismes physiologiques de régulation de la PA c- Système Rénine-Angiotensine +++ = mécanisme de contrôle de la PA Baisse de la pression artérielle Rétrocontrôle - !!! Dans de nombreux cas dHTA, le rétrocontrôle peut savérer inopérant ACE

12 Pôle PHARMACIE LH. KM12 Prise en charge médicamenteuses de lHTA

13 Pôle PHARMACIE LH. KM13 Cardiosélectifs sans A.S.Iavec A.S.I. - TENORMINE® (atenolol) - DETENSIEL® - CARDENSIEL® (bisoprolol) - SELOKEN® (metoprolol) - TEMERIT® (nébivolol) - BREVIBLOC® (esmolol) uniquement Inj - CELECTOL® (celiprolol) - SECTRAL® (acebutolol) - AVLOCARDYL® (propranolol) - TRANDATE® (labetolol) - SOTALEX® (sotalol) - CORGARD® (nadolol) - … Non cardiosélectifs sans ASI - TRASICOR® (oxyprénolol) - VISKEN® (pindolol) avec ASI Association à un diurétique - LODOZ® (bisoprolol + hydrochlorothiazide) - TÉNORÉTIC® (aténolol + chlortalidone) - CARTÉOL® (cartéolol) - TIMOPTOL® (timolol) - BÉTAGAN® (lévobunolol ) Collyres antiglaucomateux BETABLOQUANTS I Représentants Comprimés ou de gélules Quelques-uns sous forme injectable (uniquement à lhôpital) destinés au traitement des troubles aigus du rythme cardiaque, de l'infarctus du myocarde en phase aiguë et des urgences hypertensives HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

14 Pôle PHARMACIE LH. KM HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques II Mécanisme daction - Propriétés pharmacologiques Antagonisme compétitif des catécholamines au niveau des récepteurs bêta Contraction Rythme Conduction Excitabilité BB peut agir - soit au niveau de tous les récepteurs bêta- adrénergiques (BB non cardiosélectifs) BETABLOQUANTS Les récepteurs β sont présents au niveau du cœur, des vaisseaux,des bronches… - soit au niveau des seuls récepteurs ß1 situés au niveau du cœur (BB cardiosélectifs).

15 Pôle PHARMACIE LH. KM15 III Indications 1)Indications cardiovasculaires : - HTA (font partie des médicaments de deuxième intention – sauf si lHTA est associée aux pathologies coronaires ou cardiopathie post IDM Tous ont 1 efficacité comparable - 1 voir 2/jour Diminution de la durée de vie de 10 à 20 ans en absence de traitement En cas de traitements efficaces : diminution morbimortalité AVC : - 35 à 40% IDM : - 20 à 25% insuffisance cardiaque : -50% NB : La tension doit être prise : en position assise - repos depuis 5 à 10 minutes au bras nu par méthode auscultatoire Valeur tensionnelle HTA : Objectifs : maintenir une pression systolique < 140mmHg diastolique <90mmHg NB Chez le sujet diabétique : <130/80 BETABLOQUANTS - Angor deffort (inefficace dans langor spastique ), IDM, troubles du rythme - Cardiomyopathies obstructives - insuffisance cardiaque (bisoprolol - Cardensiel®, métoprolol - Selozok®, carvedilol - Kredex®, nébivolol -Temerit® ) 2)Autres indications : Migraines, tremblements en particulier essentiels, sevrage alcoolique, trac; dysthyroïdie (propranolol), glaucome HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

16 Pôle PHARMACIE LH. KM16 Cas des injectables : uniquement réservés aux hôpitaux - unités de soins intensifs sous monitoring permanent de lECG et la tension artérielle 1 - Crise de l'hypertension artérielle sévère : Brévibloc® et Trandate® 2 - Troubles du rythme : Avlocardyl®, Brévibloc®, Sectral® 3 - Phase aiguë de l'infarctus du myocarde : Tenormine® III Indications BETABLOQUANTS HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

17 Pôle PHARMACIE LH. KM17 Voie orale Selon molécule : pendant ou en dehors des repas Voie injectable Ne sont pas des traitements destinés à faire le relais per os en cas dimpossibilité de prise orale. Toutefois larrêt dun traitement chronique BB peut exposer à un syndrome de sevrage (augmentation de la fréquence cardiaque, crises hypertensives, arythmies ou apparition dépisodes d'ischémie myocardique), et chez les patients angineux : troubles du rythme, IDM ou mort subite ne jamais arrêter le traitement de manière brutale SFAR « Gestion périopératoire des traitements chroniques Juin 2009 : si, en postopératoire, la voie orale nest pas disponible, la voie parentérale doit être envisagée. Voie oculaire !!! collyres diffusent dans la circulation générale et donnent également des effets indésirables systémiques IV Administration BETABLOQUANTS HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

18 Pôle PHARMACIE LH. KM18 – digestifs : gastralgies, vomissements, diarrhées – insomnies, cauchemars ++ Avlocardyl®, Ténormine®, Séloken® administration de préférence aux repas (matin) - même heure – asthénie, impuissance – refroidissement aux extrémités, aggravation possible dune artérite – métaboliques : –augmentation TG et cholestérol, –glycémie –certains sont diabétogènes –tous masquent les signes adrénergiques annonciateurs dhypoglycémie (tachycardie, tremblement) + retardent la récupération après une hypoglycémie en sopposant à la réponse des catécholamines) renforcer surveillance troubles vasomoteur des extrémités et glycémique chez les patients diabétiques CI : syndrome de Raynaud (sauf si cardioselectif) et diabète mal équilibré V EI – Surveillance – Populations spécifiques BETABLOQUANTS HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

