La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Évaluations de l'impact potentiel de la guerre et du terrorisme biologiques Cours No. 5.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Évaluations de l'impact potentiel de la guerre et du terrorisme biologiques Cours No. 5."— Transcription de la présentation:

1 Évaluations de l'impact potentiel de la guerre et du terrorisme biologiques Cours No. 5

2 1. Structure Les caractéristiques militaires des agents de guerre biologique –Diapositives Les armes de destruction massive et les attaques biologiques stratégiques –Diapositives La fabrication des agents de guerre biologique –Diapositives Typlogie des attaques biologiques –Diapositives

3 2. Les caractéristiques militaires (i) La diversité des attaques biologiques potentielles –Des cibles différentes (humaines, animales et végétales) –Des agents différents (bactéries, virus, champignons, toxines, biorégulateurs) –Des échelles différentes (assassinats, attaques militaires tactiques, attaques militaires stratégiques, armes de destruction massive) –Des objectifs différents (guerre ou actes terroristes déclarés ou secrets)

4 3. Les caractéristiques militaires (ii) Une classification militaire des agents biologiques –Potentiellement infectieux dès la première victime incapacitant (ex: virus de la grippe) mortel (ex: Yersinia pestis – la peste) –Non-infectieux dès la première victime incapacitant (ex: Coxiella burnetii – la coxiellose) mortel (e.g. Bacillus anthracis – l'anthrax)

5 4. Les caractéristiques militaires (iii) Les caractéristiques militairement souhaitables des agents de guerre biologique –Un agent doit toujours avoir le même effet, défini et constant. –La dose nécessaire pour produire l'effet doit être faible. –La période d'incubation doit être courte et prévisible –La population cible doit être peu ou pas immunisée

6 5. Les caractéristiques militaires (iv) Les caractéristiques militairement souhaitables des agents de guerre biologique (suite) –Le traîtement de la maladie ne doit pas être disponible pour la population cible. –L'utilisateur doit avoir les moyens de protéger les troupes et les civils. –L'agent doit pouvoir être produit à grande échelle. –L'agent doit pouvoir être disséminé avec efficacité. –L'agent doit être stable lors de sa conservation et de son transport dans les munitions.

7 6. Les armes de destruction massive/les attaques stratégiques (i) Étude des Nations unies (1969): –Un bombardier utilisant 10 tonnes d'agents de guerre biologique Zone affectée: 100,000 km 2 Taux de mortalité: 50%, 25% décès sans aucun traîtement –Zone affectée si une bombe nucléaire d'1 mégatonne était utilisée: 300 km 2 –Zone affectée si 15 tonnes d'un agent neurotoxique étaient utilisées: 60 km 2

8 7. Les armes de destruction massive/les attaques stratégiques (ii) Étude SIPRI (1973): –Un bombardier avec une charge explosive de 5-6 tonnes –Zone en km 2 sur laquelle il pourrait y avoir 50% de victimes Explosifs: 0.22 Gaz neurotoxique VX: 0.75 Bombe nucléaire de 10kt: 30 Agent biologique: (selon les conditions météorologiques)

9 8. Les armes de destruction massive/les attaques stratégiques (iii) Étude de Fetter (1991) dans la revue International Security –Un missile avec une capacité d'emport d'une tonne dirigée contre une grande ville avec une densité de 30 habitants/hectare Une arme nucléaire de 20kt causerait la mort de 40,000 personnes. 300kg de sarin causeraient la mort de 200 – 3,000 personnes. 30kg d'anthrax causeraient la mort de 20,000 – 80,000 personnes.

10 9. Les armes de destruction massive/les attaques stratégiques (iv) Le rapport (1993) du bureau américain de l'évaluation des technologies (US Office of Technology Assessment): Scénario I –Une attaque par missile lancée de jour ou de nuit par temps nuageux, avec un vent modéré, contre une agglomération de 3,000 à 10,000 habitants non-protégés/km 2 Une arme nucléaire de 12.5 kt détruirait 7.8km 2 et causerait la mort de 23,000 à 80,000 personnes. 300kg de sarin causeraient la mort de personnes sur un périmètre de 0.22km kg d'anthrax causeraient la mort de 30,000 à 100,000 personnes dans un panache en forme de cigare et couvrant 10km 2.

11 10. Les armes de destruction massive/Les attaques stratégiques (v) Le rapport (1993) du bureau américain de l'évaluation des technologies (US Office of Technology Assessment): Scénario II –Une attaque aérienne consistant en la dispersion de 10kg d'anthrax sur un tracé dans la direction du vent au dessus d'une agglomération comme Washington, DC. Par temps clair et ensoleillé, avec une brise légère, 46km 2 seraient affectés et 130,000 à 460,000 personnes pourraient être tuées.

