La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les écueils entre la 1ère et la 2ème ligne de soins Dr. Yves DELFORGE - 6 février 2010 Le point du vue des médecins généralistes.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les écueils entre la 1ère et la 2ème ligne de soins Dr. Yves DELFORGE - 6 février 2010 Le point du vue des médecins généralistes."— Transcription de la présentation:

1 Les écueils entre la 1ère et la 2ème ligne de soins Dr. Yves DELFORGE - 6 février 2010 Le point du vue des médecins généralistes

2 - par - donne + Il nest pas dans mes habitudes dexposer un sujet de manière négative. Dans le cadre qui nous occupe : « les écueils entre la 1ère et la 2ème ligne de soins », le sujet moblige cependant à déterminer les points négatifs de la relation entre ces 2 lignes, je my attacherai donc.

3 Plus de 90 % de mg contents ! A + 90%, les médecins généralistes sont très contents de lexistence et de lactivité de la 2ème ligne spécialisée en soins palliatifs. Ils reconnaissent que cette seconde ligne en soins palliatifs, cest le modèle de collaboration qui devrait exister entre la première ligne de soins et une seconde ligne qui intervient comme aide, référence, soutien à la première ligne.

4 MERCI AUX DDG DE LA SSMG Abordons, dès lors, le sujet du jour : « les écueils entre la 1ère et la 2ème ligne de soins ». Pour réaliser mon travail, jai été consulter 2 DDG de la SSMG de la région de Namur afin davoir les avis des médecins généralistes.

5 1 er DDG (mg de 35 ans) Détails qui nont rien à voir avec léquipe de soutien : « problèmes administratifs » comme la méconnaissance des réglementations (statuts palliatifs, congés palliatifs, déclaration anticipée, etc…) Ne font pas appel à léquipe parce que leur demande ne concerne pas une inclusion, mais un « avis » quils aimeraient avoir.

6 Méconnaissances Méconnaissance de lexistence du médecin généraliste référent de léquipe. Peuvent-ils y accéder directement ou doivent-ils dabord passer par léquipe ? Ils nen ont pas les références. Manifestement, ces médecins généralistes, plus jeunes, souhaitent pouvoir gérer « seul » leurs patients palliatifs, « seul », cest-à-dire sans lintervention « physique » de léquipe. Méconnaissance du n° de téléphone et de ladresse courriel des associations de soins palliatifs.

7 Le second DDG a une moyenne dâge autour de la cinquantaine Ils ont, pour la plupart, suivi la formation RAMPE en soins palliatifs de la SSMG

8 Quand faire intervenir léquipe ? Difficultés pour beaucoup de mg de savoir faire « accepter » léquipe par le patient. Quand et comment ? Nécessité de pouvoir rencontrer léquipe en dehors du patient afin de pouvoir plus facilement discuter du ou des plans de soins à proposer au patient. Remarque très généralement formulée.

9 Toujours le problème du vécu du patient et de son information ! En fait, les mg se rendent compte quil faudrait faire intervenir léquipe beaucoup plus tôt dans la maladie « palliative » du patient, mais, ils ne savent pas « comment » en parler sans choquer ni faire peur au patient. Il faudrait une concertation en soins palliatifs (et un honoraire pour cette concertation)

10 La perte du contact patient-mg ? Problème de + en + fréquent et grave ! Dont les oncologues ne prennent pas ou ne veulent pas prendre conscience !

11 Equipe hyperbranchée catapressan 1ère Intervention trop directive de léquipe de soutien, pas beaucoup de respect pour ce que le mg a mis en place au niveau douleur. Pas assez de conseil et découte du mg. La 2ème ligne est trop interventionniste et semble « hyperbranchée catapressan », et rien dautre ne semble avoir dintérêt à ses yeux. (la morphine, par exemple). Cette remarque est revenue très souvent.

12 Equipe hyperbranchée catapressan 2ème Un médecin signale que léquipe et son médecin référent sont « formatés » par rapport à leur approche, leurs traitements. Lui, il est très « méthadone », parce quil soccupe beaucoup de « toxicos ». Il estime que la « méthadone » a une place importante dans le traitement de la douleur en soins palliatifs, léquipe pas. Doù : le dialogue nest pas toujours facile. Il faudrait à léquipe plus de flexibilité afin daméliorer la communication.

13 Equipe hyperbranchée catapressan 3ème Léquipe de soutien ne semblerait pas du tout être réceptive au fait quon pourrait mettre en place une euthanasie. Egalement une remarque reprise par plusieurs médecins du DDG. Certains résument lintervention de léquipe à lintroduction dune « pompe à médicaments ».

14 Méconnaissances Il faudrait recommencer une formation en soins palliatifs afin daborder plus en profondeur ces traitements comme le Catapressan, le Dormicum, la Méthadone …, car, dépassés par ces traitements, ils préfèrent ne pas faire appel à léquipe. Manque de connaissance du médecin de léquipe de 2ème ligne.

15 Méconnaissance de lautre côté Léquipe interviendrait surtout pour des pathologies type cancer, mais plus difficilement pour dautres situations médicales, pas nécessairement palliatives (insuffisance cardiaque,...).

16 Manque de communication entre… Lors dun WE, appelée par le médecin de garde alors que généraliste était joignable, la 2ème ligne impose un changement radical de traitement visant à « déconnecter » le patient alors que le patient ny avait pas été préparé. Et, après le WE, le généraliste na pas été rappelé par léquipe alors quil était encore et toujours joignable.

17 Le mg veut toujours garder la main A domicile, le mg ne perd pas le contrôle des soins, en MR, il semblerait que si : léquipe prendrait le dessus.

18 Autre prise de pouvoir… Certains notent que les écueils sont aussi dans la relation entre léquipe et linfirmier (ère) du patient qui se sentirait évincée. La seconde ligne devrait faire comprendre à la « première ligne infirmière » quelle est une aide, une référence pour elle : plus de sécurité dans les traitements, gestion des familles, dédramatiser, déstresser, …)

19 Autre compétition … Léquipe serait réticente lorsquon parle de faire entrer le patient dans une unité résidentielle en soins palliatifs…

20 Bannir les soins palliatifs ! Le terme « palliatif » ferme trop les portes !

21 Bannir les soins palliatifs ! De même que les unités résidentielles en SP font automatiquement penser à « mouroir », les soins palliatifs évoquent les « soins terminaux ».

22 Bannir les soins palliatifs ! Il faudrait bannir le terme « palliatif » et le remplacer, par ex., par « soins de confort ».

23 Equipe hyperbranchée catapressan 4ème Formatés ? Soyons-le en communication…. Jespère y être arrivé ! Merci pour votre écoute.


Télécharger ppt "Les écueils entre la 1ère et la 2ème ligne de soins Dr. Yves DELFORGE - 6 février 2010 Le point du vue des médecins généralistes."

Présentations similaires


Annonces Google