19 Pôle PHARMACIE LH. KM19 – Aggravation possible dune insuffisance cardiaque, dun trouble du rythme Surveillance rythme cardiaque : CI si Bradycardie avérée < 50 battements/min – Aggravation possible de la maladie asthmatique Surveillance fonctions respiratoires : crise dasthme CI asthme et BAV non appareillé, choc cardiogénique - R° cutanée V EI – Surveillance – Populations spécifiques BETABLOQUANTS HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

20 Pôle PHARMACIE LH. KM20 - Rebond des symptômes à larrêt brutal : TC, HTA, arythmie, ….chez le coronarien où il existe un risque dIDM et de mort subite Pas darrêt brutal - Effets spécifiques - Ex : SOTALOL : - dyspnée, douleurs thoraciques, palpitations, oedème - proarythmie - syncope, vertiges - diarrhée, flatulences, crampes METOPROLOL : - sécheresse ou irritation oculaire V EI – Surveillance – Populations spécifiques BETABLOQUANTS Collyres : !!! Diffusion dans l'organisme après administration locale – Chez le patient âgé Risque accru deffets indésirables Débuter par une posologie faible accompagnée dune surveillance étroite clinique et par électrocardiogramme -Grossesse cf – Chez le patient âgé Risque accru deffets indésirables Débuter par une posologie faible accompagnée dune surveillance étroite clinique et par électrocardiogramme -Grossesse cf HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

21 Pôle PHARMACIE LH. KM21 Retenir Aggravation des effets indésirables (bradycardie, risque de bloc auriculo- ventriculaire et diminution de la contractilité myocardique) en cas dassociation au digitaliques, anti-arythmiques, inhibiteurs calciques … Aggravation des épisodes dhypoglycémie chez les patients sous antidiabétiques, dont les symptômes peuvent être masqués Inhibition de leffet des Bêta2-mimétiques dans lasthme et la BPCO VI Interactions médicamenteuses BETABLOQUANTS HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

22 Pôle PHARMACIE LH. KM22 VII Points essentiels Pas darrêt brutal Surveillance - Selon spécificités des patients / médicaments : Fréquence cardiaque, pression artérielle, ECG, notamment cas des injectables et patients insuffisants cardiaques, surtout lors de linitiation du traitement Clinique et glycémie chez les patients diabétiques Fonctions respiratoires - patients asthmatiques Troubles vasomoteurs - patients artéritiques Patients âgé : posologie progressif et surveillance accrue En cas dadministration de collyre : même surveillance : effets indésirables systémiques BETABLOQUANTS HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

23 Pôle PHARMACIE LH. KM23 BETABLOQUANTS DIURETIQUES INHIBITEURS CALCIQUES IEC ARA II INHIBITEURS DE LA RÉNINE ANTIHYPERTENSEURS CENTRAUX VASODILATATEURS PÉRIPHÉRIQUES ANTIHYPERTENSEURS HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

24 Pôle PHARMACIE Hypokaliémiants Diurétiques de lanse - le seuls à être utilisable chez lIR Lasilix®, Burinex® Eurelix® Furosémide Bumétanide Pirétanide Thiazidiques et apparentés Esidrex®, Fludex®, Tenstaten®, Lumitens® Hydrochlorothiazide Indapamide, Cicletanine, Xipamide Hyperkaliémiants ou distaux ou épargneurs de potassium AmilorideAntialdostérone Aldactone® Spironolactone Modamide® Soludactone® Canrénoate de K Inhibiteurs de lanhydrase carbonique Diamox® LH. KM24 DIURETIQUES Comprimés ou de gélules Quelques-uns sous forme injectable : traitement de certaines situations U HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques I Représentants Association de D hypo et hyperkaliémiants : Ex Aldactazine® : spironolactone + altizide Prestole® : triamtérène + hydrochlorothiazide Association de D hypo et hyperkaliémiants : Ex Aldactazine® : spironolactone + altizide Prestole® : triamtérène + hydrochlorothiazide Association à un betabloquant - LODOZ® (bisoprolol + hydrochlorothiazide) - TÉNORÉTIC® (aténolol + chlortalidone) Association à un betabloquant - LODOZ® (bisoprolol + hydrochlorothiazide) - TÉNORÉTIC® (aténolol + chlortalidone) Inhibiteurs de lanhydrase carbonique -DIAMOX® (acétazolamide) cp - inj Collyres antiglaucomateux - TRUSOPT® (dorzolamide) - en association avec BB (timolol) COSOPT® - AZOPT® (brinzolamide) Inhibiteurs de lanhydrase carbonique -DIAMOX® (acétazolamide) cp - inj Collyres antiglaucomateux - TRUSOPT® (dorzolamide) - en association avec BB (timolol) COSOPT® - AZOPT® (brinzolamide)

25 Pôle PHARMACIE LH. KM25 II Mécanisme daction - Propriétés pharmacologiques Rappels Au niveau du néphron, le sodium est réabsorbé en 4 points : Tube contourné proximal : à ce niveau, la plus grande partie du sodium est réabsorbé (environ 65 %) Branche ascendante de lanse de Henlé : réabsorption de chlore et de sodium (25 %), sans réabsorption deau Tube contourné distal et tube collecteur : cest à ce niveau quest réalisé lajustement final de la quantité de sodium éliminé dans les urines. DIURETIQUES Accélèrent lélimination rénale de l'eau en inhibant la réabsorption du sodium à différents niveaux du néphron D de lanse - chef de file : Lasilix® Thiazidiques et apparentés Esidrex® Thiazidiques et apparentés Esidrex® Antialdostérone - Aldactone®

26 Pôle PHARMACIE LH. KM26 Inhibiteurs de lanhydrase carbonique L'anhydrase carbonique facilite la transformation en ion bicarbonate du dioxyde de carbone au niveau de la cellule du tube proximal L'ion bicarbonate ainsi formé favorise la réabsorption de sodium de l'urine dans la cellule L'inhibition de l'anhydrase carbonique diminue la formation de bicarbonate, et donc diminue la réabsorption de sodium au niveau du tube proximal cellule du tube proximal CO2 + H2O HCO3- anhydrase carbonique Na+ urine Traitement de certaines alcaloses métaboliques (élévation primitive des bicarbonates plasmatiques (> 27 mmol/l)associé à l'élévation du pH (> 7,42) HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques II Mécanisme daction - Propriétés pharmacologiques DIURETIQUES