12 11. Les armes de destruction massive/les attaques stratégiques (vi) Scénario II (suite) –Par temps nuageux, de jour ou de nuit, avec un vent modéré, une zone de 140km 2 serait touchée et l'attaque causerait la mort de 420,000 à 1,400,000 personnes. –Par nuit calme et dégagée, une zone de 300km 2 serait touchée et l'attaque causerait la mort de 1 à 3 millions de personnes. –Il évident que l'utilisation d'un tel agent dans des conditions 'idéales' (c'est-à-dire en l'absence de rayonnements UV qui élimineraient les spores plus rapidement) serait dévastatrice en raison de la difficulté de porter secours à autant de victimes.

13 12. Les armes de destruction massive/les attaques stratégiques (vii) Quelques munitions du programme de guerre biologique américain –Ogive pour missile guidé M210 avec sous-munitions (M143) dans l'ogive, en développement en –Réservoir de pulvérisation pour agent liquide A/B45Y-1 utilisé par des avions tactiques à grande vitesse, en développement en 1965.

14 13. La fabrication des agents de guerre biologique (i) Le développement d'un agent bactérien par fermentation requiert: –Une culture de semences d'un agent pathogène virulent. –La propagation initiale dans de petits appareils de fermentation. –Le développement dans des appareils de fermentation ayant des capacités de production importantes. –La récupération des agents placés dans l'appareil de fermentation –Le traitement final (comme par exemple la lyophilisation)

15 14 La fabrication des agents de guerre biologique (ii) Estimation de la quantité d'agents nécessaire pour une attaque linéaire: –Envisageons tout d'abord une source ponctuelle à partir de laquelle la dose (D) reçue par une victime équivaut à: Q l'intensité de la source (unités/m) que multiplie b le rythme respiratoire (volume/minute) divisés par h la masse volumique de l'air que multiplie ū la vitesse du vent au niveau de la mer. Par conséquent: D =Q.b h.ū

16 15. La fabrication des agents de guerre biologique (iii) Considération d'une source ponctuelle (suite) –L'intensité de la source requise est ainsi: Q= D.h. ū b –En remplaçant ces quantités par des valeurs types: b=20 litres/min ( m 3 min -1 ); h=1km (10 3 m); ū= 5m/s ( mmin -1) –Par conséquent, si D est 10 fois supérieure à la dose infectieuse (ID 50 ) Q=10.ID –L'agresseur a besoin environ de 10 8 ID 50 /m = ID 50

17 16. La fabrication des agents de guerre biologique (iv) Pour une source linéaire de 10km, l'agresseur a besoin de: ID 50 multipliés par 10 4 =10 12 ID 50 En admettant qu'il est possible de produire une concentration de 10 8 cellules bactériennes par ml dans l'appareil de fermentation, l'agresseur aura besoin de fabriquer: x (Nombre de cellules qui équivaut à 1 ID 50 ) /10 8 x 1000) litres de suspension Sachant que la dose infectieuse ID 50 de l'anthrax est d'environ 10 4, l'agresseur aurait besoin d'environ 100,000 litres qui pourraient être produits dans dix séries de dix appareils de fermentation d'une contenance de 100 litres chacun.

18 17. La typologie des attaques biologiques (i) La guerre biologique de suppression agricole –Type de bioterrorisme nécessitant de faibles capacités technologiques mais ayant des effets considérables. –Peu de connaissances spécialisées requises, des agents pathogènes très contagieux (mais non contagieux pour les êtres humains), et des dommages/coûts énormes pour l'agriculture –Une étude déclarait par exemple que: Les agents pathogènes responsables des maladies telles que la fièvre aphteuse, la peste bovine, la peste porcine africaine, la rouille du soja, le mildiou du maïs des Philippines, la gale verruqueuse de la pomme de terre, et la maladie du dragon jaune qui s'attaque aux arbres fruitiers (agrumes), pourraient avoir de sérieuses conséquences sur l'économie américaine si ces agents sont introduits aux États-Unis.

19 18. La typolgie des attaques biologiques (ii) Les attaques terroristes contre la population –Le rapport (2004) du service de recherche du Congrès américain (US Congressional Research Service) prévenait du danger de tirer des comparaisons directes après examen des programmes gouvernementaux. Les agents chimiques ou biologiques qui étaient considérés comme des menaces considérables dans un autre contexte, semblent poser un danger moindre lorsqu'ils sont analysés dans le contexte d'une attaque à petite échelle. À l'inverse, les agents chimiques ou biologiques qui étaient considérés comme des menaces moindres du point de vue des attaques fortement destructrices, pourraient voir leur importance réévaluée dans un contexte de petite échelle, dans la mesure où les barrières contre l'utilisation massive peuvent disparaître lorsque l'agent est utilisé sur une petite échelle.''