27 Pôle PHARMACIE LH. KM27 III Indications -HTA (font partie des médicaments de première intention - plus particulièrement efficaces dans HTA à rénine basse, donc plus particulièrement chez le sujet > 60 ans) Utilisation préférentielle des thiazidiques (en général 1 cp/j), notamment en association avec les épargneurs potassiques !!! En cas durgences hypertensives, poussées hypertensives avec rétention hydrosodée marquée et les hypertensions associées à une insuffisance rénale diurétiques de l'anse -insuffisance cardiaque -oedème pulmonaire diurétiques de l'anse IV -ascite sur hépatopathie cirrhotique -Autres : Hypercalcémies, Hyperkaliémies, Hyperaldostéronisme I !!! Pas dans les oedèmes de la grossesse!!!! Ni liées à une cause veineuse ou lymphatique, ou à une cause médicamenteuse DIURETIQUES HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

28 Pôle PHARMACIE LH. KM28 Voie orale De préférence le matin - indifféremment pendant ou en dehors des repas Si au moins deux prises par jour : prendre la dernière avant dîner (patient se lèvera moins souvent la nuit pour aller aux toilettes) Aldactone® : prendre au repas Voie injectable : urgence ou relais per os Voie oculaire IV Administration DIURETIQUES HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

29 Pôle PHARMACIE LH. KM29 –Deshydratation insuffisance rénale : facteurs favorisants sont lâge, un régime désodé strict, la dose de diurétique reçue, et les pertes extra-rénales de sodium (vomissement, diarrhées). signes cliniques : asthénie inhabituelle, soif intense, pli sous-cutané, sécheresse de la bouche Surveillance du poids, diurèse, créatininémie !!! Régime sans sel modéré nécessaire mais pas de régime sans sel strict – Kaliémie: hypo ou hyper selon molécule – Hyponatrémie Ionogramme sanguin, ECG V EI – Surveillance – Populations spécifiques HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques DIURETIQUES Interaction médicamenteuse : laxatifs ou des corticoïdes hypokaliémie diurétiques épargneurs de potassium, IEC, ARA II hyperkaliémie AINS, IEC, ARA II risque dinsuffisance rénale fonctionnelle. Interaction médicamenteuse : laxatifs ou des corticoïdes hypokaliémie diurétiques épargneurs de potassium, IEC, ARA II hyperkaliémie AINS, IEC, ARA II risque dinsuffisance rénale fonctionnelle. Chez le patient âgé Peuvent être responsables daccidents iatrogène graves : troubles de lhydratation et de la natrémie, troubles de la kaliémie, insuffisance rénale aigue. Débuter par une posologie faible accompagnée dune surveillance étroite Grossesse cf Chez le patient âgé Peuvent être responsables daccidents iatrogène graves : troubles de lhydratation et de la natrémie, troubles de la kaliémie, insuffisance rénale aigue. Débuter par une posologie faible accompagnée dune surveillance étroite Grossesse cf Contre indication: Epargneurs de potassium + K Contre indication: Epargneurs de potassium + K

30 Pôle PHARMACIE LH. KM HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques Hyperglycémie et hyperuricémie (concerne principalement les thiazidiques) Surveillance : Glycémie chez les diabétiques, Uricémie chez les goutteux - Aldactone® : En traitement prolongé gynécomastie chez lhomme - Ototoxicité avec le furosémide à forte dose - D de lanse et thiazidiques : réactions immunoallergiques V EI – Surveillance – Populations spécifiques DIURETIQUES

31 Pôle PHARMACIE LH. KM31 Surveillance : Clinique et poids : dépister précocement les déshydratation, particulièrement dans les situations à risque signes cliniques : asthénie inhabituelle, soif intense, pli sous-cutané, sécheresse de la bouche Hydratation / diurèse, créatinémie Hyperglycémie et hyperuricémie Glycémie chez les diabétiques, Uricémie chez les goutteux (concerne principalement les thiazidiques) Kaliémie, natrémie ionogramme, ECG Administration : de préférence le matin !!! Ne pas utiliser dans les oedèmes de la grossesse!!!! Ni liées à une cause veineuse ou lymphatique, ou à une cause médicamenteuse DIURETIQUES VI Points essentiels HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

32 Pôle PHARMACIE LH. KM32 BETABLOQUANTS DIURETIQUES INHIBITEURS CALCIQUES IEC ARA II INHIBITEURS DE LA RÉNINE ANTIHYPERTENSEURS CENTRAUX VASODILATATEURS PÉRIPHÉRIQUES ANTIHYPERTENSEURS HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

33 Pôle PHARMACIE LH. KM33 INHIBITEURS CALCIQUES I Représentants Comprimés ou de gélules Quelques-uns sous forme injectable : destinés au traitement des urgences hypertensives, troubles du rythme Dihydropyridines - AMLOR® (amlodipine) - LOXEN® (nicardipine) - FLODIL® (felodipine) - ADALATE (nifédipine) ….. ISOPTINE® (verapamil) TILDIEM®, MONOTILDIEM® (diltiazem) UNICORDIUM® (bepridil) – (uniquement angine de poitrine) HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

34 Pôle PHARMACIE LH. KM34 II Mécanisme daction - Propriétés pharmacologiques Les inhibiteurs calciques inhibent l'entrée du calcium (indispensable à la contraction musculaire) Dans les cellules myocardiques Dans les cellules musculaires lisses des parois artérielles diminuent les contractions myocardiques et la consommation d'oxygène au niveau du myocarde et dilatent les artères Dihydropyridines : effet vasculaire prédominant + effet préventif et curatif des spasmes artériels leur utilisation dans HTA et certains dans les crises dangors (angor de Printzmetal), Adalate utilisable dans les phénomènes de Raynaud. INHIBITEURS CALCIQUES Verapamil, diltiazem, bepridil : effet coronaire prédominant + effets inotropes et chronotropes négatifs utilisation dans langor et/ certaines tachycardies NB : + HTA pour diltizem LP et verapamil LP III Indications -HTA surtout les formes LP - de préférence en 1 prise /J Traitement des poussées HTA sévères : LOXEN injectable -Angine de poitrine due à un spasme artériel coronaire -Troubles du rythme HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

35 Pôle PHARMACIE LH. KM35 RAS : Voie orale, Voie injectable IV Administration INHIBITEURS CALCIQUES V EI – Surveillance Populations spécifiques Dihydropyridines - Lié à leffet vasodilateur : hypotension avec étourdissement, vertige, bouffées vasomotrices, céphalées, oedèmes membres inférieurs (en pratique, l'existence d'une pathologie veineuse des MI doit contre-indiquer leur utilisation) - Asthénie, allergies cutanées -Elargissement gingival (++ avec nifédipine Adalate® - prévenu par hygiène buccale++) Hygiène buccale ++ - Gastralgies, nausées, diarrhées, constipation - Crampes HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

36 Pôle PHARMACIE LH. KM36 VERAPAMIL + nervosité, BC, troubles du rythme et décompensation cardiaque NB troubles digestifs : essentiellement constipation DILTIAZEM : + BC, troubles du rythme BEPRIDIL de moins en mois utilisé - seule indication : angor troubles du rythme++ (favorisé / hypokaliémie), TD, nervosité, tremblements, somnolence.. Troubles du rythme dose dépendant et majoré si + bêtabloquants ECG, fréquence cardiaque CI verapamil et diltiazem avec BB IV Administration INHIBITEURS CALCIQUES V EI – Surveillance Populations spécifiques Chez le patient âgé : accentuation des EI, notamment la bradycardie du Verapamil et Diltiazem Grossesse cf Chez le patient âgé : accentuation des EI, notamment la bradycardie du Verapamil et Diltiazem Grossesse cf HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

37 Pôle PHARMACIE LH. KM37 Dihydropyridines : Effets indésirables : pour la plupart liés à leffet vasodilatateur Hygiène buccale +++ Autres : troubles du rythme - risque dose dépendant et majoré lors de la prescription associée avec des bêtabloquants nécessitent une surveillance attentive notamment de lélectro-cardiodiogramme et CI verapamil et diltiazem avec BB Chez le patient âgé : accentuation des EI, notamment la bradycardie du Verapamil et Diltiazem INHIBITEURS CALCIQUES VI Points essentiels HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

38 Pôle PHARMACIE LH. KM38 BETABLOQUANTS DIURETIQUES INHIBITEURS CALCIQUES IEC ARA II INHIBITEURS DE LA RÉNINE ANTIHYPERTENSEURS CENTRAUX VASODILATATEURS PÉRIPHÉRIQUES HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques ANTIHYPERTENSEURS

39 Pôle PHARMACIE LH. KM39 IEC, ARA II, INHIBITEURS DE LA RÉNINE I Représentants Comprimés ou de gélules - Pas de forme injectable - LOPRIL® (captopril) - ZESTRIL® (lisinopril) - COVERSYL® (perindopril) - TRIATEC® (ramipril) -…… En association avec diurétique thiazidique - captopril + hydrochlorothiazide = CAPTEA® - lisinopril + hydrochlorothiazide = ZESTORETIC® - perindopril + Indapamide = PRETERAX® - …… - COZAAR® (losartan) - TAREG® (valsartan) - ATACAND® (candesartan) - APROVEL® (irbesartan) - …… En association avec diurétique thiazidique - losartan + hydrochlorothiazide = HYZAAR® - valsartan + hydrochlorothiazide = COTAREG® - irbesartan + hydrochlorothiazide = COAPROVEL® - …… Nouvelle classe - RASILEZ® (aliskiren) En association avec diurétique thiazidique aliskiren + hydrochlorothiazide = RASILEZ HTC® Inhibiteur de la rénine IEC ARA II

40 Pôle PHARMACIE LH. KM40 II Mécanisme daction - Propriétés pharmacologiques - Diminution de la pression artérielle et secrétion de laldostérone - Augmentation de lexcrétion sodée - Diminution du développement des lésions athéromateuses et de lhypertrophie cardiaque (mécanisme ?) Voix de la bradykinine : inhibition de la dégradation Vasodilatatrice Responsable de la toux IEC, ARA II, INH. DE LA RÉNINE Inhibiteurs de la rénine ARA II ARAII, Inh. Renine : Théoriquement : ne provoque ni toux ni angioœdème

41 Pôle PHARMACIE LH. KM41 HTA Efficacité équivalente à celui des diurétiques ou des bêta-bloquants en monothérapie dans le traitement de l'HTA essentielle ++ si hypertension à rénine élevée, ce qui correspond généralement à l'hypertension essentielle du sujet jeune En général : 1/jour à nimporte quelle heure sauf Lopril (1-3 prises /jr) et Coversyl éloignés des repas Insuffisance cardiaque congestive Post IDM Néphropathies diabétiques (ralentissement progression insuffisance rénale) III Indications IEC, ARA II, INH. DE LA RÉNINE IEC HTA - Efficacité comparable IEC - EI similaires mais moins de toux (par contre + chers) Insuffisance cardiaque avec ou sans IDM récent ARA II HTA INH. RÉNINE HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

42 Pôle PHARMACIE LH. KM42 Voie orale uniquement IV Administration IEC, ARA II, INH. DE LA RÉNINE Dans l'insuffisance cardiaque peut être prescrit en 2-3 prises En général : une prise de préférence le matin Indifféremment avant, pendant ou après le repas Avec un repas léger pour aliskiren : repas à haute teneur en graisse diminue son absorption HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