20 19. La typologie des attaques biologiques (iii) Le rapport de l'Organisation Mondiale de la Santé (1970) prenait en compte l'éventail des armes de destruction massive possibles et d'autres scénarios: –Une arme biologique mortelle et incapacitante qui résiste aux antibiotiques, sans aucun cas secondaire (tularémie) –Une arme biologique mortelle et incapacitante qui est sensible aux antibiotiques, avec des cas secondaires (peste pneumonique) –Contamination des sources d'approvisionnement en eau par le bacille de la typhoïde ou la toxine botulique A

21 20. La typologie des attaques biologiques (iv) 1kg de l'agent – lyophilisé - responsable de la typhoïde, utilisé pour attaquer l'approvisionnement en eau d'une ville de 1 million d'habitants dans un pays en voie de développement chaud et aride. L'attaque se produit sans que les autorités soient alertées, empêchant ces dernières à prendre des précautions spéciales. - En présumant que la consommation d''eau brute' est de deux litres par personne quotidiennement. Ainsi, personnes recevraient micro- organismes, ce qui provoquerait une épidémie, sur une grande échelle. –Si aucune infrastructure n'était disponible pour dispenser des traitements sur une grande échelle, personnes pourraient succomber

22 Cours 5 Questions-types 1. Évaluez les caractéristiques militaires significatives de la peste, de la grippe, de la tularémie, de la toxine botulique et de la coxiellose (fièvre Q). 2. Quelles sont les difficultés structurelles qui rendent une attaque biologique antipersonnel de grande ampleur plutôt improbable à l'heure actuelle ? 3. Dans la littérature disponible, examinez les arguments qui suggèrent que les armes biologiques puissent être utilisées, sous certaines conditions, comme des armes de destruction massive (ADM). 4. Le terrorisme antirécolte est la forme la plus efficace de terrorisme biologique susceptible d'être mise en oeuvre à l'heure actuelle. Argumentez.

23 References (Slide 1) Dando, M.R. (1994) Biological Warfare in the 21st Century: Biotechnology and the Proliferation of Biological Weapons. Brasseys, London (Slide 6) United Nations (1969) Chemical and bacteriological (biological) weapons and the effects of their possible use: report of the Secretary-General. A/7575/Rev.1, S/ 9292/Rev.1, New York, United Nations. Available from

24 (Slide 7) Robinson, J. P., Hedén, Carl-Göran., and von Schreeb, H. (1973) The Problem of Chemical and Biological Warfare: CB Weapons Today. Vol. II. Stockholm: Almqvist & Wiksell. Available from (Slide 8) Fetter, S. (1991). Ballistic Missiles and Weapons of Mass Destruction: What is the Threat? What should be Done?, International Security 16(1): Available from (Slide 9-11) U.S. Congress, Office of Technology Assessment. (1993). Proliferation of Weapons of Mass Destruction: Assessing the Risks (Document No. OTA-ISC-559). Washington, DC: U.S. Government Printing Office.

25 (Slide 13) Office of Technology Assessment. (1993). Technologies underlying Weapons of Mass Destruction (Document No. OTA-BP-ISC-115). Washington, DC: U.S. Government Printing Office (Slide 14 and 16) Bartlett, T. B. (1996) The Arms Control Challenge: Science and Technology Dimension, Paper presented at the NATO Advanced Research Workshop, The Technology of Biological Arms Control and Disarmament Budapest, March. (Slide 17) Wheelis, M. Madden, L.V. and Cassagrande, R. (2002) Biological Attacks on Agriculture: Low Tech, High Impact Bioterrorism. Bio-Science, 52, Available from y_auth_tt.pl?item_id= y_auth_tt.pl?item_id=

26 (Slide 18) Shea, D. A., and Gottron, F. (2004) Small-scale Terrorist Attacks Using Chemical and Biological Agents: An Assessment Framework and Preliminary Comparisons, CRS Report for Congress [Online] FAS [accessed 27 January 2009] available from (Slide 19) World Health Organization (1970) Health Aspects of Chemical and Biological Weapons, Geneva: WHO. Available from stenglish/en/index.html stenglish/en/index.html


Télécharger ppt "Évaluations de l'impact potentiel de la guerre et du terrorisme biologiques Cours No. 5."

Présentations similaires


Annonces Google