43 Pôle PHARMACIE LH. KM43 - Insuffisance rénale, complication la plus fréquente. On la rencontre le plus souvent en cas de sténose d'une ou des deux artères rénales, + diurétiques ou si régime désodée sévère Diurèse, crétinémie; ++ si déshydratation, association diurétiques, ARA II, AINS (Interaction medicamenteuse) - Hypotension - généralement dans les premiers jours du traitement, notamment chez les patients âgés Débuter le traitement par de petites doses, préférentiellement le soir au coucher, avec surveillance tensionnelle - Hyperkaliemie !!!! si supplémentation K ou IR, si association avec diurétiques, ARA II, AINS (interaction médicamenteuse) Kaliémie V EI – Surveillance Populations spécifiques IEC, ARA II, INH. DE LA RÉNINE -toux sèche - « rôle bradykinine ?» - EI fréquent - Cesse avec arrêt du traitement Surveillance de la toux - Dysgueusie : les troubles du goût sont classiques, pouvant aller jusquà l'agueusie. +++ avec le Captopril - Ils disparaissent en général après quelques semaines de traitement ou lors d'une simple diminution de posologie. - Autres : céphalées, asthénie, sensation vertige; diarrhées, nausées, vomissement HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

44 Pôle PHARMACIE LH. KM44 INH. DE LA RÉNINE : Profil similaire avec moins de toux Mais + diarrhée (constitue lEI le plus fréquent); douleurs abdominales, hyperuricémies, crises de goutte, calculs rénaux et éruptions cutanées V EI – Surveillance Populations spécifiques IEC, ARA II, INH. DE LA RÉNINE Chez le patient âgé : Les risques principaux liés à leur utilisation sont lhyperkaliémie et linsuffisance rénale fonctionnelle, notamment lors de leur association avec les diurétiques et/ou AINS. A ce jour les données de la pharmacovigilance ont montré 10% de cas létals lors dassociation IEC ± diurétiques ± AINS. Grossesse cf Chez le patient âgé : Les risques principaux liés à leur utilisation sont lhyperkaliémie et linsuffisance rénale fonctionnelle, notamment lors de leur association avec les diurétiques et/ou AINS. A ce jour les données de la pharmacovigilance ont montré 10% de cas létals lors dassociation IEC ± diurétiques ± AINS. Grossesse cf ARAII : Profil similaire avec moins de toux - HRS, troubles cutanées - le plus souvent représenté par une poussée d'urticaire, mais il existe des formes plus graves : oedème de QUINCKE, ou d'angio- oedèmes. Ils surviennent le plus souvent au début du traitement et imposent un arrêt immédiat et définitif Surveillance des signes en relation avec une hypersensibilité potentielle

45 Pôle PHARMACIE LH. KM45 VI POINTS ESSENTIELS Surveillance : Clinique : toux, signes en relation avec une hypersensibilité arrêt !!!!Kaliémie !!! si association avec diurétiques, ARA II, AINS Diurèse (Insuffisance rénale, complication la plus fréquente), notamment si association avec diurétiques, ARA II et AINS Chez le patient âgé Les risques principaux liés à leur utilisation sont lhyperkaliémie et linsuffisance rénale fonctionnelle Pharmacovigilance : 10% de cas létals lors dassociation IEC ± diurétiques ± AINS. IEC, ARA II, INH. DE LA RÉNINE HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

46 Pôle PHARMACIE LH. KM46 BETABLOQUANTS DIURETIQUES INHIBITEURS CALCIQUES IEC ARA II INHIBITEURS DE LA RÉNINE ANTIHYPERTENSEURS CENTRAUX VASODILATATEURS PÉRIPHÉRIQUES ANTIHYPERTENSEURS HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

47 Pôle PHARMACIE LH. KM47 ANTIHYPERTENSEURS CENTRAUX I Représentants Comprimés ou de gélules Forme injectable pour les urgences hypertensives / trt dattaque des formes sévères - CATAPRESSAN® (clonidine) - PHYSIOTENS® (moxonidine) - HYPÉRIUM® (rilmenidine) - ALDOMET® (methyldopa) II Mécanisme daction - Propriétés pharmacologiques Baissent le tonus sympathique via des récepteurs spécifiques centraux III Indications HTA Place limitée étant donné le manque de données sur la morbi-mortalité !!! Ce ne sont pas des traitement de première intention HTA ne répondant pas suffisamment à dautres traitements HTA maligne, prééclampsie (Catapressan® inj) HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

48 Pôle PHARMACIE LH. KM48 Tous possèdent des propriétés sédatifs (moins avec rilmenidine) Somnolence Administrer les 1ères prises le soir Majoration troubles dépressifs (++ Methyldopa) Bradycardie : autre effet commun Surveillance fréquence cardiaque Syndrome de sevrage si arrêt brutal (+++avec clonidine) : rebond hyertensif, TC, tremblement Pas darrêt brutal Digestifs : sécheresse bouche, constipation, diarrhées, nausées, vomissements Asthénie, insomnie Hypotension orthostatique … NB : Clonidine en en cas injection trop rapide = poussée hypertensive précédant la baisse des pressions systoliques et distoliques ANTIHYPERTENSEURS CENTRAUX IV EI – Surveillance – Populations spécifiques HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

49 Pôle PHARMACIE LH. KM49 Chez le patient âgé : ils comportent tous des risques accrus dhypotension orthostatique avec chutes, majoré en cas Parkinson, neuropathie diabétique, varices importantes des membres inférieurs Si association avec la levodopa, les diurétiques, antidépresseurs imipraminiques, dérivés nitrés, autres antihypertenseurs… de somnolence, sécheresse buccale, dépression, asthénie, voire de syndrome confusionnel profil de tolérance, et existence de nombreuses autres alternatives thérapeutiques antihypertensives efficaces utilisables chez le sujet âgé = leur prescription nest pas recommandée ! Grossesse cf Chez le patient âgé : ils comportent tous des risques accrus dhypotension orthostatique avec chutes, majoré en cas Parkinson, neuropathie diabétique, varices importantes des membres inférieurs Si association avec la levodopa, les diurétiques, antidépresseurs imipraminiques, dérivés nitrés, autres antihypertenseurs… de somnolence, sécheresse buccale, dépression, asthénie, voire de syndrome confusionnel profil de tolérance, et existence de nombreuses autres alternatives thérapeutiques antihypertensives efficaces utilisables chez le sujet âgé = leur prescription nest pas recommandée ! Grossesse cf ANTIHYPERTENSEURS CENTRAUX IV EI – Surveillance – Populations spécifiques HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

50 Pôle PHARMACIE LH. KM50 V POINTS ESSENTIELS Pas darrêt brutal Par rapport à la somnolence : administrer les 1ères prises le soir Surveillance Signes cliniques liés aux EI !!! Majore état dépressif existant Fréquence cardiaque Non recommandé chez le patient âgé ANTIHYPERTENSEURS CENTRAUX HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

51 Pôle PHARMACIE LH. KM51 BETABLOQUANTS DIURETIQUES INHIBITEURS CALCIQUES IEC ARA II INHIBITEURS DE LA RÉNINE ANTIHYPERTENSEURS CENTRAUX VASODILATATEURS PÉRIPHÉRIQUES ANTIHYPERTENSEURS HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

52 Pôle PHARMACIE LH. KM52 VASODILATATEURS PÉRIPHÉRIQUES I Représentants Comprimés ou de gélules Forme injectable pour les urgences hypertensives - ALPRESS® (prazosine) - MÉDIATENSYL®, EUPRESSYL® (urapidil) …. II Mécanisme daction - Propriétés pharmacologiques Par blocage du récepteur alpha à ladrénaline NB. Urapidil : + action centrale : inhibition du SN sympathique (fabrication A et NA) III Indications HTA Place limitée étant donné le manque de données sur la morbi-mortalité !!! Ce ne sont pas des traitement de première intention HTA ne répondant pas suffisamment à dautres traitements Eupressyl inj : Urgences hypertensives En milieu danesthésie : hypotension contrôlée, hypertension en periopératoire HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

53 Pôle PHARMACIE LH. KM53 –Hypotension orthostatique –Maux de tête, somnolence, troubles visuels, sifflements dans les oreilles, sensations de fourmillements, étourdissements, vertiges. –Nausées, vomissements, constipation, diarrhées, sécheresse buccale –Divers : impuissance, incontinence urinaire, larmoiement, saignement de nez, sueurs, fatigue, douleurs dans les articulations. VASODILATATEURS PÉRIPHÉRIQUES IV EI – Surveillance – Populations spécifiques V POINTS ESSENTIELS Surveillance Signes cliniques liés aux EI !! À lhypotension orthostatique HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

54 Pôle PHARMACIE LH. KM54 HTA et grossesse MAJ Avril 2008 AFSSAPS Les traitements autorisés : Bêtabloquants : labétalol (Trandate ®) bêta-bloquant en premier choix, le mieux connu en cours de grossesse et de plus compatible avec lallaitement. Possible également avec loxprénolol (Trasico r®) - compatible avec lallaitement. methyldopa ; nifedipine : disposons de données rassurantes Les médicaments potentiellement dangereux ? IEC et les sartans sont contre-indiqués chez la femme enceinte aux 2e et 3e trimestres (risque de toxicité fœtale) ; ils sont déconseillés au 1er trimestre de la grossesse. Aliskirene. sont à bannir Diurétiques : nont pas leur place (déséquilibres hydroélectrolytiques) Le seuil du traitement dans les recommandations a été fixé à 140/90 mmHg HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

55 Pôle PHARMACIE LH. KM55 HTA et grossesse Prise en charge à lhôpital afin dassurer une surveillance de la mère et du fœtus Traitements : Labetalol inj (Trandate® ) Nicardipine inj (Loxen®) Traitement urgent en cas dhypertension sévère Seuil du traitement dans les recommandations a été fixé à 160/110 mmHg HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

56 Pôle PHARMACIE LH. KM56 ANTIHYPERTENSEURS BETABLOQUANTS DIURETIQUES INHIBITEURS CALCIQUES IEC ARA II INHIBITEURS DE LA RÉNINE ANTIHYPERTENSEURS CENTRAUX VASODILATATEURS PÉRIPHÉRIQUES TONICARDIAQUES MEDICAMENTS CARDIOVASCULAIRES HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

57 Pôle PHARMACIE LH. KM57 TONICARDIAQUES I Représentants Per os Injectable DIGITALIQUES : Digoxine - Digoxine®, Hemigoxine® SYMPATHOMIMETIQUE : Adrénaline, Noradrénaline, Dopamine, Dobutamine, Dopexamine - Dopacard®, Isoprenaline – Isuprel® INHIBITEURS DE LA PHOSPHODIESTERASE : Enoximone - Perfane® Milrinone – Corotrope® II Mécanisme daction - Propriétés pharmacologiques Ont en commun la capacité à augmenter la concentration de calcium dans la cellule myocardique et de ce fait la force contractile du myocarde. DIGITALIQUES : insuffisance cardiaque chronique (per os) et troubles du rythme NON DIGITALIQUES : Ce sont des médicaments de lurgence - utilisés dans les états de choc, et des défaillances cardiaques aigues III Indications HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

58 Pôle PHARMACIE LH. KM58 Per os : digitaliques uniquement même heure et même moment de prise par rapport au repas Injectable : digitaliques et le reste TONICARDIAQUES IV Administration V EI – Surveillance – Populations spécifiques DIGITALIQUES : EI dose dépendante - majorés par lhypokaliémie : Troubles digestifs : nausées, vomissement, et diarrhées. !!! Egalement premiers signes de surdosage Trouble de la vision : scotome, vision flou, coloration suspecter surdosage Céphalées, insomnie, fatigue et troubles du rythme Surveillance : Digoxinémie - valeur cible : 0,8-2 ng/ml + : - Fonction rénale - Calcium IV = CI (augmente la toxicité myocardique des digitaliques ; elle abaisse notamment le seuil de fibrillation ventriculaire) - Kaliémie, ECG (hypokaliémie augmente la fixation tissulaire, et donc l'effet des digitaliques) !!!certains diurétiques, corticoïdes… - Mg (hypomagnésémie augmente sensibilité myocarde et favorise trouble rythme ventriculaire) Antidote spécifique Digibind® IV si intoxication massive avec pronostic vital engagé

59 Pôle PHARMACIE LH. KM59 Patient âgé Troubles du rythme : effet thérapeutique reste incontesté. Insuffisance cardiaque : position plus mitigée !!!!! Vigilance et éducation du patient +++ Elimination urinaire entre 2 et 6 jours fonction rénale !!!! Le cp de DIGOXINE à 0,25 mg ne peut plus être coupé en deux ; si la posologie est de 0,125 mg, c'est l'HEMIGOXINE et non plus 1/2 comprimé de DIGOXINE Nécessite dune grande précision sur la dose et l'heure de prise : à prendre tous les jours au même moment (même heure et même moment de prise par rapport au repas) Grossesse : peut être prescrit pendant la grossesse (et l'allaitement) Patient âgé Troubles du rythme : effet thérapeutique reste incontesté. Insuffisance cardiaque : position plus mitigée !!!!! Vigilance et éducation du patient +++ Elimination urinaire entre 2 et 6 jours fonction rénale !!!! Le cp de DIGOXINE à 0,25 mg ne peut plus être coupé en deux ; si la posologie est de 0,125 mg, c'est l'HEMIGOXINE et non plus 1/2 comprimé de DIGOXINE Nécessite dune grande précision sur la dose et l'heure de prise : à prendre tous les jours au même moment (même heure et même moment de prise par rapport au repas) Grossesse : peut être prescrit pendant la grossesse (et l'allaitement) TONICARDIAQUES V EI – Surveillance – Populations spécifiques HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

60 Pôle PHARMACIE LH. KM60 SYMPATHOMIMETIQUE : Limportance de leffet hémodynamique de ces produits justifie que la surveillance hémodynamique continue soit la règle au cours de leur administration : monitorage strict de la pression artérielle, rythme cardiaque, ECG + Surveillance propre à chaque molécule Exemple : Noradrénaline EI : R° allergique ( métabisulfite de sodium), y compris R° anaphylactiques et bronchospasme Fréquents : anxiété, gêne respiratoire, céphalées, tremblements, douleur rétrosternale Isoprenaline - Isuprel® - EI : bouffées de chaleur, douleurs angineuses, céphalées, tremblements. TONICARDIAQUES V EI – Surveillance – Populations spécifiques HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

61 Pôle PHARMACIE LH. KM61 VI POINTS ESSENTIELS Digoxine : - Fonction rénale, kaliémie, magnésémie - Digoxinémie - valeur cible : 0,8-2 ng/ml - Clinique, notamment signes de surdosage : Troubles digestifs : nausées, vomissement, et diarrhées. !!! EI mais également les premiers signes de surdosage. Trouble de la vision : scotome, vision flou, coloration suspecter surdosage Antidote spécifique Digibind® IV si intoxication massive avec pronostic vital engagé Inotropes positifs injectables : surveillance hémodynamique continue est de règle au cours de leur administration : monitorage strict de la pression artérielle, rythme cardiaque, ECG TONICARDIAQUES HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

62 Pôle PHARMACIE LH. KM62 ANTIHYPERTENSEURS BETABLOQUANTS DIURETIQUES INHIBITEURS CALCIQUES IEC ARA II INHIBITEURS DE LA RÉNINE ANTIHYPERTENSEURS CENTRAUX VASODILATATEURS PÉRIPHÉRIQUES TONICARDIAQUES ANTI-ARYTHMIQUES MEDICAMENTS CARDIOVASCULAIRES HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

63 Pôle PHARMACIE LH. KM63 ANTI-ARYTHMIQUES I Représentants Per os Injectable Très grand ensemble - hétérogène : 4 groupes selon la classification la plus connue, celle de Vaughan-Williams (non liée à leur indications) Classe I : bloqueurs des canaux sodiques Hydroquinidine - Serecor®; Disopyramide - Rythmodan® Lidocaïne - Xylocard®; Mexilétine - Mexitil®, Aprindine - Fiboran®; Cibenzoline - Cipralan®; Flécaïnide - Flecaine®; Propafenone - Rythmol® Classe II : beta-bloquants sauf Sotalol. Classe III : bloqueurs de canaux potassiques, Sotalol - Sotalex® Amiodarone Cordarone® possède des propriétés anti-arythmiques de classes I, II, III et IV, avec effets de classe III les plus importants Classe IV : antagonistes calciques : Verapamil - Isoptine®; Diltiazem - Tildiem®

64 Pôle PHARMACIE LH. KM64 II Mécanisme daction - Propriétés pharmacologiques ANTI-ARYTHMIQUES L'activité cardiaque électrique puis mécanique est dépendante des variations de concentrations ioniques (K+, Na+, Ca++) de part et d'autre de la membrane cellulaire. Les antiarythmiques modifient les propriétés électrophysiologiques du coeur en agissant sur la cinétique trans membranaires de ces ions HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

65 Pôle PHARMACIE LH. KM65 Les troubles du rythme. Rappels III Indications ANTI-ARYTHMIQUES 60 à 80 battements / minute Onde P : contraction des deux oreillettes Onde QRS : contraction des ventricules. Onde T : régénération des cellules cardiaques 1.Nœud sinusal "pacemaker" naturel 2. Système de His-Bündel 3. Fibres conductrices de Purkinj HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

66 Pôle PHARMACIE LH. KM66 L'arythmie survient lorsque l'excitation électrique naît ailleurs que dans le noeud sinusal, ou que l'onde électrique ne suit plus les voies préférentielles de propagation III Indications ANTI-ARYTHMIQUES Extrasystolie Impulsion intempestive au niveau du ventricule (extrasystole ventriculaire) ou l'oreillette (extrasystole supraventriculaire) produisant une contraction prématurée du cœur : l'extrasystole. Tachycardie paroxystique (supraventriculaire) : le cœur s'emballe soudainement et bat très rapidement, jusqu'à 150 à 220 fois par minute - quelques secondes ou se prolonger pendant plusieurs heures et s'arrêtent aussi soudainement qu'ils sont apparus. HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

67 Pôle PHARMACIE LH. KM67 III Indications ANTI-ARYTHMIQUES Fibrillation auriculaire : multitude d'impulsions provoquant une sorte de tempête électrique dans les oreillettes. La fréquence est très variable : tachyarythmie absolue avec un pouls de 140/min. et davantage - parfois lente : pouls < 50/min. Complication : dilatation des oreillettes. Le sang qui stagne dedans peut coaguler (thromboser). Un détachement d'un caillot passant dans la circulation cause alors l'embolie. La tachycardie ventriculaire : manifestation d'une dysfonction majeure du muscle cardiaque : désynchronisation des battements ventriculaires de la contraction auriculaire. En raison de la défaillance cardiaque que ce rythme rapide entraîne, la tachycardie ventriculaire nécessite l'hospitalisation, surtout lorsque la fréquence dépasse 150 battements par minute Bradycardies : rythme cardiaque < 60/min. HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

68 Pôle PHARMACIE LH. KM68 Per os pour prévenir les crises Injectable pour interrompre une crise qui a démarré NB Pour la Cordarone® : comme le début d'action de la forme PO peut prendre de plusieurs heures à quelques jours dans certains cas il est nécessaire de débuter la forme PO avant la cessation de la perfusion IV Dose de charge pouvant atteindre 10 mg/kg/j pendant semaines. La dose d'entretien est de 200 mg par jour. ANTI-ARYTHMIQUES IV Administration HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

69 Pôle PHARMACIE LH. KM69 Tous sont potentiellement arythmogènes et à marge thérapeutique étroite Surveillance basée sur tension artérielle, fréquence cardiaque, ECG NB : L'effet arythmogène des antiarythmiques apparait surtout lorsqu'il existe des troubles hydro-électrolytiques, en particulier une hypokaliémie ou une hypomagnésémie. Surveillance kaliémie et magnésiémie ANTI-ARYTHMIQUES V EI – Surveillance – Populations spécifiques HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

70 Pôle PHARMACIE LH. KM70 Dérivés quinidine : sensations vertigineuses, troubles visuels, somnolence, anomalies du goût, gastralgies, nausées, constipation ou diarrhée (!!!risque de déficit potassique) Lidocaine : prédominance des effets centraux : paresthésie, diplopie, crise dépilepsie, coma Flécaïne : vision floue, céphalées Rythmodan : effets anti-cholinergiques : sécheresse buccale, trouble accommodation, TC, dysurie, rétention urinaire, confusion mentale PA … Beta bloquants, antagoniste calcique : cf ANTI-ARYTHMIQUES V EI – Surveillance – Populations spécifiques HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

71 Pôle PHARMACIE LH. KM71 Cordarone : Dysthyroïdie de type hyper ou hypothyroïdie (par apport d'iode), + neuropathie périphérique, fibrose pulmonaire, dépôts cornéens, pigmentation cutanée, photo sensibilisation, élévation des transaminases (hépatite) aux fortes doses ( > 600mg/j) En raison des effets secondaires gastro-intestinaux importants de l'amiodarone PO en dose de charge administrer avec des aliments. !!! interaction avec la warfarine suivre de près les valeurs d'INR chez les patients chez qui on débute l'amiodarone, voire de diminuer d'emblée le dosage de la warfarine. La Dronedarone (Multaq®) = une alternative, amiodarone sans iode? Pas davantage démontré par rapport à lamiodarone EI : troubles gastro-intestinaux, anomalies électro-cardiographiques, troubles de la fonction rénale Cas dinsuffisance hépatique sous haute surveillance (jan 2011) ANTI-ARYTHMIQUES V EI – Surveillance – Populations spécifiques

72 Pôle PHARMACIE LH. KM72 Pour tous : ne jamais associer deux antiarythmiques de la même classe Patient âgé : malgré leur profil de tolérance : toutes sont considérées comme indispensables chez la personne âgée en absence dautres alternatifs thérapeutiques Grossesse : prise en charge spécialiste ANTI-ARYTHMIQUES V EI – Surveillance – Populations spécifiques HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

73 Pôle PHARMACIE LH. KM73 VI POINTS ESSENTIELS Les médicaments antiarythmiques sont tous potentiellement arythmogènes et sont des médicaments à marge thérapeutique étroite Surveillance propre à chaque molécule + tension artérielle, fréquence cardiaque, ECG Cordarone : En raison des effets secondaires gastro-intestinaux importants de l'amiodarone PO en dose de charge administrer avec des aliments. !!! interaction avec la warfarine suivre de près les valeurs d'INR chez les patients chez qui on débute l'amiodarone ANTI-ARYTHMIQUES HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques

74 Pôle PHARMACIE LH. KM74 Merci pour votre attention ! HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques


Télécharger ppt "Pôle PHARMACIE LH. KM HTA, Cardiotoniques, ATarythmiques 2013-2014 1 MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE (HTA, tonicardiaques, antiarythmiques) Hôpital Pasteur."

Présentations similaires


Annonces Google